Les Infiltrés (2006), faux bons et vrais méchants

Par association d’idées avec l’actualité, on ne pouvait que penser au film « Les Infiltrés » !

Voir l’article de RR : Infiltrée au cœur de l’extrême gauche”… Le dossier de “Livre Noir” à ne pas manquer

 

De Martin Scorsese

Avec Leonardo DiCaprioMatt DamonJack Nicholson

À Boston, pour mettre fin au règne du parrain Frank Costello, la police infiltre son gang avec un jeune novice issu des bas quartiers. De son côté, la mafia utilise place un de ses hommes au sein de l’Unité des Enquêtes Spéciales.

 Matt Damon et Leonardo DiCaprio sont superbes.

Loyauté, trahison, amitié et ambition : tous les personnages sont, d’une manière ou d’une autre, victimes de leur condition, même si leur moralité est totalement discutable.

L’attention du spectateur est parfaitement étudiée.

Scorsese ne nous laisse pas de répit, pas même à la fin.

Ce film noir est le remake d’un petit bijou du cinéma hongkongais.

Jack Nicholson, Matt Damon

L’impeccable Mat Damon et Leonardo Di Caprio, flic intègre qui se transforme en taupe chez les voyous.

« Les deux personnages sont comme le revers et l’avers d’une même pièce de monnaie. Ils se complètent, ils sont proches et, pourtant, ils ne se connaissent pas », expliquait l’un des acteurs.

 

Le film est soutenu par une musique sensationnelle, entre pop-rock (Rolling Stones comme souvent dans les films de gangsters de Scorsese) et cornemuses-hard rock (“Shipping Up to Boston” du groupe punk celtique Dropkick Murphys décoiffe). Cette chanson est particulièrement bien choisie: l’histoire est transposée à Boston (la chanson est devenue d’ailleurs l’hymne officiel de son équipe de baseball) et les origines des personnages sont soulignées, en particulier celles, irlandaise, du chef de la mafia, Frank Costello (Jack Nicholson)

Le titre “Faux bons et vrais méchants” est emprunté à l’excellent article de La Tribune du 30 nov. 2006 qui analyse bien les personnages

 2,215 total views,  5 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Merci à Jules Ferry. Infiltrer la Gauche, il faut de l’estomac, c’est comme s’aventurer dans un tas de fumier.

  2. C’est ce que j’aime à Résistance Républicaine : l’analyse de l’horrible actualité politique qui nous est infligée n’oublie jamais le cadre culturel plus large et les rayons de soleil qui nous donnent envie de regarder vers le haut nous y sont diffusés.
    Merci au bien nommé Jules Ferry (et merci à Filoxe, qui me déniaise musicalement)
    Ce soir, Nicholson, Damon et Di Caprio au programme !

  3. Bonjour @Jules Ferry ;

    Merci pour l’article, le film et la référence OK.••

    Je me permets d’autres références, en français et de qualité supérieure : 360px et sur Ok 360 c’est comme du 720 voire 1080 sur Youtube, à la différence que du coup c’est bon pour les PC de 10 ans d’âge.

    Préférer la référence embed pour éiter les intrusion puliciatires, les invitations à inscription écrites en russe et des surprises coquines.

    1.- https://ok.ru/videoembed/7164479736561
    2.- https://ok.ru/videoembed/3166915791446

Les commentaires sont fermés.