Imam de Brest, affaire classée : les non voilées sont des merdes et ceux qui écoutent de la musique des porcs

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/l-enquete-visant-l-imam-salafiste-de-brest-classee-sans-suite_1875842.html
Etrange liberté d’expression sous contrôle de la charia en France.
D’un côté on condamne à 6 mois de prison ferme celui qui met des lardons dans une boîte aux lettres, on condamne une Christine Tasin pour avoir dit que si un jour l’islam était interdit seraient interdits, forcément, voiles, kamis, mosquées dans les rues (condamnation en première instance, en appel et affaire en cour de cassation)
De l’autre, un imam peut publiquement, dans une video,  comparer les femmes non voilées à des merdes qui attirent les mouches à merde, élégante comparaison pour dire que si une femme non voilée se fait draguer, voire agresser sexuellement c’est qu’elle l’a bien cherché. C’est vrai, quoi, ce n’est pas faute d’avoir prévenu, il ressasse : le hidjab est la pudeur de la femme
Capture d’écran 2017-02-05 à 08.45.37
http://resistancerepublicaine.com/2015/10/05/laisserez-vous-limam-de-brest-comparer-les-femmes-non-voilees-a-des-merdes/
De l’autre, le même imam peut publiquement enseigner ( dans une école coranique, enseignement relayé par une video) que ceux qui écoutent de la musique sont des porcs et des singes,  incitant ainsi les jeunes musulmans qui l’écoutent à considérer les non musulmans comme des ennemis et des blasphémateurs passibles de la peine de mort.
http://resistancerepublicaine.com/2015/09/25/ceux-qui-ecoutent-la-musique-seront-engloutis-et-transformes-en-singes-et-en-porcs/
Tout cela on le savait déjà, puisque la première enquête à propos des propos islamiquement corrects de l’imam avait conclu que la loi ne pouvait pas les interdire.
http://resistancerepublicaine.com/2016/05/06/les-imams-citant-le-coran-pourraient-ils-ne-pas-etre-poursuivis-pour-incitation-a-la-haine/
Naturellement il fait de la politique à l’intérieur de la mosquée, en contravention totale avec la loi de 1905, mais ça les autorités ne veulent pas le savoir, ça les arrange un peu…
http://resistancerepublicaine.com/2015/12/09/brest-limam-salafiste-appelle-les-musulmans-a-se-mobiliser-contre-le-fn-raison-de-plus-pour-voter-fn/

Loi de 1905
Chapitre V : Police des cultes. 
Article 25
Les réunions pour la célébration d’un culte tenues dans les locaux appartenant à une association cultuelle ou mis à sa disposition sont publiques. Elles sont dispensées des formalités de l’article 8 de la loi du 30 juin 1881, mais restent placées sous la surveillance des autorités dans l’intérêt de l’ordre public.
Article 26
Il est interdit de tenir des réunions politiques dans les locaux servant habituellement à l’exercice d’un culte.

Une seconde enquête avait été diligentée pour donner raison à Hollande qui, pour se faire mousser sur un plateau télé, avait imprudemment dit qu’il y en avait une sur l’imam de Brest, ce qui était faux à l’époque.
http://resistancerepublicaine.com/2016/05/05/magique-pour-ne-pas-desavouer-hollande-ils-poursuivent-enfin-limam-de-brest/
Alors ils ont cherché dans la mosquée perquisitionnée, dans les comptes de l’imam… Il semble que ses « activités économiques » ( joli concept) ne tombaient pas sous le coup de la loi….
http://resistancerepublicaine.com/2015/11/21/quelquun-a-t-il-prevenu-limam-salafiste-de-brest-de-la-perquisition-de-sa-mosquee/
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.  C’est le djihad en action.
Et il y a encore des tarés dans ce pays pour envisager sereinement de voter Macron, Hamon, Mélenchon ou Fillon ?

