Kay Gottschalk : une grande réforme fiscale aurait dû être menée depuis longtemps en Allemagne

 

 

Entretien avec Kay Gottschalk, porte-parole du groupe parlementaire de l’AfD au Bundestag pour les questions financières. Vice-président du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie .



Nicolas Faure : Monsieur Gottschalk, quel est votre point de vue actuel sur la question des finances et des impôts en Allemagne ? Devrait-il y avoir des réformes à ce sujet dans le pays, et si oui, lesquelles ?


Kay Gottschalk : Une grande réforme fiscale aurait dû être entreprise en Allemagne depuis longtemps.

En effet, la dernière grande réforme fiscale remonte à 2008. Les citoyens de notre pays supportent la deuxième charge fiscale la plus élevée au monde. Le credo de l’AfD depuis sa création est la simplification fiscale et représente un réel soulagement pour les citoyens. Le concept de grande réforme fiscale formulé et élaboré par Paul Kirchhof, professeur de droit fiscal et ancien juge fédéral, est un bon exemple d’une telle réforme fiscale en profondeur. Concrètement, il s’agit d’abolir tous les impôts sur la substance tels que les droits de succession, les donations, la taxe professionnelle et surtout l’impôt sur la fortune qui n’est pas conforme à la Constitution.

De plus, nous considérons qu’il est impératif de supprimer immédiatement, dans son intégralité et sans le remplacer, l’impôt sur la solidarité.
Certains droits d’accises administratifs à faible rendement au niveau fédéral, tels que la taxe sur les vins mousseux et la taxe sur le café, devraient également être supprimés.

Au niveau des Länder, il faudrait notamment supprimer l’impôt sur la bière et au niveau communal, entre autres, l’impôt sur les spectacles, l’impôt sur les autorisations de débit de boissons, l’impôt sur la chasse et la pêche et l’impôt sur les résidences secondaires. Le système fiscal souhaité par l’AfD doit libérer l’activité économique des barrières juridiques et du patronage et faciliter l’administration étatique.


D’autres mesures consisteraient à maintenir un frein à l’endettement, à introduire une fiscalité dissuasive, à simplifier la TVA et à revoir les taux d’imposition (pas de prélèvement sur les produits alimentaires de base). Pour ce faire, notre principe directeur est que chaque citoyen puisse devenir propriétaire et se constituer un patrimoine. Pour cela, il est notamment indispensable que les familles soient moins soumises aux charges et que la classe moyenne soit libérée de charges bureaucratiques trop lourdes.

Dans ce contexte, j’aimerais attirer l’attention sur mon communiqué de presse du 28 avril 2023 : https://afdbundestag.de/kay-gottschalk-eine-grosse-steuerreform-ist-ueberfaellig/.

Comme vous pouvez le constater, nous avons déjà présenté de nombreuses propositions de solutions concrètes et des concepts sous forme d’initiatives parlementaires au Bundestag allemand. Malheureusement, presque toutes nos initiatives sont rejetées par tous les autres partis. Dans les mois à venir, nous publierons également nos lignes directrices détaillées en matière de politique financière du groupe parlementaire de l’AfD au Bundestag.

Propos recueillis auprès de Kay Gottschalk et traduits par Nicolas Faure pour Résistance Républicaine.

 7,932 total views,  2 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Chez les Prussiens il faut réformer la fiscalité car avec les Gauchos et les Grünen belliciste avec la folle dingo Baerbock l’Allemagne va se diriger vers la faillite avec une mauvaise gestion du budget de l’Etat fédéral !

  2. En France il faut déjà supprimer l’impôt sur l’impôt les taxes sur les taxes.

  3. Ça cela ne risquera pas d’arriver en France et pas même en rêve, c’est un pays industrialisé avec peut être un taux endettement souverain inférieur à la France, néanmoins la culture,les traditions et leurs visions sur la fiscalité est complètement différente, après on parlait du modèle allemand c’était un trompe l’oeil,le SMIC n’existait pas et certains voire la plupart exerçaient et cummulaient plusieurs boulots,les loyers sont plus faibles qu’en France,bon je ne sais plus aujourd’hui

Les commentaires sont fermés.