Bientôt un Oscar et une Palme d’or pour Les Misérables de Ladj Ly ?


Bientôt un Oscar et une Palme d’or pour Les Misérables de Ladj Ly ?

.

Le cinéma de papa, c’est terminé : il s’est éteint avec la mort de Kirk Douglas.

Bon, il reste encore Clint Eastwood – bientôt 90 ans – et ses films typiques de l’Amérique blanche conservatrice : Inspecteur Harry, Gran Torino, Mémoires de nos pères – Lettres d’Iwo Jima etc. Enfin, que des trucs démodés de Yankee raciste.

En France aussi, il y en avait marre des vieux schnocks blancs qui ne faisaient plus rire ou émouvoir en banlieue : Jean Gabin, Bourvil, De Funès, Lino Ventura, Yves Montand…

Ras-le bol de La Grande Vadrouille ou des Gendarmes à Noël sans parité ni diversité !

Heureusement, grâce au cinéma hyper-subventionné et à la discrimination positive, la France peut s’enorgueillir de produire les plus grosses bouses du monde. Des daubes cinématographiques, oui, mais inclusives, respectant des quotas de femmes et de races qui n’existent pas.

Des films, qui, finalement, obéissent bien à l’injonction multiculturelle, racisée et progressiste en vigueur outre-Atlantique.

Les acteurs du film

C’est, sans doute, à ce titre que notre dernière superproduction se voit nominée aux Oscars 2020 : Les Misérables de Ladj Ly se retrouvent à Los Angeles pour recevoir, peut-être, dimanche, le prix du meilleur film étranger.

Or, après la 92e cérémonie des Oscars, suit la 73e édition du festival de Cannes qui avait déjà, en 2019, décerné le Prix du Jury à Ladj Ly pour ses « Misérables » racisés, en présence du gros Michaël Moore, celui qui aimerait que l’Amérique soit « débarrassée de son privilège blanc ».

Il était donc logique que Les Misérables, privilégié par les critiques dithyrambiques des médias subventionnés, soit sélectionné par Cannes pour représenter la France à Los Angeles.

Et comme notre pays, toujours avec 10 ans de retard sur les États-Unis, doit également éradiquer son privilège blanc, quoi de mieux que le réalisateur suprémaciste noir Spike Lee pour présider le festival de Cannes en 2020 ?

D’ailleurs, les journalistes blancs en pamoison insistaient lourdement sur la couleur du réalisateur de Malcom X et de BlacKkKlansman : J’ai infiltré le Ku Klux Klan.

 

– Spike Lee, premier président noir du festival de Cannes : « On comble une lacune », déclare le délégué général du Festival de Cannes (France Info)

– Spike Lee, premier président noir du jury du Festival de Cannes – Défense d’une fierté afro-américaine (Libération)

– Festival de Cannes : Spike Lee, cinéaste phare de la cause noire, nommé président du jury (20 Minutes)

– « Il devient ainsi le premier Noir à occuper cette fonction prestigieuse assurée l’an dernier par le cinéaste mexicain Alejandro Iñarritu » (Ouest-France)

Le béret « Black A. », c’est tendance ! (AFP – Loïc Venance)

 

« Un mec comme lui devrait fermer sa gueule » avait déclaré le peu consensuel Clint Eastwood à l’encontre de Spike Lee lui reprochant de ne pas mettre assez de « soldats nègres » dans Iwo Jima et de parler à la place des Noirs dans Bird (un film sur le musicien de jazz Charlie Parker)

«Il se plaignait quand j’ai fait Bird. Pourquoi un mec blanc ferait ça ? J’étais le seul à le faire, voilà pourquoi » Le prochain film de Clint Eastwood, Invictus, aborde la façon dont Nelson Mandela a utilisé la victoire de l’Afrique du Sud à la Coupe du monde de rugby de 1995 pour promouvoir l’unité nationale après l’Apartheid. Eastwood rassure : «Je ne vais pas rendre Nelson Mandela blanc » (20 Minutes)

En revanche, Spike Lee appréciera sans doute que Ladj Ly noircissent ses Misérables en reprenant la victoire des Bleus à la finale de la Coupe du Monde de football de 1998 (début de la bande-annonce du film) et des « acteurs » de Montfermeil.

