Si on arrêtait de tout mélanger ? Ni le mariage gay ni l’euthanasie ne sont responsables du djihadisme !

Etat-Islamiquehttp://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/02/10/31003-20150210ARTFIG00397-fabrice-hadjadj-les-djihadistes-le-11-janvier-et-l-europe-du-vide.php

Fabrice Hadjadj, dans l’article ci-dessus au titre fort évocateur,  les djihadistes, le 11 janvier et l’Europe du vide (sic ! ), cherche à analyser et comprendre le phénomène du djihad.

Même s’il ne dit pas que des choses fausses, il faut tout de même s’inscrire en faux contre cette tendance à l’auto-culpabilisation qui voudrait nous faire croire que nous n’aurions que ce que nous aurions mérité, à cause de trop de matérialisme, de  confort, de consumérisme, de vacances, de loisirs, de libertés, voire de libertarisme qui aurait favorisé la naissance d’un certain nombre de djihadistes !

J’ai bien compris qu’il cite Onfray, le lucide et  excellent Onfray, et qu’effectivement la génération Le Lay-TF1-Coca a écouté quelques sirupeuses et faciles sirènes. Mais…

Mais tout de même, ce n’est pas parce que les masses laborieuses, après des siècles de dur labeur (merde, Germinal  ça à moins de 130 ans !!!) ont à leur tour profité d’un peu  de temps libre, de plaisirs, de confort qu’il faudrait leur faire porter le chapeau. Et de tout temps l’immense majorité du peuple a fréquenté le cirque plus volontiers que les bibliothèques et  le théâtre.

L’islam ce n’est pas nous. Il existait déjà avant les congés payés, la publicité et coca-cola.

L’islamisme ce n’est pas nous. Il existait déjà avant les 35 heures, la déchristianisation  et le mariage homo. L’islamisme c’est le fonctionnement intrinsèque de l’islam depuis sa naissance, pillages, viols, destruction, esclavagisme, violences et morts brutales. Ils n’ont pas attendu la société de consommation…

Et  le sieur  Hadjadj mérite une volée de bois vert qui a écrit ces énormités nous rendant responsables de la transformation de petits musulmans en djihadistes :

« Comment leurs espérances de pensée et d’amour ne se sont-elles pas réalisées en voyant tous les progrès en marche, à savoir la crise économique, le mariage gay, la légalisation de l’euthanasie? Car c’était précisément le débat qui intéressait le gouvernement français juste avant les attentats: la République était toute tendue vers cette grande conquête humaine, la dernière sans doute, à savoir le droit d’être assisté dans son suicide ou achevé par des bourreaux dont la délicatesse est attestée par leur diplôme en médecine…

Comprenez-moi: les Kouachi, Coulibaly, étaient «parfaitement intégrés», mais intégrés au rien, à la négation de tout élan historique et spirituel, et c’est pourquoi ils ont fini par se soumettre à un islamisme qui n’était pas seulement en réaction à ce vide mais aussi en continuité avec ce vide, avec sa logistique de déracinement mondial, de perte de la transmission familiale, d’amélioration technique des corps pour en faire de super-instruments connectés à un dispositif sans âme… »

Je m’inscris par ailleurs en faux contre l’assertion  qui voudrait que, face à des individus déterminés à appliquer la loi d’Allah et le modèle mahométan des haddith-s,   nous serions « animés par le néant ».

On croirait du Tariq Ramadan ou du Houria Bouteldja. La faute du « souchien ». La faute de l’Occidental dégénéré. Dégénéré pourquoi ? Parce qu’il fait une place égalitaire à celui qui aime un être de son sexe ? Excusez-moi monsieur Hadjadj, mais c’est quand même une preuve de civilisation hautement supérieure à celle qui veut la polygamie, l’enfermement des femmes ou  le viol des fillettes… Si le néant n’est pas là, où est-il ?

Le musulman qui deviendrait djihadiste parce que face à l’islam nous ne lui offririons que du néant ? La faute de l’Occidental dégénéré ? Dégénéré pourquoi ? Parce qu’il  tient à la dignité, qu’il ne veut pas être soumis à la dure loi de la nature et finir dans les souffrances et l’animalité, appelant de ses voeux l’euthanasie, c’est-à-dire le droit de réclamer la cigüe et de la boire de son plein gré pour mettre fin à une vie qui n’a plus de sens ni d’intérêt ? Excusez-moi, monsieur Hadjadj, mais c’est quand même une preuve de civilisation hautement supérieure à celle qui veut lapider les femmes adultères et couper les mains des voleurs… Si le néant n’est pas là, où est-il ?

Que chacun soit opposé au mariage homo ou à l’euthanasie ou qu’il leur soit favorable comme je le suis à  titre personnel (cela n’engage pas RR), il ne peut pas laisser dire que ces évolutions ou aspirations sociétales seraient et du vide et responsables de la transformation d’adolescents en djihadistes.

Trop facile.

Et le contraire tellement facile à démontrer.

Qu’est-ce qui a maintenu la tête hors de l’eau à Chahdortt Djavann quand elle arrive d’Iran ? La littérature française, Voltaire, Montesquieu, Molière. Du néant amenant au djihadisme ?

Qu’est-ce qui a fait découvrir à Wafa Sultan la liberté quand elle est arrivée aux Etats-Unis ? La fabuleuse liberté de la femme pouvant boire seule un café à la terrasse d’un café. Du néant amenant au djihadisme ?

Comment s’étonner alors de ses propos relatés dans wikipedia ?

Reprenant la thèse du choc des civilisations développée par Samuel Huntington. Selon elle, cette opposition reposerait sur le fait que l’occident est émanation de raison, et ses détracteurs « une civilisation arriérée, primitive, barbare, oppressive, dictatoriale, violant les droits de l’homme, traitant les femmes comme des bêtes. »[réf. nécessaire] Et lorsque le journaliste d’Al Jazeera lui demande « Selon vous la culture occidentale serait opposée à l’arriération et à l’ignorance des musulmans ? » celle-ci acquiesce « oui, c’est ce que je veux dire. »3

Les miracles médicaux et scientifiques pour redonner la vue ou la vie à des enfants qui naissent handicapés ou le sont devenus ? Du néant ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Transplantation_h%C3%A9patique

L’instruction et l’éducation des filles ? Du néant ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Curie

Ces jeunes prodiges ? Du néant ?

Le patrimoine français ? Le Génie français ? Du néant ?


