Hommage à mon ami Jean-Claude Blanchard, homme libre, qui nous a quittés

Le 22 mars dernier, nous recevions, Pierre et moi, ce courriel  de Jean-Claude :

Un dernier message d’un de vos fans avant le grand départ

Je vous ai beaucoup aimés et vous êtes là dernière barrière qui rėsiste encore à la barbarie annoncée
Bises à tous les deux 
Nous le savions en mauvaise santé, mais ce message nous avait fait craindre un suicide… J’ai tout de suite essayé de le joindre, en vain, j’ai joint d’autres amis pas trop loin de chez lui mais Jean-Claude entre-temps avait pu entendre mon message et il m’a rappelé. 
Son coeur était en très mauvais état et le médecin lui avait clairement laissé peu d’espoir avant une dernière intervention, risquée et très incertaine. Alors il avait tenu à nous dire à quel point il était heureux d’avoir partagé nos luttes. Il nous a quittés la nuit dernière.
.
C’était un homme libre, le plus libre que j’aie connu au cours de ma vie, disant toujours ce qu’il pense, sans se soucier du prix à payer. Et ses ennemis politiques qui siégeaient avec lui au Conseil municipal de Saint-Nazaire  en ont fait des cauchemars. Et lui rigolait. Engagé de toujours au FN qu’il avait fini par quitter pour rejoindre Reconquêtre qu’il avait aussi quitté… ce n’était pas un homme de parti. Trop libre pour cela. Trop libre pour voir sa liberté encorsetée, pour se faire reprendre comme un gosse de 5 ans par des gens ne lui arrivant pas à la cheville mais qui savaient manier la langue de bois. Et qui attendaient qu’il en fasse autant.
Hors de question. Jamais quiconque n’a acheté le silence de Jean-Claude, jamais personne ne le lui a imposé. Et il a toujours payé le prix fort de sa liberté, profession, procès, cabales et même tags sur ses murs.
.
Il avait 72 ans. Trop tôt pour mourir pour un homme de bien, pour un patriote, quand tant d’ordures gauchistes nous emmerdent à des âges avancés. Mais c’est ainsi et l’athée militant qu’il était (encore un de nos points communs, “ni Dieu ni maître” était aussi notre slogan à nous) riait de cette loterie, mais surtout assumait d’avoir bien vécu, bien profité de la vie, de la bonne bouffe, de la dive bouteille et des cigarettes à haute dose, sans parler de son amour et des femmes et des amis. Il préférait vivre moins longtemps mais il préférait ça à une longue vie triste pleine d’interdits. Cela se comprend. Il avait fait son choix et l’assumait, sans se plaindre, sans regrets. Jean-Claude était un grand homme. Il avait déménagé en Vendée il y a quelques années et était le plus heureux des hommes dans ce bel environnement.
.
Adhérent de la première heure de Résistance républicaine, dès 2010, il était avec nous, partout, et était devenu un ami cher qui, pour notre plus grand bonheur,  répondait présent à toutes nos invitations, privées ou militantes, quel que soit le nombre de kilomètres à faire, de jour ou de nuit.
.
J’ai le coeur serré aujourd’hui. Il va me manquer, même si lors de notre dernière conversation il avait insisté sur le fait qu’il avait bien vécu et qu’il partait sans regrets ni remords.
Nous avons partagé tant de combats, tant de manifestations, tant de repas, tant de moments d’amitié… Nostalgie mais aussi que de bons moments à se remémorer,  nous avons eu la chance de nous rencontrer et de les vivre…
.
.
Jean-Claude était un homme libre, amoureux de la vie, épicurien, adepte du naturisme, n’imposant rien à personne. Les gauchos-écolos staliniens liberticides qui l’insultaient et ont tagué son immeuble auraient pu en prendre de la graine…
Il ne supportait pas, exactement comme moi, la sclérose  et l’anti-laïcité des cathos intégristes. Je me souviens de notre colère, partagée, à Saint-Brévin où Escada avait osé faire mettre à genoux les siens pendant une manifestation anti-migrants dans le Cada de cette ville.
 

Je me souviens de Jean-Claude venu m’accueillir à la gare de Saint-Nazaire, il m’hébergeait quelques jours à l’occasion du mariage de Philippe Bescond-Garrec  où nous étions tous les deux invités. A cette occasion j’avais été photographiée avec un joli petit cochon, premier prix de la tombola organisée par le restaurant où nous avions dîné. Quel symbole, n’est-ce pas ?  C’était en avril 2015. Depuis Philippe aussi nous a quittés.
Pour la petite histoire, Philippe était homosexuel et c’était moi qui l’avais convaincu de la justesse du mariage homo, face aux opposants dont il avait été un moment ;-). 
Jean-Claude avait été traîné en justice par la mosquée de Saint-Nazaire et il avait fini par gagner en cassation.
Mais tout cela lui avait coûté cher. Les patriotes payent très cher leur opposition à l’islamisation de notre pays. Personne ne leur fait de cadeau.
.
Jean-Claude était également un ami de la Russie et il partageait à 100% nos positions sur l’Ukraine aux mains du nazi Zelensky et de l’OTAN aux mains de l’Etat profond américain.
Déjà, en 2014, il était invité par des medias russes.
La même année, RR se félicitait d’avoir des adhérents -et pas des moindres- élus aux municipales. Jean-Claude et Philippe en faisaient partie à Saint-Nazaire, élus sur des listes FN.
Ils avaient alors mené la vie dure aux complices de l’islamisation et du voile…
Bref, 15 ans de complicité, de fous rires, de luttes et de colères partagées… Une bonne partie de nos vies respectives. Merci Jean-Claude d’avoir existé, de nous avoir cherchés et rencontrés, de nous avoir aidés et aimés. Ta voix rauque de fumeur et ton rire vont tellement nous manquer…
Christine Tasin