Des jeunes de banlieue à qui on offre un aller-retour pour Los Angeles afin de faire rayonner à l’international la cité de non-droit de Seine-Saint-Denis.

 

 

Si Les Misérables, malgré la publicité médiatique, n’a attiré que 2 millions de spectateurs en France, la consécration des Oscars serait une aubaine pour Srab Films (où officie Antoine Pialat, fils de…) qui l’a produit. Une boîte de production sise rue Mirrha (emblématique de l’islamisation du 18e arrondissement de Paris) régulièrement épaulée par des commandes publiques (France 2 Cinéma, Rhône-Alpes Cinéma…) donc, avec nos sous…

Bref, si Les Misérables de Ladj Ly n’ont vraiment, mais alors vraiment, rien à voir avec l’œuvre de Victor Hugo, c’est, encore une fois, une tentative de faire pleurer sur nos ghettos urbains et « la misère sociale » (RTL.be), d’attirer les financements publics et de mettre en avant la fameuse diversité, chance pour la France dans l’attente de voir disparaître les Blancs « privilègiés ».

Les Misérables 2019 sera-t-il consacré par le gratin hollywoodien et new-yorkais, autrefois déchiré par l’affaire #MeToo ?

Réponse : dimanche soir, 23h30, sur Canal+.

 

 

Bande-annonce des Misérables 2019

.

Les Misérables 1934 (Harry Baur – Charles Vanel)

.

Les Misérables 1958 – « La racailles et les honnêtes gens » (Blier-Gabin)

.

Les Misérables 1982 – « L’affection, ça ne se commande pas » (Carmet – Ventura)

.

Les Miséroïdes 1991 (Jean-Claude Van Damme – Les Inconnus)

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




20 thoughts on “Bientôt un Oscar et une Palme d’or pour Les Misérables de Ladj Ly ?

  1. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    Vu le niveau actuel des « œuvres » en tout genre et « hauts faits d’arme », les Oscars et autres médailles de la Légion d’Honneur décernés ne sont devenus que des récompenses à la gloire de la médiocrité !

  2. AvatarMachinchose

    je suis trés décu par El Hadj ali (traduction en français de l’ dentité musulmane d’ AOF du cineaste Ladj Ly )

    j’ aurais tant aimé qu il nous offre du Chateaubriand en nous cinématisant « le Génie du Christianisme »………………….par exemple………

  3. Avatarjeje

    plus de télé et de cinéma depuis plus de 15 ans ,,,,,
    faut etre fou pour payer pour regarder de la merde et des conneries !!!!!

  4. AvatarHervé

    Bientôt,ils vont nous sortir des films sur Pasteur,les frères Lumière,ou d’autres grands inventeurs Européens,et ce seront des Africains,qui joueront le rôle. Nous devrons donc remercier l’Afrique,pour nous avoir apporté toute sa technologie et son savoir,en Europe..! Toute cette manipulation des esprits,est destinée à nos enfants;c’est évident,et nous ne devons plus laisser faire,ces salopards. Il y a vraiment un énorme problème,en Europe,comme une sorte de suicide collectif;mais organisé par une seule petite minorité..! Arrêtons d’écouter tous leurs mensonges,et soyons les maîtres de nous même..! Leur cinéma a assez duré.

    1. AvatarALEX 28

      Auguste et Louis Lumiere étaient blancs, parait-il, mais en est-on bien sûr ? Il faudrait demander au célèbre militant « anti-raciste » Thuram !! Les africains et leur génie inventif ont peut-être été spoliés, une fois de plus !….

  5. Avatarhollender

    100% d’accord avec jeje.
    pour notre famille, plus de diarrhée cinématographique depuis plus de 20 ans.
    On compense par la télévision. ARTE, HISTOIRE, et la chasse aux documentaires.
    Même les chaînes d’information sont bannies. On se renseigne autrement.

  6. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Moi cela me fait rire…..

    Et je suis certaine que la plupart des Français (qui n’iront pas voir le film bien sûr qui n’en est pas un vu le mensonge sur lequel il est bâti) méprisent ces tentatives tellement grossières de nous manipuler pour l’accueil de ces gens venus d’ailleurs dont personne n’est dupe des motivations sous-jacentes.