On pourrait le croire. Il semble que pour Fabrice Hadjadj, sans religion, il n’y aurait que du néant. C’est un peu lassant ce mépris de certains croyants pour ceux qui ne partagent pas leur foi, ce mépris de ceux qui voudraient, comme trop de musulmans, imposer la croyance et la religion à tous pour sauver le monde.

J’avais déjà répondu à l’abbé de Tanouarn sur le sujet il y a un an.

http://www.bvoltaire.fr/christinetasin/lamour-des-athees-vaut-bien-celui-des-croyants-monsieur-de-tanouarn,44903

Je persiste et signe. Si je ne vois aucun inconvénient à ce que certains de mes contemporains croient en Dieu, je refuse qu’ils se croient pour autant investis du droit de non seulement mépriser l’athée que je suis  mais en sus de l’accuser de tous les maux.

C’est insupportable. D’autant plus insupportable que depuis que l’homme existe, avec ou sans Dieux, il a souvent donné un spectacle nihiliste assez peu ragoûtant. Et oser rendre les athées et ceux qui se battent pour  des évolutions de la société responsables des horreurs moyenâgeuses n’est pas acceptable. Tout simplement parce que cela revient à relativiser la faute des djihadistes et à légitimer leur haine de l’Occident.

Il ne faudrait pas oublier, tout de même, que l’immense majorité des monstres de l’Etat islamique, djihadistes s’il en est, n’ont jamais mis les pieds en Occident, qu’on ne leur a jamais demandé ce qu’ils pensaient du mariage homo, eux qui jettent par la fenêtre les homos qu’ils font lapider par la foule quand ils ne meurent pas du premier coup et qu’il ne connaissent pas l’euthanasie, occupés à assassiner tous ceux qui ne sont pas d’accord avec eux…

Christine Tasin

Résistance républicaine.

 

 

 37 total views,  1 views today

image_pdf

38 Commentaires

  1. Parfaitement exact Christine , d’autant que Jésus n’ a jamais interdit l’esclavage et ni interdit la pédophilie, ( Ainsi Jésus invite celui qui veut être le premier parmi ses disciples à être ‘l’esclave de tous’ (Mt 20:27) Le serviteur qui, ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups » Luc12.47).il a fallu attendre le Pape Jean VIII au IX ème siècle pour avoir l’autorisation de l’ Eglise pour affranchir un esclave. Et c’est loin d’être évident lorsqu’on lit la Bulle Pontificale de Nicolas V qui justifie la politique esclavagiste des Portugais de l’ époque…La polygamie n’a jamais été interdite de manière explicite…Colporter des « inexactitudes » ne rend pas service à la religion Chrétienne que nous défendons

    • Bonjour Otoosan,

      Vous dites dans votre dernier post:
      « d’autant que Jésus n’ a jamais interdit l’esclavage et ni interdit la pédophilie »

      Il me semble que si, car Jésus a recommandé de traiter les autres comme ses frères, et on ne réduit pas son frère en esclavage.
      Il a dit également de faire pour les autres ce qu’on aimerait qu’ils fassent pour nous. Or peu de personnes aspirent au statut d’esclave.
      (Evangile selon Saint Luc, chapitre 6, verset 31: «Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux»)

      Au sujet de l’esclavage, Saint Paul a dit:
      « Car vous tous qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez été revêtus du Christ. Il n’y a plus ni Juifs, ni Grecs; plus d’esclaves, plus d’hommes libres; plus d’homme, ni de femme. Car tous vous n’êtes plus qu’un dans le Christ Jésus».
      (Lettre aux Galates, chapitre 3, verset 27)

      Pour la pédophilie, Jésus a dit qu’il valait mieux être jeté à la mer avec une meule attachée autour du cou plutôt que de scandaliser un enfant.
      (Evangile de Saint Matthieu, chapitre 18, verset 6)
      Donc il était contre la pédophilie, et opposé à toute forme d’abus contre plus faible que soi.

      « Ainsi Jésus invite celui qui veut être le premier parmi ses disciples à être ‘l’esclave de tous’ (Mt 20:27) »

      Cette recommandation ne voulait absolument pas dire que Jésus était pour l’esclavage. Ne voyez-vous pas ce qu’il y a de noble dans cette demande de se mettre au service des autres, de faire passer les autres avant soi ?

      «Le serviteur qui, ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups (Luc 12.47) »

      Mais Otoosan, c’est une parabole, comme il y en a tant dans les Evangiles ! Il ne s’agit pas de maître et d’esclave au sens pratique du terme, mais d’une allégorie: le maître étant Dieu et ceux qui servent cet idéal sont les humains. Ils ne le servent pas comme un majordome sert son maître à table. Ils le servent en répandant le bien sur terre, et en combattant le mal.
      Dans ce même Evangile de Saint Luc, Jésus dit:
      «Le disciple n’est pas au-dessus du maître; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître» (chapitre 6, verset 40)

      « Il a fallu attendre le Pape Jean VIII au IX ème siècle pour avoir l’autorisation de l’Eglise pour affranchir un esclave ».

      Vous voulez dire qu’avant ce brave Pape, l’Eglise interdisait l’affranchissement d’un esclave ? Vous plaisantez j’espère.
      De plus l’Eglise n’est pas Jésus. Si l’Eglise avait toujours été fidèle aux enseignements de Jésus, bien des malheurs auraient été évités.

      « Et c’est loin d’être évident lorsqu’on lit la Bulle Pontificale de Nicolas V qui justifie la politique esclavagiste des Portugais de l’époque… »

      Jésus n’est pas une bulle, ni même un Pape. Pour cette raison, il existe des chrétiens qui sont en accord avec Jésus tout en étant en désaccord avec certains Papes, en tous cas sur certains points.
      De fervents chrétiens, dont des membres du clergé, écrivent au Pape pour marquer leur désaccord, et ces lettres sont parfois publiées sur le net, comme celle de l’Abbé Pagès, par exemple.
      Et il y a des centaines de millions de chrétiens qui ne dépendent pas du Pape, parce-qu’ils ne sont pas catholiques.

