La mode du “fromage végétal” : pour en finir avec l’élevage français ?

 

Raclette “végétale”, Tartare “végétal”, tranches “végétales”, rapé “végétal”, camemberts et fromages de chèvre “végétaux” mais aussi laits et yaourts “végétaux” : ces produits “laitiers” végan sont à la mode dans nos supermarchés.

Principalement à base d’eau mais vendus très chers (3€ la brique de lait végétal ; 3,79€ le minuscule palet fromager ou bien 4,95€ les 6 tranches de raclette verte), ils sont proposés par les grands de l’agro-industrie mais n’ont souvent rien à voir avec l’agriculture écologique et familiale.

A cette mode des “produits laitiers” vegan en général  – et du “fromage végétal” en particulier – je propose une tentative d’explication que les grands médias qualifieront – évidemment – de “complotiste” (donc “d’extrême-droite”).

Les révolutions techniques ont permis d’améliorer les conditions de vie des hommes, d’allonger leur espérance de vie et d’augmenter la natalité. C’est vrai de la révolution néolithique comme des révolutions agricoles et industrielles du monde occidental. Celui-ci a bâti sa puissance sur l’innovation, la technologie, la production, la consommation et la finance, bref, sur un certain capitalisme que voulait tempérer un temps l’utopie communiste.

Aujourd’hui, le communisme a disparu, laissant la place à un autre capitalisme, plus prédateur encore, en mal d’une nouvelle révolution industrielle, de nouveaux marchés et de nouveaux consommateurs. Dans l’Union européenne, avec la disparition de l’Etat-Nation voulu par Bruxelles sous le haut patronage de Washington, c’est LUI qui donne désormais le LA à nos vies et destins.

Ce capitalisme de connivence, cet ultra-néolibéralisme dictatorial porté par des lobbies principalement américains, rêve de façonner une nouvelle société (multiraciale et multiculturelle mais dominée par un islam acquis au capitalisme), de donner naissance à de nouveaux consommateurs (acculturés et sans identité, idiots et sans conscience politique, peureux et soumis) et d’imposer de nouveaux modes de consommation.

Ce projet porté par l’Etat-profond américain et les GAFAM, par Davos et son âme damnée Schwab, par nos “élites” et nos hommes politiques corrompus, explique la destruction de l’école, les atteinte aux libertés individuelles, l’invasion migratoire ou la propagande forcenée pour le métissage et la “diversité”.

Il explique aussi l’hystérie autour du réchauffement climatique qui, pour être combattu, devra nécessiter l’avènement d’une nouvelle révolution économique basée sur un écolo-capitalisme autoritaire. Sauf que “sauver le climat” à partir de cette révolution s’avère complètement abscons et n’apportera rien à l’Europe sinon la ruine de son industrie, de son économie et de sa population… pour le plus grand profit des Etats-Unis et de la Chine qui continueront, eux, à piller et à polluer la planète.

On a vu ces derniers temps une attaque généralisée des mondialistes contre les agriculteurs hollandais (où des policiers n’ont pas hésité à tirer à balles réelles sur les manifestants) et l’élevage bovin français, accusés de contribuer au réchauffement climatique. On a vu aussi l’UE encourager l’utilisation de farines d’insectes dans la nourriture humaine et, bientôt, à la production industrielle de viande de synthèse.

Un merveilleux paysage issu de l’élevage extensif mais voué à la disparition pour l’UE car émetteur de gaz à effet de serre (GES) : le Charolais

Sans doute voit-elle également d’un bon œil cette nouvelle mode du “végan” qui n’a pourtant rien d’écologique puisqu’elle favorise une agriculture intensive ou “exotique” d’importation (soja et céréales américains, brésiliens, ukrainiens ; amandes californiennes ; eau et crème de coco du Nordeste ou d’Indonésie…) au détriment de la petite agriculture extensive française locale.

