L’histoire de France c’est facho pour les gauchistes de Mediapart


Dans un article qui prétend dénoncer les soi-disant mensonges de ceux qui s’arrachent les cheveux devant la disparition, réforme après réforme, de pans entiers de notre histoire de France, les défenseurs des nouveaux programmes dans Mediapart n’y vont pas pas quatre chemins.

 D’abord, c’est simple, vous regrettez que nos enfants n’apprennent plus Clovis ou Henri IV, vous faites partie des « racistes et xénophobes » que Mediapart cherche en fait à dénoncer.

 Rien que ça.

 A se demander quelle est la culture historique des fameux « Laurence De Cock, Eric Fournier, Guillaume Mazeau, historiens et enseignants écrivant au nom du  collectif Aggiornamento histoire-géographie et du CVUH« , signataires de l’article. 

 En effet, je sais que quand un Hitler prétend qu’il y a une race supérieure aux autres, « par essence et par naissance », c’est du racisme.

 Je sais que quand Hitler prétendait qu’il y avait des sous-hommes parce que juifs, homosexuels ou handicapés mentaux, c’est du racisme.

 Mais je ne vois aucun racisme dans le fait d’apprendre les noms et l’histoire de ceux qui ont fait notre pays.

 Ou plutôt je vois très bien que si racisme il y a c’est celui des auteurs de l’article. Un racisme anti-français qu’ils voudraient cacher en nous traitant de racistes, la meilleure des défenses étant l’attaque. Ils peuvent en effet difficilement dire clairement qu’ils souhaitent la disparition des blancs, des Français et de la France au profit d’une autre civilisation et multiculturelle et islamisée. Alors reprendre les vieilles lunes qui ont réussi à Mitterrand dans les années 80, ça ne mange pas de pain. Sauf que… la situation a changé, et de plus en plus de gens ouvrent les yeux.

Gageons que si Mediapart  n’avait pas eu pour Mécène un des propriétaires du Monde, Mathieu Pigasse, par ailleurs PDG de la banque Lazard, et propriétaire des Inrockuptibles qui ont embauché et salarié Audrey Pulvar (lire au passage l’excellente et édifiante analyse de Gilbert Collard) ainsi que du journal où travaille Anne Sinclair… Mediapart n’existerait pas. Et si Mediapart existe c’est bien pour faire sa nauséabonde propagande, c’est bien pour ajouter une corde  à la manipulation/désinformation des esprits qui rendrait possible la disparition de nos valeurs et de la France, but ultime de nos élites de gauche.

Bien évidemment Mediapart n’hésite pas à traiter de menteurs les patriotes  qui dénoncent la disparition de l’Histoire de France. Ils ont tort, le simple examen du programme de 5ème prouve leurs mensonges.

10% du programme consacré à l’islam.

10% du programme consacré à « l’Occident féodal » où l’on trouve pour un quart les paysans au Moyen Age ; pour un autre quart la féodalité au cours de laquelle on peut, AU CHOIX de l’enseignant (ce qui signifie que la culture commune qui constitue une nation disparaît de fait) Philippe Auguste, les templiers, Jeanne d’Arc et pas mal d’autres ; pour un autre quart sur la « Place de l’Eglise » et le reste sur l’expansion de l’Occident, commerce et croisades (pour mieux les stigmatiser, forcément.  Soit 2,5% du temps pour évoquer au choix Philippe Auguste, Blanche de Castille, Philippe IV le Bel et Guillaume de Nogaret, Charles VII et Jeanne d’Arc, Louis XI…, la bataille de Bouvines, le procès des Templiers, le sacre de Charles VII... contre 10% uniquement pour l’islam…

10% du temps, par contre, intégralement consacré à « Regards sur l’Afrique », avec au choix  l’empire du Ghana (VIIIe – XIIe siècle) ; l’empire du Mali (XIIIe- XIVe siècle) ; l’empire Songhaï (XIIe – XVIe siècle) ou le  Monomotapa (XVe – XVIe siècle). Avouez que c’est bien plus intéressant que Clovis ou la guerre de cent ans pour des petites Français…
40% du temps consacré à l’Europe, avec le passage du Moyen Age à la « Modernité », avec priorité à l’Europe et découverte non pas de Louis XIV mais de son époque, avec la construction du château de Versailles  et « la vie à la cour »…

