Bouleversante, Mireille Dumas plaide pour le droit à l’euthanasie, merci à elle

Elle est émouvante, pleine de tendresse, de respect pour sa mère qu’elle a aidé à mourir par amour.

 

Et oui, sur RR on ne se refuse rien, encore un sujet sinon clivant du moins susceptible de l’être. Mais comme d’autres sites ne se privent pas pour militer contre, et sans nuances, accusant quasiment l’adepte de l’euthanasie d’assassinat, il est de bonne guerre et juste de faire le contre-point, de faire contre-poids.

D’un côté des apôtres du “faut laisser faire la nature”, faut laisser “Dieu” décider de la vie, de la mort, et l’homme n’a rien à décider. Chacun aura compris que ce discours a le don de me mettre dans une colère folle et que je le méprise parce que, à mes yeux rien n’est plus haut que l’homme et que, même si Dieu existait (je ne le crois pas mais ça ne me dérange pas que d’autres croient) je ne vois pas en quoi ça le dérangerait qu’une personne souffrant mille morts, qui se sent diminuée,  voudrait cesser de souffrir et de vivre une vie qui n’a plus de sens. Ce serait un Dieu jaloux ne méritant ni amour ni respect.

Alors je ne peux pas entendre et encore moins suivre tous ceux qui croient que le seul règne qui vaille est celui de la nature à laquelle l’homme devrait se soumettre. Au nom de quoi ? La nature qui a tué tant d’enfants et de mères en couche ? Il vaut mieux en rire qu’en pleurer. Et quand je vois certains sites chrétiens entrer en croisade contre l’euthanasie, je dois avouer qu’ils me dégoûtent, vraiment.

De l’autre des gens qui, de bonne foi, ont peur qu’une loi autorisant l’euthanasie ne soit un outil des mondialistes, des eugénistes utilisée contre des opposants politiques. Le risque n’est pas nul, en effet, on a payé pour savoir à quel point les dégénérés sont prêts à tout pour construire le monde déshumanisé dont ils rêvent, le monde habité de robots… Chacun a en tête le terrible Soleil Vert. C’est en effet un risque, mais toute avancée de l’humanité, tout progrès a ses risques. Einstein et le nucléaire c’est à la fois une énergie fabuleuse sans inconvénients et le risque de guerre nucléaire. Et le risque de guerre nucléaire jusqu’à présent a permis justement la dissuasion et donc d’éviter la guerre. Rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. A chacun de se positionner en fonction de son éthique, de sa conception de la vie, de ses choix religieux, pourquoi pas. Ce qui me dérange fortement c’est que des croyants, parce que croyants, veuillent interdire aux non croyants le droit à l’euthanasie. De quoi je me mêle ? Il ne me viendrait pas à l’idée d’euthanasier de force un croyant ou de lui interdire de prier, de communier… pourquoi devrions-nous, athées ou libres penseurs (et je connais des chrétiens adeptes de l’euthanasie) nous plier à la conception du monde des croyants ? Ce serait un retour aux âges obscurs quand un  Giordano Bruno ou un Chevalier de la Barre étaient suppliciés et mis à mort au nom de croyances…

C’est pourquoi c’est la troisième voie que je choisis. Les militants (dont je suis) du droit de choisir le moment de sa mort, les militants de l’euthanasie au nom du respect de la dignité et de la liberté de l’homme. J’ai déjà dit ici mon admiration pour Henri de Montherlant qui, épicurien (mais stoïcien par certains côtés), amoureux fou des bustes romains, des corridas, des livres, de la beauté du monde s’est suicidé quand il a su qu’il devenait aveugle. La vie sans sa passion, sans ses bonheurs ne l’intéressait plus. J’avais à l’époque 17 ans, cela a été une rencontre pour la vie. Ce souffle de liberté, cette exigence d’une vie choisie et non subie m’a éblouie. Je suis adhérente d’une association “pour le droit de mourir dans la dignité” qui ne peut que garantir qu’il n’y aura pas d’acharnement thérapeutique mais c’est bien insuffisant, je voudrais un système comme celui des Suisses, ô combien humain, permettant l’organisation d’un adieu et d’un départ sereins.

Puisque nous sommes dans les réminiscences littéraires, c’est Socrate qui, condamné à mort pour des raisons politiques, ce n’était pas un truand, refuse de s’évader comme il en a la possibilité, parce que toute sa vie il a prôné l’obéissance aux lois, même celles avec lesquelles on n’est pas d’accord -les Insoumis devraient en prendre de la graine, mais ces incultes ne connaissent même pas Socrate-. Mais, surtout, Platon raconte cette scène extraordinaire de Socrate qui passe ses dernières heures en prison en compagnie de quelques amis autorisés et qui continue, jusqu’au bout, à discuter, à commenter, à pratiquer la maïeutique… qui boit la cigüe et commente la mort qui monte, sereinement, ses jambes qui s’appesantissent. Et part sereinement, se contentant de rappeler à l’un des amis présents qu’ils doivent le sacrifice d’un coq à Esculape.

Certes ce n’est pas tout à fait l’euthanasie mais il y a des ressemblances. Il y a, en tout cas, cette merveilleuse liberté de l’Homme, le seul être capable de choisir sa vie dans la mesure du possible au point de choisir le moment de sa mort. Fabuleux.

En tout cas je ne suis pas sûre que la “commission sur la fin de vie” propose des solutions qui me conviennent vraiment, elles peuvent rassurer ceux qui craignent que l’euthanasie soit utilisée par un gouvernement, mais je trouve que c’est insupportable de devoir donner des gages à plein de personnes pour avoir le droit de mourir quand et comme on l’entend. Ce n’est pas le système suisse, pourtant idéal.