 212 total views,  1 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. Il existe un flottement dans le droit positif sur l’islam dit radical.
    A force, on est conduit à douter de la réalité du courant « radical » ou au moins de la capacité à identifier un « radical », quand on nous dit que le tueur de Nice se serait « radicalisé » en un temps record, comme on attraperait la grippe et qu’un djihadiste pourrait être « déradicalisé », après passage entre les mains « expertes » de Dounia Bouzar et compagnie.
    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/sonia-revenante-du-djihad-mais-deja-repartie-en-syrie_1873505.html
    (« Comble de l’ironie: Sonia B. était suivie depuis son retour par le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI), fondé par l’anthropologue Dounia Bouzar et sujet à de régulières critiques quant à son efficacité. Pour David Thomson, la jeune femme était très virulente à l’encontre des méthodes du centre et avait l’impression d’être utilisée pour « de la communication ». Une version contestée par la présidente auprès du Figaro: « Lorsqu’elle est rentrée et qu’elle est venue vers moi, elle était déjà déradicalisée […] Elle est partie parce qu’elle n’avait pas d’avenir ici. Son nom avait été jeté en pâture dans la presse. » Selon Dounia Bouzar, si Sonia a cédé de nouveau aux sirènes du djihad, c’est pour ne pas « finir clocharde en France » et parce qu’elle « ne trouvait pas de travail »).
    http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/attaque-de-nice/20160716.OBS4759/le-tueur-de-nice-radicalise-tres-rapidement-le-point-sur-l-enquete-48-h-apres.html
    On voit des personnes assignées à résidence parce qu’elles fricotent avec des « islamistes radicaux », ou parce qu’elles en sont directement (la motivation typique des décisions, face à la difficulté de prouver la réalité, est de relever qu’il existe un contact avec des djihadistes partis en Syrie ou au Yémen par exemple). Cependant, dans d’autres cas, la circonstance d’un islam radical paraît indifférente, alors que des préoccupations de sécurité sont en jeu.
    J’ai ainsi relevé une décision de la justice administrative qui paraît un peu hypocrite et en tout cas, symptomatique de cette hésitation, cette peur de « stigmatiser » probablement. Il est question d’une personne ayant accès à des zones réservées de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle.
    L’autorisation d’y accéder a été retirée par le préfet de la Seine-saint-Denis 93, ce que l’intéressé a voulu contester en justice.
    Le refus de renouvellement est fondé sur des actes de violence intervenus en dehors de l’activité professionnelle.
    Il n’est donc pas fondé sur les circonstances pourtant bien plus importantes que relève la décision : « participation en 2009 à une tentative de déstabilisation de la salle de prière « Essalam » de Bonneuil sur Marne par un groupe proche de la mouvance salafiste » et le fait que le requérant « était apparu au second trimestre 2010 en relation étroite avec des membres de la mouvance islamiste radicale, dont un certain nombre avait effectué des séjours à l’étranger, notamment au Yémen ».
    Autrement dit, il ne s’agit pas d’appliquer le principe de précaution quant au risque d’attentat dans les transports aériens.
    On a pourtant l’impression que l’idée est sous-jacente : sinon, pourquoi évoquer les relations de l’intéressé avec des salafistes et « islamistes radicaux » ?
    Il était peut-être plus sûr que la mesure soit validée en invoquant les faits de violence, incontestables, là où des relations avec des réseaux nourrissant le terrorisme sont susceptibles d’une appréciation variable (en effet, la jurisprudence nous a déjà fait le coup du « repenti » qui se serait « auto-déradicalisé » en quelques semaines…).
    Toujours est-il qu’on aimerait voir consacré de façon claire et fréquente le recours au principe de précaution. On n’a plus le loisir de plaisanter à ce sujet (si jamais on l’a eue), les risques sont sérieux et considérables. Il faut appeler un chat un chat.
    Cour Administrative d’appel de PARIS
    GARDERES, avocat
    24 janvier 2017
    M. A…B…a demandé au Tribunal administratif de Melun d’annuler la décision du 25 août 2014 par laquelle le préfet de la Seine-Saint-Denis a refusé de lui renouveler son habilitation lui permettant d’accéder à la zone réservée de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, d’enjoindre au préfet de la Seine-Saint-Denis de lui renouveler son habilitation, dans un délai de quinze jours à compter de la notification du jugement à intervenir, sous astreinte de cinquante euros par jour de retard et de mettre à la charge de l’Etat la somme de 1 500 euros en application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.
    Par un jugement n° 1409600 du 31 juillet 2015 le Tribunal administratif de Melun a rejeté sa demande.
    Procédure devant la Cour :
    Par une requête et un mémoire enregistrés à la Cour administrative d’appel les 30 septembre 2015 et 26 octobre 2015, M.B…, représenté par MeC…, demande à la Cour :
    1°) d’annuler ce jugement du Tribunal administratif de Melun ;
    2°) d’annuler la décision du 25 août 2014 du préfet de la Seine-Saint-Denis refusant de lui renouveler son habilitation lui permettant d’accéder à la zone réservée de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et la décision de rejet de son recours gracieux du 22 octobre 2014 ;
    3°) d’enjoindre au préfet de Seine-Saint-Denis sous astreinte de 50 euros par jour de retard de lui délivrer une habilitation pour exercer une activité professionnelle en zone réservée dans un délai de quinze jours à compter de la notification du présent arrêt ;
    4°) de mettre à la charge de l’Etat le versement d’une somme de 3 000 euros en application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.
    Il soutient que :
    – le jugement attaqué est entaché de dénaturation des faits dès lors qu’il confirme l’appréciation erronée portée par le préfet de Seine-Saint-Denis qui a, à tort retenu qu’il représentait une menace pour la sécurité alors que la direction de la police aux frontières a émis un avis favorable au renouvellement de son habilitation et que l’affrontement du 25 novembre 2011 qui lui est reproché ne relève pas d’un conflit religieux mais d’une simple querelle de personnes ;
    – le jugement est entaché aussi d’erreur de droit au regard de l’article R. 213-3-1 du code de l’aviation civile dès lors que le tribunal n’a pas vérifié si son comportement était incompatible avec l’exercice de fonctions en zone de sûreté comme le retenait la décision attaquée, mais s’est fondé sur un autre critère en retenant que sa moralité et son comportement ne présentaient pas les garanties requises au regard de l’ordre public ;
