Trump s’en va : 74 millions d’électeurs ont la gueule de bois

C’est fini. Donald Trump vient de capituler après quatre années de lutte ininterrompue contre les mondialistes, bien décidés à avoir sa peau.

« Juste déçu que nous ayons perdu » a-t-il déclaré, ajoutant néanmoins qu’il aurait gagné cette élection si elle avait été équitable. Ce qui est vrai.

Ayant échoué dans leur tentative de destitution, les fossoyeurs de la démocratie n’ont rien trouvé de mieux, pour l’éliminer, que de monter une terrible machination, la plus vaste fraude électorale de tous les temps, impliquant la complicité de tous les rouages de l’État, y compris au sein de la Maison Blanche.

Dans ces conditions, Trump pouvait-il gagner ? Non.

Personnellement, je l’ai défendu aussi longtemps qu’il restait debout sur le ring, encaissant les coups round après round, et promettant de ne rien lâcher jusqu’à la victoire. Je suppose que jusqu’au bout, il a cru sortir vainqueur du combat.

J’ai toujours cru qu’il allait nous sortir un lapin de son chapeau à la dernière minute. Une nouvelle fracassante, énorme, comme l’annonçaient régulièrement Giuliani, Lin Wood ou Sidney Powell. Mais on n’a rien vu venir.

Naïveté ? Sans doute. Mais Trump a été pendant 4 ans un tel battant que je ne le voyais pas perdre. Lui-même y a cru jusqu’au bout.

Mais sans doute a-t-il sous-estimé le machiavélisme du camp adverse et les trahisons de son propre camp.

Comment gagner quand tous les juges locaux, jusqu’à la Cour suprême de chaque État, rejettent vos plaintes sans même les regarder ?

Comment gagner quand la Cour suprême fédérale, pourtant majoritairement républicaine, refuse de combattre la fraude, malgré des milliers de témoignages sous serment ?

Comment gagner quand l’ensemble des médias pratiquent une censure impitoyable et refusent de retransmettre vos discours et vos meetings particulièrement populaires ?

Comment gagner quand les réseaux sociaux vous bannissent et écartent tous les tweets qui vous soutiennent ou dénoncent la fraude ?

Comment gagner quand le chef de la majorité républicaine au Sénat s’associe à la présidente démocrate de la Chambre des représentants, pour paralyser le Congrès et bloquer les objections ?

Comment gagner quand votre ministre de la Justice soutient publiquement qu’il ne voit aucune fraude ?

Comment gagner quand votre propre Vice-Président, que l’on croyait fidèle parmi les fidèles, vous trahit en pleine bataille judiciaire ?

C’était donc mission impossible pour Donald Trump de l’emporter.

On ne peut pas gagner seul contre la justice, les médias, le Parlement et une partie de l’exécutif.

L’erreur de Trump, qui est pourtant rusé et connaissait la menace, a été de ne pas nettoyer le pays des taupes mondialistes, y compris dans son camp.

Aujourd’hui, les grands gagnants sont les tricheurs, les fraudeurs, les fossoyeurs de la nation et de la démocratie, qui font passer Trump pour un putschiste.

La raison du plus fort est toujours la meilleure et dans toute l’Europe, les leaders ont rejoint la meute démocrate pour nier la fraude et participer à la curée, tous complices de ce hold-up électoral.

Mais l’Histoire donnera raison à Donald Trump.

Raison sur la réalité de la fraude, car il sera impossible de faire table rase de ces deux derniers mois de violation totale de la loi et de la démocratie.

Raison sur son fabuleux bilan économique, le plus éclatant depuis Ronald Reagan, le vainqueur de la guerre froide.

Raison sur la Chine, l’Iran ou la Corée du Nord, les ennemis du monde occidental.

Trump se retire, mais le trumpisme marquera le pays encore longtemps.

Le grand perdant de ces élections est le peuple américain, auquel on a confisqué son bulletin de vote, qui compte dorénavant pour du beurre.

Biden et sa clique, ce sont ces nantis de la côte Est, l’élite démocrate “cultivée”, qui se prend pour le nombril du monde et méprise le petit peuple qui a bâti la grande nation américaine, les ploucs incultes de l’Amérique profonde qui ont voté pour Trump.