 

Christine Tasin

 1,537 total views,  1 views today

image_pdf

92 Commentaires

  1. Il n’y a pas que les vieillards grabataires qui ont besoin de l’euthanasie.
    Mon cousin, jeune sportif , ni buveur, ni fumeur, a été atteint d’un mélanome au pied, les chirurgiens proposaient comme seule solution l’amputation d’une partie de la jambe, (après lui avoir coupé deux orteils), le cancer commençait à remonter et envahir le mollet.
    Il a préféré se suicider avec son fusil de chasse, offrant à sa jeune épouse, et à ses parents, l’image atroce et inoubliable, de sa cervelle sur les murs de la salle de bains.
    Il est clair qu’un suicide assisté aurait été plus humain et moins traumatisant pour la famille.
    Actuellement, seuls les Français riches peuvent aller se faire euthanasier en Suisse ou en Belgique. et même comme ça, c’est compliqué et pas pratique pour le reste de la famille, toute une organisation à prévoir.

    • En effet c’est un drame. Triste, triste fin l’ami. Il est temps que ce problème soit traité avec le plus grand sérieux.

  2. This post is really touching and full of respect for her mother who she helped die in a car accident. Mireille Dumas says, “It’s a difficult choice when someone suffers and asks to die.”

  3. L’euthanasie des gens dans la force de l’âge vient d’être pratiquée à très hautes doses ces deux dernières années par le produit léthale, communément appelé “vaccin”. Macron était au pouvoir.
    Macron est à nouveau au pouvoir par le vouloir du bon peuple français, peuple le plus intelligent du monde comme tout le monde le sait. Certains croient qu’il va sortir une loi autorisant l’euthanasie pour le bien et la liberté des français ? Mondialiste zélé comme il l’est, partisan acharné de la réduction de la population mondiale, des zigotos complètement déjantés croient à une telle loi formatée par un tel bonhomme pour le bien de tous ? Ca existe encore, ça ?
    Que les français se désectarisent, se soignent pour se désobotomiser, se dézombifier, et élisent un président normalement constitué et non un psychopathe pervers prenant plaisir à la souffrance des autres.
    Dans ces conditions, une loi sur l’euthanasie sera prévue pour respecter les choix de chacun sans possibilité d’abus de tiers personnes du malade concerné.

  4. Ainsi, comme solution aux interminables débats stériles basés sur les expériences personnelles douloureuses ou de vraies connaissances y compris de terrain, ceux qui croient aux bienfaits de l’euthanasie pourrait adresser un document officiel disant que dans leur cas, ils la souhaitent, et les autres mettre leur veto. Au moins, tout le monde se sentirait protégé.

    Ce document officiel existe pour les dons d’organes où l’on peut adresser un document prêt à l’emploi pour refuser cette pratique sur son corps (là aussi l’inconscient peu jouer), à un organisme qui les répertorie.

    C’est donc tout à fait possible.

  5. Finalement, il y a quelque chose qui arrangeait tout le monde car c’est affaire personnelle pas collective. On n’a pas à l’imposer collectivement avec les dangers réels d’une loi qui s’apparente, même déguisé, à un permis de tuer, et là je rappelle les voies inconnues de l’Inconscient déguisées aussi bien souvent par les meilleures intentions humaines…

    C’est un problème humain complexe qui ne supporte pas une simple et superficielle réponse oui ou non, le terrain l’a prouvé largement (Cachou le souligne fort pertinemment) y compris les pays qui ont regretté leur décision avec les témoignages reçus (on n’est pas dans les limbes de l’Imaginaire ou de ce qui seraient des interdits religieux là, c’est la VRAIE vie).

    • Dans un régime autoritaire, mon imagination n’a aucune difficulté à imaginer que si un opposant au système devait se faire opérer de l’appendicite par exemple, un malheureux coup de bistouri pourrait l’envoyer au diable s’il était athée et ad Patres s’il était chrétien …
      La plandémie et ses “vaccins” poison, qui était un hors d’œuvre, nous a clairement révélé que c’était tout à fait possible … Dans l’état actuel de la dictature, légiférer l’euthanasie n’est pas une priorité. On peut juste espérer, au cas ou nous serions confronté à ce problème, être pris en charge par une structure encore empreinte de véritable humanité.

      • Oui il peut y avoir de ça, mais je ne faisais pas spécifiquement référence à ce genre de dérives qui se voit et est peu probable, il ne faut pas virer paranoïa quand même.

        Pour le Covid on n’a pu savoir avec certitude ce qui a le plus joué dans ce qui s’est passé, certains l’ont fait “sincèrement” j’en suis sûre sans vraiment mesurer, quitte, avec le recul, à se dire qu’ils s’étaient trompés (mais trop tard, mince…).

        L’être humain est complexe, c’est plus subtil, il est difficile de parler en un mot du concept d'”humanité” qui prend bien des habillages, ne vous leurrez pas non plus. Parfois même, malheureusement, parmi des proches avec sincèrement les “meilleures” intentions (difficile de juger quand l’émotion submerge).

        Je maintiens ce que j’ai dit plus haut comme solution, je ne vois que ça si on ne veut pas laisser les choses en l’état qui fonctionne quoiqu’en disent les profanes.

        • Je ne vire pas paranoïa, je constate simplement que nous sommes déjà entrés en dictature. Que nombre de personnes se soient sincèrement laissées empoisonner par la mixture létale ne fait aucun doute. On peut tout-à-fait sincèrement se tromper. Il ne nous reste plus qu’à compter les morts et les blessés … En attendant, les empoisonneurs sont toujours en liberté et se proposent de légiférer sur l’euthanasie? Et vous voudriez leur faire confiance sincèrement? Je ne suis pas contre votre proposition mais ce n’est pas la priorité du moment. La sincérité n’est pas un critère de vérité.

