13 septembre 1922 : il y a cent ans, les musulmans turcs massacrent à Smyrne

Toute notre histoire européenne, (la vraie : pas celle, pure invention,  que tente de construire l’Union dite européenne), est marquée par des massacres commis sur les nôtres par les envahisseurs musulmans.

Les dates de commémoration de ces crimes ne manquent  donc pas …

J’ai évoqué sur RR, il y a quelques semaines, le bicentenaire des massacres de Chios qui avaient révolté l’Europe , en 1822 donc:

https://resistancerepublicaine.com/2022/09/01/1822-2022-il-y-a-200-ans-les-musulmans-massacrent-a-chios/

Je veux évoquer en cette date anniversaire du 13 septembre 1922, les massacres de Smyrne.

Nous devons commémorer ces dates avec fidélité et constance.

« Notre »  école est devenue celle de la trahison à l’image de nos « élites » de Chirac à Macron : elle n’instruira JAMAIS nos enfants avec l’histoire de ces crimes.

Non, « notre » école aime mieux célébrer des conneries comme cet « islam des lumières », une mauvaise blague, qui n’a jamais existé.

C’est, donc, à nous, pour nos lecteurs, pour tous les Français, de maintenir la flamme fragile de la Vérité.

Les musulmans, eux, n’ont aucune pudeur, pour célébrer leurs victoires, qui sont autant de crimes contre notre civilisation, et le pire est que toute notre classe médiatico-politique les y encourage.

J’ai déjà consacré un texte à ces massacres de Smyrne, par avance, quand les salopards de l’Union  dite européenne ont osé faire de la ci-devant Izmir -qui redeviendra Smyrne un jour, j’en suis sûr- la « capitale de l’idéal européen » 2022 :

https://resistancerepublicaine.com/2022/05/26/1922-les-turcs-massacrent-smyrne-leuropeenne-2022-lue-fetent-lizmir-turque/

 

Voici donc un nouveau  texte à lire et à méditer sur les massacres de Smyrne commis par les musulmans turcs.

Prends, cher lecteur, le temps de le lire, en hommage aux dizaines de milliers de victimes européennes du Turc, en 1922.

Cela te donnera du courage pour cracher à la figure du tyran turc, Erdogan, qui ces jours-ci, encore, menace les Grecs …

 

Rappel historique: la Grande Catastrophe de Smyrne en 1922

Par Lepetitjournal Athènes | Publié le 08/09/2022 à 18:00 | Mis à jour le 12/09/2022 à 07:14

L’ancienne ville de Smyrne, aujourd’hui Izmir, était connue dans toute la région pour son côté cosmopolite car elle regroupait des populations de religion musulmane, juive et catholique

Après la chute de l’Empire Ottoman en 1918, l’armistice fut signé sur l’île de Lemnos et l’ancienne ville de Smyrne fut administrée par la Grèce, avec l’appui du Royaume-Uni.

Haut lieu de la civilisation chrétienne

Située en Asie Mineure mais également en ancienne Grèce Antique ( qui regroupait les villes de Troie, Pergame, Milet, Priène et Didymes) Smyrne abritait selon les écrits, une des sept Églises de l’Apocalypse.

Elle est située non loin d’Éphèse, également importante pour les chrétiens avec la maison de la Vierge Marie, la tombe et la basilique de saint Jean.

Une volonté d’établir un nouvel Etat

Depuis 1915 le comité Union et Progrès des Jeunes-Turcs, dont faisait partie Atatürk, souhaitait mettre en place la fameuse « Turquie pour les Turcs » ce qui provoquera les événements marquants de cette époque, symboles d’une volonté nationaliste.

Cette période tragique débuta par le génocide arménien et fut suivie par la Grande Catastrophe d’Asie mineure qui se traduisit par la prise de Smyrne et le massacre de sa population.

 Les dirigeants de l’époque vont exterminer entre 1,5 et 2,5 millions de chrétiens qui décéderont suite à la privation et la maladie.