      « La polygamie n’a jamais été interdite de manière explicite… »

      C’est parce-qu’elle n’était pas courante chez les juifs à l’époque de Jésus. Tolérée certes, mais pas très pratiquée.
      Mais Jésus a clairement désapprouvé l’adultère, et la répudiation, et a valorisé la fidélité conjugale et les autres formes de fidélité. Or la fidélité est incompatible avec la polygamie.
      Et s’il est une recommandation de Jésus qui n’ait pas été ignorée par l’Eglise, c’est bien l’interdiction de la polygamie, qui n’a jamais été tolérée par les Eglises Catholique, Orthodoxe ou Protestante.
      A ce sujet, Jésus a dit:
      «Tout homme qui renvoie sa femme et en épouse une autre commet un adultère» (Saint Luc, chapitre 16, verset 18)

      «Colporter des «inexactitudes» ne rend pas service à la religion Chrétienne que nous défendons»

      Si c’est ainsi que vous «défendez» la religion chrétienne, on se demande ce que vous feriez si vous vouliez l’attaquer.
      Madame Tasin, elle, ne raconte pas de salades sur le christianisme. A mon avis, c’est là que réside le bénéfice d’avoir reçu une éducation au sujet du christianisme.
      Une partie de vos arguments me sont régulièrement servis par des interlocuteurs musulmans (notamment le fait que Jésus n’aurait pas interdit la polygamie ni la pédophilie ni l’esclavagisme).
      Comme vous, les musulmans mettent les erreurs de l’Eglise sur le dos de Jésus.
      Les musulmans utilisent, eux aussi, les paraboles mentionnées dans les Evangiles pour attribuer à Jésus des paroles violentes qui ont été prononcées par l’un des protagonistes de la parabole en question.
      La parabole la plus utilisée par les musulmans pour faire passer Jésus pour un criminel est celle de l’Evangile de Saint Luc (chapitre 19, verset 27), dans laquelle un roi dit:
      «Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les devant moi.»
      Certains musulmans attribuent à Jésus les paroles criminelles prononcées par le roi dont il est question dans cette parabole. Ils pensent qu’en calomniant Jésus, ils innocenteront Mahomet.

  2. « Ma chère Eva, il est dommage que je manque aussi cruellement de temps en ce moment et que j’aie d’autres urgences, nous pourrions échanger à perte de vue/d’écriture ».

    Peut-être qu’un jour nous aurons le loisir d’en discuter plus longuement. Nous avons une fascination commune pour la Grèce, à la différence que j’idéalise moins les Grecs de l’antiquité, qui traitaient les femmes comme des quantités négligeables (ce que les Grecs d’aujourd’hui sont les premiers à admettre).

    « Je suis une indéfectible admiratrice de Socrate, il ne faut pas confondre pédophilie et éducation amoureuse, la civilisation grecque, fort heureusement, n’avait pas les préjugés du christianisme concernant l’amour et la sexualité entre les membres du même sexe »

    Je ne condamne pas l’homosexualité, je condamne le fait de coucher avec ses élèves, à cause du lien de subordination (et parfois de fascination) qu’il y a entre le maître et l’élève. Les relations sexuelles ne sont pas saines quand le consentement de l’un des partenaires est vicié par la différence de statut, d’âge, de prestige, de pouvoir, ou par la nécessité de s’instruire sans pouvoir faire autrement que d’accorder des faveurs sexuelles à son maître. Jamais nos professeurs ne devraient se charger de notre éducation sexuelle ni amoureuse.
    Sauf quand la relation de maître à élève est déjà terminée, ce qui change la donne.

    « il s’agissait d’une initiation intellectuelle, amoureuse, consentie, qui commençait à la fin de l’adolescence, à l’âge qui pour nous est celui de la majorité donc de l’âge adulte ».

    D’après mes informations, les élèves n’étaient pas toujours de jeunes adultes, mais de jeunes adolescents. Il m’est difficile de croire que TOUS ces adolescents étaient tentés par des relations homosexuelles, et avec leur maître de surcroît, et qu’ils étaient tous libres de refuser les rapports sexuels avec leurs maîtres, ce qui les aurait fait passer à côté d’une éducation qui n’était dispensée qu’aux privilégiés. Education dont les femmes étaient exclues, soit dit en passant.

    « Par ailleurs Socrate avait une détestable épouse, Xanthippe, qui lui faisait des scènes en public et qui était sa croix, qu’il ait pu parfois lui rendre la pareille ne me choque pas et il n’était nullement bigame ».

    Il semble qu’il avait une autre femme dans sa vie, mais peut-être ne s’était-il pas marié avec elle ? Je ferai des recherches dans ce sens.

    « Les esclaves étaient les prisonniers de guerre essentiellement, on savait qu’on pouvait à son tour devenir esclaves »

    C’est vrai, mais Jésus a interdit l’esclavage, et il l’a interdit dans une société dont le système économique reposait sur l’esclavage. On a dû le prendre pour un fou. Et l’on s’étonne qu’il ait fini sur la croix ?

    « Cela n’empêche pas les Grecs et notamment les philosophes d’avoir apporté sagesse, lumière, équilibre à des générations d’êtres et de continuer à le faire ».

    Je suis d’accord avec vous, mais le bémol est que les femmes étaient exclues de cet « équilibre », sauf quelques privilégiées. Les femmes en Grèce ne participaient pas à la démocratie, elles ne votaient pas, elles.

    « je demeurerai toute ma vie redevable des valeurs et de la formation qu’ils m’ont apportée. Ils m’ont appris à admirer l’homme, le progrès, l’humanité ».

    Mais ils ne vous ont pas appris à admirer les femmes, qui étaient assez méprisées. Madame Tasin, il est hors de question que je regarde de haut l’héritage grec, qui est indispensable, fascinant, et irremplaçable. Mais pour rien au monde, je ne voudrais vivre en tant que femme dans cette Grèce-là. Mes amies grecques sont d’accord avec moi sur ce point.
    Mais si on me proposais de choisir entre vivre dans la Grèce de l’Antiquité, ou bien dans les pays musulmans d’aujourd’hui, vous connaissez ma réponse 🙂

    « Je ne l’ai pas fait exprès, ils m’ont apporté ce que je n’ai pas trouvé dans le christianisme »

    Vous n’avez pas à vous justifier, d’autant plus que votre passion pour la Grèce est plus partagée que vous ne le croyez. Qui peut être insensible à ce que la Grèce a apporté au reste du monde ?
    C’est juste que cette civilisation admettait certaines injustices, et excluait la plus grande partie des femmes, ce qui n’est pas le cas du christianisme.

    « je respsecte ceux qui ont trouvé dans ce dernier leur raison de vivre mais j’aimerais que l’on respecte mes choix et admirations ».

    Votre passion pour la Grèce est l’une des premières choses qui vous a rendue sympathique à mes yeux. Je ressens une sorte de sécurité intellectuelle en compagnie des admirateurs de la Grèce. Il n’y a pas de concurrence entre votre passion pour la Grèce, qui n’est pas une religion, et le christianisme, qui en est une.
    Il y a de fervents chrétiens qui ont passé leur vie plongés dans la philosophie grecque.
    Le plus important est que nous soyons d’accord sur l’islam, et dans ce domaine je suis plus que d’accord avec vous.

