Ils ne savent ni le sens de « ludique » ni celui de Fahrenheit, ça vous étonne ?

En plus, confond l’Amérique et l’Afrique !
Il n’a pas encore appris que Colomb l’avait découverte (en dernier)… même l’enseignement de l’histoire !

Mais le compte de ce Satellys a été satellisé de tweeter…
La conclusion en est savoureuse !
Riez pendant que vous le pouvez encore…

 

Rappel de l’histoire de « ludique » pour ceux qui ne la connaîtraient pas »

Ce mardi marquait le début des épreuves du baccalauréat pour près de 187.000 élèves du cursus professionnel. La première d’entre elles, l’épreuve de Français, comportait le sujet suivant : « Selon vous, le jeu est-il toujours ludique ? »

Si l’on en croit Twitter, au sortir de cette épreuve de nombreux étudiants ont buté sur le terme « ludique » dont ils ne comprenaient pas la signification.

Alors le niveau de vocabulaire de la génération Z est-il en train de péricliter ?

https://www.20minutes.fr/societe/3308883-20220615-bac-2022-face-mot-ludique-lyceens-detresse-vraiment-manque-vocabulaire

 

 

 823 total views,  1 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


27 Commentaires

  1. L’école est là pour désinstruire. Ca fait des années que ça dure. Alors quand les élèves sont confrontés, à des mots inconnus, ou un peu recherchés. C’est la panique généralisée. Les syndicats d’enseignants tous gauchos, ont une lourde responsabilité. Il faut voir les fautes d’orthographes. L’école ne fait plus son travail, et depuis des décennies. Le niveau a chuté, c’est terrible.

  2. Le QI est en baisse en France ( immigration inculte et consanguinité etc…) et les enseignants n’ont rien fait pour arranger cela.

  3. Oui, c’est grave. La cancritude, la nullité devient endémique en France.
    De l’autisme aussi, incapacité à se remettre en cause, à avoir des repères rationnels d’autocritique. Tout dans l’émotion maladive. Mais certains sont épargnés heureusement.

  4. Dialogue avec un bachelier français :
    – Mon frère est troglodyte.
    -Ah bon ? Il vit dans une grotte ?
    – Dans une grotte ???? Mais non ! Il parle plusieurs langues.
    – Il n’est pas troglodyte alors, il est polyglotte.
    – Troglodyte, polyglotte… Tout ça c’est synagogue.

  5. C’est parce que le véritable Fahrenheit 451 a eu lieu : la destruction de l’instruction, al volonté d’instruction et de connaissance. « Sattelys » ça me rappelle la phrase d’Audiard : « Si on mettait les c… en orbite, t’aurais pas fini de tourner ». Sans sous-estimer la destruction scientifique de nos gamins transformés en zombies-éponges à propagande, je serais curieux de voir la trombine de celui qui semble beaucoup s’inquiéter pour l’Afrique.

  6. L’IA remplacera prochainement le cerveau humain qui pourra en toute quiétude s’atrophier et régresser au niveau de l’encéphale reptilien.
    Ça ouvre de belles perspectives pour les rares privilégiés qui maîtriseront Skynet, pour un temps indéterminé.

  7. Dans le même genre, savez vous pourquoi certains wech wech disent qu’ils habitent dans le 9/3 ?c’est parce qu’ils ne savent pas compter jusqu’à 93 .

    • Exact, mais jusqu’à 3 quand même !
      wane tou tri, viva laljiri !wane tou tri, viva laljiri ! wane tou tri, viva laljiri !

  8. Le problème pour moi n’est pas la connaissance des mots mais leur utilisation courante. Exemple, « respecter la distance sociale de 1.50m… » Non, c’est la distance physique, la distance sociale est un concept, pas une recommandation ! Et puis, ces mots automatiques tels les t’inquiète, j’avoue, jugé, je gère,…

    Quant au vocabulaire, il y a toujours des nouveaux mots et ludique, je crois que c’est une façon d’expliquer par le jeu, si je ne m’abuse et j’ai un qi à trois chiffres et bac+4.

    • « Distance », est déjà un concept. Après on précise ce qu’elle doit être. Finalement, c’est bien dit car ce qu’ils veulent c’est la distance « sociale ».