    Quoiqu’ils fassent ou tentent, cela ne changera rien à la réalité européenne et blanche de la France,

    L’Amérique a un problème avec la couleur de par son passé et veut se réhabiliter cela fait partie de sa propre Histoire pas de la nôtre. Mais il y en a bien sûr qui en profitent.

    Alors forcément, cela sert les objectifs mortifères de nos politiques, ils ne vont pas s’en priver d’autant que c’est uniquement une provocation et les instigateurs le savent.

  7. AvatarJoël

    Une solution bien plus simple, et tant pis pour les 3 ou 4 palaces qui font fortune avec ça : transférer le festival à Bamako ou Bangui.
    Et qu’ils arrêtent de nous emmerder.

    1. AvatarMountain

      Je n’ai pas vu le film et je n’irai pas le voir ,rien qu’à voir la bande annonce,encore des pleurnicheries les français ne nous aiment pas, la police non plus,on est stigmatisés bla bla bla ,bla bla bla .Ceux qui se tiennent tranquilles n’ont pas de problèmes,mais les autres ben tant pis pour eux .

  8. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Ils vont bien arriver un jour à nous refaire un « Lawrence d’Arabie » avec Omar Sy dans le rôle titre. C’est vrai que le rôle d’un officier anglais lui va comme un gant il en a tout le faciès… Et toute la bobosphère journalistique et artistique se pâmera probablement devant le pékin en lui attribuant Oscars, Palmes d’or et autres récompenses magouilleuses de merde.
    Mais d’où sortent ils tous ces cons qui se croient si forts au point de vouloir réécrire l’histoire et refaire le monde en dépit de toute logique et de toute objectivité? Le monde devient vraiment très con.

  9. AvatarGAVIVA

    de la merde sur un plateau d’argent qui se prend pour une omelette norvégienne.
    AH LES CONS, tout fiers, gonflés d’orgueil injustifié à en péter dans leur peau. Péché mortel.

  10. AvatarMountain

    Oui je l’avais dit dans un Precedent post ,les gendarmes ,les don camillo,la soupe aux choux ,la trilogie de pagnol ,j’en passe et des meilleurs ,nimporte quoi .

  11. AvatarAnne Lauwaert

    Vous parlez de cinéma, ça tombe bien car j’adore! En 2006 nous sommes allées la dernière fois au cinéma voir « Le diable s’habille en Prada ». Pendant tout le film, derrière nous, une dame et son fils ont discuté à haute voix le fait que dans ce cinéma il n’y avait pas de popcorn… Alors nous nous sommes dit 2x 15F pour nos places = 30F ce qui est le prix d’un DVD . Donc quand un film nous intéresse, nous achetons le DVD est ça, c’est extra car on peut l’interrompre pour remplir le verre ou aller faire pipi et en plus on a les bonus. La télé multikulti est devenue émétique. Ces derniers temps, au coin du feu ouvert, chaque soir je regarde une valeur sûre. Ça fait un bon moment que j’ai envie de dire à tout le monde : «c’est extraordinaire ce qu’il y a d’excellents films et surtout d’excellents films français ! re regardez-les ça va vous faire un bien énorme ! ça va vous revigorer ! »
    En vrac :
    un film du temps où on pouvait rigoler : « Les valseuses » et « Préparez vos mouchoirs »
    sulfureux « Belle de jour »
    charmant « La vie de château »
    dramatique « L’amant »
    grandiose « Indochine »
    sérieux « 36 quai des orfèvres »
    prophétique « L’union sacrée »
    poétique « La belle et la bête »
    exquis : « Tous les matins du monde »
    faites un tour sur google et digitez « films français de 1970 » par exemple, vous allez redécouvrir des merveilles que maintenant on peut voir via internet. Après chaque film on se dit « ça n’a pas pris une ride » car quand le film est bon il est éternel.
    Exemple « Le miracle des loups » de 1961 avec Jean Marais qui avait 48 ans ! et… Roger Hanin qui en avait 36…
    Une phrase : « Pour lutter contre l’injustice, le pays de France n’a jamais manqué de partisans ! » ça n’a pas pris une ride !
    « Ils » veulent faire du cinéma ? Tant mieux ! Ils veulent rejouer l’Histoire en négatif ? ( le négatif d’une photo est noir) ? Grand bien leur fasse ! Il vaut mieux faire du cinéma et aller au cinéma que brûler des églises. Mais personne ne peut vous obliger, vous, à y aller. Par contre, replongez dans notre si belle culture, cela va vous faire le plus grand bien et mieux encore : faites découvrir ces films que vous aimez à vos enfants, petits-enfants et amis. Retisser des liens ? Une soirée cinéma à la maison ! Pourquoi pas un petit cercle d’amis genre ciné forum de notre bon vieux temps.
    Et quand vous aurez épuisé le cinéma français il y a encore quelques films « instructifs »… « The post » alias « Pentagon papers » ou « Les hommes du président » et le Watergate, etc… magouille, magouille, magouille … et, tiens, « Red Corner » en Chine, c’est de circonstance … et quand même les lanceurs d’alerte qui ne lâchent pas le morceau… comme RL et RR
    Alors je me répète « Même si vous n’êtes qu’une minorité réduite à un seul individu, la vérité reste la vérité » comme le disait Gandhi.
    Et à la fin du film je me dis « Waouw, ça fait du bien ! »

