Cocorico : le vaccin français qui ne sert à rien arrive enfin !

Nous n’avons pas de pétrole et l’industrie a foutu le camp à l’étranger mais nous avons toujours des idées !

L’entreprise « française » Sanofi est heureuse de vous annoncer l’arrivée probable, en décembre 2021 – soit presque deux ans après le début de la pandémie – de son « nouveau » vaccin à protéine recombinante.

Mais, concrètement, dans un marché dominé par les géants Pfizer, Moderna ou AstraZeneca ayant déjà vendu des milliards de doses aux États-Unis ou en Europe, à quoi va-t-il servir ?

En fait, à rien ou alors, à faire croire que les Français restent dans la compétition. Ou bien peut-être à pousser les gogo(l)s mort de trouille à se faire piquer de multiples fois, espérant contrer de nouveaux mutants toujours plus affreux.

On peut également créer un besoin dans les pays pauvres où le Covid n’est pas un problème, c’est-à-dire lancer l’offre pour créer la demande. Comme en Mongolie par exemple où la pandémie n’existait pas jusqu’en mars 2021, date du lancement de la campagne de vaccination. Et pourquoi pas inonder l’Afrique qui n’en a pas besoin (parce qu’elle se soigne préventivement avec des médicaments reconnus et peu chers, produits sur son sol) avec « notre » vaccin que la France subventionnera, évidemment à perte ? Et puis, si de nouveaux mutants sénégalais ou ivoiriens apparaissaient, on pourrait proposer des rappels annuels…

Ce serait tout bénef pour Sanofi et ses patrons milliardaires mais rappelons que « c’est pour notre bien » afin éviter la dixième vague et les variants Echo, Foxtrot, Golf ou Tango et que « la vaccination, c’est la solution ».

https://resistancerepublicaine.com/2021/07/06/plus-ils-vaccinent-plus-ils-creent-de-variants-le-nouveau-ne-lambda-insensible-aux-vaccins-arrive/

Covid-19 : le vaccin de Sanofi disponible «d’ici décembre», selon son président

Bientôt un nouveau venu dans le désormais vaste paysage des vaccins contre le Covid-19. Ce lundi 5 juillet au matin, le patron de Sanofi France, Olivier Bogillot, a annoncé sur France Inter que le vaccin de la firme française devrait être disponible d’ici le mois de décembre. «On a attaqué nos études de phase 3», a-t-il confié au micro de Léa Salamé.

Contrairement à ceux de Pfizer-BioNTech, Moderne, AstraZeneca ou encore Janssen, le vaccin de Sanofi n’utilise pas une technologie ARN messager mais à protéine recombinante.

Combinée à un «adjuvant», cette protéine «stimule votre système immunitaire et le soumet à la protéine du virus, ce qui vous fait réagir», a expliqué Olivier Bogillot. «C’est ce qu’on utilise pour la vaccination grippale, une technologie éprouvée qu’on utilisait depuis quelques années […], avant l’arrivée de l’ARN messager», a-t-il ajouté.

Des vaccines pour les pays moins développés ?

Mais à quoi va donc servir ce nouveau candidat, alors que le marché est déjà bien pourvu ?

«Beaucoup de Français ne sont pas encore vaccinés», note le président de Sanofi France.

«Il va falloir atteindre un niveau d’immunité collective, encore plus avec l’arrivée de variants d’un niveau très élevé», prévient-il, avant d’ajouter : «Et puis au-delà de la France, il y a aussi le monde entier».

Concrètement, le vaccin de Sanofi servira également à vacciner les populations de pays moins développés, qui ne bénéficient pas actuellement de la même couverture vaccinale que les pays occidentaux.

«Aujourd’hui, il n’y a que 20% de la population mondiale qui est vaccinée. On pense qu’on peut être utile parce qu’il faut des milliards de doses pour pouvoir vacciner cette population», a fait valoir Olivier Bogillot.

Par ailleurs, le patron de Sanofi estime que ce vaccin pourra être utile pour la «vaccination de rappel, après la vaccination par ARN messager».

«Si vous êtes amenés à avoir une troisième dose, le vaccin de Sanofi peut être utile, d’autant plus qu’il se conserve facilement», a-t-il expliqué au micro de France Inter.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/covid-19-le-vaccin-de-sanofi-disponible-d-ici-decembre-20210705

.

Problème : comment fourguer des « vaccines » (les journaliste aime les anglicismes, cela fait plus crédible) à des populations rétives à la vaccination ?

Et bien, distiller la peur et la paranoïa en faisant croire que le Covid, cet « ennemi implacable » s’avère pire que la peste et que tout le monde peut en mourir. Enfin, museler les opposants et rendre la vaccination obligatoire, parce que « ce n’est pas une option ».

Le très médiatique, influent et macron-compatible Nicolas Bouzou, économiste libéral, essayiste, chroniqueur de télévision, contributeur à L’Express (lié au milliardaire Drahi) et fondateur du cabinet de conseil Asterès dont les clients se nomment… Gilead ou Sanofi
Photo : Paul Hudson (ex-PDG de Novartis Pharmaceuticals) , directeur général de Sanofi

 274 total views,  1 views today

image_pdf

35 Commentaires

  1. Cela servira, si cela devient obligatoire, a éviter ces putains de vaccins ARN, c’est déjà ça. Et deux ans c’est déjà mieux qu’un truc bidouillé en quelques mois, non ?

  2. en fait, il existe un bon vaccin qui vous fera oublier toutes les turpitudes mondialistes et autres, celui ci s’appelle « guerre »……….et il mettra tout le monde d’accord…….

    • C’est un fait ,c’est avec des guerres que les crises précédentes, notamment celle de 1929 ont été réglées… Faut il vraiment en arrver là? Est ce inexorable? Je n’ai pas la réponse..

  3. Et pendant cette plandémie, ils profitent pour faire passer tous leurs projets à la con : loi sur la bioéthique avec création de chimères, réforme des retraites, tentative d’instaurer le vote électronique et surtout, l’origine du combat des gilets jaunes : la montée des prix à la pompe. 1 euro 50 le litre d’E10 ce matin, tranquille. Connards qu’ils sont.

    • C’est vrai que depuis le deconfinement bidon, les carburants flambent. Merci tata et sa clique, encore des magouilles de plus qui se cumulent avec toutes les aures…

    • En plus, c’est l’été, période propice aux lois scélérates, surtout cette année où les moutons sont euphoriques :en « liberté » (!), vaccinés, « donc protégés »(!!),ivresse de la consommation…

  4. Henrion-Caude dans sa dernière vidéo parle du vaccin Sanofi recombiné et le considère comme aussi dangereux que les autres, pour elle cela ne change absolument rien au problème de l’ARNm, c’est juste une variation.

    • C’est quand même pas la même chose que l’ARNm, il n’y a pas de matériel génétique dans ce vaccin, par contre le problème résidera dans la nature de la protéine recombinante obtenue et comment on a géré les problèmes liés aux possibles maladies auto-immunes pouvant être générées par la vaccination.

      • Ca fait deja 3 fois que vous intervenez en faveur de ce truc. Du coup, on compte sur vous pour etre le 1er cobaye et nous fournir des infos tres tres recurrentes et precises. Merci pour votre engagement pour la science. On ne l oubliera pas !

        • Votre réaction agressive à mon égard est ridicule et bien triste, je ne suis pas en faveur de ce que vous appelez ce « truc » et si vous prenez la peine de lire mes divers commentaires sur ce site vous verrez bien que je suis plutôt défiant vis à vis de ces vaccinations faites à la va-vite. Je donne simplement des informations qui évitent de tout mélanger comme vous le faites, ce qui conduit inévitablement à parler sans savoir de quoi on parle. C’est bien de se méfier mais il ne faut pas tomber dans un bêtise aveugle et tout mélanger au point d’agresser des personnes qui, comme moi, tentent d’apporter des précisions. Votre attitude manichéene que je qualifierai aussi de CGTiste (pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour) est vraiment regrettable…

    • Merci , j’ai sauvegarder le texte , par les temps qui courent ,il vaut mieux en garder une trace.

    • J’ai copié/collé ces pages abbomifreuses et les ai envoyées à tous mes contacts. Je vous prie de croire que cela va faire du chemin…

      Pour tous les commentateurs: Faites cela vous aussi. On ne peut pas laisser passer ça sans réagir.

      Merci à vous Templier pour ce lien qui devrait-être lu par tous les français.

  5. « Le monde se bat face à un virus formidablement contagieux et délétère. Face à cet ennemi implacable, la remise en question des vaccins n »est pas une option »

    Tiens, en plus d’être « économiste libéral, essayiste, chroniqueur de télévision, contributeur du cabinet de conseil Asterès dont les clients se nomment Gilead ou Sanofi… », nicolas bouzou est aussi épidémiologiste ?
    Et il trouve du temps pour nous dicter notre conduite et nous dire comment prendre soin de notre santé ? Est-ce que je m’occupe de lui donner des leçons d’économie, comment rédiger ses essais, comment s’exprimer en public, comment gérer ses entreprises… et son compte en banque ?
    À propos, il est vacciné, nicolas bouzou ?