On retrouve chez cette élite la même arrogance que chez Macron, incapable de ressentir la moindre fierté pour son pays ou la moindre estime pour le peuple gaulois.

Biden comme Macron se posent en rassembleurs alors qu’ils ont la haine de leur peuple.

Qui peut croire qu’un Biden a de l’estime pour les Afro-Américains ou les Hispanos ? Il ne fait que flatter son électorat.

Qui peut croire que Macron a de l’estime pour nos musulmans, quand ceux-ci rêvent d’instaurer la charia ? Macron ne les caresse dans le sens du poil que par peur des émeutes et par intérêt électoral.

Mais l’Histoire montre que les peuples finissent toujours par avoir raison.

La colère du Capitole, ce n’est pas la faute de Trump, qui a dit la vérité sur la fraude électorale.

La colère du peuple provient de l’arrogance des élites qui ont refusé d’examiner les plaintes largement justifiées.

Quel mépris ! Quelle arrogance ! Quel manque de respect pour le peuple et la démocratie !

Il suffisait aux juges de faire leur métier, de manifester un minimum d’éthique, pour examiner ces plaintes.

S’ils ne l’ont pas fait, c’est parce que la fraude était gigantesque et donnait raison à Trump.

Et cela, les 74 millions d’électeurs de Trump le savaient.

On ne peut donc pas leur en vouloir d’être en colère. Le peuple a toujours raison.

Quant aux tragiques incidents du Capitole, avec des morts à déplorer, des photos montrent qu’il s’agit d’une action programmée des antifas.

Trump, dès la mauvaise tournure des évènements, a demandé à ses fans de rentrer chez eux. Tandis que le camp Biden tente de s’exonérer des ses propres responsabilités.

Biden va donc pouvoir mener sa politique malfaisante, régulariser 11 millions de clandestins, rétablir les relations avec l’Iran terroriste, liquider la liberté d’expression en révisant le 1er amendement et modifier la législation sur les armes à feu avec le 2e amendement.

Il veut aussi ajouter trois  juges démocrates à la Cour suprême, histoire de verrouiller l’emprise Démocrate sur le pays.

Ce sera la plus grande marche en avant des États-Unis vers le socialisme. Une révolution.

J’ajoute que le grand perdant est aussi le parti Républicain, qui a perdu le Sénat et ne reviendra jamais au pouvoir, quand les Démocrates auront cadenassé le pays à leur profit.

Chose que Donald Trump n’a pas osé faire, mais qu’on a quand même traité de dictateur.

Nous ne reverrons plus jamais l’Amérique de John Wayne que nous aimons, ni l’Europe de l’après-guerre.

La mondialisation va laminer tout cet héritage au profit du multiculturalisme. Le mal est déjà profond.

Le crépuscule de l’Occident a commencé et aucun patriote du monde occidental ne peut se réjouir du départ de Trump.

Nous assistons à un immense suicide collectif. Et avec Biden aux commandes, les désillusions ne vont pas tarder, apportant leur lot de violences et de colère.

https://ripostelaique.com/trump-sen-va-74-millions-delecteurs-ont-la-gueule-de-bois.html

 151 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Si vous avez parfois eu l’occasion de lire mes commentaires, vous aurez compris que mes opinions ne sont pas différentes de la plupart exprimées sur ce forum de discussion.
    Je suis un patriote, fier et heureux de l’être.
    L’élection de Biden m’indiffère et ne changera rien à la situation de notre pays, il n’est d’ailleurs qu’un vieux pantin servant la cause de sa vice et peut-être future première présidente des états unis.
    Pourtant je ne peux pas me résoudre à aduler un personnage comme TRUMP, prêt à tout pour servir sa seule et unique cause, c’est une étape malheureuse dans la démocratie américaine, faut il que le parti républicain ait été aussi pauvre de représentant de valeur, pour promouvoir ce goujat. Il termine son mandat en trahissant ses supporters, en ayant la lâcheté de condamner leur intervention au Capitole, qu’il a lui même encouragé, aux seules fins de sauver sa propre face, qui pourrait bien pâlir lorsqu’ il ne sera plus protégé par le pouvoir suprême.
    Que le parti républicain tire un trait sur Trump et s’emploie à reconquérir par un personnage respectable, le pouvoir.
    Non le patriotisme, ne peut pas être confié à un odieux milliardaire magouilleur, menteur qui lâche ses soutiens à la première difficulté.
    Je sais que mon commentaire ne va pas plaire sur ce sujet, mais il me plaira si l’on m’y autorise, à continuer de m’exprimer ici sur des nombreuses idées que je partage.
    Merci

