Confinement dans les EHPAD : et si c’était en réalité une extermination ?

.

La question est polémique mais mérite d’être posée : les résidents des EHPAD sont-ils vraiment confinés ou en cours d’extermination ?

En effet, le précédent de la grippe aviaire avait été illustré par la mise à mort de millions de volailles en Europe pour éviter la propagation du virus et sa transmission à l’espèce humaine.

Les épidémies donnent lieu à des traitements, des vaccinations quand c’est possible, mais aussi des confinements et des exterminations volontaires. Les deux vont souvent ensemble. En 2017, le confinement et l’extermination de volailles avaient eu lieu à peu près à la même époque.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/01/11/grippe-aviaire-1-5-million-de-volailles-abattues-en-europe_5061218_3244.html

https://www.lavoixdunord.fr/122026/article/2017-02-21/des-volailles-deja-confinees

Le virus avait été apporté par des oiseaux migrateurs… toute ressemblance avec la situation actuelle est purement fortuite bien entendu…

On ne savait dire, à la même période, si l’épidémie avait culminé ou non… toute ressemblance avec la situation actuelle et caetera

Les abattages préventifs, comme ceux qui ont été annoncés la semaine dernière en France, « ont pour objectif de frapper un grand coup pour faire baisser la pression et éviter les transmissions du virus entre élevages », a rappelé devant la presse Monique Eloit, directrice générale de l’OIE.

(…) Mme Eloit estime que les éleveurs devraient certainement à l’avenir trouver un « juste équilibre » entre les exigences contradictoires : l’élevage en plein air, destiné à satisfaire la demande des consommateurs et les défenseurs du bien être animal présente en effet plus de risques pour la transmission des maladies par la faune sauvage, et plus de difficultés matérielles pour garantir l’innocuité des lieux d’élevage. (Le Monde, 12/01/2017)

L’on avait alors décidé de sacrifier le bien-être animal sur l’autel de la santé publique… et l’on craignait que la « faune sauvage » ne transmette néanmoins le virus puisqu’elle demeurait libre (là encore, toute ressemblance, et caetera).

.

La supériorité de l’espèce humaine sur les animaux avait justifié finalement qu’on ne reconnaisse pas de droit à la vie à l’animal tué, l’animal n’étant pas une personne ayant un droit fondamental à vivre (proclamé actuellement par la CEDH), alors que l’être humain se voit actuellement reconnaître ce droit même quand il a commis les pires atrocités, l’interdiction de la peine de mort étant désormais dans la Constitution et les textes internationaux ratifiés par la France depuis quelques années…

Les amoureux des animaux aiment souvent à dire, suivant Gandhi, qu’on « reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux« . On pourrait dire la même chose à propos des personnes âgées…

En théorie, nos dirigeants n’ont donc pas le droit de mettre à mort  une personne âgée au motif qu’elle coûterait trop cher à la collectivité, qu’elle ne serait plus rentable, ayant achevé la période de sa vie pendant laquelle elle cotisait, tandis que les héritiers ont hâte de toucher l’héritage parfois, et que les caisses de retraite nous assure-t-on ne pourront pas être pérennes si les retraites ne sont pas réformées.

Normalement donc, les résidents des EHPAD devraient voir leur droit à vivre respecté, mais le confinement en cours dans les maisons de retraite laisse craindre le pire.

De nombreux spécialistes ont tiré la sonnette d’alarme : isolées, coupées de leur famille, les personnes âgées se laissent mourir, vivent un enfer psychique qui contribue à la détérioration de leur état de santé.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-le-confinement-dans-les-ehpad-remis-en-question_3896905.html

La perspective de ne pas revoir leurs proches avant la fin de l’année va probablement porter un coup dur à cette santé psychique qui est à cet âge fortement connectée à la santé physique, selon des processus psychosomatiques. Les personnes âgées en assez bonne santé physique actuellement risquent donc de décliner fortement…

Pour beaucoup, la situation actuelle est absurde donc, cela suscite des critiques ou à tout le moins des interrogations quant au but de la manoeuvre…

Pourquoi de Leyen veut-elle confiner nos vieux dans les Ephad tant qu’il n’y aura pas de vaccin ?

