De Fauci à Véran, en passant par le Suisse Berset, seconde partie : l’Inquisition au pouvoir

Suite de la première partie d’un article de synthèse sur l’imposture internationale appelée Covid…

https://resistancerepublicaine.com/2022/01/25/de-fauci-a-veran-en-passant-par-le-suisse-berset-recit-dune-imposture-internationale-1/

Après le récit de l’imposture, à présent les moyens utilisés par cette nouvelle Inquisition pour prendre et conserver le pouvoir.

L’extraordinaire capacité du Dr Fauci, du perfide Véran  et du dictateur Berset à réduire impitoyablement au silence, à censurer, à ridiculiser, à défrayer et à ruiner les dissidents même ceux de premier plan semble plus conforme à l’Inquisition espagnole, au nazisme et aux systèmes totalitaires comme l’URSS. La foi aveugle dans l’autorité est une fonction de la religion ou d’une idéologie dictatoriale, pas de la science. La science, comme la démocratie, se nourrit du scepticisme à l’égard des orthodoxies officielles, du débat et de la répétition d’études afin de vérifier les résultats publiés.

 

En faisant des pressions comme le Dr. Fauci et en violant notre Constitution fédérale et le principe de subsidiarité de notre démocratie directe, en  pressionnant et faisant du chantage au peuple souverain pour « vacciner » l’ensemble de la population, Berset, comme Véran,  me semblent s’efforcer d’éliminer le groupe témoin, afin de dissimuler les pathologies et les décès due à cette thérapie génique prophylactique qu’il dénomme à tort vaccins et de chercher à enrichir par tous les moyens le complexe medico-industriel si cher aux oligarques tels ce Bill Gates, Soros, sans oublier le Wellcome Trust, etc.

 

Ils n’ont toujours pas compris – ou du moins pas voulu comprendre- que, à moins d’être une nation insulaire prête à s’isoler du monde, à fermer ses frontières, ses ports et ses aéroports et à s’enfermer totalement, un pays ne peut pas arrêter une pandémie virale mondiale, mais tous les pays peuvent la rendre moins meurtrière et plus courte en soignant les patients dès les premiers symptômes et en protégeant les groupes à risque. Les meilleures pratiques pour vaincre une épidémie due à une maladie infectieuse est de traiter les malades et de les mettre en quarantaine, de protéger les plus vulnérables, de prescrire de manière agressive des médicaments thérapeutiques bien connus, d’appliquer des protocoles de traitement précoces pour éviter les hospitalisations et que les personnes étant peu à risque acquièrent une immunité adaptative naturelle.

 

Malgré ces principes médicaux classiques, les mauvaises expériences et les chiffres, le Dr Fauci, Véran,  Berset  et tous les autrees continuent à insister sur le fait qu’une « vaccination » de toute la population de leurs pays et du monde serait le seul moyen de mettre fin à cette soi-disant pandémie. Une telle affirmation totalitariste mondialiste prouve que ces dirigeants dévoyés ignorent le fait que ces « vaccins » COVID actuels n’empêchent ni la transmission de cette Coronavirose, ni cette maladie virale, ni la réduction de la charge virale ou tiennent-ils simplement à nous le cacher? Pourtant de nombreuses études scientifiques ont prouvé que tant les individus « vaccinés » que les non vaccinés sont tout aussi susceptibles de propager la maladie et de l’attraper. Enfin c’est bien pire avec les enfants vaccinés, ces « vaccins »  font que ces enfants que la COVID-19 ne fait pas souffrir, deviennent des bombes contaminantes pour les autres. Une étude israélienne de septembre 2021 a même démontré que l’immunité adaptative naturelle offre une protection 27 fois meilleure contre le COVID que ce vaccin Pfizer-BioNTech-Shanghai Fosun Pharmaceutical et plus d’une trentaine d’études publiées et évaluées par des pairs attestent cette supériorité de l’immunité adaptative acquise naturellement. Qu’est-ce qui motive donc la campagne coercitive acharnée de Berset, Véran et alii, de leur clique et de leurs médias pour vacciner les 25 % de personnes plus intelligentes et clairvoyantes que lui qui résistent à se faire injecter ce cocktail de thérapie génique qu’il dénomme faussement vaccin, si ce n’est une stratégie autoritaire visant à éliminer tout groupe de non vaccinés, cela pour cacher les pathologies si souvent graves et les décès causés par ses mesures ?

 

Tout comme le Dr. Fauci, le Conseiller fédéral Berset et le Ministre Véran ne sont-ils pas des narcissiques intelligents et arrivistes qui ne font que profiter de tous les avantages dont ils ont pu bénéficier pour son propre compte? Ils méprise les peuples souverains, les Suisses, les Français… tout en se faisant passer pour Saint Alain le guérisseur et la science. Comme cet abominable Saint Anthony Fauci, Saint Alain Berset, Saint Olivier Véran ont  perfectionné l’art de toujours parler avec autorité et de transformer toutes les déclarations gouvernementales de leurs complices du Conseil fédéral ou du gouvernement en dogme, dogme efficacement perpétué de manière quasi-religieuse par les autorités cantonales, nationales les médias, même lorsqu’il fait des affirmations contradictoires sans fondement scientifique. A part de rares exceptions comme la Weltwoche et des sites web de réinformation nos médias de masse qui demandent à genoux plus de subventions des contribuables sont des analphabètes sur le plan scientifique. Ils sont peuplés de journalistes qui n’essaient même pas d’investiguer et de comprendre la science et qui, le lendemain de leur parution aux USA, sont des copieurs-colleurs des quotidiens de la gauche américaine qui sont tous soumis au Dr. Fauci et à ses fidèles.

