A-t-on vu  les parents des ouvriers communistes tués en 1952 porter plainte ?

 

Je reviens sur la vidéo  de Christine, d’hier,  traitant de la plainte déposée par les parents d’un manifestant, gravement blessé à Sainte-Soline :

https://resistancerepublicaine.com/2023/03/30/grievement-blesse-pendant-une-manif-interdite-ses-parents-portent-plainte/

 

Dans les années 50, les manifs du PCF étaient, souvent, extrêmement violentes.

La France garde le souvenir de la manif contre le  général américain, Ridgway, dit “Ridgway la peste”, organisée  par les communistes.

Deux morts du côté des manifestants.

Des dizaines de blessés graves du côté des manifestants et de la police.

C’était  en 1952,  encore au temps du stalinisme.

Dans la décennie suivante, le relais a été pris par les gauchistes.

Des heurts , parfois très violents, opposaient la police et les gauchistes.

Mais aussi les gauchistes et les “fascistes”.

La télévision, entièrement d’Etat à l’époque, en parlait peu d’ailleurs,.

Mais, en juin 1973, une manifestation, particulièrement  violente, a eu lieu contre un meeting d’Ordre Nouveau portant sur  l’immigration.

Là, je me souviens que la télévision en avait parlé et avait montré les gauchistes chargeant, très violemment, la Police.

Tout cela pour rappeler que la violence en France n’est pas nouvelle, bien sûr.

Ce qui est totalement nouveau, c’est que les gauchistes actuels conjuguent lancer du cocktail Molotov et chouinerie sur les Droits de l’Homme.

On n’a pas  vu les communistes, en 1952, invoquer les Droits de l’Homme parce qu’en bon marxistes, ils méprisaient ces Droits “bourgeois”.

A-t-on vu, par exemple,  les parents des ouvriers communistes tués en 1952 porter plainte ?

Pareil, avec les gauchistes et les “fascistes” des années 60.

Krivine, pour les gauchistes, ou Devedjan pour les “fascistes” n’introduisaient jamais  la justice dans leurs bagarres.

La justice  les poursuivait, certes, mais ils ne chouinaient pas pour qu’elle intervienne.

Ils réglaient leurs comptes, “entre hommes”, c’est tout…

C’était très violent, mais personne, non plus, n’était obligé de participer à ces affrontements.

Le sort de ce jeune homme, à Sainte-Soline,  est très triste, mais en allant  à une manif interdite , annoncée,  elle aussi, comme très violente, il prenait son risque, un risque a priori très important.

Plenel, toujours lui, incarne bien, en 2023,  ce changement d’époque, ce changement de ton.

Dans les années 70, il participait à ce type de  manifs violentes, fier de son héritage léniniste  revendiqué (des millions de morts quand même).

Maintenant, tout en clignant des yeux vers ses jeunes années, il parle comme un frère prêcheur protestant.

Un vrai cocktail Molotov dans la main gauche, de pseudos  Droits de l’Homme  dans la main droite, c’est  le Plenel, à la sauce post-moderne, la sauce d’après le Marxisme.

Mi-Lénine, mi-Gandhi : c’est une fois de plus se f*** de notre g*** car il faut, bien évidemment,  choisir !

 

 

 1,777 total views,  4 views today

image_pdf

14 Commentaires

  1. la maman pleureuse qui pleurniche sur le “bobo” de son bb : grand nigaud élevé dans le confort qui et qui veut jouer au “révolutionnaire” sans en subir les inconvénients : dans d’autres pays c’est une balle qu’il aurait reçu !

  2. J’aimerais bien voir un de ces squatteurs qui narguent les proprios, le crâne défoncé à l’hosto, ça ferait réfléchir les autres .
    Ah mais non ! ces propriétaires ne sont que de misérables sans-dents, taillables et corvéables à merci.
    On les exploite et on les spolie, on offre le fruit de dizaines d’années de travail au premier venu d’ailleurs.
    Les bassines, c’est différent. Elles font partie du système de la mondialisation : les cochons des étrangers passent avant l’eau potable des sans dents.

  3. Je ne sais pas s’il y a toujours des prières de rue, mais en tout cas, on n’a pas vu de grenades, ni de LBD, utilisés pour les empêcher, bien qu’interdites.
    Pourtant, ces gens occupaient ILLEGALEMENT la chaussée, et causaient un gros désordre à l’ordre public, en pleine VILLE, chaque vendredi.
    Mettre deux jeunes manifestants dans le coma, en leur brisant la boîte crânienne, pour défendre des intérêts PRIVES, ça ne c’est JAMAIS VU.
    A qui appartiennent ces bassines ? Qui se pose la question ?
    Bizarre qu’aucun moyen radical comme cela, ne soit employé pour vider les squatteurs et rendre leur logement aux propriétaires.

