« La Crise », 1992 : scène culte sur les bobos antiracistes !

Michou (Patrick Timsit) explique candidement à des bobos pourquoi il est plus facile d’être anti-raciste quand on est riche à Neuilly que quand on est pauvre à Saint-Denis. Excellent!

A Résistance républicaine, nous ne sommes évidemment pas  grands fans de la cinéaste Coline Serreau, ou d’acteurs déboussolés comme Vincent Lindon.

Ceci étant dit, il serait dommage de bouder La Crise, au moins pour la « scène des bobos antiracistes » avec Timsit.

Pour ceux qui se demanderaient comment cette scène a pu être tournée à l’époque, il saute aux yeux que Timsit est complètement convaincu de faire du second degré.

Se rend-il compte seulement que c’est du premier degré pour 90% des gens?

La scène est très politiquement incorrecte par les temps qui courent mais tellement vraie pour ceux qui subissent cette réalité là. En 1992, on était pourtant loin de la situation actuelle…

30 ans déjà et plus d’actualité que jamais !

Tellement vrai :

« Moi je pense que c’est beaucoup plus facile d’être contre le racisme quand on habite à Neuilly que quand on habite à Saint-Denis. […]. Moi ce que je comprends, c’est que les trois quarts de la planète, ils sont dans la merde, alors ils essayent tous de se radiner là où c’est moins la merde, hein c’est-à-dire chez nous ! Et puis là, faut bien que quelqu’un se pousse pour leur faire de la place et leur filer à bouffer. […]. Mais jusqu’à présent, ceux qui se sont poussés pour leur faire de la place, c’est les mecs de Saint-Denis, hein, pas les mecs de Neuilly ! ». 

Cette scène fait écho à l’actualité.

Avec par exemple Sandrine Rousseau qui nous dit tout le bien qu’il faut penser des « humanistes » multimillionnaires !

Ils ne sont pas comme Monsieur Michou dans La Crise !

Les détracteurs s’en donnent à coeur joie, rappelant que le Omar Sy ne vit pas dans le 93 ou à Trappes et n’est pas confronté à la réalité des Français auxquels il donne des leçons : 

Sur le film…

Cette séquence des antiracistes est magique et ce film est également intéressant sur d’autres problématiques sociétales.

La scène suivante avec leurs enfants écolos est aussi culte.

Côté écologie (l’autre combat de Coline Serreau avec le féminisme), le député socialiste (d’une région agricole) est confronté à ses propres enfants, adeptes de la macrobiotique qui ont décidé que plus personne dans la famille ne mangerait de « bœuf piqué aux antibiotiques ». Alors que le monologue écolo de fiston fait sortir papa de ses gonds (« monte dans ta chambre ! »), il subit la pire des insultes qui soit pour lui : « quand tu cries comme ça, tu ressembles à un député RPR ! »

SYNOPSIS

Trop absorbé par son boulot, Victor n’a pas assez regardé autour de lui. Quand sa femme l’abandonne et qu’il perd son travail, le monde s’écroule. Quasiment seul, car même sa mère se moque complètement de ce qui lui arrive, il ne rencontre que des gens trop absorbés par leurs propres problèmes, comme des agités d’une société en crise.

Un film avec Vincent Lindon , Patrick Timsit , Yves Robert , Gilles Privat , Christian Benedetti

Genre : comédie – Durée : 1h35 – Année de production : 1992

 Scène de l’initiation à l’accueil téléphonique : 

 1,395 total views,  8 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Il a l’air excellent ce film.
    30 ans déjà, et personne n’a voulu réagir.

  2. Omar Sy et Alex Descas : tous les deux sont français, tous les deux sont noirs, tous les deux sont comédiens.
    L’un des deux a beaucoup de talent. Indice : celui qui a du talent n’a pas repris le rôle d’un personnage interprété autrefois par Louis Jouvet.

  3. Il y a 30 ans, ca pouvait passer pour du second degré parce que ça pouvait passer pour exagéré, aujourd’hui ça ne peut plus passer pour du second degré car c est devenu une réalité, Le bourgeois à changé de tête, il s appelle maintenant Omar Sy ?

  4. Je ne connaissais pas du tout ce film, mais le 1er extrait était, involontairement, visionnaire. Et les bobos de gauche ressemblent comme 2 gouttes d’eau aux personnages de ce film.

  5. Dans cette scène il y a deux camps les Français qui connaissent la réalité avec les problèmes d’insécurité , d’immigration et d’islamisation dans le pays et les Bobos qui défendent un Antiracisme dévoyé et bidonné qui est d’une hypocrisie incroyable où la moraline progressiste consiste à diaboliser ceux qui ne sont pas d’accord avec l’idéologie immigrationniste en les traitant de raciste . Le cas d’Omar M’a tué qui faisait la morale aux Français prouve qu’Omar Sy est un hypocrite , qui n’a jamais accueilli de migrant chez lui à Los Angeles dans le Wokistan Californien et Sardine Rousseau est toujours aussi obnubilée par la propagande du Omar Racialiste parce qu’elle est stupide .

    • Il y a un autre camp, moins connu celui-là et pourtant ils sont tout aussi nombreux.
      Ce sont les francais qui ont des « amis » musulmans et ceux-là ont beaucoup d’influence et manipulent de pauvres francais ignares.

  6. Aujourd’hui on ne pourrait lus sortir ce genre de scène.
    Pendant ce temps la télé publique nous beurre la raie avec le sy !
    Ce soir, ne regardez pas la 2, c’est tartine de merde.

  7. J’ai connu un gros en..lé ( cadre supérieur d’une banque bien connue ) comme les bobos de la vidéo qui vantait les mérites et les bienfaits de l’immigration et du métissage général mais évidemment bien a l’écart de tout ça , ce pourri tient un tout autre discours depuis que sa fille lui a ramené un sénégalais avec qui elle a eu deux marmots …..Ce gros con qui idolâtrait les socialos vote aujourd’hui pour Zemmour !

    Un vieux dicton dit  » planté dans celui des autres c’est toujours une paille « 

  8. On ne peut plus dire ça à la télé aujourdhui, sans avoir les foudres des assos musulmane. On est mal, on est mal, on est mal.

  9. Seulement ceux qui vivaient à Saint-Denis et autres lieux ont émigré, les blancs, pas les autres. Et ceux qui vivent à Neuilly continuent d’y vivre. Signes des temps, petitesse et décadence pour les Français de base, richesse et gloire pour les autres. Confidence, je ne peux pas blairer cet Omar Sy, mais si mais si!

  10. La séquence de Patrick Timsit, sur l’immigration est criante de vérité, et ca date de 20 ans. Je ne suis pas certain qu’on puisse dire cela aujourd’hui. Il y avait encore une certaine liberté de paroles, qui est finie aujourd’hui. Au rythme de 500.000 nouveaux venus par an, qui ne repartent, ça ne va pas s’arranger.

    • Rajoutez 10 ans (année du film) et vous aurez la date ou tout s’est écroulé suite à la trahison du RPR qui avait pourtant promis  » immigration plus que contrôlée  » et tout plein de bonnes choses patriotes, tous des traîtres et des pourris, mais heureusement le bon RN et l’honnête patriote bardella vont sauver la France …

Les commentaires sont fermés.