Loi anti-mosquée votée en Lombardie !

Les choses bougent en Europe, peu à peu. Après la proposition de loi de Jacques Bompard pour obtenir un moratoire pour la construction de mosquées, c’est la Ligue du Nord  qui est parvenue à ce beau travail.

Même si nous ne nous faisons pas d’illusions sur le projet de loi présenté par Jacques Bompard avec la majorité actuelle et les collabos de l’opposition, le socle islamophile est ébranlé.

Il y a plus de 5 ans que nous réclamons, quant à nous, un moratoire sur la construction des mosquées, sans que jamais un politique ait eu le courage de nous suivre. C’est donc une première. Et cela n’arrive pas par hasard. C’est au moment où nous sommes menacés par une invasion migratoire majoritairement musulmane, que nous sommes menacés par les attentats terroristes musulmans, que nous sommes menacés par la place grandissante de l’islam chez nous, que nous sommes menacés par les revendications communautaristes que cela arrive.

Cela signifie   que, peu à peu, l’islamisation à marche forcée de la France, de l’Europe… ouvre les yeux d’un certain nombre de gens qui se sentent obligés de réagir, de lutter, de contre-attaquer.

Et on remarquera que, à part un baroud d’honneur de la « gauche » dans l’hémicycle contre Bompard, la presse se tait étrangement sur sa proposition de loi. Pas de polémique…  Parce que les journalistes commenceraient à avoir les yeux dessillés ou bien par peur d’ouvrir ceux de leurs lecteurs ?

On remarquera également (voir article du Figaro ci-dessous) qu’en Italie, mis à part quelques éructations d’islamophiles isolés, le silence prévaut.

Qui ne dit mot consent.

La Ligue du Nord, un parti anti-immigration, a fait voter une loi rendant «quasi impossible» la construction de lieux de culte musulmans en Lombardie. En Italie, la loi n’a suscité aucune polémique.

Le Conseil régional de Lombardie a approuvé, mardi dernier, une loi qui régit la construction de nouveaux lieux de culte dans la région. Présentée sous le nom de «principes de planification de l’équipement pour les services religieux», la loi n’est ni plus ni moins une mesure «anti-mosquée» pour ses détracteurs.

Depuis près de huit mois, la Ligue du Nord, un parti politique régionaliste souvent décrit comme populiste et anti-immigration, préparait cette loi. Interrogé par France 2, Roberto Anelli, initiateur et rapporteur du texte, espère «qu’on a pu éviter un désastre, sinon ils (les musulmans) ne s’arrêteront jamais», faisant référence à un projet avorté de construction d’une mosquée pour 7000 fidèles en Lombardie. Pour l’élu «mosquée ne veut pas dire terroriste, mosquée veut dire risque de terroriste».

Avant d’être votée, la loi a été modifiée à trois reprises par des amendements. Ces derniers visent à autoriser l’organisation d’un référendum régional pour statuer sur le sort d’un projet de construction, à alourdir la procédure administrative ou encore à exiger que les bâtiments construits soient en adéquation avec l’architecture du «paysage lombard». De plus, pour être validé, un projet devra obtenir l’approbation d’une «consultation régionale», et être surveillé de très près, notamment par un système de vidéo surveillance, après la construction. Autant de garde-fous qui visent à éviter la construction d’édifices contestés.

La loi ne s’applique pas uniquement aux mosquées, mais aussi aux églises catholiques, aux synagogues, et aux autres lieux de culte. Cependant, la manière dont celle-ci est écrite rend «quasi impossible» la construction d’une mosquée, explique John Foot, historien spécialiste de l’Italie, sur le site Internazionale. En outre, de nombreuses églises ont été érigées depuis plusieurs centaines d’années dans la région, ce qui n’est pas le cas des mosquées, ajoute l’historien, pour qui plusieurs milliers de musulmans n’ont pas de mosquées «officielles». Pour justifier le vote, Federico Lena, un conseiller de la Ligue du Nord, juge que la présence des musulmans dans la région «n’est pas indispensable».