    – le tribunal a violé la loi en écartant le moyen tiré de l’erreur d’appréciation de la décision attaquée alors que le comportement du requérant est irréprochable et ne justifiait pas le refus contesté ;
    (…) 1. Considérant que M.B…, salarié de la société Air France et qui disposait à ce titre d’une habilitation lui permettant l’accès à la zone réservée de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle a fait l’objet d’un refus de renouvellement de cette habilitation par décision du préfet de la Seine-Saint-Denis du 25 août 2014 ; qu’après le rejet le 22 octobre 2014 du recours gracieux qu’il avait formé à l’encontre de cette décision M. B…a saisi le Tribunal administratif de Melun qui a rejeté sa demande, par jugement du 31 juillet 2015 dont il interjette appel ;
    Sur le bien-fondé du jugement :
    2. Considérant qu’aux termes de l’article L. 6342-2 du code des transports :  » L’accès à la zone côté piste de l’aérodrome et la circulation dans cette zone sont soumis à autorisation. / Les personnes accédant aux zones de sûreté à accès réglementé et y circulant sont tenues de détenir, outre le cas échéant l’habilitation mentionnée au premier alinéa de l’article L. 6342-3, un titre de circulation ou l’un des documents mentionnés au point 1.2.2.2 de l’annexe au règlement (UE) n° 185/2010 de la Commission du 4 mars 2010 fixant des mesures détaillées pour la mise en oeuvre des normes de base communes dans le domaine de la sûreté de l’aviation civile  » ; qu’aux termes de l’article L. 6342-3 du même code :  » Les personnes ayant accès aux zones de sûreté à accès réglementé des aérodromes ou aux approvisionnements de bord sécurisés, ainsi que celles ayant accès au fret, aux colis postaux ou au courrier postal, sécurisés par un agent habilité ou ayant fait l’objet de contrôles de sûreté par un chargeur connu et identifiés comme devant être acheminés par voie aérienne, doivent être habilitées par l’autorité administrative compétente. / La délivrance de cette habilitation est précédée d’une enquête administrative donnant lieu, le cas échéant, à consultation du bulletin n° 2 du casier judiciaire et des traitements automatisés de données à caractère personnel gérés par les services de police et de gendarmerie nationales relevant des dispositions de l’article 26 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, à l’exception des fichiers d’identification. / Un décret en Conseil d’Etat détermine les conditions d’application du présent article et notamment les personnes réputées détenir cette habilitation  » ; que l’article R. 213-3-1 du code de l’aviation civile prévoit que :  » I.-L’habilitation mentionnée à l’article L. 6342-3 du code des transports est demandée par l’entreprise ou l’organisme qui emploie la personne devant être habilitée. Elle peut être sollicitée, préalablement à une entrée en formation, par le futur employeur. Dans ce cas, le dossier de demande d’habilitation comprend une lettre d’intention d’embauche. / L’habilitation est délivrée ou refusée par le préfet exerçant les pouvoirs de police sur l’aérodrome lorsque l’entreprise ou l’organisme concerné est situé sur l’emprise de celui-ci, ou par le préfet territorialement compétent dans les autres cas. A Paris, la compétence appartient au préfet de police. / L’habilitation est valable sur l’ensemble du territoire national pour une durée maximale de cinq ans. / II.-L’habilitation peut être retirée ou suspendue par le préfet territorialement compétent lorsque la moralité ou le comportement de la personne titulaire de cette habilitation ne présente pas les garanties requises au regard de la sûreté de l’Etat, de la sécurité publique, de la sécurité des personnes, de l’ordre public ou sont incompatibles avec l’exercice d’une activité dans les zones de sûreté à accès réglementé des aérodromes, dans les lieux de préparation et stockage des approvisionnements de bord, ou des expéditions de fret ou de courrier postal sécurisées et devant être acheminées par voie aérienne, ainsi que dans les installations mentionnées au III de l’article R. 213-3 […]  » ;
    3. Considérant que M. B…soutient que les premiers juges auraient entaché leur jugement de  » dénaturation  » dans la mesure où ils auraient, comme le préfet, tenu pour établis les faits relatés dans un rapport d’enquête de la police aux frontières du 14 août 2014 qui au demeurant émettait un avis favorable au renouvellement de son habilitation, mais qui faisait état de ce qu’il était connu des services de police pour  » participation en 2009 à une tentative de déstabilisation de la salle de prière  » Essalam  » de Bonneuil sur Marne par un groupe proche de la mouvance salafiste « , et de ce qu’il était  » apparu au second trimestre 2010 en relation étroite avec des membres de la mouvance islamiste radicale, dont un certain nombre avait effectué des séjours à l’étranger, notamment au Yémen « , tout ceci ayant justifié une demande d’abrogation de son habilitation le 15 juin 2011, à laquelle il n’avait pas été donné suite ; que le moyen est toutefois inopérant dès lors qu’il ressort des motifs de la décision attaquée du préfet de police qu’elle ne se fonde pas sur ces faits mais sur sa participation, également rappelée dans le rapport de police du 14 août 2014, à des faits de violence ayant entrainé une ITT n’excédant pas huit jours commis le 25 novembre 2011 à Bonneuil sur Marne ; que le requérant ne conteste pas sérieusement la matérialité de ces faits du 25 novembre 2011 qui ne sauraient être justifiés par les dissensions alléguées au sein de l’association Essalam ; que dans ces conditions, et alors même que les faits reprochés n’ont donné lieu qu’à un rappel à la loi, le préfet des Hauts de Seine a pu, sans entacher sa décision d’erreur d’appréciation estimer que son comportement était incompatible avec l’exercice des fonctions ou des missions envisagées en zone de sûreté à accès règlementé des aérodromes ; que la circonstance que la décision attaquée emporte des conséquences graves sur sa vie privée est sans incidence sur sa légalité ; que le requérant ne peut davantage faire utilement valoir que le tribunal s’est fondé sur le critère, figurant à l’article R. 213-3-1 du code de l’aviation civile, tiré de ce que sa moralité et son comportement ne présenteraient pas les garanties requises au regard de l’ordre public plutôt que sur celui retenu par le préfet, dés lors qu’ainsi qu’il vient d’être dit, le préfet a pu légalement estimer que son comportement était incompatible avec l’exercice des fonctions ou des missions envisagées en zone de sûreté à accès règlementé des aérodromes ;(…)
    DÉCIDE :
    Article 1er : La requête de M. B…est rejetée.

