L’homme est une femme comme les autres : que disent les néoféministes des meurtres de Christophe et Benjamin ?

sandrinesuperstar2.jpg

La triste actualité des faits divers met hélas en lumière des meurtres sur conjoint dont des hommes sont victimes de la part de leur ancienne compagne ou petite amie…

Panique des sardines dans le ruisseau : que va devenir le concept de féminicide ?

Sandrine Rousseau, Caroline de Haas ainsi que l’extrémiste anti-hommes Alice Coffin et autres “professionnel.l.es” essayant de faire d’un néoféminisme dévoyé leur fonds de commerce sont “invité.e.s” à livrer leur analyse…

Dans une première affaire, celle des “disparus de Mirepoix”, Marie-José Montesinos vient d’être condamnée pour l’assassinat de son ancien conjoint Christophe, ainsi que le meurtre de la fille de ce dernier, Célia, qui n’avait eu que le malheur de se trouver dans la voiture de son père et d’assister ainsi à une sordide mise en scène où le pauvre homme a été enfermé vivant dans une fosse.

 

Depuis le début des débats, les avocats ont essayé de déterminer la responsabilité de chacun des accusés et de comprendre si la mort de Christophe Orsaz était préméditée. Durant le procès, Jean-Paul Vidal a reconnu avoir repéré deux fois les lieux avant de donner rendez-vous à la victime. En revanche, l’accusé a expliqué que c’est Marie-José Montesinos à l’origine du plan machiavélique.

Pendant des mois, elle a fait croire à son amant que son ancien compagnon était un homme violent et dangereux. Pour le convaincre, elle a même pris soin d’envoyer des lettres de menaces à Jean-Paul Vidal, faussement signée de la main de Christophe Orsaz. Une pression quasi-permanente qui a poussé Jean-Paul Vidal à tuer l’ancien compagnon de sa maîtresse.

(…) L’une des questions importantes pour les jurés était aussi de comprendre pourquoi le scénario macabre ne s’est pas arrêté lorsque les accusés ont découvert la présence de Célia Orsaz, dans le véhicule de son père. En effet, alors que Jean-Paul Vidal et Marie-José Montesinos ont tendu un guet-apens à Christophe Orsaz, ce dernier est venu au rendez-vous avec sa fille, avant de la déposer à la gare. N’étant pas présente à la sortie du train à Toulouse, c’est Thibaut son petit ami qui donne l’alerte.

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/disparus-de-mirepoix-les-accuses-condamnes-a-30-ans-de-reclusion-criminelle-1732957

 

Plus récemment, le rugbyman Benjamin Arnauné a été tué par son ancienne compagne Tatiana B.

https://www.midilibre.fr/2024/01/05/mort-du-rugbyman-benjamin-arnaune-ces-indices-inquietants-avant-le-passage-a-lacte-de-tatiana-b-11679042.php

La blanche colombe essaie de convaincre qu’elle aurait été menacée d’un couteau, puis qu’elle lui aurait tiré dessus par accident…

Pourtant, tout semble aller dans le sens d’une préméditation de l’intéressée refusant la rupture annoncée par son ancien conjoint.

En effet, il était prévu qu’elle devait quitter le logement appartenant à son conjoint le jour où elle l’a tué. Elle venait d’acheter une arme à feu quelques jours auparavant.

Elle a ensuite incendié la maison… par mégarde, bien entendu, là encore !

Principale suspecte de l’assassinat de Benjamin Arnauné le 30 décembre à Bagnères-de-Bigorre, Tatiana B., l’ex-compagne du rugbyman, se serait rendue chez la nouvelle compagne de ce dernier avec un marteau, des allumettes et du produit inflammable, il y a environ un mois et demi.

Près d’une semaine après le décès de Benjamin Arnauné à Bagnères-de-Bigorre dans son gîte détruit par un incendie, on apprend que son ex-compagne, principale suspecte, est à l’origine d’un méfait inquiétant il y a plus d’un mois.

Selon les informations de La Dépêche, Tatiana B. se serait rendue dans le logement de la nouvelle femme de Benjamin, équipée d’un marteau, d’allumettes et d’un produit inflammable. “Elle s’était pointée avec une capuche et s’est cachée dans la douche à 2h30 du matin”, témoigne un ami de la victime.