      « Bac+4 », langage peu adapté (année Mitterrand) car l’aspect quantitatif (le chiffre) ne donne pas le qualitatif (le niveau du diplôme, sa nature appliquée ou fondamentale ce qui n’est pas la même chose). Dans cette logique, un Bac pro est BEPC + 4, et un Bac général BEPC + 3….

      Cette logique de « nivellement » a fait et fait beaucoup de mal.

    • Pour les « mots » et surtout leur « sens » (le signifiant où l’on sait la complexité du Français à ce niveau), on est un peu dur avec ces Bac « pro », on oublie le « sens » concret de ces formations que l’on a trafiquées pour donner une illusion intellectuelle qui n’est pas et n’est même pas le but. Pour moi, la question posée ne correspond pas à quelqu’un qui a suivi une formation professionnelle exclusivement orientée pratique même si l’on a mis devant le mot « bac ».

      Ainsi, en classe Primaire il est courant de parler d’abstrait alors que les enfants ne sont pas encore matures pour une véritable réflexion conceptuelle, idem dans certaines formations orientées pratique et non réflexion purement abstraite (je l’ai vu dans les écoles d’infirmières et ailleurs).

      Comme si il fallait « prouver », confondant l’être (l’essence et la valeur purement humaine) et le savoir (acquisitions).

      • A mon époque (50 ans), ça s’appelait sobrement des BTN et ça faisait honnêtement son office. Mais la France intellectualisante, qui complexe ceux qui ont des dons et facultés ailleurs, plutôt que de dire la vérité, a préféré la facilité de leur faire croire qu’ils étaient eux-aussi des zintellectuels. Au nom de l’égalité et autres concepts artificiels et de la sainte Idéologie, qui doit toujours l’emporter sur la réalité.

        • Tout à fait !

          On n’a rien arrangé et même aggravé, le travail intellectuel n’est plus reconnu, le travail manuel bien fait n’est plus ce qu’il était, et personne dans tout cela ne trouve satisfaction.

          On a par là ancré dans la dynamique générale la fausse idée qu’il y aurait une facilité à tout avoir sans se donner de mal… Il y en a bien sûr qui ne rentrent pas dans ce jeu et d’autres qui déchantent.

          Je crois que les « BTN » ne correspondent pas aux Bac pro (?), les Bac. professionnels étant, si cela n’a pas changé, des suites dans les filières CAP et BEP, pour cela qu’ils se préparent en 4 ans après la 3ème.

        • « Au nom de l’égalité et autres concepts artificiels et de la sainte Idéologie, qui doit toujours l’emporter sur la réalité. »

          Nous sommes d’accord, comme si la qualité d’une personne se mesurait à son diplôme, ce qui éloigne bien sûr du réel et de ce que l’on est avec ses propres capacités.

    • @Paul

      Aujourd’hui, je suis allé dans une boulangerie et j’ai demandé une baguette : « pas de souci » me répond la jeune employée jamais vue auparavant.
      Puis commande un pain au noix tranché : « pas de souci » me répond-elle encore…

      « Pas de souci »… on dirait une réponse automatique qui n’a aucun sens.

  9. Faut dire que Fahrenheit 451 c’est pas trop ludique quand même.
    En même temps si on élimine tous les mots compliqués ils pourront même faire des mots croisés 5×5.

  10. Fahrenheit, homme politique français qui a inventé le degré centigrade. MDR.

    C’est comme lui :
    Parmentier : inventeur belge qui a inventé la peau de patate pour ne pas les salir dans les champs. (ça, c’est de Pierre Dac)

  11. Pauvre France, pauvre pays. Les futures élites de demain. Il est vrai qu’ils seront remplacés bientôt par des champions toutes catégories, les Chances pour la France, au vocabulaire encore plus étendu et encore plus approximatif. Les sujets porteront sur le coran ou la vie du prophète, les études de médecine auront pour travaux pratiques comment occire et découper un kouffar. Alors, pourquoi s’en faire?

1 Rétrolien / Ping

  1. Ils ne savent ni le sens de « ludique » ni celui de Fahrenheit, ça vous étonne ? | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation