Comment les gauchistes, alliés au monde des affaires, ont volé son élection à Trump et s’en vantent

République et laïcité Trump Publié le 7 février 2021 - par - 16 commentaires

Le groupe de l’ombre qui vola les élections US

 Voici un article publié par le magazine Times sur les conditions du vol de l’élection présidentielle par un groupe secret. Lisez jusqu’au bout avant de m’accuser de complotisme. D’autant plus que Molly Ball, rédacteur de l’article, est contre Trump et pour Biden. J’ai traduit de l’anglais et ajouté en gras et entre parenthèses mes opinions. Par ailleurs les passages les plus importants sont en italique et démontrent l’ampleur de la conspiration.

.

Le magazine Time a publié un compte-rendu détaillé de ce qu’il décrit comme une « conspiration » entre « des militants de gauche et des titans du monde des affaires » pour créer « dans l’ombre une entreprise extraordinaire » afin de « protéger » (voler) l’élection présidentielle de 2020.

Le New York Times avait fait état de cet effort en janvier, en faisant référence à la « Coalition pour la défense de la démocratie ». Le Daily Beast y a fait allusion à l’automne. Mais l’article du Time est le reportage le plus approfondi sur ce que d’autres ont suggéré comme se déroulant en coulisses.

L’article de Molly Ball, intitulé « The Secret History of the Shadow Campaign That Saved the 2020 Election »,(l’histoire secrète de la campagne menée dans l’ombre qui sauva (vola) l’election de 2020“), présente ceci comme un effort héroïque (un effort incroyable) pour préserver (pour voler) une élection libre et équitable, et pour repousser les accusations (justifiées) de fraude du président Donald Trump.

La description de Ball, cependant, correspond également à ce qu’elle appelle une vision « paranoïaque » d’un effort visant à rendre la victoire de Trump impossible:

L’accord entre les entreprises et les syndicats de travailleurs n’était qu’un élément d’une vaste campagne multipartite visant à protéger (voler) l’élection – un extraordinaire effort fait dans l’ombre consacré non pas à gagner le vote (mais à voler le vote) mais à s’assurer qu’il soit libre et équitable, crédible et non corrompu (mais à s’assurer qu’il soit truqué au profit de Biden, même si le vote en devenait non-crédible et corrompu).

Pendant plus d’un an, une coalition d’agents s’est efforcée de consolider (de détourner) les institutions américaines alors qu’elles subissaient les attaques simultanées d’une pandémie et d’un président à tendance autocratique (qui luttait contre l’Etat profond). Bien qu’une grande partie de cette activité se soit déroulée à gauche, elle était distincte de la campagne Biden et a franchi les lignes idéologiques, avec des contributions cruciales d’acteurs non partisans et conservateurs.

Leur travail a touché tous les aspects de l’élection. Ils ont amené les États à modifier les systèmes et les lois électorales et ont contribué à garantir des centaines de millions de dollars de financement public et privé. Ils ont repoussé des procès pour suppression d’électeurs, recruté des armées de travailleurs électoraux et obtenu que des millions de personnes votent par correspondance pour la première fois. Ils ont réussi à faire pression sur les sociétés de médias sociaux pour qu’elles adoptent une ligne plus dure contre la désinformation (contre Trump) et ont utilisé des stratégies basées sur les données electroniques pour contrer les réactions des pro-Trump sur les réseaux  sociaux. Ils ont mené des campagnes nationales de sensibilisation du public qui ont aidé les Américains à comprendre pourquoi le décompte des votes se déroulerait sur plusieurs jours ou semaines, (ce qui était illegal mais necessaire pour procurer de faux bulletins) empêchant ainsi les théories de conspiration de Trump et les fausses déclarations de victoire de prendre de l’ampleur. Après le jour de l’élection, ils ont surveillé chaque reseau social, chaque média pour s’assurer que Trump ne puisse pas renverser le résultat.

C’est pourquoi les participants de l’ombre veulent que l’histoire secrète de l’élection de 2020 soit racontée, même si cela ressemble à un rêve de  paranoïaque – une cabale bien financée de personnes puissantes, dans tous les secteurs et toutes les idéologies, travaillant ensemble en coulisses pour influencer les perceptions, changer les règles et les lois, orienter la couverture médiatique et contrôler le flux d’informations. Ils ne truquaient pas l’élection, ils la fortifiaient (la Novlangue d’Orwell: Voler l’élection c’est fortifier la démocratie) Et ils estiment que le public doit comprendre la fragilité du système pour assurer la pérennité de la démocratie (la pérennité des démocrates) en Amérique.

