L’Etat s’est crashé : impitoyable tribune sur le Covid 19, par Philippe Olivier, député européen RN

.

Il a tout dit. 

De la disparition de l’Etat censé prévoir, organiser, défendre, mettre en oeuvre… ce qu’il appelle « l’état stratège ».

Des faillites et errances de l’Etat macronien. De ses carences qui ont mené particuliers et entreprises à essayer d’y suppléer avec les moyens du bord. De sa démission dans les quartiers, même pendant une crise grave comme celle-ci.

De l’impéritie de Macron et de ses mensonges pour essayer de les couvrir.

De ses étranges liens avec big Pharma.

De sa propension à manipuler les foules au lieu de gérer, même en pleine crise du coronavirus.

De l’inefficacité de l’UE pour ne pas parler de sa nuisance.

 

XXXXXXX

Tribune libre de Philippe Olivier, Député français au Parlement Européen

.

La crise n’est pas seulement un défi et un drame, elle est un révélateur. Lorsque des tensions mettent à l’épreuve une structure, ce sont les points de faiblesse qui lâchent les premiers. C’est ce qui est arrivé avec la crise du coronavirus qui a mis sous pression l’Etat, ses échelons de décision, ses rouages et ses organes d’exécution.

Et en trois semaines, comme en 1940, l’Etat semble avoir cédé.

Disparition de l’Etat stratège

L’Etat stratège qui se doit d’être prévoyant et planificateur a montré qu’il ne projetait plus que le souvenir nostalgique du roman national sur le colbertisme.

Des filières industrielles d’importance stratégique et parfois même vitale pour le pays s’étaient  volatilisées, laissant la santé des Français à la merci des caprices du marché mondial et de fournisseurs étrangers. En 2020, une puissance comme la France s’est révélée incapable  de coudre des masques en tissu, de  produire les appareils respiratoires dont elle avait besoin ou de disposer de certains médicaments élémentaires. Aucun « plan  pandémie »  sérieux n’avait même été anticipé ; enfin, les Français payent cash les politiques d’abandon de l’appareil hospitalier ou même militaire.

Le système de santé français public dans son ensemble -médecine hospitalière et ministère-  a montré l’étendue de ses faiblesses : il s’est dévoilé en proie à une épouvantable technocratie aggravée par une guerre fratricide du public/privé comme par de sordides luttes d’influences sur fond de défense de l’intérêt financier de certains laboratoires. Présenté comme « modèle », il s’est révélé en partie sclérosé et déconnecté, au plus grand désarroi des soignants et au plus grand préjudice des malades. L’affaire de la chloroquine, ce médicament visiblement trop bon marché pour être approuvé, a éclairé les Français médusés sur les nauséabondes pratiques de l’univers finalement peu aseptisé de la santé en France.

L’Etat stratège dont la mission est de prévoir sur le long terme les éléments de protection a été, on le voit,  absent, inconséquent, imprévoyant.

.

Une UE absente

L’Union européenne sur laquelle nos Etats se sont reposés, cette instance à laquelle nous avons délégué tant de pouvoirs et de moyens et qui nous est habituellement présentée comme « un échelon de protection » n’a rien préparé. Le choc venu, ce monstre technocratique s’est évaporé, se contentant de puérils tutos sur le lavage de mains, ignorant les drames humains dans les Etats membres et se montrant incapable d’encourager des coopérations européennes. Pire, par la voix de sa présidente, Mme Von der Leyen, la Commission européenne a même dissuadé les Etats membres de dresser, en temps utile, des contrôles sanitaires aux frontières  alors que l’OMS avait, avec la plus grande solennité,  lancé une alerte internationale dès le 30 janvier. En mars, alors que l’Italie agonisait, la Commission consacrait l’essentiel de son énergie à entériner un processus quasi clandestin d’élargissement au profit de l’Albanie et de la Macédoine et ne tournait son aide directe que vers le Maghreb. Que de temps perdu au prix de combien de morts ?

L’Union Européenne a fait la preuve, à nos dépens, de son inaptitude à protéger les citoyens de ses pays membres.

.

Faillite de l’Etat gestionnaire

L’Etat gestionnaire n’a guère été plus brillant. Il s’est embourbé au moment où la situation exigeait une rapidité de commandement et d’exécution. « Tout est une question de vitesse » ont clamé en vain les spécialistes.

Les atermoiements d’un Etat visiblement dépassé par les événements n’ont laissé au pays que le choix dans l’urgence d’une stratégie défensive de confinement, certes devenue impérative, mais décrite par l’OMS comme celle de « dernier recours ».