Ainsi, sont apparues, dans nos supermarchés, quantités de marques “végan” proposant à prix élevés des steaks végétariens, des saucisses de soja, du lait et des fromages “végétaux”. 

Raclette végétale de Vivre Vert (4,95€ les 6 tranches) du géant Savencia (ex-Bongrain) et palet végétal saveur chèvre de Nurishh (3,79€ les 140gr), du groupe Bel

Ces marques nous vantent des produits “élaborés en France” (cocorico certes… sauf pour les ingrédients venus du monde entier par porte-containers géants bien polluants) et, surtout, s’engagent elles aussi à “sauver la planète” : “… Vivre Vert est aussi un mouvement qui partagent des initiatives pour un monde plus vert et met aussi en œuvre des actions concrètes pour une écologie du quotidien ; “Lancée en 2020, Nurishh […] répond aux attentes des citoyens […] souhaitant réduire leur consommation de produits d’origine animale, tout en préservant les ressources de notre planète.

Ridicule non ? Car si personne ne connait l’impact de 6 tranches de raclette verte à 4,95€ composées principalement d’eau et d’huile de coco (21%) pour lutter contre le réchauffement climatique, la canicule et les incendies, on sait, en revanche, qu’avec cet écolo-capitalisme-là, vos finances seront vite asséchées.

Résultat : sous prétexte de “sauver la planète” en stigmatisant quelques vaches péteuses émettrices de gaz à effet de serre (GES), les futures générations de Français autrefois amateurs de “fromages-qui-puent” et de lait fermier boufferont du “fromage végétal” en engraissant les multinationales de l’agro-alimentaire, en bousillant nos paysages ancestraux et en tuant nos petits éleveurs bovins. Mais que le boomer macronien ou le futur retraité Black Rock, viandard récalcitrant multidosé Pfizer, se rassure : la Word compagny de Sylvester conseillé par McKinsey lui proposera sans doute bientôt de la viande halal de synthèse éco-responsable.

Avec l’approbation complice de nos islamo-écologistes pastèques (d’apparence verts à l’extérieur mais toujours rouges à l’intérieur).

Tartare végétal (2,69€ les 140gr) du groupe Savencia (ex-Bongrain)
Lait végétal (2,95€ le litre) d’Alpro (Danone)

 

“Yaourts” végétaux (2,99€ les 4 pots) de la marque Andros

 

Note de Christine Tasin

 

Grand merci à François pour cet article fort complet sur une nouvelle “mode”. Je voudrais néanmoins ajouter une petite remarque, c’est que l’agriculture et l’élevage intensifs ont créé au fil de l’histoire des hommes et de leur alimentation de nouvelles “souches” qui ont de plus en plus modifié notre corps et surtout notre santé à l’heure où, justement, l’abandon des travaux durs empêche notre corps d’éliminer des éléments mauvais pour la santé.

On sait par exemple que le blé, au cours de l’histoire, a perdu ses vertus d’origine et que ses multiples transformations pour plus de rendement ont créé un blé plein de gluten, ce qui n’était pas le cas à l’origine. On ne trouve plus de blé sans gluten que dans les anciennes céréales qui n’ont pas muté.

Or, si tant de personnes, à présent, mangent sans gluten, c’est justement parce que nous nous empoisonnons peu à peu avec des souches de céréales  modifiées au cours de l’évolution(et on ne parlera pas ici du lactose du lait des vaches, seul le lait de brebis et de chèvre est resté intact et convient à l’homme).

Nombre de maladies, coeliaques, sclérose en plaques etc. qui ne sont pas nécessairement dues au gluten s’aggravent avec le gluten et s’en abstenir permet d’éviter que les intestins devenus perméables laissent passer dans le sang ce qui rend malade ou aggrave la maladie.

