La « new » culture française : 
après couscous et voile, les combats de rues !

Avec le couscous parmi les plats préférés dégustés par les Français !
Avec le voile porté souvent plus par obligation que par goût, dans certains quartiers de grandes villes, tel Paris mais aussi de Lille à Marseille et de Bordeaux à Strasbourg !…
Avec les mariages « discrets » faisant profiter tout le monde, même ceux qui ne le souhaitent pas, jusqu’en des villages paisibles, de concerts d’avertisseurs des plus sonores de sots qui, eux, ne s’honorent pas !
Voilà un autre merveilleux apport pour notre si indigente culture française : les extraordinaires, les indispensables, les « enfin-eux-aussi » à savoir les combats de rue !
On commence à en parler avec, à Brest, une fin de semaine mouvementée et quelque peu brutale voire poignante !

https://resistancerepublicaine.com/2024/03/26/cest-les-migrants-de-mayotte-qui-font-ramadan-en-combattant-toute-la-nuit-a-brest/

.

Mais cela fait déjà quelque temps que ce genre de « culture française » gêne des milliers de Français à travers le territoire !
Malheureusement pour les voisins de ces affrontements sans ring, ces combats de rue ne datent pas d’hier et si l’on dit qu’ils viennent de Mayotte ou de la Réunion, c’est parce que cela fait « culture made in France » puisque la Réunion ou Mayotte sont des territoires français ! Et pour faire oublier  -plus pour Mayotte que pour la Réunion- que cette île de Mayotte est avant tout peuplée (et très peuplée : elle abrite la plus grande maternité de France mais aussi d’Europe !), oui, avant tout peuplée par des personnes venues d’Afrique y compris Madagascar et non de ce que j’appelle « la France ABC » c’est-à-dire, entre autres, d’Alsace, de Bretagne et de Corse !

.

Comme le rappelle si justement le Télégramme de ce mardi sous son titre interrogatif :

« C’est quoi le mouringué mahorais, observé ce week-end à Brest ? »
Les journalistes Pierre Chapin et David Cormier répondent très justement :
« Les combats de rue observés ce week-end dans le quartier de Bellevue, à Brest, s’inspireraient du traditionnel mouringué, un sport de combat pratiqué dans les îles de l’océan Indien. »

Donc bien venant d’une culture est-africaine et non française.

.
Et combien étaient-ils, à Brest ? Tonnerre ! Pas 20 ou 25 mais « 200 à 250 personnes rassemblées une fois la nuit tombée pour assister, et participer, à des combats à mains nues au sein des percussions : les scènes qui se sont déroulées les vendredi 22 et samedi 23 mars 2024 à Brest, jusqu’au milieu de la nuit, sur le parking de l’église du Bouguen principalement… »
Et Le Télégramme rappelle fort justement et très précisément que ces scènes « ressemblent fort à une tradition de Mayotte, le mouringué, ou le moraingy de Madagascar. » Et non à une tradition brestoise !

D’ailleurs Mayotte Hebdo reconnaît l’origine musulmane de cette danse, cela en un préambule en guise de « Mise aux poings » en majuscules :
« SYMBOLE D’UNE TRADITION AUJOURD’HUI SUBVERSIVE, LES MORINGUÉS SÉDUISENT LA JEUNESSE MAHORAISE QUI SE RÉAPPROPRIE CETTE PRATIQUE VIEILLE DE PLUSIEURS SIÈCLES. INTERDITE À MAMOUDZOU DURANT LE MOIS DE RAMADAN EN RAISON DE PLUSIEURS DÉBORDEMENTS, CETTE EXPÉRIENCE FÉDÉRATRICE DEMEURE AUSSI VIOLENTE QUE BON ENFANT. IMMERSION DANS L’UNE DE CES « BASTONS CONVIVIALES » À M’TSAPÉRÉ, OÙ LE RYTHME DES COUPS S’ACCORDE AVEC CELUI DES PERCUSSIONS. »
Et dans un article très détaillé avec vidéo à l’appui, Mayotte Hebdo décrit par le détail une soirée de combats de rue :
« Tu vas voir ce que je vais lui mettre ! ». Regard vif, poings fermés, épaules hautes, un jeune homme s’apprête à rentrer dans le cercle des combattants. En ce weekend de mois sacré, la place de la mosquée de M’tsapéré prend des allures de ring de boxe. L’ambiance est électrique et le jeune homme tendu. S’il sort vaincu, tout le quartier en sera témoin. Mais pas de quoi l’impressionner : « Prends mes affaires », ordonne-t-il à son ami avant de s’élancer face à son outsider. ».


