Hausse de l’énergie : fermeture de l’usine William Saurin :

Chronique d’une mort annoncée… L’ingénieur Nicolas Meilhan avait clairement expliqué à Bercoff ce qui était en train de se passer, ce qui allait se passer…

https://resistancerepublicaine.com/2022/12/10/prix-de-lelectricite-saurin-et-garbit-mettent-la-quasi-totalite-de-leur-production-a-larret-la-faute-a-macron/

Suspension annoncée… sine die. Nul ne sait quand l’usine de Saint-Thibault-des-Vignes, créée en 1926, l’un de nos fleurons, ouvrira à nouveau ses portes ni, surtout, si elle est susceptible de les ouvrir à nouveau un jour.

William Saurin suspend son activité en Seine-et-Marne à cause du prix de l’énergie : «Ce n’était plus viable»

L’usine de plats cuisinés, située à Saint-Thibault-des-Vignes, sera provisoirement à l’arrêt pour une durée indéterminée à partir de ce 2 janvier. Un accord d’activité partielle longue durée a été signé pour 200 salariés du site. La direction promet une réouverture «le plus vite possible».

https://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/william-saurin-suspend-son-activite-en-seine-et-marne-a-cause-du-prix-de-lenergie-ce-netait-plus-viable-01-01-2023-PXBLEETJBVHNDEAQAHGMJS7TUA.php

Atmosphère de mort sur le site de Seine-et-Marne. Les bâtiments sont déserts. Pas un bruit ne résonne. Un silence qui risque de durer quelque temps. La description faite par le Parisien, allez savoir pourquoi, m’a fait penser aux descriptions de Germinal, quand les mineurs sont en grève, que la mine meurt… et les mineurs avec. Sinistre rapprochement.
Et la direction a beau promettre que oui, bien sûr, ce n’est qu’un au revoir, qu’on va bientôt ré-ouvrir… qui peut y croire quand on lit le communiqué de la direction ?
Notre facture annuelle serait passée de 4 à 40 millions d’euros pour l’ensemble de nos sites, soit un coût multiplié par dix, calcule la direction. Ce n’était plus viable économiquement.
Et ce n’est que le début : en tout, le groupe, qui détient aussi Zapetti ou encore Raynal et Roquelaure, a décidé de fermer temporairement quatre de ses huit sites : Saint-Thibault, mais aussi Capdenac (Aveyron), Pouilly-sur-Serre (Aisne) et Camaret-sur-Aigues (Vaucluse), qui représentent 80 % de sa production. Ces arrêts concernent 800 salariés sur 1 200.
Et la conséquence, à venir, n’est pas évoquée en grands titres dans la presse (peur de déclencher un mouvement de panique ?), et pourtant elle m’apparaît aussi clairement que le nez au milieu de la figure : boulangers, industries alimentaires… c’est juste la bouffe qui disparaît peu à peu…C’est la famine qui menace. Clairement.
Il ne peut pas y avoir de hasard, on se souvient de l’obstination des Hollandais pour faire disparaître fermes et élevages… D’ailleurs c’est dit noir sur blanc à l’intérieur de l’article du Parisien :« Des grandes surfaces se retrouvent avec des rayons vides ».
Tout cela sans parler, cerise sur le gâteau, de l’inflation des matières premières : Le groupe subit aussi l’inflation des matières premières. « La crise sanitaire, la météo des deux derniers étés et le conflit en Ukraineont entraîné une forte augmentation du tarif du bœuf, du porc, de la tomate, etc. 
Forcément, ce qui est vrai pour Saurin l’est pour TOUT le secteur alimentaire… Et comme un certain nombre de distributeurs ne veulent pas rogner leurs marges, la seule solution qui reste à nos usines c’est de mettre la clé sous la porte pour ne pas travailler à perte, voire tomber en faillite.
Et comme je suis mauvaise langue je me dis que si Saurin- Garbit est obligé de fermer l’usine familiale historique, ça fera des heureux... C’est l’une de nos très rares usines encore situées en centre ville (toutes les modernes sont obligées de s’installer en-dehors des zones urbaines), et nombre de rapaces doivent viser le terrain de Garbit, espérant la fermeture définitive ou la faillite pour récupérer un terrain qui vaut de l’or…. Tout se tient, vous-dis-je… Gagons que des Gates et autres Soros sont à l’affût.
Dès qu’on commence à dérouler le fil, on n’est jamais déçus !

