L’EPR finlandais d’Olkiluoto 3 fonctionne à pleine puissance…

Centrale d’Olkiluoto – l’EPR est situé à gauche sur la photo.

 

Silence de la presse de propagande sur le fonctionnement à pleine puissance de l’EPR finlandais… Seul Le Figaro et certains médias régionaux en font état ! Par contre, Le Monde, Libé, etc. avaient signalé de démarrage du réacteur en décembre 2021… 

C’est le troisième EPR en fonction après les deux EPR chinois, tous de conception française du tout début des années 2000, quand EDF n’avait pas encore été sabordée par nos décrépitudes politiques érigées en “zélites” !
Officiellement, il sera considéré définitivement fonctionnel en décembre 2022, avec 12 ans de retard !
Plusieurs explications à ce retard, entre déboires et… difficultés d’Areva sérieusement mise à mal avec le démantèlement industriel qu’elle a subie. D’ailleurs Areva a dû s’acquitter d’une pénalité de 450 millions d’€ pour retard en 2018, puis aussi d’un malus supplémentaire de 20 millions d’euros par mois de retard au-delà de la fin 2019. Areva assume seule la sanction financière après le lâchage de SIEMENS et de l’Allemagne engagée dans sa nouvelle politique énergétique suite à l’accident de Fukushima…
A noter cependant que la Finlande voit le démarrage de son EPR avant la France. Il est à à craindre que la désindustrialisation de la France a conduit à la perte de compétences et de qualifications ouvrières… Peut-être devrait-on faire venir des Finlandais terminer Flamanville !!! 

Une différence avec la France, en Finlande le froid conduit à mettre les travaux en veilleuse 4 à 6 mois par an, le coulage du béton  ne peut avoir lieu en temps de gel, les soudeurs doivent disposer de toute leur agilité manuelle loin de l’engourdissement…

QU’EST-CE QU’EPR ?

C’est un réacteur à eau sous pression, comme les 58 réacteurs du parc nucléaire français qui cumulent une durée d’exploitation de plus de 2000 ans. Il intègre en plus tous les retours d’expérience des accidents nucléaires mondiaux avec 4 trains indépendants et redondants de sauvegarde du cœur, pour seulement 2 sur les réacteurs des générations précédentes. L’EPR est construit pour gagner 1 facteur 10 sur la probabilité de non fusion du cœur*, sur une durée de vie de 60 à 80 ans, et une disponibilité de 93%. Il incarne la « génération III ». (Extrait de https://www.europeanscientist.com/fr/editors-corner-fr/lepr-finlandais-a-atteint-sa-pleine-puissance-electrique-1600mw-bas-carbone/ )


* : ce qui a eu lieu à Three Mile Island (le corium n’a pas traversé la cuve), Tchernobyl (faute des techniciens et conception aberrante du réacteur : pas d’enceinte de confinement, un seul circuit de fluide caloriporteur ==> même fluide dans le réacteur et actionnant la turbine, barres de ralentissement se relevant et non chutant par gravité ==> 20 s au lieu de 2 !), Fukushima (panne du système de refroidissement noyé lors du tsunami, le corium a sûrement traversé une ou deux cuves mais retenu par le socle béton de 8 mètres).

Nucléaire : l’EPR finlandais tourne à pleine puissance

Le réacteur nucléaire finlandais d’Olkiluoto 3 de 1.600 mégawatts a commencé à produire de l’électricité à pleine puissance. Son exploitation commerciale devrait débuter en décembre, selon l’opérateur TVO.

Par Enrique Moreira – Publié le 30 sept. 2022 

Il aura fallu 12 ans de plus que prévu mais le réacteur finlandais de type EPR, Olkiluoto-3 (OL3), tourne enfin à plein régime. Il a en effet commencé à produire de l’électricité à pleine puissance, ont annoncé ce vendredi l’opérateur TVO et le groupe français chargé de sa construction, Areva.

« La centrale est maintenant la plus puissante installation de production d’électricité en Europe », s’est félicité l’exploitant finlandais de la centrale. Avec un niveau d’environ 1.600 mégawatts, la centrale située sur la côte sud-ouest du pays nordique est aussi devenue la troisième installation de production d’électricité la plus puissante au monde, a ajouté TVO. Juste derrière les deux EPR chinois, également de conception française.

40 % de la production électrique du pays

TVO a indiqué au début du mois que la pleine puissance devrait être atteinte « début octobre ». L’opérateur tient donc ses délais. Le nouveau réacteur OL3 est suivi de près en Finlande, où l’on espère qu’il pourra relever les défis énergétiques de l’hiver à venir face aux risques de pénuries aggravées par la chute de livraison de gaz russe vers l’Europe et d’électricité vers la Finlande.

A son maximum, l’EPR permettra à la centrale d’Olkiluoto de fournir 40 % de la production d’électricité de la Finlande. Les deux autres réacteurs, OL1 et OL2 comptant ensemble pour 21 % de cette production, et OL3 pour 19 % à lui seul. Par ailleurs, l’EPR sera « un ajout important à la production d’électricité propre (l’électricité nucléaire étant peu carbonée, NDLR) en Finlande, dont la part passera à plus de 90 % », avait expliqué Marjo Mustonen, vice-présidente de TVO chargé de la production d’électricité, lors de sa mise en route.

12 ans de retard

Le nouveau réacteur, construit par le consortium franco-allemand Areva-Siemens, a démarré en mars, avec 12 ans de retard. A l’instar du chantier de l’EPR français de Flamanville, il a connu une longue série d’échecs et de déboires. Ceux-ci sont à l’origine, en partie, de la lourde restructuration d’Areva en 2018, divisée par la suite en trois sociétés distinctes (Orano, Framatome et Areva SA).

Le dernier report en date a eu lieu en juin dernier. La production régulière devait en effet commencer dès cet été mais elle avait été reportée à décembre. En cause : l’observation de « matières étrangères » dans le réchaud à vapeur de la turbine. En 12 ans, La facture du chantier de l’EPR finlandais est passée de 3,4 milliards d’euros à environ 11 milliards.

Nouveaux tests

L’opérateur du réacteur, TVO, a également rappelé qu’une série d’une dizaine de tests doivent encore être menés dans les prochains mois. Ces essais auront un impact sur les niveaux de puissance dans les prochains mois. « Dans certains des tests à venir, la production de l’unité de production est volontairement interrompue ou le niveau de puissance est abaissé », a précisé l’opérateur.

« Les équipes d’Areva, de Siemens et de TVO restent pleinement mobilisées pour accomplir la longue phase d’essais à 100 % de puissance », a précisé de son côté le constructeur français. L’opérateur finlandais évoque désormais une production d’électricité à un rythme normal, à Olkiluoto, en décembre 2022.

 

 1,097 total views

image_pdf

8 Commentaires

  1. Les Finlandais sont plus intelligents que nous les français qui avons été manipulés par Macronor Terminator Merdator qui a fermé la centrale de Fessenheim tout en contribuant à la perte de notre souveraineté énergétique et industriel ce qui nous fait très mal !

  2. Excellent pour les Finlandais ,malgré les retards de chantier ,ça va être amortis très vite, ils gagnent un peu plus dans leur indépendances énergétiques et la France dans tout ça qu’en pense t’elle ?

  3. Pas loin de mon village, treize éoliennes. Hier huit étaient à l’arrêt. Ce matin, pas de vent ou presque, toutes sont immobiles. C’est beau, l’écologie…

    • Bonjour Argo , comme l’aurai dit feu Jean-Pierre Coffe , les éoliennes et les écolos , c’est de la merde .

Les commentaires sont fermés.