On s’arrêtera là, laissant le lecteur continuer l’exploration des programmes, on le laissera notamment méditer les 25% du temps dévolus à la géographie consacrés au développement durable…

La conclusion ? Elle est simple. Si vous voulez connaître la vérité, lisez Le Monde et Mediapart et prenez-en le contrepied. La vérité c’est l’anti-Mediapart. C’est déjà une lumière dans le monde obscur qu’ils voudraient nous imposer.

Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


5 thoughts on “L’histoire de France c’est facho pour les gauchistes de Mediapart

  1. AvatarDE HERDT

    Bonjour Christine,
    je me delecte au quotidien de vos articles et de ceux de Riposte Laïque. J’aurais juste une suggestion à vous faire, pourriez vous inserrer à la fin de vos articles les liens Face Book qui permettent d’effectuer des partages sur nos murs ? merci à vous pour tout ce que vous faites.

    1. Avatar23bixente23

      bonjour,
      sauf erreur, c’est déjà possible depuis lgts, en cliquant sur « partager » (le petit « f » de facebook, en bas à gauche sous l’article).

  2. AvatarJohannes

    A propos de ma désinscription aux articles une explication.

    Ce qui est statistique ne peut pas être corrigé à coups de bonnes intentions.

    Je veux bien considérer l’Abbé Pagès comme un homme politique, pas comme un religieux. Si ses explications sur you tube mettent en évidence des réalités politiques, je les apprécie. S’il en profite pour faire de la publicité pour sa religion – je considère le christianisme comme une religion, alors que je ne vois rien de religieux dans l’islamisme, comme je le lui ai dit dans un mail – je ne suis pas d’accord.
    Or, l’histoire de France et, de la plupart des pays européens, est en grand rapport avec le christianisme.
    Dans le premier mail que j’ai envoyé à Guy Pagès, je lui ai dit quelle personnalité était mon grand-père relativement à la religion catholique. Et – j’aurais dû le lui préciser aussi – j’ai remarqué que mon grand-père n’avait pas fait d’analyse sérieuse de l’islamisme. Avec une position qu’il voulait sans doute oecuménique, tolérante, il semblait vouloir considérer l’islamisme comme une religion. Avez-vous déjà lu un papier où l’on parle des « grandes-religions-monothéistes. Le christianisme, l’islam bien entendu…. » en les opposant à ces « religions de crétins », c’est évident, que sont les religions asiatiques comme l’hindouisme – « polythéiste » bien sûr, comme l’a dit Alexandre del Valle – ou autres, « polythéistes » ou « idolatriques » ?
    L’islamisme est une monstruosité historique, dans laquelle le dictat politique d’un être dangereux, psychopathe et titanesque, est emballé sous un cellophane prétendument « religieux ».
    Tant que les européens n’auront pas compris cela il sera inutile d’attendre un progrès dans leur attitude politique face à cette menace.
    Ce devait être en ’64, j’avais dit à ma grand-mère qu’il aurait fallu m’acheter de nouveaux albums de Tintin. « Au pays de l’or noir. » se trouvait sur la table dans le jardin, elle me dit « Eh bien relis un peu ceux que tu as déjà. Tiens, celui-là…. » Je lui dis ce que je pensais de cet album…. Elle était l’épouse de mon grand-père et, manifestement, elle souffrait des mêmes carences, du même défaut de profondeur politique et intellectuelle et, elle me regarda d’un air un peu surpris (dans « Coke en stock », on voit les gens de la suite du fils de l’émir ami de Tintin, ayant planté leur tente de gens du désert au beau milieu du grand salon du château de Moulinsart. Tout ceci dessiné par « Hergé », Georges Rémi, le grand maître de la bande dessinée, belge, comme par hasard).
    Ce video de Jean Yanne ne m’a pas amusé. Ca m’aurait plutôt flanqué la rame, si je n’avais pas d’expérience.