          • @gigobleu

            Ne vous méprenez pas, quand je parle de paranoïa je parle d’une dynamique “en général”, cela ne vous est pas destiné.

            Et quant à ma solution, relisez ce que j’ai dit, notamment le “si”.

  6. POST 5 SUR 5
    Dans ce même forum, Beate 22 mars 2023 à 18h14
    “Simone Veil – 1974 – Assemblée nationale “Je le dis avec toute ma conviction, l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu’il perde ce caractère d’exception, sans que la société paraisse l’encourager ? Aujourd’hui Simone Veil serait horrifiée de constater les dérives de cette loi sur l’avortement. Il est donc à craindre que des dérives criminelles suivent une loi pour l’euthanasie. Il est fort possible que dans quelques années des personnes jugées inutiles soient “euthanasiées” contre leur volonté.”
    MA CONCLUSION EST QU’UNE TELLE LOI SOUS LA DICTATURE MACRON NE PEUT QUE SE RETOURNER CONTRE SON DESTIN SALUTAIRE. ELLE NE SERVIRA QU’À SERVIR L’INSTALLATION DU MONDIALISME COMME TOUT SE QUI SE PASSE DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES.
    QUAND LES FRANÇAIS REDEVIENDRONT NORMAUX, SORTIRONT DE LEUR LÉTHARGIE ET METTRONT UN PRÉSIDENT ÉQUILIBRÉ UNE TELLE LOI SERA LA BIENVENUE. AVANT, CELA PRÉSENTE PLUS DE RISQUE QUE D’AVANTAGE.

  7. POST 4 SUR 5
    Ainsi, l’émergence d’une loi avec un tel régime idéologue en place actuellement dans notre pays, une loi sur l’euthanasie laissera obligatoirement des aspect très flous qui pourront être exploiter sans inquiétude juridique. C’est une évidence.
    De plus, les politiques savent que des lois sociétales doivent être minimales pour être votées. Elles seront ensuite modifiées par vote ou par décret, donc à la bonne, et pour, volonté des dirigeants au pouvoir.
    Dans ce même forum, gigobleu 22 mars 2023 à 15h26
    (…) La loi Veil sur l’IVG visait à légiférer pour éviter l’avortement clandestin et ses pratiques dangereuses. Aujourd’hui, on autorise l’IVG à neuf mois c’est-à-dire l’infanticide (…)

  8. POST 3 SUR 5
    Pour cela, de nombreuses voies sont exploitées. Quand 736 millions sont alloués aux associations pro-migrants pour seulement 150 millions pour l’hôpital en 2022, quand 1.500 associations viennent en aide aux migrants dès leur arrivée jusqu’à leur parcours administratif, on ne s’étonne plus de rien*.
    Ce même pouvoir français a également procédé à l’assassinat de plusieurs milliers de personnes âgés**.
    =_=_=_=_=
    * https://resistancerepublicaine.com/2022/12/01/736-millions-aux-associations-pro-migrants-150-millions-pour-lhopital/
    ** https://resistancerepublicaine.com/2020/10/21/le-decret-du-16-10-autorise-le-rivotril-pour-euthanasier-nos-vieux-et-prevoit-la-possibilite-de-nous-confiner/
    https://resistancerepublicaine.com/2020/04/04/lex-pharmacien-serge-rader-on-acheve-nos-personnes-agees-dans-les-ehpad-par-sedation-rivotril/
    https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/rivotril-et-ehpad
    https://www.profession-gendarme.com/pierre-chaillot-il-y-a-eu-un-vrai-probleme-mesurable-sur-le-rivotril-en-ehpad/comment-page-1/

  9. POST 2 SUR 5
    Compte tenu du POST 1, le seul débat porte sur la consistance de la loi et ses utilisations, puis de son évolution. Cette question est indissociable du contexte politique, car c’est lui qui créé et rédige ladite loi. Quel est ce contexte politique actuellement, en résumé éclair.
    Depuis 40 ans nous subissons une dictature de plus en plus violente, un mondialisme qui s’installe de façon exponentielle, une brisure totale de la société occidentale, un laisser faire jamais vu pour les extrêmes gauchistes (dont les autoproclamés “écolos”), les racailles, et immigré islamiques dont, pour ces derniers, le tapis rouge est déroulé.
    Le pouvoir en place en France, mondialiste ultra convaincu, crie haut et fort, affirme, hurle qu’il faut réduire la population mondiale de quelques milliards.

  10. POST 1 SUR 5
    En fait, à la lecture de la totalité des posts de ce forum, je m’aperçois que (presque) tout le monde s’accorde à ne pas interdire l’euthanasie pas plus que de l’obliger. Tout le monde accepte la liberté individuelle sur cette question. Et c’est une bonne chose. Et c’est aussi mon point de vue.
    La France est toujours et partout en retard permanent dans le domaine de certaines lois. Les lois sociétales ne sont faîtes que par l’évolution des faits de société avec un retard considérable. Seules les lois politiques et immigrationnistes sortent avec une rapidité prenant tout le monde de court, le plus souvent votées les nuits du mois d’aôut.
    Connaissant très bien le milieu hospitalier, je peux vous dire que des euthanasies cachées et/ou déguisées, il y en a des centaines tous les jours en France. Mes affirmations reposent sur du solide. Combien de fois ai-je entendu des médecins hospitaliers dire aux familles : “Ah, nous avons fait tout ce que nous avons pu, mais, hélas, il est parti !”. Alors qu’il y a eu, en fait, euthanasie.

