Pour la Cour de cassation, on peut dire « juif raciste » mais pas « envahisseur musulman »


Pour la Cour de cassation, on peut dire « juif raciste » mais pas « envahisseur musulman »

.

L’historienne Bat Ye’or a théorisé le concept « Eurabia » pour décrire (je le résume sans doute fort mal) un processus par lequel, au moins depuis les chocs pétroliers, les pouvoirs publics occidentaux et notamment français déroulent le tapis rouge à l’islam, participent délibérément à une politique d’immigration massive depuis les pays musulmans vers les pays européens, tout en limitant leur soutien envers Israël afin de ne pas se mettre à dos les puissances pétrolières musulmanes.

.

Cette attitude se marque aussi, selon l’auteur, par un antisémitisme latent notamment de la part de la prétendue gauche.

https://resistancerepublicaine.com/2017/01/04/trump-reconnait-jerusalem-comme-capitale-de-letat-juif-et-dit-merde-a-une-fatwa-vieille-de-36-ans/

https://resistancerepublicaine.com/2018/03/19/de-la-decouverte-du-dhimmi-a-eurabia-par-bat-yeor-a-lire-absolument/

https://resistancerepublicaine.com/2019/05/17/quand-bat-yeor-raconte-lexpulsion-des-juifs-degypte-le-dernier-khamsin-des-juifs-degypte/

https://resistancerepublicaine.com/2018/02/17/bat-yeor-lynchee-par-le-monde-parce-quen-2012-elle-annoncait-ce-qui-est-en-train-de-se-passer/

https://resistancerepublicaine.com/2017/01/10/colonies-juives-quand-la-france-falsifiait-la-resolution-242-du-conseil-de-securite-de-lonu-de-1967/

.

« L’antiracisme » est alors dévoyé afin de faire peser sur les détracteurs de la politique Eurabia une pression mentale, d’une part en stigmatisant comme étant d’extrême-droite les opposants politiques, exposés à l’opprobre publique, et d’autre part, en instrumentalisant la loi pénale de façon à menacer quiconque tiendrait un discours hostile à l’islamisation de la France (loi Pleven).

Bat Ye’or sort parfois de son silence, qui s’autorise de la richesse de son ouvrage « Eurabia – l’axe euro-arabe » pour rappeler que ce n’est pas un complot mais une réalité.

https://resistancerepublicaine.com/2014/04/28/lettre-a-rene-marchand-a-propos-deurabia-realite-et-non-complot-par-bat-yeor/

.

Elle le dit à propos tant d’Eurabia que du « grand remplacement ».

https://resistancerepublicaine.com/2016/06/07/pourquoi-le-grand-remplacement-nest-pas-un-complot-mais-une-politique-bien-programmee/

.

Il est difficile, surtout quand on n’a pas connu les années les plus anciennes de la période à laquelle se réfère l’auteur (1960, 1970 voire 1980) pour dater les débuts de la politique Eurabia, d’avoir une opinion personnelle à ce sujet. Sans doute peut-on se faire un avis en observant ce qui se passe actuellement, en consultant les documents produits comme autant de preuves par Bat Ye’or, et en admirant la précision et l’ambition de son propos qui ressemble bien moins à une prophétie de charlatan qu’à un exposé extrêmement bien construit digne des plus grands scientifiques.

.

.

Si l’on tient compte du fait que le pouvoir judiciaire fait partie des pouvoirs publics susceptibles de participer à cette politique, on détient peut-être une clé permettant d’analyser la jurisprudence de la Cour de cassation en matière de liberté d’expression et plus précisément d’incitation à la haine et d’injure publique.

.

La fin de l’année 2019 nous offre l’occasion de comparer deux affaires : l’affaire Zemmour d’abord, le journaliste et écrivain ayant été condamné par la juridiction la plus importante de France le 17 septembre pour ses propos relatifs aux musulmans, et une affaire jugée le 13 novembre par la même Cour de cassation.

Zemmour, ce Juif censé incarner « l’extrême-droite » comme le remarque ironiquement Julien Rochedy…

.

Dans l’affaire Zemmour jugée le 17 septembre https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?idTexte=JURITEXT000039156941&fastReqId=1408115737&fastPos=7&oldAction=rechJuriJudi, la Cour de cassation confirme la condamnation en relevant que « par leur sens et leur portée, les propos incriminés, qui désignaient tous les musulmans se trouvant en France comme des envahisseurs et leur intimaient l’obligation de renoncer à leur religion ou de quitter le territoire de la République, contenaient un appel à la discrimination« .

.

Eric Zemmour reprochait aux musulmans de former une communauté ne voulant pas s’intégrer en France, pour faire court.

https://resistancerepublicaine.com/2019/10/06/zemmour-condamne-et-bensoussan-relaxe-le-meme-jour-par-la-meme-cour-de-cassation-en-rire-ou-en-pleurer/ (détail des motifs de l’arrêt de la Cour de cassation)

.