    Mon grand-père avait toujours ses crises cardiaques le dimanche. Un jour ma grand-mère en fit la remarque, « Ces choses-là, c’est toujours le dimanche que ça arrive ! »
    Pourquoi ? Parce que mon grand-père, le dimanche, à la messe et pour le reste de la journée, se trouvait en face de son créateur, « infiniment parfait, infiniment bon, infiniment aimable », alors que mon grand-père, en face de cet être surnaturel – qui ne semblait pas un dieu d’amour mais un créancier, un type affreux, avec un livre de comptes toujours parfaitement à jour sous le bras, pour lui réclamer « Espèce de descendant des deux déchus du jardin d’Eden, à qui j’ai tout donné, as-tu fait quelque chose qui puisse compenser un peu tes péchés innombrables, toi, vil individu ..!? » – souffrait de ce qui dans ses actes, avait pu contrarier son « dieu jaloux (c’est écrit dans la Bible) », de sa part, infime et méprisable créature.

    C’est pour cette raison que je ne suis pas l’Abbé Pagès quand il ponctue ses allocutions de formules ecclésiastiques convaincues.
    S’il voulait bien énoncer la position de l’église catholique – et s’il le voulait aussi, celles des protestants et des orthodoxes – de façon neutre, de même que le respect de la situation politique que la communauté chrétienne dans son ensemble manifeste dans chaque pays-nation, en n’interférant pas dans les dispositions sociales et légales décidées par les gouvernements, au contraire de l’islamisme – et il aurait beau jeu là avec la liste interminable à sa disposition – je serais d’accord.

    Ce manque de jugement de la part de mon grand-père me semble un peu réitéré par Monsieur l’Abbé. Même si lui a étudié l’islamisme pour vérifier ce qui est en question.
    Et je pense que dans ce cadre, dont les bases sont manifestement des plus profondes, agir avec les moyens que vous préconisez – ce n’est pas à moi qu’il faut parler de chevalerie. Il y a un certain temps j’ai lu que quelqu’un publiait un livre sur « La Grande Lumière du Moyen-Age », en opposition avec l’opinion ordinaire qui considère cette époque comme une époque d’obscurité. L’auteur mettait en évidence les magnifiques cathédrales gothiques qui étaient apparues en Europe, avec leur vitraux merveilleux et, toutes les réalisations artistiques d’un niveau aussi haut qui avaient accompagnées les architecturales. Sous un video de notre ami Oskar Freysinger je lui ai rappelé Wolfram von Eschenbach. Lui qui est professeur de littérature allemande ça doit évoquer une quantité de choses en lui -, ces moyens, donc, se trouveront presque certainement en concordance avec la faiblesse de la chrétienté, qui a laissé proliférer des réflexes intellectuels faux, qui n’a pas écarté définitivement de la table des présupposés tels que le monde en soit arrivé à notre époque, avec une doctrine vicieuse à la base, qui produit sur l’humanité des effets semblables à ceux d’un cancer sur un être vivant, mais cette fois sur le plan intellectuel.

    En ce qui concerne mon intérêt pour vos informations, vous n’avez pas à craindre non plus. Quand quelque chose m’intéresse je trouve toujours le chemin pour arriver au plus essentiel (j’ai été documentaliste pour le compte de mon père, qui m’avait demandé avec étonnement comment je m’y prenais, pour, sans être médecin, arriver à lui fournir des informations aussi précises).

    Je vous prie de me laisser réfléchir un certain temps. J’ai l’impression qu’il faut que je trouve quelque chose de nouveau. Nous nous verrons certainement plus tard.

    1. Avatarresistancerepublicaine

      J’ai dû louper quelque chose, j ene sais de quelle désinscription vous parlez et je n’ai rien à voir avec l’abbé Pagès…

Comments are closed.