Attaque d’universitaires de Cambridge : Churchill était un « suprématiste blanc » à la tête d’un empire « pire que les nazis »

Winston-Churchill faisant le célèbre signe de la victoire, en visite à  Genève le 23 Aout 1946.

L’Europe est en danger !

Des universitaires du Grand Remplacement réécrivent l’Histoire d’Angleterre !

Cette attaque du passé par la génération des nouveaux venus chez les Anglais est la démonstration, sous nos yeux, du principe de bon sens qui veut que l’on n’est plus maître chez soi dès lors que l’on se retrouve en minorité.

 Et à vouloir mettre de la diversité partout (voir récents articles de RR sur cette obsession qui gagne la France : ENA, opéra etc…), on se retrouve un beau matin dans la  désagréable position de devoir raser les murs et descendre des trottoirs en baissant les yeux.

Franz-Olivier Giesbert écrit dans son dernier article du 12 février : « Le spectre d’une France racisée » extraits ici) :

Il y a quelque chose de terrifiant à voir déferler sur la France éternelle de Montaigne ou Hugo la mode des fadaises américaines standardisées, de la cancel culture au Black Lives Matter, avec leur haine de l’universalisme et leur culte de la proscription, la mise à l’index, la réécriture de l’Histoire, qui nous ramènent aux temps noirs de l’Inquisition.

Plus que jamais, prenons garde, protégeons la France éternelle !

Des « universitaires » qualifient le passé de la Grande-Bretagne de « moralement inférieur au Troisième Reich ».

 

 

Un panel d’universitaires de l’Université de Cambridge, qui a discuté de l’héritage du Premier ministre Winston Churchill en temps de guerre, a conclu que le leader qui a aidé à vaincre Hitler était en fait un « suprémaciste blanc » et qu’il dirigeait un empire « pire que les nazis ».

 

Le London Telegraph rapporte que les commentaires incendiaires en question ont été faits au cours d’une discussion intitulée « Racial Consequences of Mr Churchill » (Les répercutions raciales de M. Churchill).

Ironiquement, l’événement se déroulait au Churchill College, nommé en l’honneur de l’ancien Premier ministre.

Les participants ont décidé que Churchill était « l’incarnation parfaite de la suprématie blanche », et ont qualifié l’Empire britannique de « moralement plus pauvre que le Troisième Reich ».

Les universitaires impliqués ont estimé que le récit historique présentant  la Grande-Bretagne « vertueuse » par rapport aux nazis est « problématique ».

Un universitaire, le professeur Kehinde Andrews, a déclaré que « l’Empire britannique était bien pire que les nazis et a duré bien plus longtemps ».

« C’est juste un fait.  Mais si vous affirmez quelque chose comme cela, c’est vu comme une hérésie », a ajouté Andrews, affirmant que tenir Churchill en estime fait partie d’un processus d’ « héroïsation des hommes blancs qui sont morts ».

Un autre participant au panel, le Dr Onyeka Nubia, a affirmé que Churchill a promu la « suprématie blanche » parce qu’il a utilisé des termes tels que « peuples anglophones » et « anglo-saxons ».

D’autres ont affirmé que Churchill considérait les Indiens comme des animaux, et que sa politique à l’égard de l’Inde avait conduit à une famine massive dans ce pays au début des années 1940.

Un autre universitaire, le Dr Madhusree Mukerjee, a rejeté le rôle de la Grande-Bretagne dans la Seconde Guerre mondiale, déclarant que « ce sont les Soviétiques qui ont vaincu les nazis et les Américains qui ont vaincu les Japonais ».

Défense de Churchill.

Avant que la « discussion » à l’université n’ait lieu cette semaine, Andrew Roberts, auteur de Churchill : Walking with Destiny, a averti que les participants au panel manquaient d’expertise historique, et que les affirmations antérieures de certains d’entre eux étaient des «  calomnies » qui étaient « totalement incorrectes sur le plan factuel ».

Défendant Churchill, Roberts a écrit : « Un suprémaciste blanc veut que de mauvaises choses arrivent aux non-Blancs… Churchill s’est battu pour protéger les centaines de millions de non-blancs dans l’Empire ».

« Si les Japonais avaient mis la main sur l’Inde pendant la Seconde Guerre mondiale, cela aurait peut-être entraîné des dizaines de millions de morts si l’on compare leur bilan ailleurs », a ajouté l’auteur.

« Au cours de sa carrière politique, Churchill s’est battu encore et encore contre l’esclavage et pour les droits des non-Blancs au sein de l’Empire britannique. Churchill a en outre contribué à la destruction du pire raciste de l’histoire, Adolf Hitler », a poursuivi Roberts.