  3. « Parce que votre mère est chrétienne, moi qui suis athée j’en ai rencontré un certain nombre, et en plus on peut travailler pour devenir un homme (être humain masculin ou féminin) idéal comme le faisaient les stoïciens et autres philosophes »

    Vous voulez parler des philosophes grecs qui avaient des esclaves et qui couchaient avec leurs élèves adolescents ?
    Je préfère Jésus, qui a interdit l’esclavage et condamné la pédophilie.
    L’on me répondra que les adolescents étaient consentants, et que les esclaves étaient traités comme des membres de la famille de leur maître.
    Personnellement, je préfèrerais avoir un professeur qui ne couche pas avec moi, et je préfèrerais n’être l’esclave de personne, même si mon maître me traite bien.
    Un esclave peut être aimé de son employeur, peut être grassement payé, peut devenir premier ministre (ça s’est vu), mais il ne peut pas changer d’employeur.
    Et quand on ne peut pas quitter son employeur, quand on n’a pas sa liberté d’aller et de venir sans l’assentiment d’un tiers, alors on est un esclave. Personnellement, je n’aurais pas aimé ce statut pour moi-même, donc je ne relativise pas ce que cela a pu représenter comme contrainte pour ceux qui ont subi ce statut, que Jésus a condamné.

    Comme vous, je suis admirative envers les philosophes grecs, et de l’héritage grec en général, mais je ne suis pas fascinée par ces hommes au point de les idéaliser.
    Socrate par exemple raillait sa femme en public, et il était bigame. Jésus a condamné la polygamie, la répudiation de l’épouse, et il respectait les femmes les plus méprisées de son entourage.

    Travailler sur soi en permanence pour avancer, pour s’élever, c’est vraiment la meilleure chose à faire, je suis d’accord avec vous sur ce point. Mais idéaliser de simples humains, aussi exceptionnels soient-ils, me semble excessif.

    • Ma chère Eva, il est dommage que je manque aussi cruellement de temps en ce moment et que j’aie d’autres urgences, nous pourrions échanger à perte de vue/d’écriture. Je suis une indéfectible admiratrice de Socrate, il ne faut pas confondre pédophilie et éducation amoureuse, la civilisation grecque, fort heureusement, n’avait pas les préjugés du christianisme concernant l’amour et la sexualité entre les membres du même sexe, il s’agissait d’une initiation intellectuelle, amoureuse, consentie, qui commençait à la fin de l’adolescence, à l’âge qui pour nous est celui de la majorité donc de l’âge adulte. Par ailleurs Socrate avait une détestable épouse, Xanthippe, qui lui faisait des scènes en public et qui était sa croix, qu’il ait pu parfois lui rendre la pareille ne me choque pas et il n’était nullement bigame. Comme pour bien des hommes de l’Antiquité, le mariage était un contrat et n’vait rien à voir avec l’amour (il n’y a pas si longtemps que nous avons rompu avec cette tradition) et on cherchait l’amour ailleurs assez souvent, même s’il y avait de véritables couples qui s’aimaient profondément . Les esclavs étaient les prisonniers de guerre essentiellement, on savait qu’on pouvait à son tour devenir esclaves, et il n’ y avait pas de convention internationale sur le sujet. Cela n’empêche pas les Grecs et notamment les philosophes d’avoir apporté sagesse, lumière, équilibre à des générations d’êtres et de continuer à le faire. je demeurerai toute ma vie redevable des valeurs et de la formation qu’ils m’ont apportée. Ils m’ont appris à admirer l’homme, le progrès, l’humanité. Je ne l’ai pas fait exprès, ils m’ont apporté ce que je n’ai pas trouvé dans le christianisme, je respsecte ceux qui ont trouvé dans ce dernier leur raison de vivre mais j’aimerais que l’on respecte mes choix et admirations.

  4. Si les musulmans sont masochistes, qu’ils se tapent dessus et qu’ils s’entre tuent entre eux, c’est leurs problèmes et sans nous, qu’ils dégagent!, les prétextes sont fait pour s’en servir .
    Et pour les djihadistes, ils n’ont pas eu besoin de nous pour le faire, les djihadistes existe depuis le prophète, c’est connards doivent toujours accuser les autres pour leurs conneries d’Islam.
    S’ils n’aiment pas le progrès, qu’ils s’arrêtent de rouler en voiture et de regarder la télévision, s’ils n’aiment pas notre civilisation, c’est que nous n’avons rien en commun, qu’ils dégagent!
    Le vivre ensemble est une basse manoeuvre d’intoxication du politiquement correct d’union d’ escrocs démocrates extrémistes de Bruxelles et vrais racistes.
    Préserver nos identités culturelles, traditions et notre race, n’empêche pas d’être des pays d’accueils, et un pays d’accueil, c’est encore un pays respecté, plus un pays conquit, qui à encore de l’honneur, et ici il n’y à pas de multiculturel cosmopolite, ni de brassage, ni de métissage raciste, ici c’est la France!, vive la désintoxication, vive la démocratie! et vive la liberté!.

  5. @ Eva, « Dénuée d’une quelconque vérité… »Effectivement , il n’y a pas de vérité particulière dans la religion Chrétienne. Jésus Christ était un méssie comme la terre d’ Orient en a connu une tripotée, préoccupé d’accomplir les prophéties antérieures ( d’où les mises en scène telle que l’ approche de Béthanie sur un ânon pour reprendre une prophétie d’ Essaie) Phophéties propres à la culture Juive, c’est tout… L’aspect universel de l’aventure Jésus Christ est intervenue longtemps après sa disparition, par l’action efficace des conciles (2000 ans de réécriture). C est à dire une réécriture tardive des évènements.
    Le Dieu unique des Juifs YAHWHE a été créé pour s’opposer au Dieu Babylonien ADAD (le fameux veau d’ Or), il n’ a jamais eu vocation à l’universalité…Que vous ayez la Foi, c’est une bonne chose si ça vous fait plaisir, c’est conçu pour, la Foi répond à un besoin physiologique ..
    . !. C’est pourquoi je défends effectivement la religion Chrétienne (actuelle)édulcorée et assagie face aux assassins se réclamant de l’ Islam (Tant que je ne serais pas brûlé ou égorgé pour adhérer à cette foi)…Quand à l’apport de cette religion, je vous répondrai bien volontier mais ça dépasserait le cadre de ce blog…En tant qu’ athée, je suis libre, ce qui ne veut pas dire exempt de valeurs positives !

