Eh, les gars de la Marine, sortez vos fourches ! 2 milliards de personnes vont affronter la famine

La première partie est ici : https://resistancerepublicaine.com/2022/04/22/eh-les-gars-de-la-marine-sortez-vos-fourches-ils-veulent-mettre-spike-dans-votre-assiette/

 

Hier  vous  avez découvert comment les progressistes de Big Pharma veulent vous faire bouffer les pissenlits par la racine avec leurs légumes chargés de protéine Spike. Première raison de sortir vos fourches,.

Voilà la deuxième raison.

 Une crise alimentaire mondiale est imminente. Pour ceux qui le peuvent il va falloir vous mettre au jardinage pour remplir vos assiettes.

Avant la guerre en Ukraine de nombreuses productions étaient déjà à la baisse.  Les surfaces agricoles diminuent partout à cause d’une extension des villes, la population mondiale de 6 milliards  en 2000 est passée à 8 milliards en 2022 s’accroissant de plus de 80 millions par an.

 En France il ne reste plus que 390 000 exploitations agricoles, dont la moitié des exploitants, exploités, va partir a la retraite avant 2030. Elles étaient 1,6 million en 1982 et 600 000 en l’an 2000.  Le prix des terres agricoles a augmenté de 50 %.Près de 20 % des agriculteurs français n’ont pas pu se verser un revenu en 2017.

Selon l’Insee, le revenu moyen des agriculteurs est en ‘’hausse,’’ à 1 390 euros mensuels. Pas étonnant que la relève se fasse attendre.

La production agricole s’est maintenue à des niveaux élevés grâce aux engrais… que les écolos veulent supprimer.

Les engrais, dit chimiques (par les écolos) viennent déjà à manquer, en un  an  les prix ont augmenté de 82%. (300 % ces  derniers jours)  En 2021 il manquait déjà 40 % d’engrais azotés sur le marché Français. Avec moitié moins d’engrais, le rendement du blé chute de 25 %. Sur les 40 000 tonnes de blé produites il pourrait manquer cette année 10 000  tonnes.

Les engrais sont constitués de matières naturelles (phosphate et potassium) présentes dans le sol, extraites dans des mines à des milliers de KM de l’Europe et d’azote un gaz naturel  présent a 78 % dans l’atmosphère et  5% dans le sol. Inconvénient ; le transport, deux millions de tonnes sont utilisées chaque année en France.

Le pic des engrais phosphatés sera atteint en 2030, le début d’un dépassement de l’offre par la demande annonce la fin de l’abondance alimentaire. La production d’engrais est en baisse de 25 a 30% en ce moment,  on peut donc prévoir que 2 milliards de personnes vont devoir affronter une famine.

Comme je suis écolo j’utilise maintenant  du granulé dit ‘’ BIO ‘’de fientes de poules et de déjections de cochons, exactement de la même composition que les engrais chimiques.  Les avantages ; ça valorise les déjections, et ça supprime des transports couteux et polluants. L’inconvénient c’est que ces animaux sont nourris avec des aliments (blé, Maïs, etc) cultivés avec des engrais chimiques beaucoup moins chers, environ 1 euro le Kg contre 2 euros pour la fiente de poule. Pour nourrir  les 750 millions de poulets élevés annuellement en France et  les 25 millions de porcs, il est impossible de  produire  suffisamment de cultures sans les engrais dit chimiques.

Les engrais viennent à manquer pour nourrir la population de la planète ? Il y une autre solution pour augmenter la production, mais ça aussi les écolo-dingos veulent le réduire, c’est le CO2. En France 90 % des tomates sont cultivées sous serres chauffées où la concentration en CO2 est augmentée de 340 a 1000 PPM de CO2, ce qui augmente la production dans les mêmes  portions.