La présidente du groupe d’universitaires anti-Churchill :

« Les vies blanches n’ont pas d’importance »

« Il faut abolir la blancheur »

Le groupe de discussion était présidé par le sinistre professeur Priyamvada Gopal,photo ci-dessous, qui a fait la une des journaux l’année dernière en déclarant vouloir « abolir la blancheur » et en affirmant que « les vies blanches n’ont pas d’importance » (“white lives don’t matter”) :

 

Après avoir reçu des réactions négatives aux commentaires, Gopal a été défendue puis promue par l’université de Cambridge, malgré le fait que Twitter ait retiré son tweet original en vertu des règles relatives au « discours de haine ».

Cambridge est l’une des universités citées dans une étude récente du groupe de réflexion Civitas, qui a constaté que la liberté d’expression dans les principales universités du monde s’érode à un rythme alarmant en raison de la montée de la « Cancel culture ».

Ce type d’histoire révisionniste, dû à des activistes qui se sont infiltrés dans le tissu des universités, a des effets réels, comme en témoignent l’emballage de la statue de Churchill sur la place du Parlement, ainsi que le mémorial de la Seconde Guerre mondiale à Londres l’année dernière lors des manifestations organisées par les Black Lives Matter, photo ci-dessous :

 

Le maire musulman de Londres, Sadiq Khan, vient également de nommer un « groupe de travail » composé d’activistes et de militants non élus pour déterminer si les statues et les monuments de la capitale ont « suffisamment de diversité » (photo ci-dessous) :

 

La sélection est pleine de gens qui ont déjà déclaré leur mépris pour l’histoire de la Grande-Bretagne. Ces militants non élus, qui ont en main la hache de guerre, sont chargés d’effacer l’histoire.

Source :

https://summit.news/2021/02/12/cambridge-university-academics-winston-churchill-a-white-supremacist-leading-empire-worse-than-the-nazis/

Winston Churchill en 1895

Portrait de Winston Churchill (1874-1965), portant le casque  de Poilu français

Winston Churchill en campagne électorale à Epping en 1924

Surnommé le « vieux lion », Winston Churchill a marqué l’histoire lorsqu’il était Premier ministre de Grande-Bretagne et qu’il tenait tête – seul au début – à l’Allemagne d’Hitler. Mais l’homme politique s’est aussi illustré au cours de sa jeunesse, pendant laquelle il a de nombreuses fois pris les armes.

Le héros de la guerre des Boers.

En 1899, il participe à la seconde guerre des Boers en tant que correspondant de guerre pour le Morning Post.

Mais devant l’âpreté des combats, il prend à nouveau les armes. Lors d’une expédition, le train blindé dans lequel il circulait déraille. Il se perche sur la locomotive, sans casque, et dirige la résistance sous les tirs d’artillerie. Miraculeusement, il n’est pas blessé, ce qui confirme son don pour esquiver les balles.

Mais il est fait prisonnier à Pretoria. Il s’évade en 1899, quelques jours à peine avant sa date de libération. Il s’enfuit en Grande-Bretagne où il est accueilli en héros.

En 1905, il est promu major avant de se lancer dans une carrière politique. Il décède le 24 janvier 1965. Entre temps, il a marqué l’histoire en dirigeant la Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Winston Churchill ne semble pas avoir tenu rigueur de ses adversaires de jeunesse. Le général Sud-Africain Jan Smuts est devenu l’un de ses plus proches conseillers. Churchill l’a même promu maréchal d’empire. DNA

 103 total views,  2 views today

image_pdf

20 Commentaires

  1. Si on les suit sur leur terrain, alors la bataille d’Angleterre, et le débarquement sont des crimes contre le troisième Reich? Lamentable! Dire qu’on a fusillé des collabos chez nous qui en avaient dit moins que ça! Brasillach avec son  » je souhaite la victoire de l’Allemagne » était un petit garçon à côté de ces gens-là! En 1945, à la Libération, ça aurait été le peloton avec 12 balles dans le cuir! Si nos amis britanniques ne les poursuivent pas, je trouve cela inquiétant!

    • Bonjour,

      « Je souhaite la victoire de l’Allemagne … » c’est Laval.

      Brasillach a excité à la haine sous le regard de l’Occupant : il ne mérite guère de compassion à mon avis.

      • Je n’ignore pas, cher Antiislam, que Laval a prononcé cette phrase dans son discours de juin 42. Or Brasillach tenait ces mêmes propos. Une ordure? Je serais moins affirmatif ; il taxait Mein Kampf de sommet du crétinisme Je pense que c’est sa haine de la gauche et son antisémitisme qui l’ont poussé à prendre cette position. Sa haine de son antisémitisme viendrait peut-être de sa haine du Front Populaire incarné par Blum. Je pense que l’on aurait dû fusiller en même temps tous ces petits collabos de l’ombre qui dénonçaient en écrivant à la Gestapo ou à la Kommandantur. Grâce à ces gens-là, bon nombre de personnes innocentes sont mortes en déportation. On avait les noms et les adresses, pas toujours il est vrai à cause des courageux anonymes, puisque l’on possédait des archives. Les profiteurs de guerre, également, on aurait dû les fusiller car il s’engraissaient sur le malheur du peuple. Je pense que si l’on avait dû fusiller toute cette racaille, la France se serait vu amputée d’une grande partie de sa population! Je n’éprouve pas de compassion spéciale pour Brasillach, mais j’estime que d’autres méritaient le même châtiment! L’épuration a été faite avec un tamis à citrouilles! Je n’ai aucune sympathie pour les collabos passés et actuels! Dans ma famille, on ne compte que des résistants, et aucun collabo!