Ball décrit les participants à ce plan comme des « militants (adversaires) de la démocratie ». Il était dirigé par Mike Podhorzer, un « conseiller principal du président de l’AFL-CIO », l’un des syndicats les plus puissants du pays, aligné sur le Parti démocrate.

Dans son appartement de la banlieue de Washington, Mike Podhorzer a commencé à travailler depuis son ordinateur portable à la table de sa cuisine, tenant des réunions Zoom l’une à la suite de l’autre pendant des heures par jour avec son réseau de contacts dans tout le monde des progressistes : le mouvement ouvrier, la gauche institutionnelle, comme Planned Parenthood et Greenpeace, les groupes de résistance comme Indivisible et MoveOn, les geeks et stratèges progressistes, les représentants des donateurs et des fondations, les organisateurs sode base au niveau de l’État, les militants pour la justice raciale et d’autres.

En avril, note Ball, Podhorzer organisait des réunions Zoom de deux heures et demie avec d’autres participants au projet. Ils ont poussé le Congrès à financer le vote par correspondance et ont persuadé le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, de contribuer à hauteur de centaines de millions de dollars au « financement de l’administration des élections ». (Comme Breitbart News l’avait prévenu, les dons de Zuckerberg ressemblaient davantage à un effort à l’avantage exclusif des démocrates, et visaient principalement les comtés à forte population démocrate dans les principaux États-clés).

La campagne a également utilisé des efforts juridiques pour modifier les procédures de vote pendant la pandémie de COVID, ce qui a conduit à une « révolution » dans le vote par correspondance : « Seul un quart des électeurs ont voté de la manière traditionnelle, c’est à dire en personne le jour du scrutin », note Ball.

Le groupe a également utilisé un « projet secret et sans nom » pour lutter contre la soi-disante « désinformation ». Leur méthode consistait à « faire pression sur les plateformes pour qu’elles appliquent leurs règles, à la fois en supprimant les contenus ou les comptes qui diffusent la „désinformation ». Ball ne mentionne pas l’article du New York Post sur l’ordinateur portable de Hunter Biden, mais des sociétés technologiques, des médias grand public et d’anciens responsables des services de renseignement se sont empressés, en octobre, de qualifier l’ordinateur portable de « désinformation » russe potentielle et pour  supprimer l’information . Twitter a bloqué les liens vers cette histoire, et a également bloqué le Post sur son compte pendant plus de deux semaines.L’histoire s’est révélée exacte par la suite, Hunter Biden ayant annoncé – après l’élection – qu’il faisait l’objet d’une enquête du FBI.

Le groupe a également décidé d’exploiter les troubles violents qui se sont répandus dans le pays à la suite de la mort de George Floyd en mai, et a pris des mesures « pour exploiter au maximum ces troubles en vue de l’élection présidentielle sans permettre qu’ils soient utilisés par les Républicains. ».

Vers la fin de l’élection, rapporte Ball, la Chambre de commerce américaine a mis de côté de vieux différends avec les syndicats et a rejoint l’AFL-CIO en créant une alliance pour rejeter les accusations de fraude électorale. Ball note que certains républicains ont également contribué à cet effort.

Comme Breitbart News l’a rapporté à l’époque, il y avait un mouvement national de gauche pour déclencher plus de troubles si Trump revendiquait la victoire lors d’une élection serrée. Le reportage de Ball confirme que l’effort du « groupe de l’ombre » coordonnait de tels efforts (d’insurrection). Elle ajoute que l’on a ordonné au « réseau de mobilisation nationale » (qui préparait cette insurrection) de « se retirer » après qu’il est apparu que Biden serait nommé vainqueur.

 

Plus tard, dit-elle, le réseau de Podhorzer a décidé de s’assurer qu’il y avait peu de contre-manifestants lors de la manifestation « Stop the Steal » du 6 janvier à Washington, DC, en s’assurant que la responsabilité de ce qui s’est passé serait imputée au seul Trump.

