J’avais raison, danger ! N’inscrivez pas vos enfants au stage Service National Universel

Je le sentais venir… Forcément. Un vécu de prof, un vécu de militant politique, un vécu d’observateur de la déliquescence de notre pays et de l’incapacité crasse de Macron et ses copains de garantir la sécurité des Français dans un pays où délinquants, drogués et autres racailles font la loi…

La seule perspective de voir nos gosses de 16 ans, bien blancs, bien laïques, bien équilibrés partager une chambrée et des activités en tous genres avec des gens non éduqués, d’une autre culture, ne connaissant que le rapport de force… au secours !

Le SNU qui aurait comme but, selon la Macronie, de favoriser le sentiment de cohésion nationale autour de valeurs communes » chez les 15-17 ans. Qu’ils disent. Eclater de rire ou rugir de colère ?

Timeo, l’un des participants, habitant Bondy ravi au départ, attendait beaucoup de ce séjour, lui le scout,  lui qui est intéressé par la vie militaire et croyait en goûter un avant-goût, lui l’apprenti secouriste bénévole aux restos du coeur, lui qui a vu là l’occasion d’avoir un bonus pour avoir l’orientation qu’il veut via parcous sup et même le code gratuitement  (oui, les salauds ! Ils couplent 2 choses qui n’ont rien à voir l’orientation et ce prétendu service universel, histoire de mélanger les nôtres aux autres, aux dépens des nôtres, trop souvent). Bref, Timeo a failli y rester, tout bonnement. A 16 ans !

Il est rentré de 15 jours en bonne compagnie dans le Pas-de-Calais avec d’autres jeunes de région parisienne (aïe, ça commence à piquer…) avec un coquard, 5 jours d’ITT et des souvenirs plus qu’angoissants. Entraîné sur le parking par 3 de ses “compagnons” qui le tabassent il s’en est sorti par miracle.

Mathis, qui témoigne aussi, raconte les quelques points positifs qu’il a pu vivre mais tout le reste sent l’improvisation on occupe les jeunes, à tout et à rien.. Un séjour de 15 jours passé à occuper ses soirées à faire du Karaoké et on y gagne des points pour l’affectation post-bac, vraiment ?

Il faut dire que, comme pour tout ce que touche Macron, tout est pourri. On manque d’encadrants, on prend n’importe qui, chacun fait ce qui lui passe par la tête…

Dominique, lui, est choqué… il était avec des jeunes qui sifflaient le drapeau, avec d’autres qui se fichaient de la République comme de leur premier vélo… au cours d’un stage de préparation au service universel. Et tout était possible. Des encadrants s’amusant à serrer le cou de jeunes stagiaires pour voir à quel moment ils allaient s’évanouir ; des stagiaires qui cinglent leurs “camarades” avec des lanières en caoutchouc ; des soirées fumette et plus si affinité. Mais la police appelée le lendemain ne perquisitionne pas, ne fait pas de contrôle de stupéfiants… Des moniteurs mis à pied, quand même ? Ils cassent tout pour se venger.

A Vesoul, comme à Châlons en Champagne, c’est une autre chanson. L’un des tuteurs.. de 19 ans harcèle et agresse sexuellement les jeunes qu’il est censé encadrer.

Mais rassurez-vous, parents et grands-parents, le pire est à venir :

« Malheureusement, ce type de problèmes risque d’arriver plus souvent à mesure que le SNU s’élargit, surtout s’il s’étend à des jeunes de moins en moins volontaires », pointe le sénateur Éric Jeansannetas, auteur en 2023 d’un rapport d’information sur le SNU, très sceptique sur sa possible généralisation.

Actuellement, le SNU concerne « pas plus de 10 % des jeunes d’une génération ». Faute de personnels en nombre suffisant pour les encadrer, l’État a adopté un régime dérogatoire, permettant d’embaucher jusqu’à 40 % d’animateurs non diplômés, contre 20 % dans les colonies de vacances.

https://www.leparisien.fr/faits-divers/tuteurs-caids-drapeau-siffle-et-ca-part-en-emeute-il-raconte-le-chaos-dun-sejour-de-snu-27-05-2024-VPUW3TY5LNFQJAEQWU32AIVYLI.php?ts=1716829287570

Complément d’un ami

Stages de seconde : la supercherie pour imposer le SNU

Ils viennent d’ajouter au parcours des lycées un stage en juin pour les élèves de seconde générale et … pour ceux qui n’auraient pas trouvé un stage ils pourront le remplacer par… le service national !

C’est absolument scandaleux !

Le gouvernement a donc décidé que le stage pouvait être remplacé par le service national ! En juillet du reste car pour juin c’est trop tard !

A partir de juin 2024, les élèves de seconde générale et technologique devront faire un stage obligatoire de 2 semaines « d’observation en milieu professionnel ». Cette annonce tombée du ciel ressemble bel et bien à un tour de passe-passe pour imposer le Service National Universel.

Ce projet a été annoncé à la rentrée sans aucune consultation. Le 16 novembre, il a été massivement rejeté au Conseil Supérieur de l’Éducation. Comme souvent, l’annonce a été faite dans les médias sans concertation et sans réflexion sur les modalités de mise en œuvre. Le ministère est toujours incapable de répondre à de nombreuses interrogations sur l’encadrement, le suivi, la sécurité des jeunes… Et comment envoyer 550 000 élèves en entreprise en même temps

 

En complément, quelques-uns de nos articles sur le sujet :

https://resistancerepublicaine.com/2023/06/21/surtout-aucun-de-vos-enfants-au-snu-clame-christine-avec-raison/

https://resistancerepublicaine.com/2023/05/19/eleve-de-2nde-tu-fais-le-snu-facultatif-tu-passes-devant-les-autres-pour-ton-affectation-post-bac/

 

 1,044 total views,  1 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Une colonie de vacances pétaudière, comme tout ce qu’invente le macroniche.

  2. Dans l’utopie gauchiste ambiante qui dirige leurs décisions, il y a la croyance qu’en mélangeant les bons avec les mauvais, les mauvais vont s’améliorer.
    Et le pire , c’est qu’ils en veulent tellement aux bons d’être bons, qu’ils ont envie de les punir d’être meilleurs que les jean-foutre.
    C’est ce qu’on appelle l’anti-méritocratie, on écrase les bons pour que les mauvais aient leur place.

  3. Plus problématique et moins bien encadré que les jeunesses hitlériennes.

  4. Je rentrais en 6ème, j’avais 10/11 ans, j’étais pensio… c’était “là-bas” dans le bled profond. Les européens représentaient environ 20% de l’effectif total, il y avait un naigre qui avait été classé parmi nous, car personne n’en voulait. Tout le reste c’était des arabes. Au dortoir des lits à étage, j’étais en haut, en bas un arabe, pareil au réfectoire, table de douze, 9 arabes contre 3, etc… à la récré on “ballonnisait”, on jouait les français contre les arabes, comme céfran le naigre se débrouillait bien. J’ai beaucoup, beaucoup appris je me suis endurci, j’ai connu l’adversité, la violence omniprésente, la haine et le racisme, j’ai su aussi ce qu’était la solidarité et même la fraternité, je suis devenu un homme. J’ai 82 ans.

  5. C’est tout simplement le vivre ensemble voulu par les cons et les bisounous qui croient encore au père Noël, pardon à Mahomet. En attendant se sont nos gosses qui en prennent plein la gueule.

Les commentaires sont fermés.