Un dessert blanc comme la neige, aussi aérien que la ballerine Pavlova

La Pavlova.

La pavlova est un dessert à base de meringue, nappé de crème chantilly et recouvert de fruits frais. Sa réalisation est facile (en gros gâteau ou en parts individuelles)  et ce dessert plait beaucoup en été (avec un petit crémant de Saumur ! ). Il existe de nombreuses variantes en particulier pour Noël. 

Son apparition est liée à la tournée de la grande ballerine russe du XXe siècle Anna Pavlova en Nouvelle-Zélande et en Australie en 1926.

Selon le biographe Keith Mooney, c’est un jeune pâtisser de Wellington fou d’amour pour la danseuse qui aurait élaboré la première pavlova en Nouvelle-Zélande, la meringue étant aussi légère que le tutu de la danseuse.

Anna Pavlova

Anna Pavlova, le cygne du ballet russe qui captiva le monde entier

À cette époque, elle avait déjà réussi à interpréter des rôles principaux dans les ballets La BayadèreGiselleLe Lac des Cygnes, et était également devenue célèbre pour sa danse en solo dans la miniature chorégraphique La Mort du cygne.

Icône du ballet classique, première danseuse à parcourir le monde avec sa compagnie, Anna Pavlova reste associée au rôle de La Mort du cygne qu’elle aura marqué de sa grâce incomparable.

Pour la première publique de La Mort du cygne, Anna Pavlova rentre sur la scène du Théâtre de la noblesse de Saint Pétersbourg dans un costume dessiné par Léon Bakst, grand costumier des ballets russes.

Elle porte un tutu mi-long fait de plumes de cygne fixées sur un tulle blanc pailleté, vaporeux et un bandeau de plumes lui encercle la tête. Malgré le lien avec le fameux ballet de Tchaïkovski, le solo qu’elle s’apprête à danser est une chorégraphie différente, inventée par elle-même sur une musique de Camille Saint-Saëns (lire la suite ici).

Elle déchaîna les passions, notamment de ses adorateurs à travers le monde qui ont parfois été jusqu’à se donner la mort par amour pour elle. C’est la première star du XXème siècle. Jamais auparavant une danseuse n’avait été aussi célèbre et autant adulée à travers le monde. Cette adoration est encore plus présente dans les pays anglo-saxons où elle est identifiée comme « la danseuse qui vole » et dont l’attitude scénique devient légendaire.

La recette 

Source

Pour 6 personnes

Préparation : 35 min Cuisson : 1h20

Pour la meringue : 4 blancs d’œuf 220 g de sucre en poudre Pour la chantilly : 400 ml de crème fleurette à 30% de matière grasse 1 gousse de vanille 1 c. à soupe de sucre glace

Pour le coulis : 200 g de framboises 1 c. à soupe de sucre en poudre 300 g de fruits rouges frais pour servir (mélange fraises, framboises, myrtilles et groseilles)

Préparez les meringues : préchauffez le four à 120°C (th. 4). A l’aide d’un robot, fouettez les blancs d’œufs. Dès qu’ils commencent à prendre, ajoutez le sucre doucement, 1 c. à soupe à la fois. Continuez de battre pendant 3 min ou jusqu’à ce que la meringue soit lisse et brillante. Déposez un tas de meringue au centre d’une plaque recouverte de papier cuisson, rectifiez sa forme à l’aide d’une spatule pour former un dôme rond et un peu aplati sur le dessus et enfournez pour 1h15 ou jusqu’à ce que la meringue soit légèrement colorée, sèche à l’extérieur et toujours bien moelleuse à cœur. Retirez du four et laissez refroidir sur une grille.

Préparez le coulis : faites chauffer doucement les framboises avec le sucre tout en les écrasant avec une cuillère. Portez à frémissements pendant 5 min. Retirez du feu, filtrez si vous souhaitez retirer les pépins et laissez refroidir complètement avant de placer au réfrigérateur.

Au moment de servir, préparez la chantilly : fendez la gousse en deux et prélevez ses graines. Versez la crème dans le bol d’un robot avec les graines de la gousse de vanille, puis battez jusque’à l’obtention d’une chantilly bien ferme. Le test infaillible : si on retourne le bol à l’envers, elle ne dois pas bouger ! Ajoutez le sucre glace et fouettez à nouveau pour l’incorporer. Placez la meringue sur un plat de service.

Surmontez-la de crème chantilly, décorez de fruits rouges puis servez avec le coulis pour que chacun arrose da pavlova à volonté.

Astuces : Vous pouvez préparer la meringue et le coulis la veille, il ne reste plus qu’à fouetter la chantilly au moment de servir et à dresser. Il est possible de préparer des petites pavlovas individuelles en faisant des petits tas sur la plaque de cuisson : il faut alors cuire entre 45 min et 1h en surveillant.

Pour les cordons bleus : Pavlova aux poires pochées et au caramel

 991 total views,  7 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


6 Commentaires

  1. Ce dessert m’a l’air délicieux.
    Il ne reste plus qu’à l’essayer.
    Aussi léger et délicat que la sublime ballerine russe.

  2. Ah Leon Bakst et ses merveilleux décors oniriques,ses costumes de Nijinski ou autres danseurs qui nous subjugaient par tant de génie,ses portraits. Il est mort en France.
    Merci Jules Ferry,de nous faire des rappels de l’immense Culture de la Russie

  3. Merci pour cet article très sympathique, ( en regard de ce qui se passe en France ), je connaissais cette danseuse car j’achetais, il y a bien longtemps, le parfum Pavlova ..on le trouvait en France, il était unique, et après en Suisse, je le faisais venir dès que je le pouvais …

  4. Merci pour cet article, je connaissais l’ histoire de cette danseuse.
    Ma gourmandise ( meringue, crème chantilly et fruits rouges), a éveillé ma curiosité sur ce dessert.