“Tout cela ça devait l’affecter”

Une intrusion qui serait restée sans suite car Tatiana B. aurait demandé à Benjamin Arnauné de persuader sa nouvelle compagne de ne pas déposer plainte. D’après ses amis, cela faisait un an que Benjamin Arnauné avait décidé de mettre un terme à la relation. Une rupture progressive que la suspecte n’arrivait pas à accepter.

“On savait qu’ils n’étaient plus ensemble. Mais lors de repas qu’on a fait entre amis, et où elle s’est imposée, elle lui passait la main dans les cheveux comme si de rien n’était. Lui, il semblait gêné. Après ça, il a trouvé un traceur GPS dans son sac. J’ai fini par lui dire que son ex était folle, et qu’elle avait bien de la chance de tomber sur quelqu’un de gentil comme lui”, continue son ami.

“Il avait toujours peur qu’elle se suicide”

“Il avait toujours peur qu’elle se suicide. Jusqu’à la fin, il a voulu faire les choses bien pour la préserver”, persiste l’homme en question. Ce dernier s’interroge sur le prétexte qu’aurait trouvé Tatiana B. afin de faire venir Benjamin en pleine nuit le 30 décembre. “Ce soir-là, je sais qu’il dormait dans sa maison neuve, je l’ai eu au téléphone”, ajoute-t-il, toujours selon La Dépêche.

Les propos d’Alice Coffin contre les hommes ne semblent pas rester sans suites criminelles…

 

Dans son livre [Le génie lesbien, sorte de Mein Kaumpf anti-hommes], la quadragénaire parle de son mépris pour les hommes. Dans un écrit qui entend défendre les femmes face au sexisme, la militante s’emporte de façon on ne peut plus véhémente contre ces derniers. “Il ne suffit pas de nous entraider, il faut, à notre tour, les éliminer”, affirme l’élue. Et l’auteure de poursuivre son propos, précisant notamment qu’elle ne souhaite plus lire de livres écrits par les hommes, qu’elle ne souhaite plus également regarder de films réalisés par des hommes, ou qu’elle n’écoutait plus de musiques composées par des hommes. De ses mots ainsi, Alice Coffin décrit les hommes comme des “assaillants”.

https://www.ladepeche.fr/2020/10/02/il-faut-a-notre-tour-les-eliminer-la-charge-de-la-feministe-alice-coffin-contre-les-hommes-9112884.php

Encore une confirmation que cette “nouvelle gauche” islamophile, usurpant le féminisme à des fins malhonnêtes, est porteuse de mort.

Qu’il s’agisse d’obtenir des contrats juteux, comme ceux de Caroline de Haas (https://resistancerepublicaine.com/?s=haas) qui a fait de ses théories fumeuses un véritable business payé par nos politiques dégénérés, ou de canaliser son mal-être de lesbienne ayant du mal à s’accepter, ou encore de faire parler de soi pour tenter d’obtenir des postes politiques dans le cas de Sandrine Rousseau, le caractère malsain de ce pseudo néoféminisme est mis à nouveau en évidence par l’actualité.

 1,180 total views,  1 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. Simplement, les femmes qui méprisent l’homme et réciproquement sont des cas pathologiques.. on peut tourner cela dans tous les sens que l’on veut, car en réalité ces personnes se méprisent elles-mêmes, une part d’elle -même, car nous avons tous une part du genre opposé (physique) en nous…. Alors toutes ces femmes qui s’en prennent aux hommes, mais aussi tous ces hommes qui s’en prennent aux femmes, allez vous faire soigner, et ne faite pas de votre vision du monde une généralité… Ce qui me désespère, c’est que Rousseau est une élue, et ses électeurs sont à plaindre, d’avoir souhaiter vouloir se faire représenté par cette femme malheureuse, cherchant à rendre les autres malheureux, c’est tout ce qu’elles savent faire Rousseau, Coffin …. rendre les autres malheureux…. en vouloir jouer les inquisitrice de la bonne morale…

  2. Toujours l’attirance vers le bas..! Que seraient les femmes,sans les hommes..?! On vous attend,sur les chantiers de constructions,et autres. Combien d’inventions,faites par les femmes.? Oui,je sais;Marie Curie,mais (n’oublions pas Pierre..!),et sinon,qui d’autre..?! Sans l’homme,elles devraient encore rester à la maison,pour laver le linge à la main,et s’occuper des enfants. Et que dire,lorsqu’il s’agit simplement,de changer une roue de voiture.? Oui,l’homme,l’éternel pigeon,qui fait,et ne dit rien. Paraître et contester,est une chose;mais agir,en est une autre. Faites vos preuves,avant de l’ouvrir..!