  2. BIDEN = DEBIN – qu’il se debin le plus tôt possible. Qu’il claque, qu’il attrape le Covid, le
    choléra, etc…
    Qu’il soit puni pour le vol qu’il vient de faire aux Patriotes Américains et à leur représentant Mr Trump.

  3. La lâcheté, la malhonnêteté la complicité avec la gauche guerrière ont mené les USA à la ruine et à la dictature mondialiste de gauche tout comme la lâcheté, la malhonnêteté et la complicité avec l’islam-idéologie mène la France à l’envahissement, à la ruine et à la dictature mondialiste islamophile de gauche.

  4. Vous avez raison d’utiliser le terme de « capitulation  » car Trump devait signer un armistice pour se donner un futur. Obtenir la paix permet de sauver ses troupes.
    Hitler en 45 a ordonné une énorme attaque dans les Ardennes contre les américains alors que le terrible ennemi Russe progressait à l’Est ce qui a abouti à la capitulation au lieu de l’armistice .

  5. Note: Trump a utilisé toutes les instances juridiques et politiques pour présenter sa plainte de fraude électorale. Le but était de montrer au monde à quel point la corruption est profondément ancrée dans les institutions, même au congrès.
    Le but est de laisser les traîtres penser qu’ils ont gagner afin qu’ils montrent leur vrai visage et que le monde puisse voir leur trahison.

    Dire les faits est une chose, mais montrer les faits est beaucoup plus efficace.

    Il semble que même le Vice-Président soit un traître. À moins qu’il ne joue un rôle pour montrer à quel point le Congrès est corrompu.
    https://twitter.com/Emique7/status/1347464201904779264
    Vice-President Mike Pence reçoit une pièce mystérieuse après le vote au Congrès le 6 Janvier 2021. Pièces d’or ou pièces d’argent, pièces secrètes indiquant l’acceptation du club? A noter que Nancy Perodi est avec lui.

    Il semble que parmi les personnes qui sont entrées au Capitole, il y avait quelques partisans de Trump, et aussi des antifas déguisés en partisans de Trump et quelques militaires se faisant passer pour des antifas déguisés en partisans de Trump. Il semble que ces militaires avaient pour mission de voler les ordinateurs portables et les téléphones portables de certains membres du Congrès.

    La suite au prochain épisode.

  6. Vérifier vos informations, Jacques.
    Trump n’a PAS concédé… Lin Wood explique que «de nombreux traîtres» seront arrêtés sous peu… liste finale des traîtres confirmés acquise hier soir lors du vote au Congrès.
    Thursday, January 07, 2021 by: Mike Adams
    (…)
    Trump n’a pas du tout concédé. Il n’a pas félicité Joe Biden et il n’a pas dit qu’il quitterait la Maison Blanche.

    Quand il dit «la fin du plus grand premier mandat», cela est parfaitement logique, puisque le second mandat de Trump commencerait le 20 janvier. Son premier mandat se termine donc.

    Plus important encore, Trump n’a pas précisé ce que signifie la «transition ordonnée». Il n’a pas dit qu’il y aurait une transition vers l’installation de Biden en tant que président. Il pourrait faire référence à la transition de l’Amérique loin de la tyrannie de l’État profond et au retour du pouvoir au peuple.

    En fait, la déclaration de Trump semble être conçue pour désarmer ceux qui appellent à sa destitution immédiate en vertu du 25e amendement afin que Trump puisse continuer à travailler la solution militaire qui chercherait des arrestations massives des traîtres qui ont tenté de réussir leur coup d’État criminel contre l’Amérique.