 

Allez après cela me traiter de complotiste alors que le vol de cette élection fut un chef d’oeuvre malfaisant de complot réussi.

(Complot: «un petit groupe de gens puissants [qui] se coordonne en secret pour planifier et entreprendre une action illégale et néfaste affectant le cours des événements », afin d’obtenir ou de conserver une forme de pouvoir (politique, économique ou religieux).                                               (Wikipedia)

 

Joel B. Pollak est rédacteur en chef de Breitbart News

https://www.breitbart.com/politics/2021/02/05/time-magazine-secret-well-funded-cabal-worked-to-protect-2020-election/

Traduction pour Résistance républicaine par Edmond le Tigre

Print Friendly, PDF & Email
16 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
jojo
jojo
il y a 26 jours

il n’y a jamais eu plus traitre qu’un gaucho………..
et en plus, faut être un peu con pour se tirer une balle dans le pied……………..
attention au retour du bâton !!!!!

Discanno
Discanno
il y a 26 jours
Reply to  jojo

Il n’y aura pas de retour de bâton les américains sont des lâche.ils se sont fait voler cette élection, ont fait accuser Trump d avoir cautionné et encourage à envahir le Capitole alors que Trump était encore en train de faire son discours disant de rentrer pacifiquement .cela s’entend clairement. devant une preuve aussi évidente de l innocence de Trump ils n’ont pas bougé. je dis que ce qui leur arrivera ils l’ont mérité.meme maintenant que la rage des médias des gauchos continue a vouloir le destituer alors qu il n’est plus en fonction le but est de le détruire totalement même professionnellement puisque plus personne ne veut travailler avec lui et perd ses contrats.meme maintenant en voyant cette ignominie les américains ne bougent pas !!ils sont comme ces français qui ralent après Macron et sa bande mais ne se révoltent pas ! C est bien désolant.

Dominique
Dominique
il y a 26 jours

Ils ont allés trop loin dans leur corruption et leur arrogance. Des Américains ayant voté pour la gauche vont ouvrir leurs yeux.

Malou30
Malou30
il y a 26 jours
Reply to  Dominique

Oui Dominique ils vont ouvrir leurs yeux mais il sera trop tard !
en 15 j le pédophile sénile a déjà beaucoup détruit ! Même s’il n’est qu’une marionnette dans les mains de hussein O il a les ´´ pleins pouvoirs ´´ de nuisance !

Sarisse
Sarisse
il y a 26 jours

Et il parlent maintenant de » reprogrammer » les partisans de Trump.
De quoi rappeler le douvenir de certains régimes en d’autres temps et d’autres lieux, comme l’ex-URSS et la Chine Maoïste du temps de la « Révolution Culturelle ».
Ah le fameux « Camp du Bien » qui mène tout droit aux « Camps d’internement  » aux goulag et aux lao gaï!

Sarisse
Sarisse
il y a 26 jours

Il y aura un retour de balancier.

Delcroix
Delcroix
il y a 26 jours
Reply to  Sarisse

Rien de ce que vous entendez n’est réel. Joe Biden et les Démocrates ne sont pas au pouvoir. C’est l’armée qui a succédé à Donald Trump. Elle entretient la fiction d’une administration Joe Biden le temps qu’elle a besoin pour faire le ménage. Joe Biden n’est même pas à la Maison Blanche, qui est vide. Les médias savent tout : l’armée les a informés de l’arrestation de Joe Biden, ils ont unanimement décidé de ne pas dire la vérité au monde. Tant mieux. Ils se sont rendus complices du coup d’état.

Christine Tasin
Administrateur
Christine Tasin
il y a 25 jours
Reply to  Delcroix

Delcroix, nous avons décidé de ne pas relayer ce qui s’apparente à des ragots. Si vous aviez raison, on en parlerait le jour où ce serait officiel, il faut éviter de se ridiculiser en relatant ce genre d’info qui ne tient pas la route. Dorénavant nous censurerons tout ce qui s’apparente à ces rumeurs.