Peu de réactions en Italie

Si une loi de ce type parait irréalisable en France, en Italie, elle n’a suscité aucune polémique. Seuls quelques opposants à la Ligue du Nord ont haussé la voix. «La loi est discriminatoire et donc inconstitutionnelle», a réagi Roberto Bruni, conseiller régional du parti «Pacte Civique» et ancien maire de Bergame, en ajoutant que «cette mesure islamophobe est de nature à entraver toute personne qui désire pratiquer sa religion, y compris les catholiques». Dans le même sens, Jacopo Scandella, conseiller régional du Parti démocrate, a souligné que «cette loi ne résout pas un seul problème. Les musulmans continueront à prier dans la rue, dans des caves ou dans des centres culturels souvent délabrés et difficiles à contrôler, comme ils l’ont fait jusqu’à maintenant». A l’échelon national, aucun dirigeant politique n’a commenté cette loi. Même Matteo Renzi, qui d’habitude n’hésite pas à donner son avis sur les réseaux sociaux, n’a pas réagi.

http://www.lefigaro.fr/international/2015/02/03/01003-20150203ARTFIG00376-une-loi-anti-mosquee-adoptee-en-lombardie.php

 

Christine Tasin

 

 58 total views,  1 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. L FRANCE étant un pays de tradition chrétienne , les mosquées ne doivent plus proliférer !!!

  2. Encore une fois de plus et toujours les mêmes qui sont visés, cette loi a été créé n’ont pas à cause des autres religions, mais à cause de seul l’Islam et les musulmans et seulement à cause d’eux et toujours les mêmes que l’on montre du doigt, et cela dans tous les pays européens et en dehors, que cela arrive, tout simplement parce qu’ils sont invivables et se font rejeté par tout le monde, même des non européens, partout où ils vont tôt ou tard les ennuis commence, et tôt ou tard ils se font jeté dehors.
    Le vivre ensemble forcé, c’est comme le mariage forcé, çà ne marche pas et fait le bonheur de personne et surtout le malheur dans tous les domaine pour tous nos peuples européens.
    Si certain peuple dans le passé avait eu droit à l’indépendance des occupants colonisateurs, nous aussi, nous avons ces droits là, et on ne parlait pas de racisme et autres bla, bla stupides à ces époques là, alors : « Non à la dictature multicolonial et vive l’indépendance  » et surtout l’Islam dehors!, car aucun parfum n’efface la haine.

  3. Une sage et grande décision , mais il faudra aller plus loin . Pour préserver la paix , il faut éviter de réunir et essayer d’assembler des composants contraires ne pouvant nullement l’être , persister a le faire mènera inévitablement au désastre .

  4. Un peu d’optimisme en Europe… mais pas en France, je ne pense pas que ça nous arrivera chez nous, nos gouvernants successifs ne font que des concessions pour ne pas « faire d’amalgame » et vont à la chasse aux électeurs issus des quartiers « populaires » (avant populaire voulait dire ouvriers ou l’on trouvait des français moyens, aujourd’hui ce sont les ghettos d’une population issue de l’immigration !). Alors, il faut tout faire pour leur bonheur, au détriment d’une autre population qui semble complètement oubliée, celle des français de souche (les souchiens, comme j’ai entendu de la bouche d’une musulmane militante sur le plateau d’une émission de télévision !).

    Le jour où il y aura une telle loi voté en France, les poules auront des dents… ou Marine Le Pen à la présidence… Ce que je pense impossible à ce jour vue la propagande des antifas et de toutes les associations islamistes qui bourrent le crâne aux français politiquement corrects qui pensent dans le sens,les bien-pensants.

    Si cette prise de conscience pouvait faire boule de neige ailleurs, on peut rêver…

  5. D’accord ils ont peur nos cher élus et ils réagissent c’est très bien mais c’est pas après avoir chier aux froc qu’il faut serrer les fesses c’était avant qu’il aurait fallu le faire.

  6. …; » leur présence n’est pas indispensable. »
    J’ajoute qu’elle est tout à fait indésirable.

Les commentaires sont fermés.