En 1850 le CO2 atmosphérique était de 300 PPM, il  vient de passer à 419 PPM. En 2012 le CO2, avait augmenté de 80 PPM, les scientifiques avaient alors calculé que cette  teneur en CO2 avait augmenté en moyenne la production agricole de 10%, pour la totalité de l’agriculture, un supplément de 24 milliards de dollars. Ces mêmes scientifiques affirment que le réchauffement entropique n’a pas engendré de catastrophes naturelles  supplémentaires, les dommages dans les pays pauvres ont augmenté  a cause d’une surpopulation et d’une urbanisation anarchique.

  En 2020   40% de la population mondiale n’a pu se nourrir convenablement. 2,4 milliards d’humains ont souffert de la faim (1,2 milliard en 2009) .10% des Européens souffrent de la faim.

 

Le secours catholique révèle qu’en 2020, en France, 7 millions d’habitants ont eu recours à l’aide alimentaire. (5 millions en 2017)Le niveau de vie médian des personnes aidées par le Secours catholique s’établit cette année à 537 euros. EN 2017 le revenus médian était de  545 euros a l’arrivée d’un ancien banquier coaché par Mac kinsey.

 

Voilà où nous en sommes après 5 ans de Macronisme débridé, au moins 7 millions de Français  survivent avec 537 euros, les plus pauvres sont de plus en plus pauvres  et les écolo-dingos veulent  faire acheter a ces gens  des voitures électriques a 40 000 euros pour moins polluer.

Amis résistants,  pour survivre a ces temps difficiles qui vont continuer à se dégrader, puisque depuis 30 ans tous les chiffres sont de pire en pire et pas seulement que sur la culture des légumes mais aussi sur la culture de nos jeunes cerveaux (voir PISA), je voulais vous conseiller de vous mettre au jardinage.

Malheureusement j’ai bien conscience que peu d’entre vous  pourront  produire leur alimentation. Mais voilà mon expérience.

Dans l’Ariège, à quelques km de Monségur où le climat est relativement froid, j’arrive à produire mes légumes pour 2 personnes, pour toute l’année. J’ai un potager de 600 m2 avec deux serres d’un total de 56 m2.Cette production représente un travail de 6 heures par jour (quand il fait beau) d’avril a octobre. (Ce qui n’est pas possible pour un salarié). Pour stoker l’outillage (il en faut beaucoup) et le matériel il faut un local  de plus de 15 m2. Au total je ne pense pas faire une grosse économie sur les produits de super marché, mais c’est du bio (véritable) et de bien meilleur goût. J’ai la chance d’avoir 2 ruisseaux qui bordent mon terrain ce qui me donne une eau gratuite. Je me prépare depuis longtemps à  ces temps difficiles qui arrivent, car il y a une période d’apprentissage avec des succès et des échecs. Maintenant je suis certain de manger à ma faim.

Amis résistants, retraités, nous sommes en guerre, sortez vos fourches et râteaux, et comme pendant la guerre vous serrez heureux de nourrir vos enfants des villes.

Votez pour nous débarrasser des affameurs.

 

 

 1,066 total views,  1 views today

image_pdf

16 Commentaires

  1. Le problème c’est qu’on risque de vous voler. Avec Google maps c’est très facile de voir, du ciel, qui a un jardin potager. Et généralement la protection est rudimentaire. De même que les poules sont faciles à voler.
    Je profite de ce message pour dénoncer le titre de cet article du Figaro : « front républicain ou vote extrême ». Ils en sont encore là. A moins que le front républicain soit le RN, et l’extrémisme du côté des Macronards, ce que je crois !
    https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/front-republicain-vote-extreme-ou-vote-blanc-les-etats-d-ame-des-orphelins-du-premier-tour-20220422

  2. Non que je veuille être insultant mais personne ne parle des terres en jachère .De manière lacunaire je me souviens de cette polémique EUROPEENNE sur les cotas laitiers et céréaliers Foutaise europe ( en minuscule ) de merde énième état américain ( en minuscule ) . Je ne sais plus quel Roy et aussi quel président parlaient des 2 mamelles de la FRANCE . La France sa grandeur et son génie ( et oui Christine tout est relatif ) où sont ‘ils qu’en avez vous fait bandes de salopards .