    • Je crois que pour le moment l’important est de s’attaquer à l’islam et de l’éradiquer en fRance, ce n’est ni le lieu ni l’heure de s’attaquer à la religion chrétienne qui ne pose aucun problème. Ne donnons pas d’arguments supplémentaires à nos ennemis.

    • « Effectivement, il n’y a pas de vérité particulière dans la religion Chrétienne. Jésus Christ était un méssie comme la terre d’ Orient en a connu une tripotée »

      Lesquels ? Je n’ai jamais entendu parler d’une tripotée de Messies qui ont entamé une révolution qui a changé le monde comme le christianisme l’a fait.

      « préoccupé d’accomplir les prophéties antérieures (d’où les mises en scène telle que l’ approche de Béthanie sur un ânon pour reprendre une prophétie d’ Essaie) Prophéties propres à la culture Juive, c’est tout… »

      C’est le contraire que Jésus a fait: il a voulu réformer la religion dans laquelle il était né. Sans remettre en question ses bases, comme les dix commandements, mais en modifiant ce qui lui semblait injuste dans le judaïsme. Jésus a interdit des pratiques que le judaïsme autorise, et dont certaines étaient encore en pratique à son époque: La polygamie, la répudiation, la lapidation, l’esclavagisme, la pédophilie.
      C’est la raison pour laquelle j’estime qu’une éducation religieuse est indispensable, y compris dans les familles athées. Je ne parle pas de catéchisme, mais de l’étude de la teneur des différentes religions, du Credo de chacune d’entre elles, et aussi de la manière dont elles ont traversé l’histoire.
      Une personne qui a ces informations aura moins tendance à se laisser séduire par l’islam. Les conversions à l’islam ont fait un bond énorme depuis les attentats de début janvier 2015. Les imams en semblent les premiers surpris. Des médecins, des professeurs, des étudiants, des Français de souche d’horizons et de milieux sociaux divers sont séduits par l’islam. A mon avis, cette attirance est basée sur l’ignorance.

      « L’aspect universel de l’aventure Jésus Christ est intervenue longtemps après sa disparition, par l’action efficace des conciles (2000 ans de réécriture). C est à dire une réécriture tardive des évènements ».

      Peu importe quand les évènements ont été écrits, ou ré-écrits.
      Si le message qui en résulte tend vers le bien, cela veut dire que ceux qui l’ont mis en forme, ou ré-écrit, ou même carrément inventé, tendent vers le bien.

      « Le Dieu unique des Juifs YAHWHE a été créé pour s’opposer au Dieu Babylonien ADAD (le fameux veau d’ Or), il n’ a jamais eu vocation à l’universalité… »

      Je ne parlais pas de la conception juive de Dieu, je parlais de la conception chrétienne, qui est différente. Jésus a demandé à ses disciples de porter le Bonne Nouvelle dans toutes les Nations. Il ne s’est pas sacrifié pour que son message ne soit pas universel. Mais la condition était qu’on ne convertisse pas les gens de force au christianisme, car ce serait trahir Jésus, qui n’a forcé personne.
      Il y a certes une continuité entre Ancien et Nouveau Testament, car le terreau du christianisme est le judaïsme. Mais il y a aussi une rupture entre les deux religions. Jésus a voulu réformer la religion juive, et interdire certaines pratiques que sa religion de naissance tolérait.

      « Que vous ayez la Foi, c’est une bonne chose si ça vous fait plaisir, c’est conçu pour, la Foi répond à un besoin physiologique .. »

      La Foi répond à un besoin spirituel, du moins en ce qui me concerne, et je ne suis pas croyante seulement par plaisir, mais pour des raisons aussi mystérieuses que les raisons pour lesquelles d’autres sont non-croyants.

      « C’est pourquoi je défends effectivement la religion Chrétienne (actuelle) édulcorée et assagie face aux assassins se réclamant de l’ Islam »

      Vous défendez la religion chrétienne en prétendant qu’elle a été édulcorée, et assagie ? Jésus manquait-il de cette sagesse que les « conciles » lui ont octroyée de manière tardive ?
      Votre raisonnement tend une perche aux musulmans, qui prétendent que leur religion était bonne à la base, mais qu’elle a été travestie par de mauvaises interprétations.
      La religion chrétienne était sage à la base, son fondateur étant plein de sagesse, et d’amour.
      Mais certains chrétiens n’ont pas été à la hauteur du message qui leur a été transmis, et ça c’est quand ils ne l’ont pas carrément trahi.

      « Quand à l’apport de cette religion, je vous répondrai bien volontiers mais ça dépasserait le cadre de ce blog… »

      Nul besoin d’expliquer l’apport de cette religion, vu que la majorité des lois qui nous régissent en France sont inspirées de la morale chrétienne. C’est l’une des raisons pour lesquels les immigrés chrétiens s’adaptent mieux en France que les immigrés musulmans.

      « En tant qu’ athée, je suis libre, ce qui ne veut pas dire exempt de valeurs positives ! »

      Je crois qu’il y a autant d’athées que de croyants qui sont enchaînés. Mais ils ont la chance de ne pas être conscients de leurs chaînes, peut-être parce-qu’ils les ont choisies. C’est une bonne chose que de pouvoir choisir.
      Hélas l’islam ne donne pas le choix.

  6. Je crois en effet qu’on mélange tout. Rendre les athées responsables de tout est un non-sens. J’ai la foi que je considère comme un cadeau, on l’a ou on ne l’a pas, c’est tout. (Je précise que pour moi il faut utiliser la raison dans la foi).
    Mais des personnes athées elles aussi ont un idéal, un humanisme, un sens de leur responsabilité que bien des personnes revendiquant la foi n’ont pas du tout… alors leur faire ce procès est ridicule, et improductif. Il est regrettable que les athées soient athées (!) mais le temps des processions obligatoires est terminé (j’ai connu ça dans mon enfance et je détestais), athées et croyants sont libres et tant qu’il y a un respect réciproque croyants-athées, il n’y a rien à dire. On a l’impression que Hadjadj s’est trompé d’époque, d’auditoire, de tout…

  7. Entierement daccord avec vous Christine !
    Tout comme entendre certain traitre dire a demi mot qu il suffirait de ne plus caricaturer Mohamerde pour eviter les attentats islamiques !