    • @achou

      “Connaissant très bien le milieu hospitalier, je peux vous dire que des euthanasies cachées et/ou déguisées, il y en a des centaines tous les jours en France. Mes affirmations reposent sur du solide. Combien de fois ai-je entendu des médecins hospitaliers dire aux familles : “Ah, nous avons fait tout ce que nous avons pu, mais, hélas, il est parti !”. Alors qu’il y a eu, en fait, euthanasie.”

      Je confirme, tout à fait, ceci depuis bien longtemps. La morphine calme et à haute dose tue.

      • C’est exact et, jusqu’ici, personne n’est ressuscité pour contester ou confirmer cette réalité. Et, de mon point de vue et selon mon expérience en aumônerie, c’est mieux ainsi en l’état actuel des choses.

      • L'”euthanasie”, c’est un concept finalement artificiel pour donner l’impression d’être en mesure de savoir dompter la mort, d’en atténuer la peur, l’effroi la vie durant, de ne pas s’y préparer comme les Anciens devaient s’y préparer, spirituellement, philosophiquement (grand thème de philosophie autrefois, maintenant plus du tout)… C’est en lien avec le consumérisme : on vous promet une mort douce, comme on vous promettait de votre vivant tout un tas de biens et services. On croit tout pouvoir maîtriser. Je crois que la discussion est finalement moins éthique que médicale car d’ores et déjà, il existe des moyens qui apparemment rendent la mort plus douce quand on le peut. Mais personne n’a un témoignage direct et complet de la mort vécue, et pour cause… On veut dompter l’indomptable et c’est pourquoi on pédale dans la semoule à ce sujet depuis longtemps entre les partisans et les opposants. Chacun a sa petite idée d’une réalité dont on n’a qu’une vague idée.

  11. Merci pour ce bel article,,Christine, il est plein de bon sens, la peur des dérives et des intentions, sans doute fallacieuses, du gouvernement, ne doit pas faire oublier la liberté de choix de quelqu’un qui souffre.

    • Le cas de Chantal Sébire est très emblématique de la dureté et l’inhumanité des institutions.
      Son fils a été condamné au tribunal pour avoir aidé sa mère à mourir.
      Le juge qui l’a condamné s’appelait Alacchi, bizarre n’est-ce pas ?

      • Des coïncidences de nom, qui sont troublantes, allah chie, pour Chantal Sébire, comme l’évêque cochon pour Jeanne d’Arc.

  12. L’euthanasie est un sujet brûlant , il y a les pour ,il y a les contres , l’euthanasie est un choix personnel en fonction des convictions de chacun et de chacune , cet un acte qui dois être murement réfléchi et accepter par le reste de la famille . Vouloir se donner la mort est un acte de courage comme donner sa vie pour sauver une personne ,acte d’altruisme quand c’est en adéquation avec soi ,et surtout sans subir de pression , chacun à son libre arbitre .

  13. Je savais ma maman condamnée. Je ne voulais pas la voir partir. Une infirmière lui a parlé longuement, ainsi qu’à moi, alors qu’elle était déjà inconsciente. J’étais certain qu’elle ne pouvait plus entendre et j’ai vu son visage se détendre après le départ de l’infirmière. J’ai pris sa main dans la mienne pendant près de 10h. Elle s’est éteinte paisible, J’étais heureux pour elle mais dévasté de chagrin. Aujourd’hui, je suis remarié à….une infirmière.

  14. Pour ce qui est des crimes abominables des croyants ce n’était pas la peine de remonter jusqu’au chevalier de la barre. Vous pouviez vous arrêter au Bataclan.

  15. L’euthanasie, le choix de mourir, ne doivent être décidés QUE par la personne concernée. Ni par un dieu supposé ni par un inconnu.
    En vertu de quoi devrions-nous imposer la souffrance à quelqu’un qui, dans sa vie ne l’a pas mérité, contrairement à un égorgeur.
    Toutefois comment contrôler l’honnêteté de l’entourage…?

  16. Nous avons déjà les injections Pfizer, Jensenn, Astrazeneca y Moderna qui font bien le job. Je peux comprendre que c’est un rêve de la franc-maçonnerie mais je suis pour la vie moi que j’ai passé par un cancer

  17. Macron ne s’est pas posé de question pour imposer, de fait, le bouillon de onze heures de PFIZER qui a fait mourir plusieurs personnes en bonne santé. Alors où est le problème d’aider à mourir ceux qui ne veulent plus souffrir. Est-ce plus chrétien d’attendre qu’il avale le contenu de la bouteille de DESTOP ou qu’ils se pendent à la rampe de l’escalier ? Décidez pour vous-même et laissez les autres faire de même.

  18. Christine. Se retrouver sur un ring et puncher avec des personnes qui sont soi disant du même bord, faut avoir la santé. Avoir la foi dirait notre ami gigobleu… J’atteste que tu ne donnes pas de coups mais que tu les rends et j’ajoute en toute légitimité. Certain commentaires sont en dessous des pâquerettes. C’est dire. Le lendemain du Printemps…Pour résumer, le désir de mettre fin a ses jours me parait parfaitement légitime. Mais l’encadrement de sa mise en ouvre comporte un danger certain que plusieurs commentateurs ont relevé, souligné avec courtoisie !

    • Le poète a parlé, comme toujours avec des mots justes… merci ami. Belle conclusion à ce débat fort intéressant si on oublie les gens qui s’oublient sous les pâquerettes mais ils ne sont pas suffisamment nombreux ni pertinents pour qu’on demande l’euthanasie par perte du désir de vivre dans un monde peuplé par de tels sous-hommes.

      • Parfois si. Le désir de mourir est si grand que la personne passe à l’acte = suicide. Mais toute personne surtout le sanitaire doit faire le maximum pour l’empêcher. Des enquêtes sur enquêtes.Ka réflexion sur cette similitude devrait être abordée.