  12. AvatarAnne Lauwaert

    c’est de ça qu’on parlait ?
    • Film : Parasite de Bong Joon-ho
    • Réalisateur : Bong Joon-ho (Parasite)
    • Acteur : Joaquin Phoenix (Joker)
    • Actrice : Renée Zellweger (Judy)
    • Second rôle féminin : Laura Dern (Marriage Story)
    • Second rôle masculin : Brad Pitt (Once Upon a Time… in Hollywood)
    • Scénario original : Parasite de Bong Joon-ho
    • Scénario (adaptation) : Jojo Rabbit de Taika Waititi
    • Photographie : 1917 de Sam Mendes
    • Musique originale : Joker de Todd Phillips
    • Chanson originale : (I’m Gonna) Love Me Again (Rocketman) d’Elton John et Taron Egerton
    • Film international : Parasite de Bong Joon-ho
    • Film d’animation : Toy Story 4 de Josh Cooley
    • Documentaire : American Factory de Julia Reichert et Steven Bognar
    • Maquillage et coiffure : Scandale (Bombshell) de Jay Roach
    • Costumes : Les Filles du docteur March de Greta Gerwig
    • Montage son : Le Mans 66 de James Mangold
    • Mixage son : 1917 de Sam Mendes
    • Décors : Once Upon a Time… in Hollywood de Quentin Tarantino
    • Effets spéciaux : 1917 de Sam Mendes
    • Montage : Le Mans 66 de James Mangold
    • Court-métrage : The Neighbor’s Window de Marshall Curry
    • Court-métrage d’animation : Hair Love de Matthew A. Cherry et Bruce W. Smith
    • Court-métrage documentaire : Learning to Skateboard in a Warzone (If You’re a Girl) de Carol Dysinger

    il est où le monsieur?

    1. François des GrouxFrançois des Groux Post author

      @Anne Lauwaert

      Merci pour vos commentaires.

      Si Ladj Ly repart bredouille, il lui reste encore Cannes. Et avec Spike Lee comme président du jury…

      Vu les prix pratiqués, nous allons de moins en moins au cinéma.

      Sauf récemment pour voir « 1917 ». Un film prenant,émouvant, spectaculaire mais avec quelque chose d’articiel… je ne saurais dire quoi. Et il a fallu que Sam Mendès mette une touche de « multiculturalisme » : des soldats noirs aux côtés des soldats anglais (quelqu’un pourrait me dire si l’on mélangeait vraiment les « coloniaux » avec les Tommies ?) et le gentil sikh aidant le héros à sortir du bourbier…

      Effectivement, nous nous adonnons à des « soirées cinéma » à la maison en (re)découvrant de beaux films d’antan.

      Et si les enfants aiment les « blockbusters » à base de 3D, d’effets spéciaux et d’explosions multiples, ils savent aussi apprécier autre chose…

Comments are closed.