    Ah bon ! les enfants de six ans massacrés par Merah à la sortie de l école c’etait à cause d’une caricature ? Théo Van Gogh ou les attentats de Bruxelles ou de Madrid ou de Londres c’étaient toujours à cause de caricature ? A vomir !

    https://fbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xfp1/v/t1.0-9/10891915_10153096529209461_682038095937818857_n.jpg?oh=fbc85cfd29c336b47729b7357b623fd7&oe=55587AB2&__gda__=1434983394_326721191a637a186d7f36563e0708cd

    • Très justes exemples, Paul, qui disent bien qu’il est inutile de s’auto-censurer

  8. Tout à fait d’accord avec cet article et les critiques permanentes contre les laïcards. Au fond il y a un parallélisme entre ceux qui à gauche font le procès de la laïcité par repentance post-coloniale et culpabilisation du monde occidental et ceux qui à la droite de la droite tirent à boulets rouges sur la laïcité et la république qu’ils chargent de tous les maux.
    Entendons nous bien, je respecte le droit des personnes qui ne sont pas favorables au mariage pour tous et à la possibilité de recourir à l’euthanasie d’exprimer leurs désaccords mais voir dans ces réformes de société l’origine de l’islamisation de notre pays c’est absurde et ce d’autant plus que l’une (l’euthanasie) n’a pas eu lieu et que l’autre est toute récente. Ce qui mine nos sociétés c’est d’une part la mondialisation et le nivellement de toutes les identités et cultures ainsi que la marchandisation de toute chose et par ailleurs l’immigration massive vers l’Europe de populations qui pour une grande partie d’entre elles ne partagent pas les valeurs occidentales sur fond de culpabilité et repentance post-coloniale Plus les personnes se divisent sur des sujets certes sérieux mais qui ne sont en rien responsables de la situation actuelle et plus le prosélytisme islamiste s’engouffrera dans les brèches…

  9. Je suis athée depuis toujours, mais je comprends la prise de position du journaliste. Face à un peuple vecteur d’une culture agressive, illustrée par un religion prosélyte, l’athéisme ne constitue pas un socle suffisant pour réaliser un « contre pouvoir », il n’assure pas la densité sociale, la cohésion nécessaire face à un groupe organisé de type « prédateur ». l n’y a pas de « désir d’appartenance » au bloc « athéiste » Ce manque ne résulte pas de défauts quelconque sinon du fait qu’une liberté individuelle cède toujours face à une cohérence de groupe. De plus la rationalité ne l’emporte jamais sur l’irrationalité de la religion, ceci est lié principalement à la physiologie de l’être humain…C’est pourquoi, tout en étant athée, je persiste à penser qu’il vaut mieux défendre la religion chrétienne arrivée de nos jours à une certaine harmonie(bien que dénuée d’un’ quelconque « vérité ») plutot qu’une religion allogène qui s’impose comme elle s’est imposée en Afrique du Nord au cours des siècles précédents, par les larmes le sang et la soumission…

    • « C’est pourquoi, tout en étant athée, je persiste à penser qu’il vaut mieux défendre la religion chrétienne arrivée de nos jours à une certaine harmonie(bien que dénuée d’un’ quelconque « vérité ») »

      Vous pouvez défendre efficacement la religion chrétienne en étant athée, mais pas si vous pensez qu’elle est dénuée de toute vérité, et pas si vous ne voyez pas l’apport du christianisme à la civilisation dont vous bénéficiez.
      En tous cas pas face à un danger comme l’islamisation forcée.

      D’un autre côté, ce n’est pas la religion chrétienne qui a évolué pour arriver à une « certaine harmonie » comme vous dites, c’est le clergé chrétien qui a fini par ne plus utiliser la religion pour dominer.
      Car la religion chrétienne était « harmonieuse » à la base, depuis son apparition. Mais le message de Jésus, qui n’était ni machiste, ni dominateur, ni esclavagiste, a mis du temps à faire son chemin et à s’imposer.

      A part cela, je suis entièrement d’accord avec votre post. Ce que vous dites, je le pense depuis toujours, mais sans parvenir à l’exprimer d’une manière aussi claire et concise que la vôtre.

  10. Ouais, donc encore un abruti de journalope qui leur cherchent encore et toujours des excuses, alors que source et cause résident dans leur saloperie que ces éclatés de la tronche de soumis gobent sans sourciller.

  11. 100% d’accord avec vous christine.
    Je suis atterré de lire des conneries pareilles comme celles pondues par ce monsieur… c’est lamentable, il est complètement déconnecté de toute raison, il est en plein délire, dit n’importe quoi, mais alors N’IMPORTE QUOI !!! c’est grave !

    • Merci Alain. Le pire est que nous nous ne sommes pas publiés par le Figaro mais lui l’est…

  12. http://www.lejdd.fr/Societe/Religion/Convertie-sur-Internet-je-me-suis-retrouvee-en-enfer-718136

    Ceci est un exemple, parmi tant d’autres, d’une jeune personne en quête d’idéal, baptisée catholique mais sans solide instruction religieuse, qui a été séduite par l’islam, et qui a vécu l’enfer.
    Elle ne doit sa survie qu’à la vigilance de ses parents, à leur lutte pour la sauver.
    Des musulmans ont fait croire à cette jeune fille qu’en islam, il n’y a pas de clergé, donc pas « d’intermédiaire entre l’homme et Dieu », et c’est l’une des choses qui a emporté son adhésion à l’islam.

    Il faut le dire et le répéter:
    IL Y A UN CLERGE EN ISLAM.
    Il n’est pas structuré comme le clergé chrétien, mais il existe et il est redoutable.
    Il ne faut pas croire qu’un jeune imam semi-cuit peut se réveiller un beau matin et pondre spontanément une fatwa condamnant à mort un « kâfir » (mécréant, ou blasphémateur, ce qui revient au même en islam). L’imam doit en référer à sa hiérarchie avant.
    Les imams ont une hiérarchie, et l’islam a un clergé qu’il ne mentionne pas pour séduire les Occidentaux, qui sont souvent anti-cléricaux pour des raisons historiques bien connues.

    http://www.lejdd.fr/Societe/Religion/Convertie-sur-Internet-je-me-suis-retrouvee-en-enfer-718136

  13. Mahomet lapidait, violait, égorgeait, torturait de nombreux siècles avant le mariage gay et l’euthanasie.
    Et c’est dans les pays musulmans que naissent la plupart des vocations jihadistes, chez des jeunes gens qui n’ont pas de problème d’intégration puisque nés et élevés dans des pays musulmans.