 1,347 total views,  1 views today

image_pdf

18 Commentaires

  1. bon sang, On ne saura jamais la date de Notre propre Mort….c’est là qu’on peut voir que tout est programmé.

  2. Je lis Christine depuis l’époque où la photo avec le “petit cochon” a été prise. Le nom de Jean-Claude m’est donc familier car Christine citait régulièrement sa présence ainsi que celle de ses autres amis de saint-Nazaire à cette époque qui sera bientôt “10 ans”. Vous êtes tous très courageux et avez une place dans mon coeur jusqu’à la fin de mes jours. Je comprends et partage sa peine, et merci à Christine de partager cela.

  3. quand on perd un ami que l’on a apprécié , il faut juste se dire que l’on a eu le bonheur de le connaitre c’est une richesse que l’on garde .Je ne connaissais pas ce monsieur , cependant sa volonté d’etre intégre se mérite d’etre salué

  4. Je ne connais pas cet homme, mais je suis de tout coeur avec vous, si il etait un de vos amis, c’était sans aucun doute quelqu’un de très bien. toutes mes sincères condoléances à sa famille et à ses amis.

  5. J’ai beaucoup apprécié sa présence au conseil municipal de SN même si nous n’y avons pas siégé en même temps ni dans le même groupe quoique dans le même but; un homme libre, clairvoyant et courageux!

  6. Je n’avais jamais entendu parler de lui, mais c’est une perte douloureuse d’après le descriptif qui vient d’être fait. Est-ce qu’il postait des commentaires et des articles ici ou sur Riposte Laïque ?

  7. Le temps et l’espace…la vie passe vite et je n’ai pas connu cet ami résistant mais j’allume une bougie en pensée, à la lecture de cet hommage de Christine qui lit dans les cœurs.

  8. Un ami nous a quitté 😞😢. Il aura été de tous nos combats et présent à toutes mes conférences. Jean-Claude d’où tu est, ne te retourne pas, ne regarde pas la France que tu aimais devenir la fange obscurantisme et totalitaire à la solde de l’islam. Adieu mon ami.

  9. Vous lui rendez un vibrant hommage. Celle d’un homme libre et courageux qui est en fait l’image d’une France que j’ai connue.

    • Merci Pikachu, d’avoir si bien résumé ce qu’était Jean-Claude et de l’avoir ainsi mis en relation avec notre combat.

  10. Bon sang, je suis un inconnu et vous ne me connaissez donc pas, mais qu’est-ce que je suis heureux et honoré de savoir que des gens comme vous existent.
    Je suis plutôt croyant mais je ne supporte pas non plus ces épouvantails que sont les “christo-dingos” à la Escada qui éloignent par leur comportement des gens comme moi qui autrement, se rapprocheraient d’eux…

    • Merci Jean-Marc pour ce message qui nous touche et nous interpelle. Bienvenue au club des laïques qui n’ont rien contre le christianisme tant qu’il ne veut pas imposer à autrui ses choix sociétaux et autres.

      • le christianisme est hélas “responsable ” de notre bisounourserie et de notre léthargie .

  11. Un bel hommage,chere Christine,a un homme,un ami,un compagnon patriote francais qui nous manquera a nous aussi qui ne le connaissions pas mais dont l’art de vivre et la force de combat participerent a maintenir la France que nous aimons pour qu’elle vive pour toujours. Adieu donc Claude Blanchard et merci!

  12. Ce sont les meilleurs qui s’en vont. Je ne le connaissais pas, mais votre article, Christine, me laisse comme un regret : celui de ne pas l’avoir connu. Ce soir observez le ciel, il y aura une étoile qui brillera plus que les autres, la sienne. La camarde n’a pas voulu de moi encore malgré quelques alertes. Le jour du départ, mon épouse validera le message que je vous ai préparé.

    • Quel beau message, ami Argo… quelle émotion en lisant les dernières lignes. Le plus tard possible, hein ! Fais gaffe à toi

  13. Je n’ai pas eu la chance de connaître Jean-Claude Blanchard ni d’en avoir entendu parler. Je viens d’apprendre par Christine que c’était une personne bien et en plus un Patriote. Paix à sn Ame !

Les commentaires sont fermés.