Macron ferme les bureaux de poste en Ile de France : adieu services publics…

Fermeture de bureaux de poste : les services publics disparaissent aussi en Ile-de-France
http://www.frontnational.com/2017/11/fermeture-de-bureaux-de-poste-les-services-publics-disparaissent-aussi-en-ile-de-france/
15/11/2017

Communiqué de presse de Wallerand de SAINT JUST, Président du groupe FN à la Région Île-de-France, et d’Huguette FATNA, conseillère régionale et membre de la commission de l’environnement et de l’aménagement du territoire

L’Ile-de-France, jusque dans ses zones les plus urbaines, n’est pas épargnée par la désertification des services publics. De source syndicale, ce sont ainsi 200 bureaux de poste fermés rien qu’en 2017 et une réduction des amplitudes horaires de l’ordre de 30%. Rien qu’à Paris, ce sont 15 bureaux de poste fermés en 5 ans et des activités majoritairement transférées à des points relais gérés par des commerçants.

La Poste répond : baisse de la fréquentation et rénovation des points qui restent ouverts. Des bureaux de poste neufs, mais loin de chez soi et fermés tôt le matin et le soir, pas de quoi s’étonner d’une baisse de fréquentation. Derrière les beaux discours, la réalité est celle des contraintes financières que la direction du groupe La Poste s’impose dans une logique d’austérité et de rentabilité.

Là est le problème : la Poste est un service public, et un service public n’est pas destiné à être rentable. Il est destiné, comme son nom l’indique, à servir les citoyens, c’est d’ailleurs pour cela qu’ils paient des impôts. Mais il est vrai qu’on ne peut pas augmenter le budget de l’AME ou celui de la contribution française à l’Union européenne, « et en même temps » utiliser l’argent des Français pour leur confort et un bon niveau de service.

En tout état de cause, le groupe Front National du Conseil régional d’Ile-de-France dénonce cette politique et la désertification des services publics dans notre région et saisira la présidente de Région d’une question orale dès la semaine prochaine en séance plénière pour connaître les réponses qu’elle compte apporter à ce problème.

 28 total views,  2 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Les bureaux de postes, les écoles en milieu rural, les hôpitaux, l’armée, tout y passe, restrictions, fermetures, suppression, augmentation des tarifs
    Saccage des services publics, selon l’UE, ces services ne sont pas « rentables », or ce système, que tous les autres pays nous envient, est typiquement français, et l’UE veut le détruire au nom de la « rentabilité » et de la compétitivité chère à toumou, le prédécesseur de minimac,
    L’argent doit rentrer dans les caisses de l’UE, 9 milliards par an, c’est la dime de la France et des français pour assurer le fonctionnement du monstre administratif et de ses nombreux parasites, fonctionnaires européens de Bruxelles,
    Parallèlement à la suppression de nos fonctionnaires utiles au bon fonctionnement du pays, on enrichit grassement les fonctionnaires pléthoriques et inutiles de l’UE,
    S’il y en a encore qui disent que l’UE nous protègent, ce sont de GROS MENTEURS

  2. La Poste, les écoles, la santé, la sécurité : est ce bien raisonnable de vouloir rentabiliser tout ça? Tout l’infrastructure de l’état est en train de tomber en ruine. Les routes s’usent, les voies ferrées sont vieilles, on ne fabrique plus d’acier, les services publics ferment… Il n’y a pas d’argent pour ça ma bonne dame.
    Je pense que tous ces services publics sont le fondement de la République et qu’il est primordial de les garder, comme nous aurions pu garder aussi certains secteurs industriels sous la responsabilité de l’état.
    Il faut arrêter la casse!

  3. Fermeture des services publics, en particulier les écoles. C’est comme cela qu’on tue les villages et la ruralité.
    « la Poste est un service public, et un service public n’est pas destiné à être rentable » Dites-vous ?
    C’est exactement ce qui est arrivé à l’armée il y a plus de 10 ans quand on a remplacé les militaires par des hauts-fonctionnaires civils à la Défense. Comme on ne voulait pas moderniser l’outil, on a « claqué » l’effectif avec le résultat qu’on connait. L’armée en temps de paix n’est pas rentable, qu’ils disaient. Ah bon, parce que la guerre est rentable ? Les « camemberts excel » étaient surchauffés.
    Mais rassurez-vous, leur confort à eux, il n’a pas baissé d’un poil, bien au contraire.

Les commentaires sont fermés.