  19. Mireille Dumas la Gauchiste dégénérée d’extrême gauche fait la promotion de l’euthanasie qui est un acte criminel où la vie de la personne est ôté pour soi disant apaiser sa souffrance mais si la personne réclame la guérison elle serait guéri. Sur le plateau de France Inter temple du Gauchisme bien-pensants diabolisant par excellence la propagande anti famille,anti vie et pro euthanasie est diffusée en grande pompe et quand à Mireille Dumas elle mérite de se faire euthanasier !

    • Non, l’euthanasie n’est pas un acte criminel c’est un acte d’amour. Il en faut du courage pour aider quelqu’un qu’on aime à mourir, ne serait-ce que pour accepter que la personne aimée meure un peu plus vite que la normale, même si elle le désire. Par ailleurs je vous souhaite bien du plaisir de regarder l’un de ceuxque vous aimez devenu un légume en espérant mourir alors que vous l’avez entendu X fois dire qu’il ne voudrait à aucun prix une telle fin. Quand on parle d’euthanasie, il s’agit de personnes en fin de vie, pas de personnes qui par un coup de baguette magique vont guérir

  20. C’est un sujet qui fait peur, comment ne pas penser au détournement de cette pratique pour éliminer des gens devenus soi-disant inutiles pour la société qu’ils soient malades, vieux ou même plus graves encore ? Le droit de mourir risque d’empiéter sur celui du droit de vivre ?

    • C’est exact, c’est un vrai risque. La loi Veil sur l’IVG visait à légiférer pour éviter l’avortement clandestin et ses pratiques dangereuses. Aujourd’hui, on autorise l’IVG à neuf mois c’est-à-dire l’infanticide. Les lois équilibrées dans ces domaines douloureux sont très difficiles à établir et seront toujours imparfaites. Je n’ai pas et n’aurai jamais de réponses définitives à ces questions. Un cadre législatif minimum me semble quand-même souhaitable pour éviter le chaos.

      • Simone Veil – 1974 – Assemblée nationale “Je le dis avec toute ma conviction, l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu’il perde ce caractère d’exception, sans que la société paraisse l’encourager?”

        Aujourd’hui Simone Veil serait horrifiée de constater les dérives de cette loi sur l’avortement. Il est donc à craindre que des dérives criminelles suivent une loi pour l’euthanasie. Il est fort possible que dans quelques années des personnes jugées inutiles soient “euthanasiées” contre leur volonté.

    • Je partage vos inquiétudes, Pascal. On marche ici sur un terrain glissant qui peut nous faire vite déraper vers le meurtre des personnes “inutiles”.
      Je suis contre une loi pour l’euthanasie. Les dangers sont plus grands que les avantages. Il y a déjà des protocles en place pour aider les personnes en fin de vie, avec un arrêt de boisson et de nourriture, parfois associé à la prise de morphine. En tant qu’aide soignante j’ai été témoin de ces pratiques, toujours avec l’accord de la personne et suivi du médecin.

      • Il est vrai que laisser les gens mourir de faim et de soif, c’est gentillet !

        • Je ne crois pas qu’il s’agisse selon les propos de Beate de laisser mourir les gens de faim et de soif mais simplement d’alléger leur fin de vie inéluctable quelques heures avant celle-ci. Elle parle bien d’un accompagnement médical contrôlé. Cesser de se nourrir et s’abreuver fait partie du protocole. Il ne s’agit pas d’ajouter des souffrances mais de les apaiser autant que possible. Les fonctions vitales cessent de fonctionner peu à peu. Ce sont des soins palliatifs. On s’endort tout doucement. Je comprends ce qu’elle veut dire

          • Moi aussi mais justement c’est l’existant dont je ne veux pas car il est très insuffisant et restrictif. Et effectivement les gens meurent car ils ne sont plus alimentés ni branchés, ce n’est pas cela que je veux, ce n’est pas de l’euthanasie.

          • Oui, vous avez bien compris. De plus chaque cas est unique, donc une loi générale n’a pas se sens. En revanche, il y a un réel danger de dérives criminelles, et dans quelques années, des personnes jugées inutiles pourraient être “euthanasiées” contre leur volonté.

            L’enfer est pavé de bonnes intentions. Ce proverbe est absolument vrai en ce qui concerne l’euthanasie. Il nous appartient de voir plus loin que le bon sentiment, de comprendre le danger lié à cette loi humaniste.

      • C est ce que je pense aussi, plus de dangers que d’avantages du point de vue collectif, du point de vue individuel c’est différent mais je pense que ça peut être un piège ?

  21. Je pense comme vous Christine. Tout mon soutien à cet article. Dieu est invention humaine. Mourir dans la dignité et choisir son heure lorsque chaque jour est une souffrance alors qu’il n’y a aucun espoir de rémission devrait être un droit humain indiscutable. Le sujet est délicat car entre la science et le serment d’Hippocrate et la croyance religieuse obscurantiste.

    • Merci Jean pour ce résumé simple, en 2 lignes, qui dit tout de la grandeur humaine, de la vie qui est un cadeau merveilleux et de la nécessité pour tout homme qui le désire de pouvoir la quitter quand elle ne lui apporte plus que déchéance et souffrance.

    • Il est vrai que l’Eglise a décidé , un jour, de considérer le suicide comme un acte criminel.
      Les suicidés étaient maudits et n’avaient pas droit à un enterrement religieux.
      Mais il s’agit là, de décisions purement humaines, où est-il écrit que Dieu a interdit le suicide ???
      C’est comme l’histoire du chevalier de la Barre, à cette époque, les hommes de pouvoir, des hommes cruels et autoritaires, entraient dans les ordres religieux pour y exercer leur ignominie sous couvert de religion.
      Comme dans les couvents de bonnes sœurs, on trouvait à une époque, des femmes haineuses, mauvaises, aigries, qui se défoulaient sur les jeunes novices.