        • Bonjour,

          C’est vrai que beaucoup ont échappé à la justice : quand on pense qu’Oberg et Knochen sont morts dans leur lit …

      • Excuse-moi, petite erreur! Il faut lire sa haine et son antisémitisme et non sa haine de son antisémitisme : je tape plus vite qu’il ne le faudrait ; peut-être un reste de mon boulot aux télétypes lors de mon service national.

  2. Churchill : un immense homme d’état comme on n’en voit pas sur un millénaire !!!

    • Autant que je me souvienne de mes leçons d’Histoire, ce personnage a eu le grand bonheur de vivre dans les tranchées.
      Et ceux qui le traitent de Dictateur???? Mis à part se chauffer au soleil…

  3. Après l’invasion et le révisionnisme, ils sont en train de prendre le pouvoir dans nos contrées, je pense que la vengeance est leur principal moteur,
    honte aux misérables blancs qui leur font la courte échelle

    • L’envie, la vengeance, la jalousie, la frustration, tout cela meut ces gens-là, de façon primaire ou plus sophistiquée. Les Blancs qui les approuvent ou les appuient se rangent dans la même catégorie et sont mus par les mêmes tares.

  4. Ils considèrent que l’empire britannique était pire que les nazis, et en poussant un peu plus loin, ils finiront par dire que le nazisme n’était pas si mal tout compte fait.
    Mais pourquoi pas ? le national socialisme était bien une idéologie de gauche

    • Il faut bien admettre qu’une grande partie de ces populations importées sont d’une certaine croyance religieuse, laquelle comporte bien des affinités avec le nazisme, notamment par leur antisémitisme…

  5. Un homme entreprend une enquête généalogique sur ses ancêtres esclaves et découvre que son aïeul affranchi en Jamaïque était lui aussi devenu propriétaire d’esclaves.

    Histoire de l’exploitation économique 1 – récit décolonial 0 pic.twitter.com/qoo63yOrMp

    — Johann Margulies (@JohannMargulies) February 14, 2021

  6. Relisez la Chute de l’Empire Romain …. La fin de Rome !!! La similitude est flagrante , nous y sommes …. les Blancs se sont ramollis , soumis … voire collabos ! L’occident mérite ce qui lui arrive !!!

    • Totalement en phase.
      Ils ont tout simplement oublié leurs leçons d’histoire – il faut dire que c’est « CON » de se pencher sur le passé…. selon Saint CON.

  7. La suprématie blanche n’a pas besoin de s’exprimer car elle se démontre chaque jour et à chaque instant dans tous les pays du monde, incontestablement la race blanche domine par son rayonnement culturel, intellectuel, technologique, philosophique et humain. Les indigènes eux, existent et survivent en grande partie grâce à l’assistance des blancs qui se persuadent qu’ils doivent les aider envers et contre tout. Est-ce une bonne chose ? je ne crois pas, car plus nous les aidons, plus il faut les aider et leur ressentiment augmente car ils savent bien ce qu’ils nous doivent, la fierté de ces peuples primitifs les porte à nous haïr au lieu de nous aimer car ce sont eux qui sont redevables de tout ce qu’ils possèdent même si ce n’est que leur propre vie.

    • Bonjour,

      Je ne parlerai pas de « suprématie blanche » qui est un concept américain qu’on impose, en France, au forceps.

      Mais on ne peut que constater que 99% des découvertes scientifiques proviennent de la civilisation occidentale, judéo-chrétienne.

      Les musulmans militants sont arrogants, mais qu’ont-ils apporté au pot commun de l’Humanité ?

      S’ils vomissent notre civilisation qu’ils se contentent d’utiliser les résultats de la « créativité » de leur Oumma !

    • Ne négligez pas les Chinois au QI aussi élevé que les blancs européens. De plus eux malgré leur communisme sont restés élitistes, très studieux et travailleurs. Donc ne les mettons pas dans le même sac que les Africains et les Moyen.orientaux!

    • Vous connaissez l’histoire de celui qui voulait vider la mer et les océans avec une fourchette?

  8. Des cons de gauche avec leur reaity show à la con et grassement payés par les impôts des contribuables anglais.Supprimons ces Facultés des sciences humaines de nos universités et donnons leur budget à de vraies recherches scientifiques pour éviter que la Chine nous dépasse.

  9. Et ils seraient tous ces basanés révisionnistes de l’histoire si Hilter avait gagné la guerre ? dans des camps ou exterminés. quels cons !

Les commentaires sont fermés.