Les historiens n’ont plus accès aux archives de 39-45 : une volonté de couper les Français de leur  passé ?


Les historiens n’ont plus accès aux archives de 39-45 : une volonté de couper les Français de leur  passé ?

 

Voici un nouveau signe inquiétant de dérive dans un contexte de manipulation du passé de transformation profondément dommageable de l’enseignement de l’histoire.

Quelle volonté se cache derrière cette fermeture « provisoire», ces « consignes des autorités » ?

Le peuple  doit être vigilant.

 

Ouest France

Jean-Marc Berlière, professeur d’histoire contemporaine et spécialiste de la police française, s’inquiète de la fermeture des archives de la défense.

Dans ces conditions, les historiens ne peuvent accéder aux fonds concernant la Seconde Guerre mondiale.

Dans quelle mesure chaque citoyen peut-il accéder aux archives de la Seconde Guerre ?

Le président François Hollande avait permis la libre consultation de ces archives après un gros travail des historiens en ce sens. Une façon, avait-il dit, de lutter contre  le révisionnisme, l’altération de la mémoire, l’oubli, l’effacement. Déjà, sous Lionel Jospin en 1999, les choses évoluaient. En 2015, l’ouverture au grand public a permis à des amateurs, qui ne sont pas historiens de formation, de progresser dans la connaissance de cette période. Cela a multiplié les études locales. C’est aussi une façon de faire avancer la démocratie.

 

En quoi la situation a-t-elle changé ?

Depuis le début de l’année, on note de grosses difficultés pour obtenir les documents aux archives, notamment au Service historique de la Défense, à Vincennes.

Ce centre incontournable pour les chercheurs, qui dépend du ministère des Armées, a reçu une consigne des autorités qui vise à la fermeture « provisoire » totale des fonds postérieurs à 1940, en attendant de revenir ensuite sur les documents antérieurs à 1940.

Pour un universitaire qui, par exemple, travaille sur le contre-espionnage de 1934 à 1944, tout se ferme brutalement !

 

Quel est votre sentiment face à ces « blocages de fonds » d’archives ?

Les gens ont besoin de leur passé, c’est vital !

Dès lors qu’on ne communique plus sur un certain nombre de choses, il y a un retour en arrière. Je suis noyé par les plaintes d’historiens, de chercheurs. Pour l’instant, il n’y a pas de conséquence sur le travail universitaire. Mais demain ?

 

Le service historique de la Défense (SHD) [photo]

https://fr.wikipedia.org/wiki/Service_historique_de_la_D%C3%A9fense

Le service historique de la Défense (SHD) est le centre d’archives du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), du ministère de la Défense et des forces armées françaises. 

Le SHD comprend une dizaine de sites : le Centre historique des archives à Vincennes, Caen et Le Blanc, le Centre des archives de l’armement et du personnel civil (CAAPC) à Châtellerault, le Centre des archives du personnel militaire (CAPM) à Pau et les sites constituant le département du réseau territorial (DRT) à Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort et Toulon. Au total, il conserve près de 450 kilomètres linéaires d’archives, dont 100 km à Vincennes et 70 km à Châtellerault, ce qui en fait, en volume, le premier service d’archives de France.

 

Il a constamment pointé du doigt les manipulateurs de l’histoire de France.

Une pensée à  Roger Holeindre que l’on entend encore s’emporter à propos de la manipulation de l’histoire sur des événements  qu’il avait lui-même vécus :

« Tout cela est faux, je l’explique noir sur blanc  par les faits dans mon bouquin. Comment peuvent-ils dire cela ! ».

 

 

Voir sur ce  sujet crucial du rapport à notre histoire de France, quelques exemples à l’appui exposés sur Résistance républicaine.

Culpabilité et repentance : demandez le programme d’histoire-géo de 4ème mis en oeuvre par Belin

Quand les Croisés mangeaient des musulmans au petit déjeuner…

Barberousse : un pirate qui protégeait les musulmans des razzias chrétiennes ?