J’ai découvert il y a une dizaine d’années, par hasard, un prodigieux médecin suisse, le docteur Kousmine, qui m’a fait découvrir tout cela (pas seulement) et l’importance de l’alimentation dans nombre de maladies. C’est elle aussi qui m’a appris qu’il ne fallait à aucun prix utiliser de l’huile de tournesol de premier prix, ultra chauffée, très mauvaise pour la santé. Il faut utiliser de l’huile de coco (désodorisée ou pas), de l’huile d’olive, des huiles apportant des omega 3… mais pas ces huiles très bon marché fabriquées en surchauffant les graines dont elles sont tirées qui contiennent en trop grand nombre des omega 6. Il y a un siècle on consommait autant d’omega 3 que d’omega 6, à présent c’est dix fois plus… et notre santé s’en ressent. D’où la recherche de solutions liées à la nourriture.

Alors oui il y a bien une mode du fromage végétal comme il y a une mode du vegan, mais pas seulement. C’est aussi le prix à payer pour l’alimentation industrielle qui fabrique maladies graves, cancers etc. Et qui dit alimentation industrielle dit recherche frénétique du profit… aux dépens de la santé de nos enfants.

 1,649 total views,  2 views today

image_pdf

20 Commentaires

  1. J’ai gouté le fameux steak végétal chez des amis, je l’ai trouvé lourd et indigeste, sans goût et peu appétissant.
    Je digère très bien le lait de vache, et j’adore ça.
    Il n’y a que 10% de la population qui ne tolère pas le lactose.
    Pareil pour le gluten, une toute petite portion de la population est concernée, je n’ai pas le pourcentage, mais c’est moins que pour le lactose.

  2. On est dans l’époque de l’artificiel. Après les sexes artificiels des trans, l’insémination artificielle, voici le fromage artificiel. Qu’elle est triste et moche la vie des progressistes et des écolos. Le prix à payer pour – soi-disant – sauver la planète (soi-disant car rien n’est moins sûr que les théories des écolos ) commence à devenir bien lourd. La vie écologiquement correcte vaudra-t-elle encore la peine d’être vécue ? Quelle tristesse et quel ennui ! Peut-être pour rien.

  3. Déjà si les gens étaient moins cons, ils en achèterai pas de ces merdes
    Vive l’agriculture française

  4. Pas de chance je bois les laits végétaux Alpro avoine etc Aussi Bjorg depuis des années mon conjoint mes enfants 18 et 21 ans on se porte très bien . Le lait on le laisse aux veaux . On varie l alimentation . On mange végétal. Un petit peu de poisson . Beaucoup d œufs et de moins en moins de viande. C’est trop cher c’est aux hormones . C’est…dégueulasse
    de la carne …
    Sardine ruisseau est une cinglé mais j’admire les hindous végétariens depuis 2000 ans …pour moi les viandards …les adeptes des tueries de moutons halal développant des mentalités de tueurs et d egorgeurs non merci

  5. N’oubliez jamais ce grand principe coluchien : ” IL SUFFIT QUE PERSONNE NE L’ACHÈTE POUR NE PAS QUE ÇA SE VENDE. “

  6. Hummm ! Les bons produits industriels fabriqués dans des usines capitalisss. Hummm, c’est autre chose que le fromage que Léa me préparait tous les jours avec le lait de ses biquettes quand j’étais en vacances dans les années 50 à Pégairolles de Buège en bordure des Cévennes.
    Si ça s’trouve z’étaient même pas vaccinées les bébêtes ! Et elles ne mangeait même pas de granulés en plus. Honteux !

    • @Mantalo

      “Pégairolles de Buège” ? En tant que géographe et curieux comme je suis, j’ai voulu chercher ce toponyme… Pas loin du cirque de Navacelles. Magnifique région, effectivement ! Je connais plus le côté de la Couvertoirade templière ou Anduze (la Bambouseraie). Puis les Causses… S’il n’y avait pas tous ces élevages, nous n’aurions pas ces magnifiques paysages.