    Mais Monsieur Hadjadj semble savoir que s’il disait que l’islam est une idéologie criminelle, et que c’est la seule et unique raison pour laquelle les jihadistes commettent des crimes, les projecteurs vont brusquement s’éteindre, ses livres ne bénéficieront pas d’une promotion télévisée, et il sera vilipendé comme vous l’êtes, Madame Tasin.
    La mode est à l’auto-dénigrement, et aux réflexes automatiques de culpabilisation (si certains musulmans virent criminels, c’est la faute de la France, de la Belgique, du Danemark, de l’Australie, des Etats-Unis, etc..)
    Donc que penser des islamistes qui n’ont jamais mis les pieds en Occident, et ont massacré leurs voisins chrétiens en Syrie, Egypte, Irak, Libye ? Des voisins de longue date, qui parlent la même langue qu’eux, et qui étaient les habitants du pays des siècles avant son invasion par l’islam ?

    « Il semble que pour Fabrice Hadjadj, sans religion, il n’y aurait que du néant. C’est un peu lassant ce mépris de certains croyants pour ceux qui ne partagent pas leur foi, ce mépris de ceux qui voudraient, comme trop de musulmans, imposer la croyance et la religion à tous pour sauver le monde ».

    Je crois que sans religion et sans patriotisme, il n’y a en effet pas beaucoup de possibilité de résistance à l’islam.
    Il me semble que beaucoup de Français sont non seulement déchristianisés et refusent parfois de reconnaître l’apport du christianisme à leur civilisation, mais certains d’entre eux n’osent même pas dire publiquement leur amour pour la France, comme si le patriotisme était une maladie honteuse.

    Je constate que les Français de souche recrutés par les jihadistes ont souvent grandi dans des familles où ils n’ont reçu ni éducation religieuse, ni l’amour de leur pays.
    Ils deviennent des proies faciles pour l’islam quand ils traversent un moment de leur vie où ils cherchent un idéal à défendre. L’islam a les coudées plus franches chez ce genre de personnes, car on peut leur raconter toutes sortes de salades sur la beauté de l’islam et la décadence du christianisme, ils n’ont pas les connaissances nécessaire pour savoir que c’est faux.

    Dans certaines familles françaises athées, on dénigre souvent le christianisme, et on connait peu l’islam, dont on ne parle pas souvent.
    Donc le jeune Français de souche aspirant musulman n’a pas d’apriori négatif sur l’islam, et n’est pas surpris par le fait que l’islam dénigre également le christianisme, qui est dénigré dans son propre foyer.
    Et je crois avoir lu et entendu beaucoup plus de propos méprisants sur les croyants que sur les athées depuis que je suis en France.

    Cela dit, Monsieur Hadjadj fait le jeu des pseudo-intellectuels musulmans, avec leur rengaine classique: si les intégristes musulmans ne se sont pas intégrés en France, c’est de notre faute.
    A ce genre de personnes, j’ai envie de répondre que Mahomet avait une vie parfaitement décente au milieu des siens, sur sa terre de naissance, quand il s’est mis à attaquer les tribus voisines, y compris celle dont il est issu, la riche et puissante tribu des Qoureiche.
    Les 60 expéditions militaires sanglantes que Mahomet a commanditées, participant personnellement à 28 d’entre elles, n’étaient pas des expéditions livrées contre l’Occident, mais contre ses voisins.

    • Chère Eva nous ne sommes pas d’accord sur la déchristianisation qui faciliterait le passage au djihadisme. Les statistiques montrent que, fort heureusement, les jeunes athées sont majoritairement éloignés et de se convertir et de devenir djihadistes. C’est l’absence de culture, de repères de toutes sortes qui peut faire qu’un athée devient djihadiste mais dans leur immense majorité ils sont croyants et musulmans.

      • « Les statistiques montrent que, fort heureusement, les jeunes athées sont majoritairement éloignés et de se convertir et de devenir djihadistes ».

        En effet, les athées qui ont reçu une éducation religieuse dans leur jeunesse ont moins de chances de devenir jihadistes. Je crois que le fait d’avoir reçu une éducation religieuse aide à ne pas croire les salades que les recruteurs musulmans racontent aux jeunes Français de souche, que ce soit au sujet du christianisme ou au sujet de l’islam.
        Par exemple une personne athée comme vous, Madame Tasin, ne risque pas d’adhérer à l’islam, car vous avez reçu une éducation religieuse. En grandissant, vous avez perdu la foi, mais vous n’avez pas perdu votre éducation dans le domaine de la religion.
        Quant on a reçu une éducation religieuse, on est mieux armé pour évaluer une religion. Et pour comprendre que l’islam n’est pas une religion.
        La foi est une chose, l’éducation en matière de religion en est une autre. Quand je discute d’islam avec une personne athée, je remarque qu’il est beaucoup plus facile de la convaincre si elle a reçu une éducation religieuse que si elle n’en a pas reçu.

        « C’est l’absence de culture, de repères de toutes sortes qui peut faire qu’un athée devient djihadiste mais dans leur immense majorité ils sont croyants et musulmans ».

        En fait, je parlais spécifiquement des Français de souche européenne qui se font enrôler dans le jihad.
        Les statistiques montrent que 70 % des personnes qui adhèrent à des sectes sont instruits, mais n’ont pas reçu une solide éducation religieuse.
        Et je suis heureuse d’apprendre que des parents français d’enfants convertis à l’islam font maintenant appel à des associations de lutte contre les sectes pour aider leurs enfants à sortir de l’islam.

        • Nous ne serons jamais d’accord ma chère Eva ! je peux vous assurer que ce qui a fait ce que je suis ce n’est pas mon éducation religieuse mais la fréquentation de Sénèque, Lucrèce, Socrate… et que la génération des 30-40 ans athée, sans éducation religieuse est tout aussi incapable de devenir djihadiste. Que chacun défende sa foi et ce qu’elle lui a apporté c’est bien, mais qu’on soit obligés de défendre sans cesse l’athéisme attaqué c’est pénible et lassant.

          • « Nous ne serons jamais d’accord ma chère Eva ! »

            Ce n’est pas grave, Madame Tasin, il est rare de trouver des personnes qui soient d’accord avec moi sur toute la ligne. Il y aura toujours des divergences, et nous aurons la sagesse de les dépasser pour nous focaliser sur l’essentiel: combattre l’islamisation forcée de la France.

            « je peux vous assurer que ce qui a fait ce que je suis ce n’est pas mon éducation religieuse mais la fréquentation de Sénèque, Lucrèce, Socrate… »

            C’est certain, mais il n’empêche que les études sur les sectes prouvent le niveau d’instruction souvent élevé des personnes qui se font avoir par des sectes. J’ai toujours trouvé ça incroyable, pourtant c’est vrai. Certaines personnes qui ont eu accès à Socrate et Sénèque ont été piégés par des sectes, ce qui a ruiné leur vie dans certains cas.