    «De nombreux traîtres seront arrêtés et emprisonnés au cours des prochains jours», a écrit l’avocat Lin Wood dans un tweet de Parler qu’il a publié tôt le matin, après que le Congrès ait achevé son dernier acte de trahison de l’Amérique.

    Il a également retweeté une autre déclaration de l’utilisateur de Parler @StormIsUponUs qui a expliqué: «Dormez bien ce soir, patriotes. Le processus constitutionnel a duré jusqu’à la fin, et Trump n’est pas intervenu une seule fois. Vous allez adorer la fin de ce film. »

    La proclamation de Trump de se disperser est une étape juridique nécessaire avant d’invoquer la loi sur l’insurrection
    Hier, Trump a publié une vidéo contenant une «proclamation de dispersion». C’était la vidéo dans laquelle il disait à tout le monde de «rentrer chez lui en paix».

    Cette déclaration, il s’avère, est une étape nécessaire pour invoquer la milice ou les forces armées américaines pour défendre la république.

    10 USC Section 254 est appelée «Proclamation de dispersion» et explique:

    Chaque fois que le président jugera nécessaire d’utiliser la milice ou les forces armées en vertu du présent chapitre, il ordonnera immédiatement par proclamation aux insurgés de se disperser et de se retirer paisiblement dans leurs demeures dans un délai limité.

    C’est exactement ce que Trump a fait hier.
    (…)
    Suite de l’article ici https://www.naturalnews.com/2021-01-07-trump-did-not-concede-lin-wood-traitors-to-be-arrested.html

    • J’aimerais que vous ayez raison, mais je crains qu’il s’agisse une fois de plus de « wishful thinking » (prendre ses désirs pour la réalité).
      Déjà on portait tous les espoirs vers la Cour Suprême: ils n’allaient quand même pas laisser passer la plus énorme faude électorale organisé aux USA (il faut rappeler la vidéo dans laquelle Biden lui-même le reconnait en rigolant) – et bien si!
      Les 9 « juges » ont pris peur devant le coup d’état massif orchestré contre Trump et ont capitulé – comme l’avait fait la Commission Warren lors de l’assassinat de Kennedy.
      Trump n’a certes pas concédé sa défaite électorale, mais il accepte de céder la place à « creepy Joe ». Il ne le dit peut-être pas explicitement, mais c’est ce qui ressort de sa phrase:
      « Even though I totally disagree with the outcome of the election, and the facts bear me out, nevertheless there will be an orderly transition on January 20th. » (Même si je suis en total désaccord avec le résultat de l’élection, et les faits confirment ma position, néanmoins la passation de pouvoir se fera de façon ordonnée le 20 Janvier)
      En fait, c’est le lachage de Pence qui clot le débat: Trump ne peut pas continuer la lutte sans le soutien de son co-listier, car ils sont élus ou battus ensemble.

  7. Juges pourris, juges vendus, on connais ça.
    Les Américains vont connaitre, l’immigration massive, les usines qui foutent le camps, le grand chômage et ce n’est que le hors d’oeuvre.

  8. Sur fdesouche des vidéos de l’intrusion dans le Capitole font pétiller joyeusement le sang comme une superbe vengeance du peuple à l’égard des élites qui les bafouent depuis trop longtemps. Les avoir fait trembler, et les avoir ridiculiser de la sorte, est un divin spectacle, voir ces « parlementaires » si fiers vautrés au sol la peur au ventre, qui habituellement regardent de haut le commun des mortels, quelle jouissance exquise. D’autant qu’aucun n’a fait usage d’armes et que beaucoup même étaient sans. Le peuple trumpiste a donné une bonne raclée à leurs « élites » toutes en émoi et qui voudront se venger à leur tour par une répression féroce. Mais restera la trace visuelle de leur humiliation publique.

  9. « Mais l’Histoire donnera raison à Donald Trump. »
    Hélas! L’Histoire est toujours écrite par les vainqueurs et qui dans l’avenir, même proche écrira l’Histoire? Les islamisés, les mondialistes, les immigrationistes etc. car comme vous le dîtes si bien:
    « Nous ne reverrons plus jamais l’Amérique de John Wayne que nous aimons, ni l’Europe de l’après-guerre. »

Les commentaires sont fermés.