  3. Selon ce qu’ils comptent cultiver, JE ne conseillerais pas aux gens de venir habiter au « tout vert » si c’est pour cultiver LEURS légumes : selon où ils tombent, ils peuvent regretter leurs choix.

    Je suis dans coin rural, et l’année dernière, presque TOUTES mes courges se sont fait manger par les rats et autres nuisibles, car humidité trop importante + poneys de voisins dont ces derniers ne s’occupent pas, et qui attirent donc rats et autres sal*peries…
    (Être envahie de chats ne sert à rien face à une INVASION de rats…)

    La ruralité n’est pas toujours idéale, alors préférez faire un potager là où il n’y a pas d’animaux de ferme à proximité, et où il n’y a que peu d’humidité (par exemples, si vous voulez manger à votre faim avec VOS cultures, il vous faudra probablement éviter la ruralité en Corrèze ou dans le Cantal : humidité + rats/campagnols, et c’est mort pour les cultures certaines années).

    Un coin avec soleil, chaleur, et peu d’humidité serait préférable pour jardiner qu’à un coin humide et/ou montagneux! (Ce n’est qu’un avis d’expériences.)

  4. Si place suffisante, prendre des VOLAILLES : en plus des oeufs, les fientes servent d’engrais naturel, les poules aèrent la terre en la grattant et dévorent certains insectes nuisibles aux cultures, les canards se régalent des limaces (cauchemars des coins humides), et l’eau du bassin à canards est de l’or pour le potager.

    Par contre, je conseille d’éviter les poulaillers en bois : en cas d’infestation de poux rouges… bonne chance pour essayer de sauver les poules ET débarrasser le poulailler des poux rouges SANS le cramer!

    « Omlet » fait des poulaillers adaptés, faciles à nettoyer, et étonnamment costauds : https://www.omlet.fr/shop/elevage_des_poules/
    Ils coûtent chers – certes -, mais sur le LONG terme, on y est gagnant question fric!

    …Eviter également de nourrir les volailles au sol : les graines attirent les rats et autres nuisibles qui boufferont une partie du potager, alors il vaut mieux acheter une mangeoire anti-nuisibles avec TRAPPE pour nourrir les volailles.
    Surtout, la prendre entièrement en métal : il existe des mangeoires anti-nuisibles avec des parties en plastique QUE les rats se font un plaisir de ronger pour accéder aux graines!

  5. 26% seulement des électeurs se sont mobilisés à cete heure.

  6. Des amis vendéens m’avaient demandé quand les médias parlaient des migrants « que peut on faire pour les aider » ma réponse fût immédiate, il faut leur envoyer des pelles et des râteaux pour qu’ils puissent cultiver et produire leur nourriture, j’habite sur une île au large de l’afrique le climat permet de faire trois récoltes de pommes de terre par an donc les pays africains pourraient en faire autant.

  7. Vous oubliez la guerre en Ukraine, grosse exportatrice de denrées alimentaires, plus l’embargo-sanction sur l’aggresseur russe… (bon, j’vais être censuré

  8. Article intéressant mais qui passe sous silence un point important. Le terrain à bâtir coûte très cher aujourd’hui et les surfaces se réduisent comme peau de chagrin pour ne pas « miter » le territoire. Les sols proposés sont d’anciennes terres agricoles qui ont été ruinées par la culture intensive, l’absence d’apport humique suffisant et l’utilisation de pesticides et d’engrais. Il est devenu minéral, pratiquement sans vie, les vers de terre y étant absents. A noter quand même qu’au bout de 30 ans de gestion respectueuse, la vie revient. Ce qui veut dire que pour la culture de légumes, ce n’est pas gagné d’autant plus que les saisons sont perturbées entraînant un manque de précipitation, l’eau étant essentielle.
    Pas d’humus, pas d’eau, pas de légumes.

Les commentaires sont fermés.