En revanche, dans son arrêt du 13 novembre, la Cour de cassation se montre bien plus clémente vis-à-vis d’un utilisateur de Twitter qui avait pourtant tenu des propos virulents à l’encontre des Juifs, accusés de « racisme », et potentiellement racistes envers les Noirs.

Cette fois-ci, il n’y a pas de condamnation s’agissant de la qualification « juif raciste ». On ne peut donc reprocher aux musulmans d’être des « envahisseurs » sans encourir une condamnation pour incitation à la discrimination (la haine ou la violence), mais on peut reprocher aux Juifs d’être « racistes » sans encourir la même sentence ! Dans le contexte actuel, pourtant, le racisme est perçu par l’opinion publique comme un fléau et les pouvoirs publics ne cessent de multiplier les campagnes contre le racisme, ce qui établit publiquement le racisme comme une idéologie à combattre.

Deux poids, deux mesures ?

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000039418983&fastReqId=817809706&fastPos=3

.

L’utilisateur de Twitter poursuivi par un procureur de la République avait mis en ligne sur Twitter, le 29 décembre 2015, le message : « Centrée sur le rythme, la musique nègre s’adresse au cerveau reptilien« , et le 24 janvier 2016, le message : « C’est le racisme des Juifs qui les a conduits au monothéisme quand ils ont privé de leur dieux les « Goyim » qu’ils haïssaient ».

La cour d’appel approuvée par la Cour de cassation relève que le message « est inclus dans un ensemble intitulé « Comprendre le judaïsme antique en 10 points », dont le premier point vise expressément « les Juifs ou Hébreux », et que, quelle que soit la pertinence de cette analyse présentée comme historique, le racisme ainsi prêté aux Juifs de l’Antiquité ne saurait viser l’ensemble des Juifs« … alors même que le message prêtait le racisme non aux « Juifs de l’Antiquité » mais aux « Juifs » tout court.

.

Ce n’était donc selon la Cour de cassation « ni outrageant ni méprisant à l’égard d’un groupe, pris dans son ensemble, de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée« .

Sur le second point, la Cour de cassation juge au contraire que le propos sur la « musique nègre » est condamnable, car « s’il prétendait être l’expression d’une opinion sur un genre musical, le message poursuivi était en réalité méprisant à l’égard d’un groupe de personnes définies par la couleur de leur peau, qu’il désignait par un terme outrageant et présentait comme plus proches que les autres de l’animalité, de sorte qu’il constituait une injure« .

.

Une solution qui n’est pas sans faire penser aux moments difficiles qu’une caricature a fait passer à une ancienne personnalité du FN, Anne-Sophie Leclere, condamnée à 4 mois de prison fermes (!) par le TGI de Cayenne pour avoir comparé Taubira à un singe (!)

https://creoleways.com/2014/07/15/anne-sophie-leclere-condamnee-a-neuf-mois-fermes-pour-insultes-racistes-a-christiane-taubira/
https://ripostelaique.com/les-dessous-de-laffaire-taubira-anne-sophie-leclere-raconte.html

.

Prison ferme qui n’est pas sans faire penser à celle que requiert un procureur contre Christine pour un article, alors même qu’elle ne cesse de condamner toute forme de terrorisme.

https://resistancerepublicaine.com/2019/12/04/prison-ferme-pour-christine-tasin-sursis-pour-un-djihadiste/

.

On a encore, dans le même genre, le souvenir du scandale d’un « black face » ou encore de l’évocation d’une « crinière de lionne »…

https://resistancerepublicaine.com/2019/09/21/berenice-level-black-face-la-france-est-plus-menacee-par-le-politiquement-correct-que-par-le-racisme/

https://resistancerepublicaine.com/2017/12/19/on-nentendait-pas-les-antiracistes-quand-criniere-de-lionne-visait-des-blanches-bizarre/

.

Quand des mots ou des dessins sont susceptibles d’envoyer en prison, il y a de quoi s’inquiéter…

.

Finalement, le rapprochement des deux décisions de la Cour de cassation laisse assez dubitatif. Comment se fait-il qu’il y ait une infraction à la loi Pleven quand on parle « d’envahisseur musulman » mais pas quand on parle de « juif raciste », alors que dans les deux cas, il est question de l’appartenance à une communauté (peuple, religion…) et d’un qualificatif péjoratif de nature à susciter le rejet ?

.

