Aux JO, notre pétanque nationale s’est fait voler la place par l’affreux “breakdance” du Bronx

Paris en 1966 : Lino Ventura et les joueurs du FC Nantes 

La France, pays organisateur, est la patrie de la pétanque…

Il n’aurait pas été difficile de la mettre à l’honneur en la faisant entrer aux JO comme discipline olympique  et cela aurait même été habile pour le tourisme, comme image d’EpinaL..

Mais voilà, « Il n’y a pas de culture française » (Macron).

Alors, à la place, on va devoir supporter l’affreux spectacle du « breakdance » ou « breaking » !

Le « breaking » est un style de « danse » qui s’est développé aux Etats-Unis pendant les années 1970, dans les rues du Bronx, à New York.

Issu de la « culture hip hop » chère à Rachida Dati, cette activité est particulièrement appréciée de la diversité et des adeptes de la culture afro-américaine, ce qui certes fait du monde.

Tant pis pour notre culture, encore une fois foulée aux pieds.

Une histoire de cochonnet : pas halal ?


La guerre à la pétanque menée par Hidalgo qui adore l’argent et pour qui les traditions françaises ne comptent pas.

Souvenez-vous …

« Il était une fois à Montmartre, un petit Royaume de verdure et de paix, niché entre la riche avenue Junot et la populaire rue Lepic, où boulistes et amoureux de la Butte passaient des jours heureux. Aucun commerce n’avait pignon sur ce qu’on appelait toujours le Maquis de Montmartre. On n’y entendait que les merles moqueurs, le rire des enfants et le choc des boules sur les pistes sablées. Mais tant de bonheur, tant de délices bucoliques finirent par rendre jalouse la Fée Carabosse. Elle décida de chasser ses occupants. »

Joueur de boules à Montmartre, 1934

Maquis de Montmartre, vers 1895

Maquis de Montmartre


Une solide tradition dans tout Paris

Guinguette “Chez Victor”, Belleville 1956

Les joueurs de boules – Gustave Doré – 1860

Joueurs de boules au Bois de Boulogne (Croix Catelan), en novembre 1898

Paris, musée Carnavalet. Au Bois de Vincennes vers 1900. La  pétanque est mise au musée, et bientôt nous avec !

Compétition de Pétanque aux Tuileries 1930. Une catégorie des Championnats de France étaient réservée aux mutilés de la Grande Guerre

 

Être Fanny c’est se prendre une raclée !
Boulodrome de la rue Olivier de Serres. C’est le petit garçon qui tient la règle pour mesurer.
Terrain vague entre la rue de l’Hôtel de Ville et la rue des Nonnains d’Hyères, vers 1950
34-37 boulevard Mortier – Boulodrome Mouchet
Boulevard Saint-Martin
Compétition de Pétanque aux Tuileries 1928
Joueurs de pétanque, quai Henri IV, vers 1950. Au fond Notre-Dame intacte avant l’arrivée du menteur
Boulodrome sur la terrasse de la brasserie “La Coupole”, boulevard du Montparnasse
Terrain vague entre la rue des Cendriers et la rue des Panoyaux à Ménilmontant, 1954
Dans la cour d’un café, à Belleville
 Ménilmontant, années 1970
Arènes de Lutèce 1971
1970
Place du Tertre, vers 1950
Tous les gars, tous les gars…étaient là, lalala la la la

 1,243 total views,  1 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. Le jeu est si important qu’aucun des hommes présent ne jette un oeil sur les belles jambes de la jeune femme …

  2. Jolie la nana sur la dernière photo,et sur la gauche les deux gars baraqués les bras croisés. A cette époque on étaient encore chez nous,les gris ils faisaient pas encore leurs lois . Les deux gaillards les bras croisés, c’est des gars comme ça qu’ils nous faut.ca me rappelle quand j’étais enfants fin des années 70’s début 80’s ont étaient encore chez nous…et les nanas elles sortaient avec les gars du pays , une femme avec un xxx alien c’était la honte pour elle et sa famille, maintenant c’est la norme. Merci pour ces photos de notre France en ses divers belles époques.

  3. Magnifique article. Souvenirs! Souvenirs! Émouvant, le témoignage du dernier (hélas) fabricant de cochonnets. Merci. Je pense que si s’avait été “moutonnets”, la pétanque aurait été retenue pour les J.O., mais du cochon dans le cochonet, pas bon, pas bon pour la Francarabia. Évident, non?

  4. La pétanque c’est notre patrimoine, la pétanque aux JO, à Paris (ville d’europe) donc rien de français… La pétanque on se la garde pour nous parce qu’on aime la France !

  5. Qu’est ce qu’ils ne feraient pas pour nous imposer leurs diversité, la culture barbare des dégénérés. Après le rap de merde qui a envahi nos boîte de nuit au point qu’il n’y a plus que des xxx “aliens” dans Nos boîtes de nuit et maintenant c’est cette danse grotesque aux JO. Pauvre France. On s’en souviendra longtemps de la macroni.

  6. Merci @Jules Ferry !

    Superbe ! Ça fait bien !
    Et des photos souvenirs, souvenirs de France, souvenirs de nous, de notre société à collectionner !

  7. La pétanque n’est pas un sport mais un loisir et doit le rester. Lors de concours il n’est pas rare qu’il y ait des bastons avec les gitans car il y a du fric à gagner dans ces concours. Le breaking est un art des rues qui lui aussi n’a rien à voir avec du sport même si ça fait davantage transpirer que la pétanque. Peut-être fallait-il trouver d’autres nations de pète en coeur suffisamment nombreuses?

  8. Les jeux olympiques sont devenus une pompe à fric et une glorification de sportifs professionnels. La prochaine discipline olympique sera le pole dance avec laquelle on peut faire du fric ce qui n’est pas les cas de la pétanque.

Les commentaires sont fermés.