Le respect que l’on a pour les personnes âgées va de pair avec un humanisme, qui passe par la conscience du caractère sacré du chaînage des générations au sein de l’entité nationale, une mais plurielle aussi par la diversité des familles et des générations. A partir du moment où l’on commence à jeter l’opprobre sur le passé national, en déclarant par exemple que la France aurait commis un « crime contre l’humanité en Algérie », ou bien en considérant que certaines personnes ne sont « rien », une déclaration qui porte atteinte à la dignité humaine, conserve-t-on sincèrement un respect pour les vieux Français ?

Les résidents des EHPAD sont-ils quelque chose aux yeux de Macron, qui distinguait comme une summa divisio « ceux qui réussissent » et « ceux qui ne sont rien » ? Ont-ils encore assez de dignité humaine à ses yeux pour ne pas être sacrifiés ?

Lors de la gestion de la grippe aviaire, des millions de volailles avaient été confinées avant d’être exterminées, la même politique est-elle en cours ?

En 2016, le virus était arrivé en novembre, la fermeture des frontières aviaires avait eu lieu en janvier, le confinement appelé « vide sanitaire » en avril et l’abattage des volailles gavées en intérieur en attendant en mai leur abattage systématique… alors chef, même plan de « guerre » en 2020 ?

Nul doute que la question est taboue, mais la liberté d’expression nous permet quand même de s’interroger, d’autant plus que les statistiques de mortalité excluent de leur dénombrement les morts en EHPAD.

La mortalité dans les Ehpad, délibérément sous-estimée, pourrait dépasser 100 000 décès

Aurait-on peur que les chiffres soient révélateurs, qu’ils interpellent ?

 113 total views,  4 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. Hélas, il n’y aura pas d’ordre écrit comme pièce à conviction pour le procés hypothétique (j’ai des doutes en ce qui concerne la justice)

  2. J’en suis persuadée depuis le début du confinement. Pire, lors du deconfinement si il a lieu un jour, il y aura des découvertes macabres de personnes isolées chez elles.

  3. François des Groux
    14 avril 2020 at 7 h 22 min

    ……………..Ce scénario me fait penser à « Soleil vert », il film qui m’avait marqué à 12-13 ans…

    HAHA ! il m’ avait ébloui a sa sortie, j’ avais 32 ans !! Gamin, va !!

    je me rappelle encore du nom deson vieux collègue flic: Chaul (saul), encore un feuj, comme de la pastorale qui accompagne son départ pour devenir du Soylent Green

    va savoir si le petit marquis poudré n’ a pas un dessein semblable derrière…ses mensonges et ses gesticulations

    • « Gamin, va ! »

      Oui, j’avoue, je suis de la génération macronienne !

  4. C’est ce que j’ai toujours pensé que pour notre psychopathe qui hante l’Élisée tuer nos anciens est une solution pour ne pas payer les retraites.
    Pensé donc mon père qui a 93 ans et qui a pris sa retraite à 60 ans, (retraite forcée sinon chômage) ce qui fait 33 ans de retraite, impensable pour macron. c’est pas possible tout c’est argent gaspillé qui pourrait servir pour les retraites des CPF qui eux n’ont jamais bossé.

  5. Un vieux en EHPAD ne s’exprime pas, n’a aucune influence sur le cours des choses et on en fait peu de cas.
    Il faudrait au contraire beaucoup d’humanité, de respect, d’attention mais visiblement, ce n’est pas la priorité d’un Macron avec sa logique déshumanisée. Résultat, effectivement, glaçant : un sort qui fait penser à celui de poules en cages, objets interchangeables et dont on se fiche éperdument, excellente image.

