Libé publie un guide de survie pour sauver Noël du Covid… quelle blague !

TRIBUNE – Dans un article récent publié par Libération et intitulé “Recrudescence du Covid : un guide de survie pour sauver Noël 2023”, le médecin et écrivain Christian Lehmann essaie de réveiller la peur en agitant le fantôme du Covid qui menacerait les fêtes de Noël et donne “la solution” : le port du masque…  

Pour démontrer la gravité du danger Covid immédiat, il ne donne pas de chiffres actualisés de malades ou de morts, mais insiste sur l’augmentation des variants dans les eaux usées, de tests positifs (dont la non-spécificité est établie [1]) et de celle des consultations pour suspicion de Covid 

A-t-il eu le temps de consulter les données officielles actuelles de l’OMS qui l’auraient rassuré sur les incidences et mortalités actuelles extrêmement faibles du Covid ? Nous les lui rappelons.

Le Covid a déserté la France depuis près de 12 mois

Les chiffres officiels de l’OMS, rapportés et mis en courbe par l’université John Hopkins, que l’on peut obtenir à sur ourworldindata.org montrent, qu’en France, le nombre de cas quotidiens de Covid est proche de zéro depuis presque un an !

 

Le docteur Lehmann a-t-il pu ignorer ces chiffres et cette courbe qui démentent totalement toute recrudescence du Covid en France ?

D’autant que depuis le 30 juin, le Covid-19 a été ajouté à la liste des maladies à déclaration obligatoire en France et qu’on ne peut donc plus prétendre que “les malades sont ignorés”.

Libé aurait-il oublié que la charte des journalistes [2] impose de vérifier les informations auprès de sources indiscutables avant publication ?

De plus, selon les statistiques officielles de l’OMS que l’on peut consulter en français, la mortalité attribuée au Covid est inférieure à 0,000001 depuis plus de six mois :  

Une image contenant texte, capture d’écran  Description générée automatiquement

 

Le docteur Lehmann et Libération publient donc un guide de survie contre un virus qui ne rend plus malade et ne tue plus en France ! 

Lors de l’épidémie de grippe asiatique de 1957, le gouvernement considérait qu’elle “ne justifiait pas d’inquiétude particulière” et exhortait les Français à “ne pas ajouter l’hystérie à la maladie” pour ne pas en aggraver les conséquences. 

Aujourd’hui, cet article mensonger de Libération vise à créer une hystérie pour une maladie qui n’existe plus !

Contre les virus, le port du masque ne sert à rien.

Lorsqu’on souffre d’une infection bactérienne respiratoire (comme la tuberculose ou la pneumonie), porter un masque diminue le risque de la disséminer. 

Mais, aucune étude n’a jusqu’ici démontré que le masque pouvait protéger contre les virus dans le monde réel.

Pour la grippe, les très nombreuses études sur le sujet, dont plusieurs essais prospectifs randomisés, n’ont pas permis de démontrer que le port généralisé du masque pourrait interrompre la transmission des virus grippaux [références 3 à 22]. La revue exhaustive de la littérature réalisée par la fondation Cochrane [23] confirme l’inefficacité des masques pour réduire la transmission des virus respiratoires et conseille des interventions simples et peu coûteuses, comme l’hygiène des mains [24]. 

Il en est de même pour le Covid où les masques chirurgicaux (en papier et non étanches) ne protègent pas le personnel soignant [25 à 31]. Cette inefficacité des masques contre la transmission du Covid est d’ailleurs confirmée par le seul essai randomisé publié sur le sujet [32].

Actuellement, alors que l’épidémie a quasiment disparu en France, pourquoi faire une telle publicité en faveur du port du masque ? Le port du masque ne constitue qu’un signal d’obéissance, de soumission aux prétendus experts des médias et aux autorités représentées par le ministre de la Santé qui a prétendu le dimanche 27 août 2023 [33] que “ le port du masque doit devenir ‘banal’, parce qu’il est vital”. Aurélien Rousseau et ses conseillers paraissent, eux aussi, ignorer la littérature médicale…

Ceux qui croient à l’efficacité du masque contre les virus devraient se demander pourquoi les grandes pandémies virales (grippe, covid) naissent, croissent et se diffusent toujours d’abord dans les pays les plus adeptes du masque. 

Contre le Covid, les traitements précoces sont efficaces

Notre expérience personnelle de plus d’une quarantaine de malades nous a montré que les ceux-ci, traités dès le début de la maladie par le protocole Raoult ou l’Ivermectine, voyaient leurs symptômes disparaître en deux à trois jours.

L’efficacité du protocole Raoult a été confirmée par les autorités sanitaires des pays qui en ont fait usage (Algérie, Sénégal, Côte d’Ivoire) et par la comparaison des mortalités par million d’habitants publiée par l’OMS de pays comme la France ou la Tunisie qui l’ont refusé et les autres :

 

Une image contenant texte, capture d’écran, ligne, Tracé  Description générée automatiquement

 

De même, l’efficacité de l’ivermectine a été démontrée par plus d’une dizaine d’études randomisées, principalement effectuées dans les pays pauvres [34 à 38]. Le cas de l’inde est d’ailleurs très démonstratif :