  2. Bien qu’ ayant lu tous les messages je n’ arrive pas à vérifier si cet imam dangereux a il été viré de la France après avoir fait ses horribles annonces religieuses… il devait y avoir une justice bien longtemps après ses horribles annonces …quel a été le résultat ??? Merci de nous informer.!
    Kénavo de Bretagne Nord

    • il est tranquillement à Brest dans sa mosquée et il prend même des cours en fac

  3. Ah Voilà pourquoi les joueurs de foot entendent le cri du singe depuis la tribune du stade …..sans doute parce qu’ils ont tous , des énormes écouteurs sur les oreilles à l’échauffement . Il faut donc le préciser à la LICRA pour qu’il revoit leur copie ….C ‘ est dans le coran. …….ah quand la corannerie vous rattrappe….

  4. quant à minimacron, on peut se demander, à juste titre, si lui-même a jamais existé…

  5. si les salles dévolues au culte sont « publiques »,
    essayons de faire entrer un groupe de femmes en mini-jupes et talons, le vendredi à l’heure de la prière,
    on verra leur réaction…
    je suis persuadé que dans leur tête rétrécie, les salles et mosquées leur appartiennent,
    elles ne sont plus du tout publiques

  6. Il est vrai que cela fait un bout de temps que je me suis interrogée, vraiment, sur leur équilibre mental… et ce qu’ils montrent est de pire en pire, ça ne s’arrange.

