Les brigades de Macron, elles s’en vont au turbin à bicyclette…

Pour illustrer l’article : https://resistancerepublicaine.com/2021/05/20/la-police-a-velo-se-ridiculise-et-se-fait-massacrer-comme-en-1907-il-est-ou-notre-clemenceau/

POUR RÉSISTANCE RÉPUBLICAINE, AVEC TOUTE MON AMITIÉ! AINSI QU’À TOUS! KENAVO!

LES BRIGADES DU MATOU, PARODIE

Ils s’en allaient de bon matin,
Ils s’en allaient tous au turbin
À bicyclette
Faut dire que c’était pas malin
De leur avoir mis ça en main
Pour courir après les gredins
À bicyclette

Ils étaient tous catastrophés
De ne pouvoir que les courser
À bicyclette
Et ils en ont vraiment bavé
D’avoir toujours leurs pneus crevés
d’leurs bicyclettes

Ils pédalaient avec ardeur
Mais les voyous n’avaient pas peur
D’leurs bicyclettes
Ils trouvaient pas cela marrant
Pédalant fort en les suivant
Dans les immeubles environnants
À bicyclette

Quand ils approchaient des cités
Ils avaient soin de les planquer
Leurs bicyclettes
Ils approchaient en louvoyant
L’arme au poing le cœur battant
Et les racailles s’enfuyant
En mobylette

Quand il rentrait à la maison
Pleins d’ampoules de durillons
À bicyclette
Ils revenaient crevés furieux
De ne pas avoir pu faire mieux
Que d’avoir usé tous leurs pneus
C’est ça qu’est bête

Les racailles se foutaient d’eux
Ils prenaient cela pour un jeu
Les bicyclettes
La police leur faisait pas peur
S’enfuyant tous avec ardeur
Car elles étaient toutes à moteur
Leurs trottinettes

 86 total views,  1 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. Je ne sais pas si vous avez vu cette information reprise par plusieurs journaux.
    https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/bordeaux_33063/bordeaux-une-jeune-femme-se-fait-gifler-pour-avoir-allaite-son-bebe-en-public_41941198.html
    On se garde bien de donner la moindre information sur le profil de la « gifleuse » exigeant pudeur et retenue et trouvant normal de gifler une femme parce qu’elle allaite son enfant…
    La police macronienne est aussi mise en cause dans ce récit.

    « Bordeaux : une jeune maman se fait gifler pour avoir allaité son bébé en publicMaÿlis, maman de nino, 6 mois, s’est fait gifler dans l’indifférence générale alors qu’elle donnait le sein à son bébé, à Bordeaux (Gironde).

    Par Rédaction Bordeaux Publié le 18 Mai 21 à 17:34 
    Actu BordeauxMon actu
    « Je n’ai pas eu le temps de réaliser ce qu’il se passait, j’ai pris une gifle en pleine poire avec bébé dans les bras », racontait cette semaine, Maÿlis, la maman de Nino, 6 mois, victime d’une agression à Bordeaux (Gironde), alors qu’elle allaitait son bébé en public. 

    « Vous n’avez pas honte »C’est un récit glaçant qu’elle livre au site Doctissimo. Alors que la jeune femme allait chercher un colis dans un point relais, son fils a faim. Elle tente de le faire patienter, en vain, et s’installe pour le nourrir .
    « Je mets des vêtements vraiment adaptés qui s’ouvrent sur le côté, pour faire ça en toute discrétion. Et là, en plus , vu qu’il y avait du monde j’ai caché avec ma veste », précise la jeune femme. 
    A peine la mise en sein faite, une dame lui hurle « vous n’avez pas honte? « , avant de l’insulter copieusement, » la nouvelle génération vous êtes là pour vous exhiber », crie-t-elle encore. « Vous êtes une maman, vous devez prévoir les repas de votre fils. Vous auriez dû faire ça chez vous « .
    <a href= »https://www.instagram.com/tv/COszWj1oImF/embed » title= »Ouvrir le lien »>Cliquez ici pour visualiser le contenu</a>

    « Une gifle en pleine poire »Puis, à la violence verbale se joint la violence physique. La dame s’approche et la frappe au visage. « La dame derrière elle dans la file l’a félicitée », déplore encore la jeune maman, » je n’ai eu aucun soutien (…) personne ne m’a défendue ».
    « J’aurais aimé réagir, mais avec bébé dans les bras, je fais quoi? », raconte-t-elle encore.
    Choquée par ce qu’elle vient de vivre, elle reprend ses lunettes de soleil, remet son enfant dans sa poussette, et rentre chez elle pour pleurer.
    La jeune femme a porté plainte, sans être vraiment prise au sérieux d’après ses dires,
    « Le policier m’a quand même demandé à quel pourcentage précisément on voyait ma poitrine, je lui ai dit zéro. Il m’a fait comprendre que c’était aussi de ma faute, que je l’avais cherché ».

  2. quelle bande de clowns ,,ils pourront toujours continuer dans un cirque a leurs retraites ,,,,si ils la voie un jour !!!!

  3. Ralbol bonjour, vous avez été plus rapide que moi. Je précise que les vélos utilisés ( sous reserve d’erreur de ma part) par les policiers étaient de fabrication française et l’entreprise s’appellait Manufrance au lieu de Manuchina !
    – Merci d’avoir précisé que la police était non armée et tout simplement respectée un peu comme en Angleterre . Époque révolue …

    • Exact le surnom « Hirondelle » vient du nom du vélo fabriqué à Saint-Etienne par MANUFRANCE.

  4. j’ai connu ça dans les années 60, ils étaient deux et avec leur longue cape on les surnommait « les hirondelles ». En principe ils étaient respectés et crains des petits voyous. Petit détail, mis à part leur bâton, ils n’avaient pas d’arme.

Les commentaires sont fermés.