  22. Je me permets de rappeler que,dans le cas du chevalier de la Barre,et a ma connaissance, l eveque d Amiens etait intervenu aupres du Roi et,au nom de l Eglise,pour demander la grace du chevalier.
    Lorsque ce meme chevaliet voulut s echapper,il trouva refuge dans un monastere qui n avait rien de bouddhiste.
    Les soldats du roi,apres perquisition,trouverent des ecrits contre Louis XV ainsi que des ecrits voltairiens, pronant un regime republicain.
    A mon avis(Mais je ne suis pas historien) on a voulu faire d une histoire politique un probleme clerical,l Eglise devant porterle chapeau ,quant a la mort du jouvenceau.
    A comparer toutefois avec la non intervention de l universite d Al Azhar qui a demande la condamnation d un religieux musulman egyptien car celui ci avait eu l audace de suggerer …d expurger le Coran des versets violents.
    Le malheureux fut dument pendu vers 1985 par le gouvernement egyptien !

  23. Si tu dois partir dans la souffrance absolue, autant se faire euthanasier, la famille sera d’accord pour que la fin soit rapide et sans douleurs, c’est désarmant de voir un proche souffrir le martyre et de ne rien pouvoir faire, l’euthanasie ne devrait même pas être débattue, c’est un cas de conscience et une décision à prendre qu’avec la famille proche ! Quant aux soumis des croyances qui se posent la question, qu’ils se démerdent c’est pas nôtre problème !

    • L’inverse est vrai aussi. Certaines familles désirent que l’on maintienne leurs proches sous perfusion aussi longtemps que possible car elles n’acceptent pas leur fin et prolongent parfois des souffrances inutiles. C’est vraiment un sujet douloureux.

    • Ne pas oublier de remettre le corps encore chaud,la nuit, au compost, comme un artiste.

  24. Il faut toujours tester le produit dont on se charge de faire la promotion.

    • Exact, c’est précisément ce que font Pfizer, Moderna & Co … Mais dans ce cas-ci, il ne s’agit pas de tester un produit mais de savoir faire preuve d’humanité dans une situation dramatique.

  25. Je pense humblement qu’on pourrait peut-être laisser un peu les gens décider de leur vie, et qu’en échange, on ne médiatise pas tout ça façon super show.

  26. Dans ton commentaire Christine, tu dresses un parallèle entre le suicide (choisi) et l’euthanasie (donner la mort). Dans tous les cas de figure nous sommes tous tôt ou tard condamnés à mort n’en déplaise à Schwab, Harari, Alexandre … Discuter de ce sujet grave derrière un clavier d’ordinateur n’a rien à voir avec un travail d’accompagnement sur le terrain souvent bouleversant et, chaque fois, imprévisible. Chaque cas est différent.

    • Sauf, Gigobleu qu’il y une loi en préparation sur le sujet, et qu”il est donc légitime d’aborder le sujet sur un site de ré-information.Et cela permet justement d’approfondir entre de nombreuses personnes ce sujet grave. Pendant des années je suis allée voir ma mère atteinte d’alzheimer, ne marchant plus, ne parlant plus, que l’on nourrissait avec une paille, ne reconnaissant personne, obligée de vivre ce qui n’était plus une vie, à chaque fois j’étais traumatisée de voir cela et je me disais la prochaine fois je viens avec un fusil ou de la mort aux rats. suite commentaire suivant

      • Je ne l’ai jamais fait, l’euthanasie est interdite en France et on n’en avait pas parlé avant. Mes enfants savent que je ne veux pas d’une vie dégradée, animale, et si j’ai assez de forces et de lucidité pour voir ce que je deviens je mettrai fin à mes jours sans demander l’autorisation, eux ne peuvent en l’état actuel que s’opposer à l’acharnement thérapeutique c’est insupportable. Je voudrais qu’ils aient le droit de demander à ce que je sois euthanasiée. Je peux entendre que pour des croyants choisir l’heure de sa mort ne soit pas concevable mais pour les non croyants quel est le problème ?

        • Merci pour ton témoignage vécu que je comprends parfaitement. Devant certaines situations je me fiche complètement de ce que me dicte la loi et je m’en remets à ma conscience en fonction de chaque situation individuelle. Et je ne suis pas opposé à une loi qui protégerait des excès dans un sens comme dans l’autre. Un certain flou dans ce domaine laisse quand-même une marge de liberté (dans la responsabilité) qui n’est pas négligeable. L’acharnement thérapeutique sur un moribond en souffrance est de la cruauté que rien ne justifie (y compris les croyances des uns et des autres).

        • Suicide à la mort aux rats, pendaison pour les hommes, au gaz. fréquents.
          Suicide en se tailladant les veines, se noyer pour les femmes. beaucoup plus rare pour les femmes agées.
          Le courage de se suicider , seul.
          Je veux mourir dans mon lit, aux médocs avec ma fille me tenant la main.
          Cela signe une vie de non courage devant l’épreuve de la vie.

          • tartarin de Tarascon… Pourquoi celui qui préfère choisir le moment et les raisons de sa mort devrait-il être puni par une mort violente ? Et que font les Vincent Lambert réduits à l’état de légume pour se donner la mort, gros malin ?

  27. Quel étalage de sa vie privée ! Je crois me souvenir que c’était la spécialité de ses émissions de télé … c’est devenu à la mode de donner soi-même un avis en PUBLIC sur tout ce qui peut se passer dans sa propre intimité familiale ?