  7. Cela reste encore toujours nos dirigeants les plus malades et les plus dangereux d’urgence à se débarrasser de tous les pouvoirs possibles et n’importe où sur terre.
    Car nous imposer une soit disant religion comme l’Islam criminogène pour dégénéré mentaux, il faut faire vraiment partie des très grands malades mentaux, avec une absence total des réalités gravissimes.
    J’ai entendu sur RTL-TVI Belgique du journal d’hier soir, que le Roi Belge était contre Donalt Trump et combattre le populisme et le dangereux replis sur soi  »
    Donc même le Roi des Belges s’il vous plait, je crois qu’il y a eu pas mal de Belge qui ont dû tomber de leurs chaises et se pincer pour réaliser qu’ils rêvait pas en regardant la TV ce soir là, et sans compter que le Roi avait pris position politique face au peuple Belge!, c’est fou!.
    Ils ont tous perdu la raison, du moins en avaient ils une pour en arriver là.
    Ils vous parlent de l’Islam et des musulmans, malgré les graves conséquences que avons déjà eu en Europe et dans le monde, comme s’ils parlaient de petites ballerines sans défenses, c’est dingue!.
    Pendant que partout en Europe les peuples complètement reniés et désemparés cherchent à se défendre d’une façon ou d’une autre contre ces fous aux pouvoirs et là nous parlons de plusieurs dizaines de million d ‘européens qu’ils ne voient pas!, çà dépasse l’imagination les plus dingues!.

  8. Macron
    « Le FN ne parle pas du peuple mais d’une France qui n’a jamais existé !!!! »
    Plus tard il s’adresse aux français !!!
    A partir de quand la France est-elle née ?
    Faudrait accorder vos violons messieurs les politiques!
    « Pays formé pendant l’Antiquité tardive, vingt ans après la chute de l’Empire romain d’occident, la France tire son nom des Francs, peuple germanique qui a institué les premiers fondements de son État sur les bases de la Gaule romaine. »(source Wkipédia »)
    12:12 sur FR3, Ségolène déclare que la France est la « NATION » en 1ère place pour les énergies vertes.
    Si j’entends le discours habituel de nos humanistes globalistes bien-pensants, les mots Nation et France deviennent des oxymores.
    Concernant la décision par D.Trump de refouler certains musulmans, Ségolène pense que c’est dommage pour les entreprises qui seraient en panne de chercheurs.
    Au sujet des chercheurs, nous, on en a beaucoup: chercheurs de la CAF, chercheurs en marketing d’islamisation, chercheurs au CCIF, chercheurs droguistes, chercheurs de liberté à Fresnes etc.
    Peu de chercheurs en assimilation (Autriche : environ la moitié des réfugiés considèrent que la religion est au-dessus de la loi. Ce qui correspond au sondage de l’Institut Montaigne)
    Par contre ceux qui cherchent des moutons sont satisfait en Occident;
    Mot de MMLP hier « Hamon, Fillion, Macron, Mélenchon; les .ons ça ose tout c’est à ça…. »

  9. Nous sommes en train de nous faire voler tranquillement notre pays et bientôt peut-être nos vies par cette engeance mahométane et halalisée (à l’Elysée bientôt?) qui croit au chef de guerre pédophile qui n’a du reste probablement pas existé, misogyne, voleur et pilleur de caravanes, assassin et génocideur de juifs par lui-même ou par délégation, esclavagiste, menteur etc.
    Bref un type exécrable qui s’il avait vécu aujourd’hui se ferait réduire en purée par un drone ou serait convoqué pieds et mains liées au TPI, si tant est que le TPI n’est pas une machine complice du grand remplacement en cours.

  10. Et pour les musulmans qui doutent d’avoir lâché des gaz intestinaux pendant la prière, ils peuvent benéficier des conseils de docteurs de l’islam https://islamqa.info/fr/212088.
    Pour ne pas être indisposés avec entre autre les haricots et pouvoir faire ses prières en toute sérénité, (appelés musiciens en langage populaire), je propose ce site très sérieux de science et avenir https://www.sciencesetavenir.fr/nutrition/pourquoi-les-haricots-font-ils-peter_101561.
    Ceux qui disent et font n’importe quoi, ressemblent à des chevaux fous lâchés en pleine nature représentant un danger pour tout le monde. Il convient donc de traîter de toute urgence le problème à la source.
    Dans certaines circonstances plus les fous sont nombreux et moins on rit.

Les commentaires sont fermés.