Dans les deux cas, en revanche, on remarque que la Cour ne se prononce pas sur la véracité des propos tenus. C’est bien là ce qui est inquiétant d’ailleurs : la loi Pleven condamne l’expression de l’opinion émise, quel que soit le raisonnement qui a conduit à cette conclusion. Une pensée est interdite par elle-même, que ce soit vrai ou faux. Au contraire, en matière de diffamation, la bonne foi et la véracité des propos constituent une excuse. Nul doute que ce soit contraire à la Constitution, ce que les juges refusent de reconnaître en France malgré l’évidence…

Dans ce contexte, le citoyen, électeur, éligible, est libre de se faire son opinion. Il reste décideur en dernier ressort puisque le vote – idéalement – lui permet de faire ce que les juges refusent de faire : obtenir l’abrogation de la loi Pleven…

Surtout, la confrontation de ces deux décisions tend à conforter l’analyse de Bat Ye’or tant au sujet d’Eurabia que du grand remplacement.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.


8 thoughts on “Pour la Cour de cassation, on peut dire « juif raciste » mais pas « envahisseur musulman »

  1. Laurent PLaurent P

    On ne peut pas dire « envahisseur musulman » ?
    Qu’à cela ne tienne, on dira désormais « envahisseur mahométan » !
    Le mahométan a pour modèle Mahomet, dont on ne peut pas nier qu’il fut un envahisseur pour les empires voisins de l’Arabie.

  2. AvatarChristian

    Je pense qu’il ne fait plus dire musulmans envahisseurs mais islam envahisseur car on peut critiquer une religion mais pas les pratiquants.
    Comme ces abrutis sont des idiots utiles il ne faut plus parler des individus qui ne méritent pas qu’on perdent du temps à parler de leurs mœurs,…car on perd du temps à blablater sur les individus. Quand on lutte contre les cafards on peut en éliminer quelques uns mais il faut avant tout enlever la cause de cette invasion en faisant un grand ménage.
    Pour l’islam la solution c’est de faire le grand ménage dans le nerf de la guerre qui les fait venir et rester, je veux parler du pognon.
    Il faut être intransigeant vis à vis des atteinte à notre laïcité, à notre mode de vie et de pensée..
    Utopique peut-être mais si 20 millions de personnes pensent comme nous et donnent chacun 10 euros pour faire le ménage nous aurions 200 millions d’euros pour faire comme eux. Prendre des avocats à plein temps et les harceler
    Un petit exemple : mon neveu est en 6e dans le 19e arrdt et vendredi on lui a présenter la définition d’un éco quartier en parlant des 5 PILIERS qui compose un éco quartier !! cela ne vous rappelle rien les 5 piliers sans devenir parano…tapez dans google 5 piliers et c’est l’islam qui sera en tête de liste des requêtes.. Tagiya un jour tagiya toujours

    1. AvatarFomalo

      Christian @, Au moment où l’on nous bassine comme chaque année avant Noël, pour téléthon, GXème, multiples associations, ONG,et où les Français se font racketter par l’irruption massive de clandestins, la hausse de l’électricité, du gaz, du fuel du diesel (jamais l’occident n’a été moins dépendant depuis 40 ans des pays producteurs de pétrole..) votre idée est très intéressante. Il faudrait faire vite alors: Créer une série d’associations nationales spécifiques, et organiser des cagnottes (en ligne je ne sais pas, je ne vais pas sur les R sociaux). Perso je donnerais bien 20 euros. Mais stop à l’utopie! 20 millions de cotisants, alors qu’on n’arrive même pas à rassembler 4 millions 700 de signataires pour un référendum! Et avec le flicage prévisible des donateurs permettant d’orienter les sondages pour les prochaines élections, ce serait un gros pari (sans compter le blocage desdites cagnottes puisqu’on l’a vu pour le gendarme).. et Rachid Nekkaz l’algérien toujours pas condamné pour avoir payé les amendes des emburkinnées…

      1. Christine TasinChristine Tasin

        Pourquoi compliquer l’idée de Christian en créant des associations nationales spécifiques ? Il existe déjà un certain nombre d’associations de patriotes qui feraient le meilleur usage de dons, en achetant des pages de pub, en offrant des bus à la province pour qu’elle puisse venir manifester, en inondant la France de tracts, de livres… d’informations…

  3. AvatarMachinchose

    je suis un hébreu Rat-Ciste de Montpellier

    quand la grande dame Bat Yéor, j’ ai eu le plaisir de rencontrer deux fois son epoux David Littman

    un homme a la vie passionnante

  4. AvatarChristian Jour

    J’espère qu’un jour proche on pourra juger tous ces juges ripoux et collabos dans un grand tribunal comme à Nuremberg.

  5. AvatarJoël

    Macron durcit sa politique migratoire qu’il dit (ne riez pas tout de suite)

    La France s’engage à faire venir 10 000 réfugiés « réinstallés » du Proche-Orient et d’Afrique d’ici à 2021.

    http://www.fdesouche.com/1308173-la-france-sengage-a-faire-venir-10-000-refugies-reinstalles-du-proche-orient-et-dafrique-dici-a-2021

    https://twitter.com/DamienRieu/status/1203621512907034625/photo/1

    Et l’autre qui chiale parce que y pu de sous pour les retraites.

Comments are closed.