Dès les premiers signes de la menace en janvier, les échelons politiques ont immédiatement failli, incapables de convoquer en temps utile une structure interministérielle de crise, d’anticiper ou même de déterminer pour le pays une stratégie de défense claire, de prévoir la logistique «de guerre » nécessaire.  Il a fallu attendre le 25 mars pour entendre le Premier ministre prononcer le mot « stratégie ».

.

Une  stratégie de « dernier recours » faute d’anticipation

Nos politiques, trop imbus d’eux-mêmes,  n’ont même pas su simplement se conformer aux instructions formelles de l’OMS qui recommandaient dès le 30 janvier de « tester/isoler/traiter ». Nos services de renseignements et notre diplomatie n’ont pas été capables de déterminer ce qui, en Chine, relevait de la réalité et de la propagande, privant ainsi notre pays d’informations importantes.

L’incapacité du président de la République à communiquer clairement ou même à utiliser certains mots a nourri le sentiment général d’impréparation et d’approximation des décisions politiques et administratives. Dès janvier, les mensonges d’Etat se sont succédé de la part de ministres ou de hauts fonctionnaires pour tenter de camoufler l’impéritie des dirigeants, les carences dont ils étaient responsables, les pénuries généralisées de matériels et d’équipements qui se faisaient jour, l’inconscience dont les uns et les autres s’étaient rendus coupables. Rappelons-nous que le 29 février, le Conseil des ministres consacré au coronavirus était utilisé pour mettre en œuvre le 49.3 sur les retraites. Chez nos gouvernants, l’esprit de politicaillerie comme une arrogante insouciance l’emportaient sur l’esprit de mobilisation et de responsabilité. La parole présidentielle, bravache mais dommageable, fut même utilisée le 7 mars pour inciter les Français à « sortir au théâtre » (sic) au moment même où l’Italie basculait dans un scénario catastrophe et que dès le 25 février, il était apparu que la pandémie avait gagné sur le « containment » et se répandait dans tous les pays.

.

Un pouvoir se perd dans de petites opérations de propagande

Dans le même temps, les EHPAD qui sont les établissements les plus exposés comme les soignants de première ligne ont été abandonnés à leur sort. Des ordres formels ont été donnés aux policiers de retirer leurs masques. Ces consignes criminelles ont, à juste titre, semé le doute sur la crédibilité du commandement. De son côté, l’armée, instrumentalisée dans de petites opérations de propagande pour illustrer le tonitruant « nous sommes en guerre » présidentiel, n’a pu qu’exhiber, sans gloire, avec l’énergie du dévouement et la conscience du dénuement, la misère de ses équipements.

Que dire des diatribes présidentielles sur le « repli nationaliste », propos  inutilement polémiques quand la situation exigeait de la hauteur et de la gravité, marques d’une sereine autorité qui constituent la présidentialité, indispensable en ces circonstances.

.

Un Etat qui se discrédite chaque jour davantage

Toutes ces attitudes incompréhensibles de la part du pouvoir, ajoutées à un amateurisme de communication désarmant, ont eu pour effet de relativiser la dangerosité de la menace, de ruiner la parole publique,  de semer un doute légitime dans la population et tout particulièrement chez tous les professionnels les plus exposés. Très symboliquement, devant l’imbroglio politico-administratif sur la chloroquine, de nombreux hôpitaux et les médecins privés, invoquant le serment d’Hippocrate, ont cru devoir s’affranchir de la tutelle d’un ministère de la santé discrédité et empêtré dans ses guerres de religion mandarinale. Tout cela contribue à sceller le discrédit progressif de l’Etat.

Devant la pénurie de masques et de gel, LVMH s’est mobilisé ; des régions ont tenté de gérer elles-mêmes les approvisionnements de leurs services hospitaliers ou de leur médecine de ville. Des sociétés comme Air Liquide ont pris d’elles-mêmes l’initiative de produire des respirateurs sans même avoir été sollicitées par des autorités portées disparues. Les touchantes  initiatives de particuliers ont fleuri. Mais lorsque des acteurs privés ou des collectivités locales sont ainsi contraints de suppléer aux carences de l’Etat pour l’approvisionnement de produits d’urgence, cela signe son affaissement.

.

L’Etat régalien affaissé

La défaillance de l’Etat s’est propagée à tous les niveaux, y compris concrètement sur les territoires, avec une incapacité à y faire appliquer les consignes sanitaires. En Seine-Saint-Denis, comme dans les nombreux endroits que la République a abandonnés aux mafias depuis des décennies, le ministre Nunez, relayé par les préfets, a dû  renoncer ouvertement à y imposer les ordres de confinement. De manière emblématique, les migrants de Calais ont été soumis, par la préfecture, à des consignes de confinement sur « la base du volontariat ». Les prisons ont été vidées par peur des émeutes tout comme les centres de rétention, ajoutant des risques d’atteintes à l’ordre public au risque sanitaire. Autant d’aveux d’une impuissance publique, devenue en ces circonstances dramatiques et porteurs de risques ultérieurs de désordre.