Retour sur l’évènement de la Grande Catastrophe

La fuite des communautés chrétiennes et la prise de Smyrne

En 1922, de nombreux chrétiens se voient chassés de leurs villes, dont des Grecs dit d’Anatolie, et trouvèrent refuge à Smyrne.

Cependant, à cette même période, et plus exactement le 9 septembre, la ville est prise par les Turcs après avoir été laissée quelques jours plus tôt par les troupes grecques, pratiquant la politique de la terre brûlée.

L’arrivée des Turcs fut accompagnée par des combattants appelés Tchétés, auteurs des pires atrocités (pillages, massacres, viols et enlèvements).

S’en suit l’incendie de la ville qui s’est déclaré dans le quartier arménien le 13 septembre et qui causa 100 000 morts. La population (environ 300 000 réfugiés) était encerclée par les Turcs, ne pouvant fuir la ville en flamme, sous le regard de 23 navires occidentaux qui avaient reçu l’ordre de ne pas intervenir.

Une inertie occidentale

Ce n’est que le 19 septembre que Mustapha Kemal, plus tard appelé Atatürk, autorisa l’évacuation, mais seulement des femmes et des enfants.

Les hommes chrétiens ( environ 100 000 personnes), ont été exterminés ou utilisés pour servir en tant qu’esclaves.

La réaction passive des occidentaux, notamment de l’Amiral américain présent, Mark Bristol, s’explique de différentes manières, malgré le caractère inhumain de cette décision.

Pour des raisons stratégiques liées à l’accès au pétrole, l’Amiral Bristol était dans l’attente de recevoir l’appui des nouveaux dirigeants du pays, ce qui l’empêchait d’intervenir à leur encontre et d’aider à l’évacuation de la population.

Ce n’est que le 21 septembre que les navires occidentaux reçurent l’autorisation de commencer l’évacuation, soutenus trois jours plus tard par le pasteur Asa Jennings.

Ce dernier, faisant partie de l’association des jeunes chrétiens évangéliques YMCA (Young Men’s Christian Association), fut l’un des sauveurs de plusieurs centaines de milliers de personnes, les aidant à trouver refuge sur le sol hellénique.

La Grèce, très reconnaissante de cet acte, le récompensera plus tard par deux des plus hautes distinctions civile et militaire : la Croix d’or du Sauveur et la Médaille du Mérite militaire.

Un drame longtemps oublié

Cette partie de l’histoire sera oubliée pendant longtemps, et refera surface seulement lors de la production de deux films hollywoodien, « Strange Destiny »(1945) et « A Man of Great Importance » (1952) qui racontent cet évènement. D’autres films sortiront par la suite, comme « Smyrni mou agapimeni » en 2021.

L’auteur Gilles Milton a également écrit un livre en 2010 «  Le paradis perdu : 1922, la destruction de Smyrne la tolérante ».

Cette année pour le 100ème anniversaire, de nombreuses commémorations ont lieu partout en Grèce pour ne pas oublier cet évènement tragique.

https://lepetitjournal.com/athenes/rappel-historique-grande-catastrophe-smyrne-1922-344792

 799 total views,  1 views today

image_pdf

19 Commentaires

  1. Cette inertie des Occidentaux devant les massacres de Smyrne, n’est pas sans rappeler l’immobilisme des troupes alliées lors de la destruction de PALMYRE.
    L’armée coalisée se trouvait à 30 km des explosions, et a laissé faire durant trois jours, attendant que les fous islamiques accomplissent leur œuvre du DIABLE.
    Pour Smyrne, c’est pire puisque les populations ont trinqué, sans espoir d’être protégées ou défendues.

  2. Smyrne ne fut pas défendue par les Grecs. Certes, ils avaient subi une défaite, mais conservaient des effectifs suffisants pour défendre la ville. Ils auraient pu armer aussi les chrétiens qui s’y étaient repliés.

  3. Ben quoi ? Ils n’ont fait que ce que le livre fondateur de leur secte leur dicte… Et ils continuent chaque fois et partout où ils y voient la possibilité, et autant que possible chez nous avec le soutien actif de nos collabos !

