Mylène Demongeot, adieu à une actrice restée dans le cœur du public

Une beauté incendiaire doublée d’une sémillante impertinence…

Figure emblématique du cinéma français, Mylène Demongeot s’est éteinte à l’âge de 87 ans. L’actrice n’a eu de cesse de mettre son talent au service des plus grands réalisateurs pendant plus de soixante ans.


Révélée dans Les Sorcières de Salem de Raymond Rouleau aux côtés d’Yves Montand et de Simone Signoret, elle interpréta la lumineuse Elsa de Bonjour tristesse d’Otto Preminger face à Jean Seberg et David Niven, prit les traits de la machiavélique Eve dans Une manche et la belle d’Henri Verneuil ou ceux de la terrible  Milady de Winter des deux volets des Trois mousquetaires réalisés par Bernard Borderie.

 

Dans les  Trois mousquetaires, elle incarne  Milady : blondeur, cruauté, perfidie, le film conserve impeccablement l’image d’autrefois.

 

Elle incarna surtout Hélène, l’intrépide photographe qui faisait tourner la tête de Jean Marais dans la trilogie des Fantomas d’André Hunebelle.

La suite de sa carrière fut riche et souvent discrète. Grâce à Fantômas, elle gagne l’amour du grand public.

 

Puis tourne plusieurs films avec Marc Simenon (fils de Georges), qu’elle épouse. Elle continue à promener sa gouaille et son talent dans les décennies suivantes, dans des rôles souvent très divers. En 2006, Camping lui assure un regain de popularité inattendu que les deux volets suivants confirmeront. On la revoyait encore régulièrement dans des films. Tel dans Maison de retraite, comédie à succès sortie en février de cette année.

Des comédies populaires (Camping de Fabien Ontoniente) aux comédies dramatiques (Sage Femme de Martin Provost) en passant par le polar (36 quai des orfèvres d’Olivier Marchal) ou le drame (La Californie de Jacques Fieschi), l’actrice solaire et insaisissable évoluait d’un genre à l’autre avec une aisance formidable.

Camping


Il y a trois ans…

L’actrice Mylène Demongeot, 84 ans, atteinte du Covid-19, et traitée à la chloroquine, est guérie.

… Elles étaient quatre, jour et nuit, à me veiller, à me nourrir, à me laver. Ce don de soi réveille vos dernières forces. Tout cela vous aide à survivre, à vivre. Ils m’ont donné aussi de la chloroquine car ils considèrent que le professeur Raoult est une sommité…

https://www.lefigaro.fr/cinema/mylene-demongeot-la-force-et-les-soignants-etaient-avec-moi-contre-le-covid-19-20200420


 

 5,328 total views,  2 views today

image_pdf

16 Commentaires

  1. Dieu merci, Mylène n’a jamais fait partie des metoo et autres balances venimeuses.
    Elle n’a jamais mal parlé, comme tant d’actrices, des hommes avec lesquels elle a vécu ou travaillé. Elle n’a jamais joué les victimes comme le font les néo-féministes. Pourtant, belle comme elle était, elle a dû en recevoir, des hommages …
    Il aurait été tellement décevant qu’une femme aussi belle, talentueuse, gentille se conduise comme une Rousseau.

  2. Mylène Demongeot restera pour toujours une très grande actrice qui marque les années 50, 60 voir 70 par son talent, sa beauté et son élégance. On ne retrouvera plus d’actrices comme elle possédant une telle grâce. Qu’elle repose en paix.

  3. Une grande dame du cinéma qui s’en va rejoindre son compère de Camping Claude Brasseur(monsieur et madame pic) tout deux qui m’ont bien fait rire .sans oublier tous ses rôles dans les films cités dans cet article .rip madame Mylene Demongeot .

  4. Les acteurs d’autrefois avaient tous la classe pour ceux qui ont disparus et ont tous la classe pour les quelques qui restent. Ceux qui se prennent pour des acteurs, des vedettes, des stars maintenant ne sont que des merdes prompte à baver leurs conneries sur les plateaux télé, des avis sur tout.

  5. Merci pour ces souvenirs ,de la grande et talentueuse actrice qu’elle incarnait, pour le cinéma et que les vrais cinéphiles ont sus l’appréciés

  6. J’apprends avec tristesse la disparition de Mylène Demongeot, une actrice qui fut longtemps très belle, toujours talentueuse et très sympathique aussi, d’une simplicité souriante et classe, sans la moindre arrogance – ce qui est rarissime – de plus en plus – chez les acteurs et plus généralement dans le showbiz, un monde où les gens ont tous plus ou moins une tête aussi enflée que leur égo – une femme qui a su vieillir avec grâce.
    R.I.P. Mylène. On te regrette et on ne t’oubliera pas.

  7. Elle était bien meilleure comédienne que la jolie B.B. que nous aimmons tous ici.
    Mais elle a eu moins de gloire car contrairement à Brigitte elle préférait travailler debout plutôt qu’allongée…….

      • En quoi est-ce mesquin de dire que notre B.B. en devait autant à son Q qu’à son talent?
        C’est réaliste, c’est tout….

    • pas très gentil pour brigitte que nous aimons aussi beaucoup
      elle fait aussi partie de notre patrimoine

      • Mais j’adore Brigitte et ses combats que je partage, mais elle a plus brillé par son minois et sa vie dissolue. Ça la regarde mais j’ai le droit d’en parler.
        Sans doute la première et la plus grande « star » de l’après-guerre.

      • Mylène de MONGEOT née le 29 septembre 1935.
        Brigitte BARDOT née le 28 septembre 1934.
        Deux femmes nées sous l’influence prédominante de Vénus la planète de l’Amour et de la Beauté.

  8. Une grande et belle dame du cinéma Français nous a quittés pour rejoindre ses amis avec qui elle a embellit notre enfance et notre jeunesse .

Les commentaires sont fermés.