.

Du déclin à la déchéance ?

L’Etat a péché sur la forme avec une absence de transparence et de confiance. Sur le fond, il a étalé son incapacité à faire face au torrent des évènements.  L’Etat, dont le chef n’a manifestement pas la carrure, ne s’est pas montré au niveau qu’on attendait de la prétendue sixième puissance mondiale.

Nous sommes aujourd’hui renvoyés  brutalement et cruellement à une dure réalité, celle d’une grande Nation qui constate les effets, espérons-le mobilisateurs,  de son déclin et peut-être pire demain, de sa déchéance.

La séquence du coronavirus ne restera pas seulement comme une crise sanitaire. Elle est et reste aussi le révélateur du délabrement de l’Etat stratège et de l’effondrement de l’Etat gestionnaire, au moment où les tigres d’Asie nous ont donné des leçons d’organisation, de discipline et d’efficacité. Il conviendra de nous en souvenir lorsque cette épreuve sera surmontée et qu’il nous faudra reconstruire.

 160 total views,  1 views today

image_pdf

23 Commentaires

  1. La conclusion de son intervention est en même temps une interrogation. Est-ce que les français vont tirer les enseignements de cette malheureuse expérience ou vont ils se faire encore abuser par ces gens qui visiblement n’ont plus que les médias pour leur donner un semblant de stature? Ces politiques n’ont que la tchatche tels des bonimenteurs de foire qui n’auraient rien à vendre sinon des trucs qui ne serviront à rien!!

  2. l’Europe encore une usine a gaz qui fait preuve encore de plus d’incompétence ,l’histoire de l’humanité dans la Bible en parlait déjà avec l’épisode de la tour de Babel ;Une cacophonie ou chaque état tire la couverture a lui et ne se soucie pas plus de l’intérét général que de son propre intérét ,Europe a cinq n’était pas encore construite que l’on fait rentrer d’autres pays ajoutant a cette cacophonie des pays sans structures dirigés par des maffieux !Bref l’Europe du capital avant celle prévue pour le bonheur du peuple!L’on voit le résultat finalement les Anglais ont tout compris .C’est une mascarade avec toute une évasion fiscale orchestrée par le luxembourg et d’autre qui sont responsables du déficit accumulé et de la dette fiscale ainsi qu’une immigration subie et non choisi !Bref l’utopie règne dans cette mascarade dirigée par des incompétents depuis 40 ans!

  3. Une info en passant. Nous venons d’être réquisitionnés mon fils et moi par la préfecture pour le compte de l’ARS, car nous faisons partie d’une association agréée « sécurité civile ». J’ai demandé s’il y avait un minimum d’équipements de protection (masque, gel hydroalcoolique et gants) il m’a été répondu qu’il n’y avait rien de tout ça.
    Et après cette bande de putassiers nous claironnent que les équipements sont commandés en en cours de livraison, tu parles!! Il n’y a que dalle!! Ces politicards sont des pourritures des menteurs professionnels, une bande d’incapables salauds!!

  4. DIRECT CORONAVIRUS sur l’Internaute.com
    :::: https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2462477-direct-coronavirus-en-france-la-situation-dans-les-ehpad-s-aggrave-alertes-en-ile-de-france/

    §.- 19:23 – 24 600 personnes en réanimation ce jeudi

    En France, Jérôme Salomon a communiqué le dernier bilan de l’épidémie de coronavirus, d’après les données de 880 établissements de santé. 26 246 personnes sont actuellement hospitalisées en réanimation, 6 399 se trouvent dans un état grave, 35% ont moins de 60 ans, 60% entre 60 et 80 ans et 90 personnes hospitalisées en réanimation ont moins de 30 ans.

    §.- 19:52 – 12 400 patients guéris du coronavirus

    Après le bilan des cas de contamination et des décès liés au coronavirus, Jérôme Salomon a annoncé que 12 400 personnes sont sorties guéries des hôpitaux, soit 1 493 patients guéris en 24 heures.