      • Bien sûr qu’elle est belle ” ma ” région; Oun paou caoudo en ce moment. J’habité à 17 kms d’ Anduze, triangle St Jean du Gard, Le Vigan , Anduze. En ce jour envahie par les moustiques, pardon, je voulais dire les touristes.

  7. L214 a reçu plusieurs millions d’euros d’une fondation américaine créée par le cofondateur de Facebook, l’Open Philanthropy.

    Depuis 15 ans, L214 met la paysannerie française sous pression. En surveillant les élevages et les abattoirs, l’association s’est imposée comme un acteur incontournable du débat sur le bien-être animal grâce aux vidéos choc qu’elle diffuse. Mais si elle se pose en lanceur d’alerte, L214 n’a qu’un seul but : imposer un monde 100 % végan… par tous les moyens. (Le Figaro d’aujourd’hui 26/7/23)

    • @Jacques

      Bonjour. Oui, j’en ai entendu parler. Apparemment, L214 bénéficierait de subsides venus du lobby américain des viandes de synthèse…

      • Je viens de voir passer une pétition contre un abattoir en Gironde, justement de l’assoce L214, très active, et usant de la corde émotionnelle.

  8. Notre bouffeuse de Tofu et dhimmi de son état Barbara Lefebvre trouvera son bonheur avec du fromage 100% Végétale autrement dit végan car les Végans , les Dépressifs Soja et la Commission Européenne lancent une offensive contre l’élevage bovin , caprin pour détruire l’agriculture et les produits issus des élevages bovin et caprin parce qu’il faut se soumettre aux caprices des Bobos Végans et autres antispécistes qui font du chantage au bien être animal en voulant bannir le fromage de chèvre , de vache etc pour tuer la ruralité et le monde paysan qui n’a pas besoin de ce chantage pour se redresser et vendre leurs produits du terroir aux Français …..

  9. Ah merci pour cette éclairage pour votre note,les produits de subventions d’origine végétale, occasionnerait à long terme des carences,par manque de nutriments essentiels que le corps aurait besoin pour un bon fonctionnement physiologique, d’après un magazine spécialisé,je pourrais penser que le corps fabrique bien quelques choses à partir de quelques choses,mais je resterai convaincu qu’il faut un équilibre et une bonne hygiène alimentaire,qui sera difficilement applicable au fil du temps, car comme vous le mentionnez avec le blé qui a subi nombre de modification génétique pour le rendement agricole, après il serait question d’habitude alimentaire dans les familles

  10. on ne sait plus à qui se vouer, pourtant il est bien vrai que pour avoir du lait il faut que la vache soit fécondée, elle donne alors naissance à un veau qu’on lui enlèverait aussitôt, je ne me souviens plus comment cela se passait à la petite ferme lorsque j’étais enfant. L’industrialisation de l’élevage entraîne des conséquences fort dommageable pour les animaux. Alors il est bon pour le respect de la vie animale de refuser de manger des produits laitiers ! Qui pourrait m’éclairer dans ce fatras économico-politique où l’argent n’a plus aucune odeur …..

    • @Esther

      Votre souci d’épargner la souffrance animale vous honore. Je ne critique pas ceux qui refusent de manger du fromage ou boire du lait (par intolérance au lactose ou par végétarisme/végétalisme) mais l’hypocrisie de certains qui se font du beurre (sans jeu de mot) en dénonçant la “souffrance animale” dans l’élevage traditionnel français (dont sont issus les merveilleux paysages du Charolais, du Limousin, du Cantal…) sans jamais dénoncer les tueries et les égorgements dans les abattoirs halal.

      Comme L214, apparemment financé par le lobby américain de la viande de synthèse… Ou les écolos façon Rousseau.

  11. Et mon Chabichou ? Ma grand-mère qui avait des chèvres doit se retourner, elle qui les faisait sécher sur une feuille de châtaignier

  12. De plus, ces produits contiennent énormément de gras saturés qui obstruent les artères. Ainsi que tous les produits dit vegans.

Les commentaires sont fermés.