Mais surtout, si d’autres de mes confrères journalistes vous disent que ce sont des traditions venant de Français certes mahorais, mais que ce ne sont nullement des traditions ni « d’importation malgache », ni de « religion musulmane » Laissez-les parler sinon vous risquez qu’ils vous mettent -en pleine figure ou au foie- un de leurs arguments percutants !

.
Mais un espoir en vue d’un retour à NOS traditions avec un « demi-tour… DROITE ! » qui semble s’amorcer : le couscous longtemps -et jusqu’en 2023 !- premier des plats préférés par l’ensemble des Français, eh bien, le couscous ne l’est plus en 2024 ! Et il n’est même pas 2e… ni 3e… Il est 4e ! Et derrière quels plats ? La paella andalouse ? Les spaghetti italiennes ? Le riz cantonais ? Le Fish & Chips british ? La Kartoffelsalat chleuh ?…

 

 

Que nenni, les trois premières places que nos papilles franchouillardes adorent sont, selon maxisciences.com (mettons-nous à l’ère des JO !) :
-médaille d’or, le poulet-frites !

 

 

-médaille d’argent, la raclette !

-et médaille de bronze, un plat bien latin et qui fut plusieurs fois en tête de ce classement : la pizza !

Mais ne m’en voulez pas si, tout en adorant ces trois plats, d’avoir toujours un petit faible pour le couscous qui fut l’un de mes plats sinon quotidiens mais hebdomadaires -dès mes années à la cantine du primaire !- durant mes 16 premières années dans mon pays natal… Pays plus que centenaire puisqu’il a rendu l’âme à… 132 ans. Sa plaque tombale porte les dates « 1830-1962 » !

Jacques MARTINEZ, journaliste, 
à RTL, de stagiaire à chef d’édition des informations de nuit (1967-2001), pigiste à l’AFP, le FIGARO, le PARISIEN…

 1,155 total views,  1 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. Les Français ne sont plus des gourmets…
    Entre le poulet frites, la raclette et la pizza il n’y a pas de quoi se pâmer… J’aime bien le poulet, la raclette et la pizza mais il y a beaucoup mieux dans la gastronomie française tout de même !!!
    J’aurais préféré la blanquette, le tournedos Rossini, la choucroute, le cassoulet, la bouillabaisse par exemple ou un poisson au beurre blanc voire une lotte etc…
    Et pour finir j’adore le couscous !
    Et les beaux jours approchant les français vont ressortir les barbecues et empester les voisins !!! Voilà les gourmets d’aujourd’hui !!! Franchement pas terrible…

  2. Ce n’est pas parce que vous êtes né en Algérie que vous êtes algérien. Comme le disait JMLP , spécialiste en bonnes et mauvaises métaphores, ce n’est pas parce qu’un renard est né dans un poulailler qu’il est une poule.
    Le couscous est un plat importé par les pieds-noirs et popularisé avant les années 2000 par les associations d’anciens combattants d’Algérie. Actuellement il ne reste le plus souvent sur la table que la semoule , la nostalgie n’étant plus ce qu’elle était.

  3. En Amérique Ils ont le Ku Klux Klan et en France on a le kouskous klan…

  4. Quand est ce qu’on les met hors de FRANCE manu militari.Je n’accepterai jamais la domination par les muzzs.Par ailleurs,à New York de délicieuses pizzas dans un restaurant tenu par des italiens …..

  5. Après ce diaporama visuel et écrit, il ne manque plus au peuple franchouillard macroniste que d’aller à la mosquée. Ça ne saurait tarder. À vos babouches, m’sieurs dames.

Les commentaires sont fermés.