  5. Comment voulez-vous qu’il gère cette crise ,premier mois de son mandat il vire un grand général alors qu’il ne sait pas ce qu’est l’armée il n’a pas fait son service ,ensuite débordé par les manifs des gj ,qu’a t’il fait pour que ça ce termine ,des interdictions des amendes et des condamnations , début du confinement il ne s’entend pas avec le professeur Raoult ,il a fait médecine pour savoir et critiquer ,et pareil que la dernière crise interdictions et amendes .Mais comme il se prend pour l’empereur mais n’y connait rien donc comment voulez vous qu’il gère une crise

  6. Nous pourrions rajouter deux choses remarquables à cet excellent état des lieux, d’abord qu’il est plus qu’étonnant que vu que nous-avons la chance d’avoir des pointures spécialistes de la gestion des crises sanitaires dans ce pays (MSF, Médecins du monde, etc), nous ne les retrouvions pas aux manettes du bouzyn en haut de l’échelle, ensuite, un bus qui emmenait huit patients marnais vers Tours vient de faire demi-tour pour cause de manque de Cerfa et de non-bénédiction du « centre de crise sanitaire du ministère de la Santé » ( ça ne s’invente et l’on est prié de ne pas rire – voir : https://sptnkne.ws/BUsf ), ce qui prouve par A+B que la santé des patients, tous les étages du mille-feuille administratif s’en contrefoutent tant qu’ils n’ont pas leurs sacro-saintes paperasses signées, tamponnées, contresignées et que le chef du chef (qui a vu l’chef) du chef du chef (qui n’a pas vu l’chef du chef) … n’a pas paraphé un autre Cerfa pour enfin accorder sa grâce divine au transfert de gueux susnommé.
     
    Voilà où nous en sommes et c’est pitoyable tout autant que pathétique et dangereux, mais ça veut aussi dire qu’il va falloir tout démolir, fondations incluses, pour tout reconstruire a minima en installant ce petit monde sur des sièges éjectables avec des contrats de droit standard, comme c’est le cas dans le privé.

  7. Histoire du CORONAVIRUS et de l’OS, une réalité politique qui confronte l’idéologie mondialiste et l’Humain ou le monde du vivant intelligent qui aime la vie ET la Liberté, le Libre Arbite et donc l’Indépendance.

    MACRON, s’en sortira, c’est un mondiaListe, globaliste ; il n’a fait que suivre la stratégie mondialiste. Par ailleurs, malgré le retournement des nations face à la Pandémie sous la pression des peupes qui ont entamé leur propre prise en charge dans ce domaine, on relève tout demême que pour ces mondialistes libéraux, le sanitaire ne sembe pas une priorité, puisque la constante est dans le mond entier : « l’IMPRÉPARATION », la mentalité UE de ces mondialiste a prévalu axant la politique sur les « Affaires, le commerce, les échanges, le libre échange, les finances… » ils ont complètement oublié que l’humanité n’est pas encore morte; qu’elle fait partie du monde vivant ET PENSANT.

    The LANCET { https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Lancet }
    Richard Horton (Richard Horton est, en 2011, le rédacteur en chef de The Lancet, un journal médical britannique. Il a étudié à l’École secondaire de Bristol de 1973 à 1980 et à l’Université de Birmingham de 1980 à 1986, recevant son Bachelor of Science en 1983. – { https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Horton })

    Hors ligne : COVID-19-un calcul
    :::: https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)30669-3/fulltext
    Published:March 21, 2020DOI:https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30669-3

  8. Coronavirus : le gouvernement ment sur «absolument tout», accuse Marine Le Pen
    :::: http://www.leparisien.fr/politique/coronavirus-le-gouvernement-ment-sur-absolument-tout-accuse-marine-le-pen-30-03-2020-8290596.php#xtor=AD-1481423553
    Par N.Be. avec AFPLe 30 mars 2020 à 13h58

    Depuis le début de la crise du coronavirus, elle n’a jamais hésité à faire entendre une voix critique. Marine Le Pen a de nouveau reproché au gouvernement sa gestion de la situation, ce lundi, l’accusant de mentir sur « absolument tout, sans aucune exception » à propos de l’épidémie, a-t-elle asséné sur France Info.

    La présidente du Rassemblement national (RN) a fustigé une « stratégie du gouvernement » consistant « à cacher le niveau de faiblesse de l’État, de nos stocks, d’impréparation de notre pays, plutôt que de dire la vérité ». Le gouvernement n’a cessé de mentir que ce soit « sur les frontières, les masques inutiles, les tests eux-mêmes inutiles. Tout cela a créé une situation de méfiance de la part de la population à l’égard de ses dirigeants », a-t-elle enchaîné.

    Parfois critiquée pour ne respecter l’unité nationale, la dirigeante a répondu que celle-ci « ne peut pas se faire autour du mensonge ». « On ne peut pas demander à l’opposition de soutenir les mensonges et les incohérences du gouvernement », a-t-elle insisté.

