Pour une fois que le coran fait rire, profitez-en !

Ça n’a pas pris une ride, mais on se rend encore mieux compte de la terrible évolution des mentalités. Jean Yanne, aujourd’hui, serait traîné dans la boue par ses pairs et peut-être même poursuivi en justice…

 140 total views,  1 views today

image_pdf

2 Commentaires

  1. Infidèle lecteur du Coran et autres joyeusetés, j’ai trouvé un hadith de Boukhari qui aurait fait le bohneur de l’exégète Jean Yanne (R64/229 : « Sur le lavage et le frottement des traces de sperme ») :
    « Aisha a dit : Je lavais des fois les traces du sperme du vêtement du Prophète (ç), qui sortait pour se rendre à la prière (malgré) les traces de l’eau sur son habit ».
    Boukhari ne fait pas de commentaires, c’est bien dommage. Comment, dans le détail, Mohammed s’y prenait-il pour avoir du sperme sur ses vêtements ? Il s’est planté en réécrivant le Kamasutra ?
    Et le zizi, Aïcha le nettoyait au moins, le zizi ? Le saura-t-on jamais?
    Ce chaud lapin qui-forçait-un-peu-trop-sur-la-harissa, malgré un emploi du temps chargé, prenait quand même le temps d’aller à la prière, certes un peu précipitamment et en désordre… après avoir tiré un coup. Imaginons la scène : Mohammed, à la bourre pour la prière, partant en courant, soulevant sa djellaba pour aller plus vite, hêlant une mobylette au passage.
    Et en plus, était-il vraiment à jeun, avec ses potes ? Pourquoi Allah lui a-t-il descendu ce verset (verset 43, sourate 4), valable pour tout le monde :
    « Ô croyants ! Ne priez point lorsque vous êtes ivres : attendez que vous puissiez comprendre les paroles que vous prononcez … ».
    Plus tard, Allah, ne voyant aucune amélioration, interdit définitivement l’alcool (sourate 5, versets 90-91).
    Hé, Jean Yanne, tu as des commentaires (grivois) ? Tu peux revenir nous en faire un sketche ? On a plein d’idées à te proposer.

  2. Oui, mais comme dit la pub : « Ça c’était avant « .
    Il est particulièrement affligeant de constater que l’on en est « réduit » à exhiber des « douceurs » du passé, comme une époque définitivement révolue.
    Le couvercle est installé, et même les discours « rebelles » les plus affutés ne le feront bouger.
    En contrepartie une pensée bien utile :
    « Si vous ne vivez pas comme vous pensez, vous finirez par penser comme vous vivez ! »

Les commentaires sont fermés.