Méthode des talibans : les écolos fanatiques prennent pour cible des galeries d’art

Des éco-zélotes italiens collent leurs mains sur le chef-d’œuvre de Botticelli, Le Printemps, dans une galerie d’art de Florence, dans le cadre de la dernière action de lutte contre le changement climatique inspirée par les vandales de Just Stop Oil (« arrêtez le pétrole »)

Ils collent leurs sales pattes sur les chefs d’œuvre, une manière souiller la beauté des œuvres occidentales.

Normal, ils se sont autoproclamés « La dernière génération ».

Le Printemps, œuvre très connue du peintre Sandro Botticelli (1444/45-1510)

Cliquer ici pour aller sur le site et  pouvoir zoomer sur le tableau

Trois militants écologistes se  collent les mains à la couverture en verre du tableau emblématique de la Renaissance dans la Sala Botticelli de la galerie Uffizi, en Italie, vendredi à 10h30.

La protestation a été menée par un homme et deux femmes anonymes, membres du groupe de défense du climat Ultima Generazione (Dernière génération), qui ont déployé devant eux une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Dernière génération, pas de gaz, pas de charbon ».

Un communiqué de la galerie, publié dans le Daily Mail, indique : « S’il n’y avait pas eu les protections spéciales décidées pour les principaux chefs-d’œuvre du musée il y a quelques années par la direction, nous aurions eu aujourd’hui un dommage important sur l’œuvre, comme cela s’est produit récemment dans d’autres musées. »


The protest was carried out by an unnamed man and two women - from the climate activist group Ultima Generazione 'Last Generation' - who rolled out a banner in front of them that read: 'Last Generation No Gas No Coal'

Luckily, no damage was caused to the iconic artwork due to the 'special protections in place'

Italian eco-zealots glue their hands to Botticelli's masterpiece Primavera at a Florence art gallery in the latest climate change stunt inspired by Just Stop Oil vandals

Les manifestants de Just Stop Oil ont de plus en plus souvent pris pour cible des galeries d’art ces derniers temps, un tableau de John Constable ayant été endommagé à la National Gallery de Londres au début du mois.

Chaos à la National Gallery alors que le duo de Just Stop Oil « remplace » le célèbre tableau The Hay Wain.

Les historiens d’art et les experts se sont tous inquiétés du fait que les vandales, deux étudiants de l’université de Brighton qui ont déjà participé à des manifestations Just Stop Oil, pourraient avoir causé des dommages irréparables au chef-d’œuvre du XIXe siècle.

Le Dr Adrian Hilton, membre de la Royal Society of Arts, a déclaré : « Comment cela est-il possible à la National Gallery ? C’est un chef-d’œuvre de John Constable, un trésor national. Est-il vraiment si facile de le recouvrir de papier ou de le détruire ?

Les militants de Just Stop Oil ont organisé des manifestations similaires le mois dernier dans des galeries d’art à Glasgow, Manchester et Londres, tandis que le groupe a bloqué une autoroute mercredi, provoquant neuf heures de chaos sur la M25.

 873 total views,  1 views today

image_pdf

27 Commentaires

  1. Un seul remède : la bastonnade ! Une bonne branlée à coups de bâtons en évitant absolument la tête mais en cassant tout le reste, chevilles, genoux, coudes poignets, mains, côtes, tibias, bras, etc. Et on les jette sur le trottoir. Un an de musée gratuit à tout témoin qui leur fout une trempe avant qu’ils n’endommagent une œuvre pour encourager les bonnes volontés.

  2. Va falloir garder une barre de fer dans le coffre au cas où cette vermine aurait l’idée de s’attaquer aux véhicules garés sur la voie publique. Pour le moment ils se contentent de taguer sur les ponts d’autoroutes « pollution de l’air 40000 morts par an », mais quand la proportion de piles à roues tournera à leur avantage, ils deviendront plus « courageux » vous verrez.

  3. A elle un peu de super glu dans le creux de la main et on pose le bigoudi de son acolyte et on les laisse comme ça !

  4. En l’an 1000 et environs il y avait des adeptes de l’apocalypse imminente en l’an 2000 et quelques on a de nouveau les adeptes de l’apocalypse climatique revisitée… La prison leur ferait grand bien

  5. Il devient de plus en plus évident que l’idée de la psychiatrie hors les murs était une erreur.

    Non seulement il est urgent de construire des prisons, mais il faut aussi d’urgence rouvrir des asiles psychiatriques pour y enfermer tous ces maboules.