    VIDÉO. Coronavirus : Marine Le Pen dénonce « l’incohérence totale » du gouvernement

  9. CORONAVIRUS
    Marine Le Pen @MLP_officiel

    « Vous savez, je ne souhaite pas critiquer pour critiquer. Mais qu’on ne me demande pas de faire l’unité nationale autour de mensonges du gouvernement : je veux bien la faire avec les Français, et autour de la VÉRITÉ ! » #ConfinementJour16 #COVIDー19 @France2tv
    @franceinfo
    :::: https://twitter.com/MLP_officiel/status/1245257582056484864

    Le gouvernement n’a pas dit la vérité sur ….

    Le 11 févier, Marine Le Pen envoyée sur les roses par Buzyn quand elle alertait et préconisait des mesures sécuritaires et demandait des informations sur la stratégie du gouvernement

  10. Oui, merci Christine ! Très beau rappel de ce député RN .
    Mais aujourd’hui, avec la tendance naturelle à la paresse, nous savons que s’il y a plus de trois lignes à lire, les gens ne les liront pas !
    Je me demande bien pourquoi le RN refuse de pratiquer ce qui est appelé le « buzz »… de façon à capter l’attention et faire parler de lui, ainsi que pratiqué par tous les partis, et même les particuliers (Cf Mila …) .
    Et pourtant, si Pierre peut nous faire les « shows » que nous apprécions tous ici, avec ses petits moyens, pourquoi Diantre le FN est-il aussi discret en audio-visuel ?
    Hé oui, Monsieur Olivier, c’est comme ça que Trump a gagné… Avec vos collègues, Collard, Bardella etc… et vous même, vous avez en outre de très très bons physiques qui passent bien ! Et comme tout se détermine en fonction de la bonne « communication », très franchement, je ne comprend pas votre discrétion !

  11. CORONAVIRUS sur OJIM.fr
    ___________________________
    Coronavirus et confinement dans les médias

    Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias.
    :::: https://www.ojim.fr/information-presse-medias/coronavirus/

    Comment certains essaient-ils encore d’édulcorer les faits ? Comment d’autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ? Comment les applications du confinement par certaines populations (et ses manques) sont-ils reportés ? C’est ce que vous allez découvrir jour après jour sur notre veille médiatique autour de cette pandémie inédite.

    …./….

  12. Quand des tarés élisent un débile il ne faut pas s’étonner de vivre dans un asile

    • @Hoplite
      S’il se contentait d’être débile, ce serait (presque) un moindre mal.Mais c’est un psychopathe, autrement dit, un serpent venimeux en costard cravate. Ou un « suppôt de Satan ».

  13. En 2022, les veaux et les moutons français vont revoter pour Mohamerde Macron !!
    Les fiers coqs gaulois ( ce qu’il en reste) continuera à chanter mais cette fois à défaut d’avoir les pattes dans la merde, il l’aura sous le menton.
    Trop cons pour se rendre compte que chaque fois que les ingénieurs d’EDF auront besoin d’une pièce de rechange pour leurs turbines Alstom ils devront demander poliment aux états uniens de GE……..
    Le dépeçage va continuer et ce n’est pas le Freluquet du Touquet et ses copains de chez Rothshild qui vont faire preuve de patriotisme industriel.
    Ce type est nuisible !!!! Nos anciens meurent par milliers et il dilapide notre pognon au Maghreb qui veut notre disparition.

  14. Réquisitoire incontournable « accusé Makaron jupitérien nous vous condamnons à la déchéance et au bannissement »!
    Rebâtissons des que possible le pays dans un premier temps avec le RN !

  15. Beau discours où tout est dit et bien dit! gageons que les français n’oublient pas tout ça au moment de voter

  16. Toute la macronie, et les 45 années de ses prédécesseurs, tous gentiment mis au pouvoir par le bon peuple français bien responsable et tenant à son pays, mise à nue.
    C’est-à-dire la faillite totale à tous les niveaux.

  17. 3eme article de la declaration universelle des droits de l’homme
    ……tout individu a droit a la vie, a la liberte et a la SURETE de sa personne
    SURETE = SECURITE
    En INTERDISANT ces dits individus a se proteger d’un virus MORTEL avec des masques, l’etat envoie ses citoyens a l’abattoir
    C’est une attitude criminelle
    Pour ma part, j’ai commande via Amazon un stock de masques, livraison le 10 avril
    J’espere les recevoir………..

    • Croire encore au droits de l’homme revient au même que de se mettre la tête directement sur le billot.

Les commentaires sont fermés.