Sarisse
Sarisse
il y a 25 jours

Oui, je pense qu’il faut sortir de ce narratif.
Ça nous visse le cul au siège et finit par laisser le champ libre à nos ennemis.
La seule réponse valable je la vois dans les rues de nos voisins transalpins qui réouvrent massivement leurs commerces, et font vaciller leurs gouvernement (pas suffisamment puisque leur gouvernement de traîtres vient de rappeler un Mario Draghi en renfort, rien que de voir sa signature sur ces billets de Monopole qu’on appelle « euro » m’horrpile).
La seule réponse est dans la réoccupation, très massive, de l’espace public.
Les peuples doivent foutrent en l’air à coup de piques acérées cette pieuvre mondialiste.
Pas de sauveur suprême sauf le peuple : Vox Populi, vox Dei.
Reprenons exemple sur nos ancêtres!

PASCAL LEVEQUE
PASCAL LEVEQUE
il y a 26 jours

Nous savons très bien que c’est un complot mondial de la finance oligarchique qui se sert du communisme et de l’islam pour obtenir un pouvoir absolu sur la planète. Ces cons de socialistes qui recherchent à tout prix la paix et l’universalisme bienheureux des peuples s’imaginent que les idéologies et les nations peuvent se fusionner et être compatibles, quelle connerie ?

Michèle
Michèle
il y a 26 jours

Bon, Edmond, tout ça on sait, ou on devrait savoir.
Actions:
Se débarrasser de «l’affaire coco virus» qui n’intoxique que les esprits!
Pourquoi nombre de nos amis se laissent-ils embobinner?
Exit le virus!
Place à l’action!
Ne se préoccuper que de LIBERTE !
Ensuite, nous pourrons parler, en ce moment, ils essayent de rendre la parole impossible!
Nous devrons parler d’élections, et, en premier lieu: interdire le vote par correspondance.
Ensuite, nous pourrions nous préoccuper des votes par procuration.

On a volé l’élection aux Américains, la cause est entendue!
Ne nous laissons pas voler les nôtres!

Si seul Florian défend le Peuple, alors, tous avec Florian, c’est aussi simple que cela !
Gérard

Sarisse
Sarisse
il y a 25 jours
Reply to  Michèle

Florian Philippot, remarquable!

Sugarhawk
Sugarhawk
il y a 25 jours

Attention au retour de manivelle !

Sarisse
Sarisse
il y a 25 jours

Ce n’est pas fini, leurs saloperies finiront par être connues de tous.
WikiLeaks vient de déposer tous leurs fichiers en ligne. Tout, des e-mails d’Hillary Clinton, de McCain coupable, de la fusillade à Vegas par un tireur d’élite du FBI, de la lettre de Steve Jobs pour le VIH, des pédopodistes, de l’Afghanistan, de la Syrie, de l’Iran, de Bilderberg, des agents de la CIA arrêtés pour viol, Pandémie OMS. Bonne fouille! Lisez-le et transmettez-le à ….. https: //file.wikileaks.org/file/ … Voici les e-mails de Clinton: https://file.wikileaks.org/file/clinton-emails/

Fichier d’index! https://file.wikileaks.org/file/?fbclid=IwAR2U_Evqah_Qy2wxNY12FMqFC5dAFUcZL5Kl4FIfQuMFMp8ssbM46oHXWMI

Même si nous devons prendre ce mal en patience avant la victoire ✌

Sarisse
Sarisse
il y a 25 jours

Pour les fichiers de Wikileaks je reconnais que c’est très fastidieux à ouvrir et à lire.
Ne ne pouvons attendre qu’un Trump ou un Poutine vienne nous libérer, ils ont trop à faire chez eux et le premier s’est fait avoir par son excès de légalisme.
Et beaucoup aussi par un Q-anon qui est soit une source utile , soit une arnaque ou une sorte d’opération psychologique comme l’opération Trust lancée dans les années 1920 par des agents du Komintern.
Nous sommes petits et faibles et divisés dans un corset totalitaire, l’UE, comme les cités grecques face aux Darius et aux Xerxès d’aujourd’hui.
Mais nous pouvons nous assembler et redevenir durs et compacts pour nos ennemis.
A condition de sortir de toutes ces saloperies d’organisations internationales malfaisantes, maléfiques.

Sarisse
Sarisse
il y a 25 jours

On évoque le rôle de la Chine, mais ce parti démocrate américain radicalisé et les groupes déments qui gravitent autour est vraisemblablement plus gauchiste encore que le régime chinois de Xin Jin Pin.

Lire Aussi