    Aujourd’hui, nous sommes plongés dans le système du Docteur Goudron et du Professeur Plume, cette nouvelle d’Edgar Poe où les fous ont pris le contrôle de l’asile en enfermant les soignants.

  6. Il devient de plus en plus évident que l’idée de la psychitrie hors les murs était une erreur.

    Non seulement il est urgent de construire des prisons, mais il faut aussi d’urgence rouvrir des asiles psychiatriques pour y enfermer tous ces maboules.

    Aujourd’hui, nous sommes plongés dans le système du Docteur Goudron et du Professeur Plume, cette nouvelle d’Edgar Poe où les fous ont pris le contrôle de l’asile en enfermant les soignants.

    • Un psychiatre ???
      Quelques costauds avec des manches de pioche devraient suffirent.

  7. -MERCI pour le tableau de Botticelli, une vraie merveille, un émerveillement dans les détails, une telle finesse de traits.
    Œuvre irremplaçable et témoignage poignant de la culture européenne.

  8. ils sont du niveau bestial des « talibans » et n’ont rien à leur envier dans la bêtise de la destruction : ces malades drogués aux « joints » qui ont fait des dégâts sur leur santé mentale n’en finissent de déverser leurs âneries sans fondement, véritables impostures et tartufferies – : et ce sont les mêmes qui hurlent que tout pollue qui sont les fervents adeptes de la libéralisation du cannabis qui lui ne pollue pas selon les dogmes de cette engeance !! par ailleurs on peut se demander pourquoi il leur est si facile de pénétrer dans les musées : n’y a t’il pas de surveillance qui leur botterait les fesses avant ^même qu »ils ne pénètrent dans ces lieux dont la beauté leur passe par dessus la tête tant ils sont dégénérés

    • moi aussi je sui s pur le goudron est les plumes. Tout le monde à polie un intégrale de goudron et quelques edredons en plume. Ils auront bien l’air écolo ces abrutis congénitaux, issus de la zoophilie

  9. Faut pas les décoller. Faut les laisser dans leur pipi-caca pendant 2 ou3 jours. Ça va les calmer.

  10. Quelqu’un peut m’expliquer en quoi vandaliser un tableau va aider au soi-disant réchauffement climatique ou autre délire escrolo de ces dégénérés ?

  11. Un grand coup dans la gueule, 1 ans au niouf, et une amende salée les ferait surement davantage réfléchir. Petite ordure.

    • ben pendant qu’ils ont les mains collées les foutre à poil et les peler un pas unr

  12. « Nous sommes la dernière génération » : des fins de race, en d’autres terme. Ils ne nuisent que parce qu’ils ne sont pas – vraiment – punis et qu’ils servent le programme de délitement de la société. Le voyageur dans le temps débarqué des années 70, avec sa barbe de d’efféminé et sa tronche d’ahuri me fait venir des images de molécules de pentobarbital.

  13. Les écolos sont des gens dangereux. Il m’est arrivé de croiser une folle furieuse qui voulait briser le pare-brise de ma voiture sous prétexte que je polluais. Je suis descendu de mon auto, avec la jolie batte de base-ball en alu, offerte par un tourneur de métaux de ma famille. Tu touches la bagnole, et tu te retrouves les dents dans les amygdales lui ai-je gentiment dit.J’ai ajouté que j’espérais que ce serait une ambulance à pédales qui viendrait la récupérer le jour où elle serait en train de crever. Elle est partie en courant.

    • Ah ah ah j’ai bien ri. Quand je le dis qu’il n’y a que ces méthodes là qui marche. Les bla bla ne servent à rien, seul les arguments dans le genre de ceux que vous pratiquez sont efficace…….je le pratique aussi.

    • Bravo. Avec les animaux, la peur pour leur vie est la seule chose qui marche. Ces névrotiques sont inaccessibles à aucun raisonnement sain que ce soit. La menace est bien plus efficace que l’éxécution de la menace. Une Guerre froide plus tard, nous sommes toujours là.

Les commentaires sont fermés.