  4. L’asie mineure etait grecque armenienne etc avant l’invasion turc… Bon ils sont apparus sur le plateau anatolien au Xeme siecle
    Aujourdhui … Font leur nid en allemagne en autriche au benelux et aussi en France discrètement. Pas seulement en Alsace
    Integration fausse et de  » surface »

    Une autre fois donner les dates des nombreux mawsacres d’ armeniens de juifs de kurdes d’assyriens de chaldeens bref de tous les chretiens orientaux par les charmants turcs musulmans !!!!

  5. Un grand merci à Antiislam pour cet article très fouillé. Je pense que pour vivre dans la paix le chacun chez soi est indispensable.

    • Bonjour,

      Certes, cher Argo, mais Smyrne, c’est chez nous …

      On accuse la France de colonialisme, or nous ne colonisons plus rien.

      Les Turcs, sans pudeur aucune, colonisent Smyrne.

  6. Merci Antiislam pour cet article superbement travaillé, dont j’ignorais totalement le fait. Et je rejoins MSDO en te remerciant pour les travail que tu fais en général, dans le but d’ouvrir les yeux, ou de les garder ouverts.

  7. ======
    ○ L’armée nationale libyenne tue un terroriste derrière la décapitation massive de chrétiens ||WASHINGTON, DC, ÉTATS-UNIS, 9 septembre 2022
    https://tinyurl.com/5796tnrs
    ↳ «Les forces arabes libyennes, dirigées par le maréchal Khalifa Hifter, poursuivent les terroristes à travers les territoires libyens pour les éliminer. —Le député libyen Talal al Mahyub-.»
    → L’Armée nationale libyenne (LNA) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar a annoncé qu’elle avait mené à bien une opération visant à tuer ou capturer le cerveau djihadiste de la décapitation massive de 20 ouvriers chrétiens coptes égyptiens et un chrétien ghanéen que les djihadistes avaient enlevés dans la ville libyenne de Syrte le 15 février 2015. Après les décapitations, le djihadiste Al Qaqa’a Ben Omro a pointé son couteau ensanglanté vers la mer et a déclaré : « Nous allons conquérir Rome, par la permission d’Allah.»
    Après la chute de Kadhafi en 2011, la Libye a été envahie par les djihadistes et les milices des Frères musulmans. …/…

  8. ========
    ○ INDE : La Cour accepte d’entendre le plaidoyer hindou sur la mosquée contestée de Gyanvapi
    ◙ DW.com : https://tinyurl.com/mrxnym3f
    ↳ Un groupe de cinq femmes affirme que la mosquée Gyanvapi, vieille de plusieurs siècles, dans la ville sainte indienne de Varanasi, a été construite après qu’un empereur musulman a démoli un temple hindou.
    → Un tribunal indien de la ville de Varanasi a accepté d’entendre la demande d’un groupe de femmes hindoues de prier à l’intérieur d’une mosquée contestée .
    Les cinq pétitionnaires qui ont déposé le plaidoyer pensent que la mosquée Gyanvapi, vieille de plusieurs siècles, dans la ville de Varanasi, dans le nord de l’Inde, a été construite après qu’un dirigeant musulman a démoli un temple de l’époque médiévale.

  9. Bonjour @Antiislam ; Merci pour cet article et tous les autres mémoriels de qualité que vous publiez.

      • Un cas intéressant : Pourquoi certains ont la côte et les autres non ?! Étrange ! Que je vois, constate, sache, ce n’est pourtant pas la communauté hindoue qui pose des problèmes en Occident ; n’est pas la communauté la plus représentée dans les centres carcéraux et donc pas des plus criminelle. ALORS : Pourquoi se plaint la communauté hindoue et est-ce justifié ?

        […] « Notre objectif concerne davantage la prévention et la limitation des dommages et un peu moins la révélation d’incidents particuliers. Cela dit, nous prévoyons de traiter quatre cas récents et en cours de discrimination à l’encontre des communautés hindoues d’expatriés et de la diaspora.» …/…

        ○ Les dirigeants hindous discutent de la discrimination croissante dans les pays occidentaux
        ◙ EINNEWS.com : https://tinyurl.com/2p8u3xvp

Les commentaires sont fermés.