            « et que la génération des 30-40 ans athée, sans éducation religieuse est tout aussi incapable de devenir djihadiste ».

            En effet, à 30-40 ans on a déjà sa vie sur les rails, et on est une proie moins facile. Mais pour les jeunes athées d’une vingtaine d’années, c’est moins sûr. En tous cas nous n’avons pas encore le recul nécessaire pour des statistiques fiables dans ce domaine, mais je suis glacée d’horreur à l’idée que dans certaines régions de la France, les conversions à l’islam sont quotidiennes.

            « Que chacun défende sa foi et ce qu’elle lui a apporté c’est bien, mais qu’on soit obligés de défendre sans cesse l’athéisme attaqué c’est pénible et lassant ».

            Je partage votre avis, mais dans l’autre sens: j’ai souvent eu l’impression qu’en France, c’est aux croyants de prouver qu’ils ne sont pas les idiots du village, car ils croient en un Dieu qu’ils n’ont jamais vu. Les athées en France tiennent le haut du pavé, et partent du postulat qu’ils sont plus intelligents, plus cartésiens, plus connaisseurs des sciences, alors que Descartes se présentait comme un fervent croyant, et que de grands scientifiques et de nombreux prix Nobel étaient croyants.

            J’ai lu récemment un article sur un village d’athées « où le nom de Jésus n’est jamais prononcé devant les enfants ».
            Je trouve cette attitude suicidaire. Car ne pas inscrire les enfants au catéchisme est une chose, mais ne pas leur dire qui est Jésus, ne pas leur parler des autres religions, c’est les précipiter dans les bras de la première secte venue, si un jour ils devaient traverser une période difficile dans leur vie (lequel d’entre nous n’est pas passé par des périodes de doute, de solitude ou de souffrance ?)

            C’est comme la mère d’une amie à moi, qui a préféré ne pas aborder le sujet de la sexualité avec sa fille par pudeur, en se disant qu’elle lui en parlera quand elle sera plus âgée.
            Cette jeune fille a finalement eu un rapport sexuel à 13 ans, sans même comprendre ce qui lui arrivait exactement.
            Le Monsieur peu scrupuleux, nettement plus âgé qu’elle, lui ayant assuré qu’il allait juste lui faire des « câlins ».
            Moins on informe nos enfants, et plus ils seront en danger.

  14. En effet, bien que catholique pratiquant, je me sens moins loin des athées que des musulmans, moins menacé par eux, c’est une évidence et je pense que la laïcité, si elle est réellement appliquée, peut seule permettre le fameux ‘vivre ensemble’.
    Certes il existe aussi un problème spirituel, un vide que l’idéal républicain , aussi noble qu’il soit, ne suffit pas à remplir pour certains. Mais chercher l’idéal, l’absolu du côté d’Allah, c’est-à-dire à mes yeux,du côté du diable et du mal , c’est vraiment la pire des solutions.

    • Merci Philippe, pour avoir été chrétienne et avoir perdu la foi, devenue athée je peux vous dire que je ne ressens aucun vide, au contraire. Je me sens plus pleine, plus sûre, grâce à mon incroyable admiration pour l’homme et ses grandes oeuvres qui me semble bien supérieur à un Dieu quelconque. Mais je ne cherche pas à imposer mes croyances ou non croyances et demande à chacun d’en faire autant. Que chacun remplisse sa vie avec ce qu’il veut.

      • Chère Christine, j’accueille votre témoignage solide et sincère, même si moi personnellement il me manquerait quelque chose si je pensais que l’homme est dans l’univers par hasard et qu’après la mort il n’y a plus que le néant.
        Cela dit, en tant que catholique je suis très mal à l’aise avec les positions de l’Eglise sur l’islam qui relève de la plus grande naïveté (croire que le dieu des égorgeurs et le nôtre c’est le même, croire qu’il existe un islam ‘modéré’ avec lequel on pourrait s’entendre et collaborer avec l’envahisseur mahométan alors que l’Eglise dans le passé, comme vous le savez, était à la tête de la Résistance aux fous d’allah. Cela m’attriste vraiment car cela nous prépare bien des malheurs. Tous les grands partis politiques (même le F.N.) refusent de nommer le danger eux aussi.
        Encore bravo pour votre courage ; oui, l’islam est bien une vraie « saloperie’.

        • Nous sommes bien d’accord cher Philippe. Ce qui est important c’est que chacun trouve ce qui lui donne force, sérénité et stabilité. Et c’est la grandeur de notre civilisation de permettre à chacun de choisir. C’est pourquoi nous ne voulons pas d’islam, elle interdit cette liberté fondamentale. la liberté d’être soi-même, la liberté d’être heureux

        • Philippe Lemaire, il faut être prudent dans ses déclarations ,si par hasard un de ces égorgeurs que tu véhémente verrait votre publication.Il est étonnant que vous ne vous posez pas la question pourquoi les terroristes que vous citez ne viennent pas en Europe et n’assassinent que les musulmans .La réponse est que ces terroristes sont formés et financés par l’occident pour justement assassiner d’autres musulmans dont la politique gêne les européens, comme l’Iran ou la Syrie par exemple. Alors ne généralisez pas, les musulmans sont les premières et uniques victimes

          • je suis ravie d’apprendre que Charb, Wolynski et tous les autres ne sont pas morts ; je suis ravie de savoir que Hervé Gourdel n’est pas mort ; je suis ravie de savoir que pas un chrétien d’Orient, par une chrétienne n’a été enlevé, tué, enterré vivant….
            Je vous signale aussi qu’en France on ne tutoie pas les gens que l’on ne connaît pas. Mais apparemment votre seul souci c’est l’islam et les musulmans. Figurez-vous que notre seul souci c’est la France et les Français.

      • Etre croyant, c’est aussi vouloir se dépasser, et les croyants qui accomplissent de belles ou grandes oeuvres pensent que c’est ainsi qu’ils tentent de dépasser leur condition humaine pour s’élever vers Dieu.
        Dommage que l’islam soit une croyance nocive, qui n’incite au dépassement de soi que dans le domaine de la domination d’autrui et dans celui de la cruauté.

        • Bien sûr, Eva, mais être athée peut signifier également la m$eme chose pour s’élever au rang de l’homme idéal

          • Mais Madame Tasin, l’homme idéal n’existe pas.
            Ma mère me le répète depuis l’enfance ! 🙂

          • Parce que votre mère est chrétienne, moi qui suis athée j’en ai rencontré un certain nombre, et en plus on peut travailler pour devenir un homme (être humain masculin ou féminin) idéal comme le faisaient les stoïciens et autres philosophes

Les commentaires sont fermés.