    • Une personne âgée qui meurt, ce sont aussi des héritiers qui voient leur patrimoine augmenter, l’Etat qui perçoit des droits de succession voire carrément la succession quand le doyen n’avait plus de parenté, ni fait de testament…
      60% de droits de succession s’il lègue à un ami, un proche ayant simplement son affectation…
      Pour les descendants, plus la personne reste en maison de retraite, plus la manne dont ils hériteront se réduit… Il faut beaucoup d’humanité et de respect pour son aïeul pour ne pas souhaiter sa mort, surtout si l’on ajoute les complexes en tous genres, Oedipe et compagnie qui rendent les relations avec les aînés si compliquées. Les électeurs LREM en ont-ils assez d’humanité quand on voit pour qui ils ont voté ? Pas sûr du tout !
      Bon, en plus, avec les chômeurs, entrepreneurs en faillite et miséreux que la crise sanitaire va engendrer, un petit héritage ça ne fait pas de mal !
      On ne peut hélas pas exclure que le gouvernement ait fait ce calcul… qui est susceptible de plaire aux électeurs LREM pour qui l’argent n’a pas d’odeur.

  6. heca-tombe de deces en EHPAD
    …..en marche….vers la reforme des retraites

    • La réforme des retraites pourrait être ‘ mise de côté ‘ , selon Gilles Le Gendre.
      (Publié par L’EXPRESS.fr le 12/04/2020 à 10:59)

      ‘ Mise de côté ‘ jusqu’au moment où le nombre définitif de morts sera connu ? Ensuite, en fonction de la quantité de retraités survivants restants, ils décideront si cette réforme est nécessaire ou pas.

      • @Gloup

        Bonjour,

        Il y aura un article sur ce sujet cet après-midi… Pour Gilles Le Gendre (LREM), une des priorités de « l’après-COVID19 », c’est… la transition écologique (ben oui, l’essence est moins chère en ce moment, faudra penser à augmenter…)

      • Je suis même surpris que dupourri 1er n’ait pas encore pensé à y recaser ses copains dès la descente des bateaux;;; Ca irait plus vite pour faire de la place,, et permettrait des prendre totalement aux frais du con-tribuable, après effacement de la dette…

  7. Bonne question, et bonne analyse,

    si on laisse entrer les soignants contaminés,( de toute évidence ce sont eux qui introduisent le virus en EHPAD), comment ont-ils la cruauté de priver ces vieux du soutien psychologique de leur parentèle, et de les obliger à mourir SEULS ?

    Il n’y a plus aucun respect de la vie humaine, plus de respect de l être humain
    dans ce cas, nous ne pouvons pas croire que nous sommes confinés pour notre bien,

    sur la côte, après la vague des Parisiens, juste avant le confinement,
    nous subissons actuellement pour Pâques, la vague de touristes anglais et allemands,

    comment se fait-il que ces estivants passent si facilement les frontières ??
    pourquoi seuls les Français doivent-ils être confinés ?

  8. L’idée paraît monstrueuse ou « complotiste » mais on peut effectivement se poser la question…

    Ce scénario me fait penser à « Soleil vert », il film qui m’avait marqué à 12-13 ans…

    Et puis, c’est vrai, les personnes âgées représentent « l’ancienne » France c’est-à-dire tout ce que déteste Macron et les progressistes : les 30 Glorieuses et le « Made in France », les colons, les flonflons-accordéon-bals musette, le jambon-beurre et le bœuf bourguignon etc.

    Maintenant, ils sont inactifs, sentent le formol, ressassent leur identité et le temps béni « d’avant », représentent le passé honni et puis, surtout, leurs retraites coûtent cher.

    Alors qu’un migrant musclé et sa culture musulmane, c’est tellement… prometteur.

    • Attali a énoncé la règle : « Après 65 ans, etc. » et un de ses vieux compagnons de route et complice, Hollande, avait tiré la conclusion dans un discours prononcé pendant sa campagne présidentielle, devant un parterre de CPF : « Vous êtes l’avenir de la France ».
      Avec ça, si on n’a encore pas compris…

      • L’erreur est humaine mais quant on l’a reconnue, la corriger est logique. En résumé il faut détruire ces “oiseaux“ de malheurs, avant qu’ils provoquent plus de détresses .

    • Et surtout le braquemart d’un ébène !! oh!oh quelle jouissance pour la fiote macrouille !!!

Les commentaires sont fermés.