    • Ben voyons ! Personne n’a protesté quand la fille de annie girardot atteinte de alzheimer a écrit un livre de témoignage de l’horreur ; comme c’est facile et méprisant d’envoyer une personne qui est une morte vivante se mettre une balle dans la tête ! Au fait tu sais que les Frabcais ont rendu leurs armes ???

      • Mon commentaire n’a rien à voir avec l’euthanasie. Il a tout à voir avec l’étalage public de l’intimité d’une vie familiale ….
        Les Français qui ont rendu leurs armes ? Y en a même qui se sont faits inoculés …

        • Le cas dont on parle n’est pas l’intimité d’une vie familiale c’est juste un témoignage vécu face à une loi qui se prépare.

  28. Mais qui sont tous ces donneurs de leçons qui veulent décider pour nous? Quelle légitimité , quelles compétences? Si elle en a marre, elle se flingue…et elle nous fout la paix.

  29. Cet article m’inspire quelques humbles réflexions.
    Tout d’abord, bravo pour le courage de l’aborder publiquement. Tu le sais mieux que personne que tu vas avoir des opposants farouches et qui vont déborder sur ta seule personne en plus, ça a déjà commencé.
    De plus dans cet article, tu places l’Homme au-dessus de Dieu dont tu ne reconnais pas l’existence. Là aussi, attends-toi à de belles réactions.
    Je trouve que ton article est magnifiquement fait. Il est très clair, explique parfaitement ta position et des engagements. C’est très difficile d’élaborer un article sur ce sujet, et le tiens fait référence.
    Après la forme, il reste le fond. Et là je n’y entre pas. Je suis comme notre ami Paco avec son poste de quelques lignes qui aurait pu être le mien.
    Bons échanges que je lirai uniquement.

  30. Ayant assisté plusieurs personnes en fin de vie, je me pose les questions suivantes en rapport aussi à l’actualité: La crise covid a révélé une volonté d’abréger la vie de nombre de vieillards pour réduire les coûts de leur entretien. Prolonger la vie de moribonds dans des souffrances inutiles cela peut aussi rapporter beaucoup d’argent à certaines structures de “soins”. Comment une législation pourrait-elle lutter contre ces deux abus ? Légiférer dans ces domaines peut ouvrir la porte à des excès très difficiles à maitriser. Le rôle des assistants spirituels est très important en phase terminale. L’homme a trois composantes: physique, psychique et spirituelle. Telle est mon expérience. Enfin, personne ne peut prévoir quelle sera sa fin de vie.

    • Toute l’admiration affichée de Christine Tassin pour une femme qui prône le suicide pour sa mère et,pire, pour une autre femme qui prône la sadopédophilie.
      Suicide assisté pour tous, sadopédophilie extrême. et après …….

      • Et après… vous vous contentez d’anathèmes, d’idées toutes faites. Vous pouvez penser autrement que moi, vous pouvez le dire, vous pouvez crever la bouche ouverte en souffrant toutes les douleurs du monde, en ayant perdu toute humanité mais à votre place j’irais consulter un psy pour comprendre pourquoi je suis si haineux et agressif avec une femme qui n’analyse pas les choses comme vous.. Et c’est vous qui parlez de christianisme ? Le Christ aurait honte de vous.

      • Jésus a dit: “Tu aimeras ton prochain comme toi-même”. Si un moribond vous réclamait la mort pour abréger ses souffrances, que feriez-vous? Et, question subsidiaire, si le moribond en souffrance n’est plus capable de réclamer la mort que feriez-vous? Il faut avoir vécu certaines situations pour les comprendre. Parfois, la vraie grandeur de l’homme consiste à savoir décider avec courage et humanité. Mes vieux parents chrétiens m’ont demandé de leur éviter l’acharnement thérapeutique. Je respecterai leur volonté si cela se présente.

        • Belle réponse Gigobleu, je retiens cette phrase qui dit tout : “Parfois, la vraie grandeur de l’homme consiste à savoir décider avec courage et humanité.”

  31. Je ne suis pas d’accord avec vous, mais bien sûr j’entends vos arguments. Je me bornerai à dire qu’une loi permettant l’euthanasie active à l’heure actuelle, avec des psychopathes à la Macron au pouvoir, leur donnerait le feu vert pour un vrai génocide. Je ne peux m’empêcher de penser aux handicapés, toutes premières victimes du 3e Reich. Vous me direz peut être que ce n’est pas comparable. Mais quand la démocratie est bafouée à ce point, il y a tout à craindre du détournement d’une loi. Il me semble qu’à l’heure actuelle, la loi Leonetti est la plus consensuelle. Bonne journée.

    • Je suis d’accord avec vous. Les personnes en fin de vie qui n’ont plus les moyens de leur autonomie dépendent entièrement du bon vouloir de leur entourage. Un entourage bienveillant fera ce qu’il faut pour accompagner au mieux ces personnes mais il y a aussi, hélas, des entourages et des lois malveillants. Qui peut dire et prévoir avec certitude quelle sera sa fin? Raison pour laquelle il est utile de s’y préparer individuellement.

  32. Agrégée vous avez crue que vous aviez atteint le Saint Graal et vous pensiez être l’égal de Socrate. La réalité de l’enseignement aurait du vous mettre en alerte sur le sommet atteint ne vous rend pas infaillible. Vous recitez aveuglement en boucle le message républicain antichrétien primaire pour vous rassurer.
    La vieillesse est un naufrage disait CDG. Mai 68 l’a coulé. Vos propositions
    de suicide sont dans le droit fil de cette “libération”

    • Vous êtes juste un pauvre type limité intellectuellent, jaloux de ceux qui ont fait des études et vous cherchez toutes les occasions pour leur chercher des noises. Vous êtes juste un médiocre. Et en plus malhonnête, vous êtes un mauvais chrétien qui dissémine la haine… Je suis la seule à avoir organisé une manifestation pour la défense des jours fériés chrétiens, moi la républicaine athée qui lutte pour que les chrétiens conservent leurs églises. Finalement non vous n’êtes pas un pauvre type, juste un connard limité intellectuellement par sa haine de la République et des athées.