  6. Bien sûr ce vaccin risque de ne pas apporter une grande protection contre les mutants qui apparaissent car basé uniquement sur la protéine Spike recombinante. Toutefois il aura le mérite de ne pas utiliser l’injection de matériel génétique. Après pour les effets secondaires style embolies ou cardiopathies, tout dépend du « design » de la protéine recombinante et du soin qui a été apporté à cette opération afin d’éviter à Spike d’aller se fixer sur son récepteur cellulaire

    • @Charles Martel 02

      Justement, à destination des « pros » du vaccin, ma question était la suivante : le vaccin de Sanofi n’est-il pas une sorte d’AstraZeneca français ?

      • Non pas du tout François des Groux,

        Pour autant que je sache, l’Astra Zeneca est un vaccin à adénovirus, ce virus habituellement responsable des affections des voies respiratoires supérieures a été modifié et on y a intégré de l’ADN (oui oui de l’ADN!!) codant pour la protéine Spike. On passe ça assez sous silence dans les merdia aux ordres, mais on vous injecte un virus à ADN dans lequel on a intégré la séquence de la protéine Spike, ce virus infecte vos cellules qui vont transcrire l’ADN en ARNm et leur faire sécréter la protéine Spike du Covid. En d’autres termes on vous reprogramme vos cellules non pas avec de l’ARNm comme avec le Pfizer, mais avec de l’ADN injecté par un virus. C’est le même principe mais initié à un stade encore antérieur On se sert des adénovirus en recherche pour injecter des gènes dans des cellules et leur faire fabriquer certaines protéines. En bref on est en pleine manipulation génétique là.
        Avec le Sanofi, on fait fabriquer la protéine par des micro-organismes, on la purifie et une fois obtenue on la conditionne avec des adjuvants pour initier la réaction immunitaire après injection. C’est une méthode classique et éprouvée, c’est la méthode utilisée pour le vaccin contre la grippe par exemple, et à aucun moment on ne vous injecte du matériel génétique.

  7. Protéine recombinante, déjà, je n’ai pas confiance. Je n’imagine pas ce truc dans mon organisme recombiner quoi que ce soit.

    • Bonjour Argo , oui la protéine recombinante ,c’est encore une belle saloperie , de plus il joue sur les mots

      Extrait wikipédia:

      Il se fera en fonction de l’utilisation désirée de la protéine recombinante ainsi que des mécanismes cellulaires nécessaires à la production d’une protéine fonctionnelle :

      • Bactéries : forte croissance, niveau de sécrétion variable mais pas de modification post-traductionnelle. Formation de corps d’inclusion si la protéine n’est pas sécrétée.
      • Levures : faciles à cultiver, modifications post-traductionnelles, bonne expression mais faible capacité de sécrétion des grosses protéines.
      • Champignons : bonne sécrétion, modifications post-traductionnelles mais parfois indésirables.
      • Cellules de mammifères : production de grosses molécules possible mais faible rendement pour des couts élevés.
      • Plantes : Utilisées dans le cas de productions de plantes transgéniques permettant une résistance à des parasites ou à des pesticides (par exemple, le maïs Bt).
      • Animaux : productions de grosses molécules, possibilité de consommer les protéines recombinantes dans l’alimentation, nécessite de grande structure pour l’élevage.

      une belle saloperie de plus , tous ces apprentis sorciers jouent avec le feu et les populations vont le payer très chère ,par leur mort !

      • C’est pas vraiment une saloperie la protéine recombinante, tout dépend de comment on a géré la construction de cette proteine, et ça, ça demande beaucoup de temps et de travail pour aboutir à un vaccin correct.

  8. Il faudrait savoir ! Les premiers vaccins ont été fabriqués trop rapidement sans essai clinique et celui-ci qui aura subit au moins quelques essais cliniques et des contrôles vous le critiquez je n’arrive plus à tout suivre

    • @Christian Lesuffleur

      Je ne critique pas le vaccin en lui-même (je ne suis pas un anti-vaccin primaire) mais la stratégie de Sanofi et la fin d’une époque : celle où, chapeautée par l’Etat français, la recherche française faisait partie des meilleures, en qui on pouvait avoir relativement confiance.

      Désormais, en la matière et vu les conflits d’intérêts, je n’ai plus confiance en la parole du gouvernement ni en la médecine et, à fortiori, en Big Pharma.

      La question que pose cet article, c’est : à quoi va servir le vaccin « français » puisque Sanofi, entreprise plus transnationale que véritablement tricolore, co-produit déjà les vaccins Pfizer et Moderna dans ses usines de Francfort et du New Jersey.

      En vérité, 2 ans après le début de la pandémie, le vaccin Sanofi, moins cher que les autres mais arrivant trop tard sur le marché occidental, vise celui des pays pauvres.

  9. La France un des pays où nous avons des médecins de grand qualité des meilleurs au monde à cause de la corruption Macron = Big Pharma nous avons tombé si bas avec une partie de la population collabo et complice

Les commentaires sont fermés.