. »

 812 total views,  2 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. Il avait bien dit, l’autre enc*** que plus rien ne serait comme avant.
    Parfois, il se trahit. Tout a été manigancé en haut lieu, et le petit télégraphiste le savait, lui qui a l’oreille fixée à la bouche des dieux.

  2. Ce ne sont pas seulement les fermiers hollandais qui sont tenus de mettre les clefs sous la porte. La même mesure est mise en place au Canada aussi bien qu’en Irlande avec toujours le même prétexte écologique de réduction de l’emploi d’engrais azotés :
    voir ici :
    pour le Canada :
    https://www.youtube.com/shorts/SBYa9fvfXLk
    https://spectator.com.au/2022/07/trudeaus-fertiliser-ban-threatens-to-create-a-food-crisis/

    pour l’Irlande :
    https://www.independent.ie/business/farming/news/new-laws-will-give-state-sweeping-powers-to-monitor-farmers-fertiliser-use-41866619.html

  3. Fermés pour cause de spéculation infâme, injustifiable, et le laisser-faire de nos pourris de dirigeants et de leurs lèches-fions médiatiques comme ce connard de Praud que je viens d’écouter (sur un autre sujet) à la radio.
    C’est du vol, pire que les méfaits des racailles !!!! Parceque les racailles, au moins, sont en faute et le savent, alors que les escrocs au pouvoir s’auto-immunisent.

    RIEN n’explique ça de façon crédible, et surtout pas la guerre en Ukraine. L’uranium ne pousse pas dans les champs de blé ukrainiens.
    UE de merde !!!

  4. En France, sous macron, des usines alimentaires dont la clientèle est le « bas » peuple ferment !!!
    Mais c’est monstrueux, c’est la bouffe des petites gens !

    Et cet enc.lé fanfaronne dans les vestiaires pour 510 000€…

    Saloperie.

  5. Ce qui était complotiste hier est aujourd’hui une catastrophe annoncée,il n’y avait pas si longtemps,une usine qui fermait c’était toute la classe politique qui se déplaçait sur le lieux,l’edito est très clair sur le sujet d’après quelques nouvelles les salariés seront en chômage technique avec 77 % de leurs salaires de bases autant dire que se serait l’angoisse en plus de l’incertitude et le devenir qui domineront pour la plupart , après quels investisseurs potentiels s’y risqueraient avec un tel coût de l’énergie ? Ils iront migrer vers d’autres pays moins chers ,le FMI à déclarer la récession en UE aux USA !!! Et une question demeurera ,L’UE ,la FRANCE ont réussi malgré tout à passer l’année 2022 , j’entends le stockage de gaz pour cette hiver,mais pour 2023 et pour le prochain hiver ?

  6. Pour les licenciements de ces usines qui ferment il ne faut pas s’inquiéter puisque selon les dernières statistiques le chômage est en baisse et va continuer à baisser, et on aura même besoin des travailleurs étrangers, ils trouveront toujours du boulot s’ils se donnent la peine de traverser la rue. Et puis, si on n’a plus d’usines, on a des kébabs.

  7. L’usine William Saurin a fermé ses usines pour cause de factures d’électricité en hausse dû à la crise économique et énergétique, risque de chômage partiel causer en grande partie par l’incurie de nos gouvernants et la folie destructrice des Écolo Nazis qui veulent que la France devient un désert industriel pour le plus grand bonheur mais l’usine William Saurin ne restera pas fermer bien longtemps.

Les commentaires sont fermés.