Bayard Presse choisit un pharaon noir pour illustrer l’histoire de l’Égypte antique

Premiers cours de « civilisation islamique » au collège

A « La Croix L’Hebdo », on a le migrant dans la peau

L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire (de la peinture française)

Histoire-géographie au lycée ou comment on embrigade la jeunesse, par Marc Longobard

L’histoire de France c’est facho pour les gauchistes de Mediapart

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jules Ferry

n’est pas prêt à renoncer à son mode de vie occidental. En un mot ou avec un dessin, Jules Ferry dit NON à ceux qui veulent reléguer les femmes au foyer, couvrir leur tête, rallonger leurs jupes, jeter les homosexuels du haut des tours, interdire l’alcool, limiter la liberté d’expression, bannir les caricatures religieuses, censurer les livres, codifier la tolérance…


10 thoughts on “Les historiens n’ont plus accès aux archives de 39-45 : une volonté de couper les Français de leur  passé ?

  1. Avatarseveric2009

    Les archives..!!???,des gagnants,parce que l’histoire est écrite,par le gagnant,l’histoire »POLITIQUE »,mais la vraie histoire,l’histoire »HISTORIQUE »,celle-là,n’est pas dans les archives,mais dans des mémoires,et des livres de révisionnistes,mon père qui a 95 ans a vécu cette histoire 39/45,et croyez-moi,rien a voir avec l’histoire politique, »RIEN »..!!!

  2. AvatarKarnyx

    Sans doute pour empêcher de trouver les preuves de l’antisémitisme des communismes.
    D’ailleurs Roger Holeindre, témoin de l’époque, le confirme dans son discours.

    De même que les Etats-Unis ont dans les archives de la CIA de 1979 (écoutes téléphoniques) les preuves de l’implication du parti de Jacques Chirac (énarque et président de la république) dans l’assassinat de Robert Boulin, ministre du gouvernement Giscard.
    Il suffirait de leur en faire la demande officielle pour qu’ils nous ouvrent leurs archives.

  3. AvatarChristian Jour

    Et un jour on va nous dire que toute les archives ont disparu ou ont brûlé.
    Sous le traître mohamed macron tout est possible, surtout le pire.

  4. AvatarMichel

    Ces cons peuvent tout bloquer, l’histoire, nous la connaissons et nous la transmettons fidèlement. Nous avons des tonnes d’infos que nous gardons. Et il suffit de demander à d’autres pays ayant participé à cette guerre, ils seront heureux de donner des infos.

  5. François des GrouxFrançois des Groux

    Merci pour cet article !

    J’aimerais bien connaître les raisons de ce blocage des accès aux archives 39-45. Ne pas mettre en doute une histoire officielle ?

    Il y a quelques années, faisant une étude sur un village du Sud-Ouest, j’avais pu consulter des documents du XVIIe siècle. Tout le monde peut le faire.

    Alors pourquoi 39-45 ?

    1. AvatarJoël

      A noter que les archives de Vichy, bien que prescrites, ne sont accessibles que par une poignée d’historiens accrédités par l’état.
      Autrement dit, l’état contrôle tout ce qui ressort de ces archives.
      Moi, je pense en particulier à tout ce qui est nominatif qui pourrait compromettre certaines carrières ou notoriétés.

    2. Jules FerryJules Ferry

      Bonjour FDG !
      Peut-être un test ? La porte des archives ayant été ouverte [ça ne plait pas à tout le monde], on teste la réaction des utilisateurs en la refermant un peu ? Et si ça ne râle pas trop, le provisoire devient définitif

  6. AvatarJoël

    Ils ont surtout peur que l’on retrouve des traces familiales pas très patriotes en ces temps où la délation est la grande mode.

  7. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Eh bien, quand je vois comment certains interprètent l’Histoire et les faits qui s’y rapportent sans recul intellectuel et sans même contextualiser (important) pour les tordre dans « leur » sens… je ne suis pas sûre que les Archives historiques doivent être accessibles à tout va.

    Y compris à certains historiens… J’en connais une notamment dans mon proche entourage qui est loin d’être une lumière, et l’on imagine les interprétations de surface qu’elle peut faire des faits historiques.

    On en lit des exemples quasi tous les jours.

  8. Avatarpatito

    Fahrenheit 451 et autres montrent que les dictatures ont peur des livres et les suppriment car le livre est dangereux puisqu’il fait appel à l’intellect

Comments are closed.