      • Wouah, vous vieillissez mal Christine. Le peu de respect que vous insipiriez, pouf, s’envole.
        Vous n’avez plus rien à faire que de répondre à tous les commentaires, à engueuler et à insulter ceux avec qui vous n’êtes pas d’accord alors qu’ils ont raison.

        • Tss Tss quelle malhonnêteté Pouf ! Je n’insulte que qui m’insulte… je ne suis pas du genre à présenter la joue gauche. J’ai toujours défendu l’euthanasie, ce n’est pas une question d’âge mais d’éthique et de respect de l’être humain. Sans doute des choses que vous ignorez. Je vous plains

    • Je ne reçois pas la réflexion de Christine comme étant anti chrétienne. Christine ne cesse de dire qu’elle respecte la foi individuelle de chacun. Elle fustige à juste titre les diktats religieux qui veulent imposer leurs lois. En fait, sur ce point, elle se comporte comme Jésus (bravo Christine) qui n’a cessé de fustiger les religieux de son temps qu’il a même qualifiés de “sépulcres blanchis”. Je suis sûr que Dieu (dans lequel je crois) est bien plus sensible aux cris du cœur des humains croyants ou pas qu’à leurs réflexions “savantes”.

      • Diable, la mécréante que je suis comparée à Jésus dans un débat sur l’euthanasie et par un croyant fervent, tu fais fort Gigobleu ! Bravo pour ton honnêteté intellectuelle.

  33. C’est par des gens comme vous Christine tasin que la société est en décadence. Vous ne savez pas ce que c’est que de l’art, et pour vous, tuer une personne c’est justifiable selon vos vues très étroites et votre coeur aride. Vous avez des études en lettres et un blog, c’est top, mais en vous il y a un bouillon de choses sombres que vous trouvez erronément chouettes parce que côté spirituel c’est le desert.
    Vous avez divagué d’une idéologie à l’autre pendant des décennies en vous croyant libre. Il vous faudrait deux ou trois siècles pour comprendre ce qui est bon et ce qui ne l’est pas.
    Il me semble que Pierre Cassen a une vision plus claire, propre et belle des choses de la vie, il a évoulué. Vous vous ridiculisez.

    • Le débloqueur en l’occurrence c’est vous qui vous permettez de juger ceux qui ne pensent pas comme vous et hop ! de parler de décadence ! Mon pauvre ami, vous êtes enfermé dans un monde étroit dont vous avez peur de sortir. vous avez si peu confiance en vous que vous n’osez pas imaginer un seul instant que d’autres puissent penser autrement, mieux vous interdisez à autrui le droit de n’être pas comme vous et de ne pas faire partie des moutons.

  34. Mireille Dumas aurait pu aussi de prendre à son domicile sa mère. Elle en avait largement les possibilités. C’était ainsi “dans le passé”.
    Comme le déclarait Hassan II , on voit une civilisation à la manière dont elle traite ces anciens.

    • c’est ce qu’elle a fait. Sa mère a vécu avec Mireille Dumas et son mari pendant des années. Par ailleurs je ne voudrais pour rien au monde infliger à mes enfants la charge d’une femme impotente, perdant la tête etc les privant d’une vraie vie

  35. Charité bien ordonnée commence par soi même. Pourquoi pas l’essayer comme cela nous ne la verrons plus et en plus elle ne polluera plus la planète. Quand on est bisounours, il faut penser à tout.Mais je pense que sa prise de position est pour les autres, on ne sait jamais peut être que le pouvoir me donnera encore quelques émissions bien payées.

  36. Chère Christine, c’est un sujet délicat qui va provoquer des remous. Mais pas de ma part. Je viens plutôt saluer ton courage et la fermeté de ton engagement pour cette cause. Je ne la partage pas, mais je suis sensible à ton argumentaire.

    • Merci ami. Oui je sais qu’on touche à des sujets presque “sacrés” pour certains, mais je n’arrive pas à concevoir que, même si on est opposé à l’euthanasie par éthique, religion etc. pour soi on puisse se permettre de l’interdire aux autres. C’est juste monstrueux.

      • Je suis totalement d’accord avec toi sur ce point. Qui peut se permettre d’interdire à quiconque de prendre une telle décision ? Mettre fin à ses jours ! Comme je l’avais pressenti, certains commentaires sont sans retenue et te mettent au pilori. Avec la violence verbale que permet justement la liberté d’expression. Mais ça tu le savais aussi à l’avance. Tiens bon !

        • T’inquiète mon Paco je suis trop entière et trop sûre de moi pour être atteinte par des insultes ; cela ne veut pas dire que je ne peux pas changer d’avis un jour ou l’autre sur un sujet ou un autre. Mais ce ne sont pas les attaques qui me feront jamais changer d’avis. Et je trouve que, malheureusement, sur les sites de résistance au mondialisme il y a trop de haine de la République et de l’athéisme pour que je me taise et ne vienne pas combattre l’obscurantisme, le repli sur soi et la haine de ceux qui ne pensent pas selon une doxa conservatrice.

  37. Lors que L’extrême gauche rejoint l’islam et la démoralisation du pays :
    Rima Abdul Malak, la ministre de la culture, dédouane le caractère pédophile du tableau de Miriam Cahn.
    Bizarre…!!!

Les commentaires sont fermés.