  4. Wow, another article about the violence that attended political demonstrations in the 50s. It’s tragic that these events still live in our memories and still cause pain.

  5. Quand tu vas défendre une idée contre un individu ou une manifestation tu sais que tu vas devoir te battre verbalement ou physiquement donc tu ne viens pas pleurer dans les jupes de ta mère après ça.

  6. Vous avez vu la police charger lors des prières de rues pourtant interdites et occasionnant une gêne manifeste de la circulation ? Non. Alors même si cette manifestation était interdite, pas de quoi charger comme ça été le cas pour défendre un trou dans la terre. Les ordres qui ont été donnés sont disproportionnés. Et je me fiche bien que ce soit des écolos que je ne peux pas saquer. Darmanin devrait démissionner.
    Ensuite, le parallèle avec 1952 n’est pas très opportun car l’époque a bien changé et ce qui était alors concevable ne l’est plus forcément aujourd’hui. Les parents de ce gaucho ont raison de demander la clarté, n’importe quel parent ferait de même.

  7. 1952 c’était la guerre d’Indochine avec le général De Lattre de Tassigny qui dirigeait le Corp Expéditionnaire Français avec quelques succès contre le Viet Minh plus la mort de son Bernard avant de disparaître la même année et les Amerloques s’étaient empêtré en Corée et les Gauchistes du PCF protestait contre la venu du général Ridgway l’homme qui avait remplacé Mc Arthur en Corée car nos Gauchos protestaient contre la guerre en Corée et en Indochine sans qu’ils se fassent massacrer par les policiers français à l’époque rien à voir avec l’épisode de Sainte Soline mais est-ce que la famille de ces Gauchos avaient porter plainte contre la police en 1952 ? Non . En 1968 les Gauchos se faisaient casser par les militants de la droite national et en 1973 les Gauchiasses manifestaient contre Ordre Nouveau mais ceci est une autre histoire !

  8. Ce ne sera pas le dernier. Sans vouloir jeter de l’huile sur le feu, la police dans les manifs ordinaires schlague des gens âgés. Je l’ai vu de mes propres yeux. La police obéit aveuglément. En 1940, elle l’a fait avec Pétain. Si on leur donne le feu vert pour tirer à balles réelles, elle le fera. Par contre quand les exotiques manifestent, brûlent le drapeau français, nous insultent avec leurs banderoles, et commettent des exactions, j’ai constaté que ladite police ne bouge pas beaucoup. Les canons à eau sont une bonne solution, sauf en cas de sécheresse. Les lacrymos aussi, mais pas les grenades de désencerclement. Peut-être du gaz hilarant?

  9. Il n’est pas normal de soigner avec la même priorité que les autres victimes dans les hôpitaux publics :
    – les manifestants illégaux blessés pour avoir refusé d’obtempérer à des ordres ;
    – les malfaiteurs blessés en flagrant délit (ou crime), par une victime en état de légitime défense ou les forces de l’ordre intervenant pour faire cesser leurs actes ;
    – les accidentés drogués ou lourdement alcoolisés ;
    – les tentatives de suicide…
    Que chacun assume !
    Combien de pauvres gens victimes d’un accident ou d’une maladie fulgurante décèdent dans des couloirs parce qu’ils ne peuvent pas être pris en charge à temps et dans de bonnes conditions…

    • Les médecins ne peuvent pas faire le tri des malades, sinon c’est la porte ouverte à tous les abus : les gens normaux avant les handicapés mentaux, les jeunes avant les vieux. Pour les personnes suicidées, combien le font par désespoir, pour des problèmes personnels. J’ai fait moi-même une tentative lorsque j’étais en pension chez les curés. Si les médecins avaient procédé ainsi, je ne serais pas là aujourd’hui. Pour les gens qui attendent dans les couloirs, il faut mettre les moyens dans l’hôpital. Ce n’est pas normal. Quand on commence à faire le tri a l’hôpital, bonnes ou mauvaises personnes (sur quels critères?), on finit par se conduire en nazi. Ce que je refuse. C’est ce qui fait la grandeur et la dignité de la personne humaine.

    • Et le mohammed qui vient avec son chiard qui a la goutte au nez et exige d’être pris aussitôt.
      Les alcolos et les Clodos envahissent les hôpitaux la nuit pour des bagarres entre ivrognes, ils hurlent et emmerdent les vrais malades ayant réellement un besoin urgent.

      • Entièrement d’accord. Je parlais des malades ordinaires. Pour les alcoolisé, desintox, pour les momos et leurs mômes prière de voir le médecin traitant. Pour les dingues du cul, les laisser mariner et les passer après les vrais patients. Je ne pensais pas que les gens étaient aussi dépravés. Et dingues. Dommage que l’obus n’ait pas explosé…

Les commentaires sont fermés.