La cible de l’Oradour islamiste déjoué : 22 millions de Français !

Les villages isolés loin de toute gendarmerie sont bien évidemment des plus nombreux parmi les 34 945 communes de France. Et une majorité à moins de 500 habitants ! Il y en a qui n’ont que quelques habitants dont 20 comptent moins de… 10 âmes !

Selon l’INSEE, les communes classées « peu denses » sont au nombre de 18 770 soit 53,8% de toutes les communes. Elles abritent 29,1% de la population française.


Et de leur côté, les communes de la catégorie « très peu denses » sont 12 012 soit 34,3% des communes mais n’abritent que 3,6% de la population.

Donc 57,4% des Français, environ 22 millions d’habitants (soit une majorité de la population française avec près de 3 Français sur 10 !- vivent dans 30 782 communes, les plus petites et les moins avantagées de France ! 
Alors que, “seulement”, 4 Français sur 10 vivent dans les communes les plus importantes et les mieux dotées.

Or, avec la menace islamiste dont un projet de massacre de tout un village de nuit a été démantelé en Bretagne grâce à nos services de renseignement intérieur (voir RR de lundi), ce sont 6 Français sur 10 qui peuvent être inquiétés après le démantèlement heureux du commando d’islamistes dont peu, hormis Le Figaro, Marianne et… Résistance Républicaine, ont parlé.

Parmi toutes ces communes dont nombre des plus modestes de notre pays, une (et donc la seule de France ! L’unique !) n’a qu’un seul… habitant (s’est-il élu… maire ?) et une autre avec deux fois plus d’habitants ! Donc avec… deux habitants (espérons qu’ils font bon voisinage à moins qu’ils soient en couple ou frangin-frangine ?) !

.
Voici ces 20 plus petites communes de notre France hexagonale

-1 habitant à Rochefourchat (Drôme) ;
-2 à La Bâtie-des-Fonds (Drôme) ;
-3 à Rouvroy-Ripont (Marne), Leménil-Mitry (Meurthe-et-Moselle) ;
-4 à Majastres (Alpes-de-Haute-Provence), Caubous (Haute-Garonne), Molring (Moselle) ;
-5 à Fontanès-de-Sault (Aude), Pommerol (Drôme) ;
-6 à Charmes-en-l’Angle (Haute-Marne), Épécamps (Somme), Maroncourt (Vosges) ;
-7 à Bourg-d’Oueil (Haute-Garonne), Trébons-de-Luchon (Haute-Garonne), Mérona (Jura), Ornes (Meuse), La Haute-Beaume (Hautes-Alpes) ;
-et 9 à Oulles (Isère), Méréaucourt (Somme) et à Vérignon (Var).

.
Après le dernier examen des comptes des communes (2012-2017), cinq profils budgétaires et financiers ont été établis et les communes rurales sont les dernières de ce classement tant leurs situations financières sont peu réjouissantes :
-1/ les communes aux plus forts budgets par habitant ;
-2/ les plus faibles budgets par habitant;
-3/ les communes « investisseuses-emprunteuses »;
-4/ les communes avec « une aversion au risque financier »;
-et… 5/ les communes en difficulté à savoir les communes rurales qui y sont surreprésentées avec le revenu moyen par habitant le plus faible des cinq classes (11 660 €/h).
Selon la loi Chevènement, « cette classe, note wikipedia, regroupe 5 % des communes qui ont un besoin de financement élevé (-109 €/h, alors qu’en moyenne les communes dégagent une capacité de financement de +13 €/h). »

.

Les communes « rurales éloignées » sont classées en deux catégories :
-Celles très peu denses (en vert sur la carte)
-Celles peu denses (en jaune sur la carte) :
Lien pour la carte :
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:FR-Communes-EducNat.png?uselang=fr

Rappelons pour rendre hommage à leurs populations ainsi qu’à nos ancêtres qui se sont battus et dont certains l’ont payé de leur vie lors de cet épisode parmi les plus importants de notre Histoire de France, oui, rappelons qu’il y a aussi des communes qui n’ont plus aucun habitant!

Elles ont été rasées de la carte de France pendant la Première Guerre Mondiale. Depuis donc plus d’un siècle, pour elles, les problèmes de sécurité y sont absents : ce sont des communes martyrs de la Guerre 1914-18, « six communes totalement dévastées après la bataille de Verdun en 1916. Villages français détruits durant la Première Guerre mondiale, ils ne furent jamais reconstruits et ne comptent aucun habitant. Chacune de ces communes qualifiées de communes « mortes pour la France », est administrée par un conseil municipal de trois membres nommés par le préfet de la Meuse. »
Ces 6 communes martyres sont Beaumont-en-Verdunois, Bezonvaux, Cumières-le-Mort-Homme, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux et Louvemont-Côte-du-Poivre.
La seconde guerre mondiale nous a laissé d’autres villes martyres dont Oradour-sur-Glane…

.

Nous devons tout faire pour que les islamistes ne transforment AUCUN de NOS VILLAGES en ville martyre !

Imprimez, distribuez, écrivez à Résistance républicaine : https://resistancerepublicaine.com/2023/12/13/oradouar-islamiste-contre-un-village-breton-dejoue-mais-que-faire-si-ca-arrive/

JACQUES MARTINEZ, journaliste, 
ancien de RTL (1967-2001), l’AFP, le FIGARO, le PARISIEN…

 1,230 total views,  2 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. D’après vous pourquoi il y a quelques mois ont ils demandés aux français de déposer les ils ont sentis le vent souffler de la révolution contre eux et maintenant tout le monde et désarmé sauf les racailles mais eux on ne va pas faire de perquisition pour les désarmer .

  2. J’habitais dans le triangle Houdan-Dreux-Mantes-la-jolie, dit aussi le triangle des Bermudes. J’ai déménagé dans un petit village pour la tranquillité. Je me méfie quand même malgré des murs assez hauts et un portail idem. La racaille est partout.

  3. Les gendarmes, dans mon petit village, cinquante minutes pour venir. Autant dire, rien! Réorganiser la police en copiant sur les USA avec des shérifs dans le moindre patelin.n

  4. Imaginons une situation, un village se fait attaquer mais les gens se rebiffent et sortent les armes de chasse, les fourches, les pelles les haches et commencent à faire un carnage chez les assaillants, des assaillants sont fait prisonniers, certains sont vraiment très malmenés, un assaillant a le temps d’appeler le 17 au secours :
    La question sera : sur qui va tirer la Gendarmerie ?
    Suivra-t-elle les ordres de l’Elysée ?

      • Les Gendarmes nous disaient il y a quelques mois que s’il n’y avait pas de cambriolage dans les petits villages des montagnes, c’est que ces lieux avaient très mauvaise réputation chez les cambrioleurs, pas grand chose à voler, solidarité des gens et presque tous chasseurs ( et alcooliques )
        Je suppose que le message est passé aussi chez les intégristes !

  5. C’est bien de donner les noms et la localisation des plus petits villages, cela va facilité le boulot des égorgeurs. Il faut bien qu’ils s’entrainent.

Les commentaires sont fermés.