Je quitte le Maroc, j’y suis en danger de mort pour avoir joué dans « Much Loved », de Nabil Ayouch

A l’attention de ceux qui voudraient nous vendre l’idée d’un Maroc progressiste, Eldorado des retraités français et en passe de devenir démocratique et laïque…

N’est-ce pas   Rachida Dati ?

http://resistancerepublicaine.com/2015/droit-des-femmes-et-homosexualite-petite-lecon-a-rachida-dati-qui-ose-comparer-la-france-au-maroc/

Dans ce film, j’ai mis toute mon âme et toute ma force de travail, portée par Nabil Ayouch et mes partenaires de jeu. Le film a été sélectionné à Cannes. J’y étais, c’était magique. Mais dès le lendemain de sa présentation, un mouvement de haine a démarré au Maroc. Un ministre qui n’avait pas vu le film a décidé de l’interdire avant même que la production ne demande l’autorisation de le diffuser. Much Loved dérangeait, parce qu’il parlait de la prostitution, officiellement interdite au Maroc, parce qu’il donnait la parole à ces femmes qui ne l’ont jamais.

Mais rien n’a calmé la haine contre moi. Sur Facebook et Twitter, mon nom est associé à celui de « sale pute » des milliers de fois par jour. Quand une fille se comporte mal, on lui dit « tu finiras comme Abidar ». Tous les jours, je lis que je suis la honte des femmes marocaines. Chaque semaine, je reçois des menaces de mort. J’ai encore des amis et des proches pour me soutenir, mais beaucoup se sont détournés de moi. Pendant des semaines, je ne suis pas sortie de chez moi, ou alors uniquement pour des courses rapides, cachée sous une burqa (quel paradoxe, me sentir protégée grâce à une burqa…).

Ces derniers jours, le temps passant, la tension me semblait retombée. Alors jeudi 5 novembre, le soir, je suis allée à Casablanca à visage découvert. J’y ai été agressée par trois jeunes hommes. J’étais dans la rue, ils étaient dans leur voiture, ils m’ont vue et reconnue, ils étaient saouls, ils m’ont fait monter dans leur véhicule, ils ont roulé pendant de très longues minutes et pendant ce temps ils m’ont frappée sur le corps et au visage tout en m’insultant. J’ai eu de la chance, ce n’était « que » des jeunes enivrés qui voulaient s’amuser… D’autres auraient pu me tuer. La nuit a été terrible. Les médecins à qui je me suis adressée pour les secours et les policiers au commissariat se sont ri de moi, sous mes yeux. Je me suis sentie incroyablement seule… Un chirurgien esthétique a quand même accepté de sauver mon visage. Ma hantise était justement d’avoir été défigurée, de garder les traces de cette agression sur mon visage, de ne plus pouvoir faire mon métier…

Pour lire l’article en entier :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/11/12/pourquoi-j-ai-decide-de-quitter-le-maroc_4807754_3232.html

 45 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. Voici une personne qui, si elle demandait l’asile, pourrait le recevoir puisque ses valeurs semblent compatibles aux nôtres. Demande qui serait toutefois à bien vérifier pour éviter les surprises.
    Pour ma part, tous les réfugiés, même politique, qui n’ont pas les mêmes valeurs fondamentales que celles de notre République sont inadmissibles, d’autant plus s’ils arrivent en grand nombre.

Les commentaires sont fermés.