      • Je pensais comme vous avant de voir votre commentaire .
        C’est juste une question de proportions et d’adéquations .Je ne sais si l’homme ( le male ) pourrait endurer la douleur de l’enfantement . La réponse est non parce qu’il n’a pas été conçu pour ca . En ca la femme est aussi résistante que l’homme . Il ne faut comparer que le comparable tout est affaire de proportions .

        • Bonjour tintin. Oui,j’apprécie votre commentaire. Malgré tout,face à ce genre de femmes,que sont les féministes,je pense qu’il ne faut pas se rabaisser,sans défendre ce que nous faisons,et ce que nous sommes,nous,les hommes. Je vous souhaite une agréable journée.

      • Oui,sans aucun doute;c’est mon deuxième prénom,et mon deuxième pseudo;pour les fois où je tombe sur des personnes comme vous. Bien placé,le modérateur,hein.?N’avez vous pas envie de défendre l’homme que vous êtes.? Seriez vous une femme comme les autres,vous aussi.? Inutile de me répondre;votre site de merde,je n’y reviendrai plus. Les musulmans ont des couilles;mais pour ce qui vous concerne;j’en doute beaucoup.

    • “Que seraient les femmes,sans les hommes..?! ”

      Et les hommes sans les femmes ?…

  3. Ah, si cette sardine avait été largement plus belle, ce serait une femme de droite !

  4. Je ne suis pas une femme, même comme les autres. Je tiens à la disposition des féministes les preuves que je n’en suis pas une. Elles peuvent venir constater de visu de 9heures à 12heures tous les jours sauf le week end et les jours fériés. On pourra même faire des comparaisons. Ainsi elles repartiront avec des notions anatomiques à jour.

    • Bonjour @Argo ;

      Ah ! Comme j’attends ce discours de la part de la gente masculine ! Comme je l’attends !

      Bien dit ! Le malheur, c’est que ce dingo(a)s ont déjà prévu tout pour émasculer les “mâles” blancs avec l’aide de l’injustice nationale : “pour des propos machistes, hompophobes, antigenres,….”. Enfin bref ; dans la société “mooooderne” qu’ils nous font vaut, mieux montrer patte pro-folies ils seraient bien capables d’en arriver à nous genrer à la force par des méthodes très scientifiques. -(ça viendra, ça viendra, dès la naissance ou pendant la gestation).

  5. La sardine et ses détraquées d’amies, bien que se disant féministes ne sont, ni des femmes, ni des hommes, ni des êtres humains où venues d’une autre planète. Ce sont une nouvelle espèce de gallinacés transgéniques créé accidentellement par un virus mutant, dont l’occupation principale est de glouser des connerie et de caqueter en pondant des oeufs stériles.

  6. -“L’homme est une femme comme les autres”-

    Qu’en pensent ces Messieurs ? et les Dames ?

    Cette manie de parler pour tout le monde !

    Comme par exemple
    – tout le monde déteste la Police !
    – Tout le monde est…
    – Le Français veulent…

    Et la Liberté de penser et d’expression bafouées ! Ça aboutit à quoi çà : “l’uniformisation comportementale politiquement correcte !” ; et çà, c’est quoi ? Ça la fout bien çà, dans le pays des droits de l’homme et des Libertés !

    Ces enfoirés piétinent tout, foule au pied la Constitution, les Libertés, la Démocratie, LE FRANÇAIS, mais non ! sont tellement aveuglés par leurs idéologies, voire, leurs petites commissions pour leur participation ; qu’ils en sont frappés de cécité physique et intellectuelle.

  7. Quand j’aperçois le visage de Sandrine Rousseau, je constate une certaine ressemblance avec Marie Besnard, l’arseniqueuse de Loudun.

Les commentaires sont fermés.