 

Les critiques les plus virulents du Dr Fauci et des guérisseurs-charlatans des masses  se plaignent qu’ils ne sont ni des gestionnaires compétents, ni des universitaires particulièrement qualifiés, ni des dirigeant dévoués au bien publique. Par contre ils sont très doués à conduire des luttes intestines bureaucratiques, à convaincre et à amadouer avec fougue, flatterie, domination, menaces les dirigeants, leurs supérieurs, leurs collègues au pouvoir et les médias tout en combattant avec hargne et domination leurs rivaux et tous ceux qui ne sont pas d’accord avec eux. Depuis plus d’une génération le Dr. Fauci s’en est toujours tiré à bon compte. Depuis avant sa nomination le grand guérisseur Berset, s’exprimant bien, élégant, fringuant, mentant avec habileté, ne répondant pas aux questions, méprisant son épouse, une ancienne maîtresse et ses concitoyens. Il s’en sort également très bien, pour le moment, En finançant des junk studies et en s’entourant d’universitaires serviles, soumis à l’Etat et à la recherche de subventions pour leurs recherches, Berset est en train de détruire la science suisse.  La fin de cet abominables Dr. Fauci et de ses suiveurs et complices tel ce dangereux Berset ou son double Véran est-elle enfin proche?

 

L’histoire du SIDA du Dr. Fauci et de son rétrovirus et l’affaire COVID de Berset représentent une étude de deux cas dramatiques illustrant comment, aujourd’hui encore, quatre cents ans après Galilée, des élus médiocres, des  médecins médiocres et le pouvoir parviennent à dicter à un peuple souverain un consensus scientifique, plutôt que l’empirisme, la pensée critique et les étapes pourtant bien établies au XXI ème siècle de la méthode scientifique. Le peuple souverain, la démocratie et la santé publique sont en grave danger lorsqu’une idéologie autoritaire souffrant de foi religieuse sort une déclaration après l’autre non-fondées comme source de vérités et de mesures à appliquer au lieu de tirer des conclusions fondées sur une observation disciplinée, des preuves scientifiques rigoureuses et des résultats scientifiques reproductibles dans le domaine médical et scientifiques, cela en respectant notre Constitution fédérale et sans porter atteinte à nos libertés et à notre cher principe helvétique de subsidiarité.

 

Après de vrais et enrichissants débats, le consensus peut être un objectif politique de bon aloi dans une vraie démocratie mais le consensus, comme l’avait rappelé Einstein, est l’ennemi de la science et de la vérité. L’expression science établie est un oxymore. L’admonestation selon laquelle nous devrions faire confiance aux experts est un trope de l’autoritarisme. La science est toujours perturbatrice, irrévérencieuse, dynamique, tumultueuse, imaginative, rebelle et démocratique. Le consensus scientifique et les appels à l’autorité, que ce soit  du CDC américain, Swissmedic, l’OMS, Bill Gates, Soros, le Wellcome Trust, le Dr. Anthony Fauci, le pape Francisco, le grand Alain Berset, le véreux Véran ou le Président de la Confédération le Dr. med. Cassis, sont des caractéristiques d’une idéologie pas de la science. La vérité doit être le résultat de l’expérience, du débat, du scepticisme, de la remise en question et de la dissidence; la vérité ne se déduit d’aucun principe ou d’un consensus scientifique. Le consensus est l’affaire de la politique. La science, au contraire, ne requiert qu’un seul chercheur qui se trouve avoir raison, ce qui signifie qu’il a obtenu des résultats vérifiables par d’autres chercheurs En science, le consensus n’a aucune importance. Les plus grands scientifiques comme Einstein sont grands précisément parce qu’ils ont rompu avec le consensus. La science consensuelle n’existe pas. Si c’est un consensus, ce n’est pas de la science. Si c’est de la science, ce n’est pas du consensus. Punkt Schluss.

Au lieu d’utiliser les méthodes traditionnelles de diagnostic des maladies basées sur la clinique et ses symptômes, le Dr. Fauci et les commerciaux Véran-Berset   ont encouragé et obligé les médecins et leurs patients à effectuer des tests sanguins non diagnostiques de maladie sur des personnes en bonne santé ou non pour soi-disant établir un diagnostic médical. Pourtant ce n’est pas compliqué pour un médecin ayant fait 6 ans d’études de médecine et un minimum de 5 ans de formation post-graduée de diagnostiquer par le clinique une grippe ou une maladie COVID-19. Un tel test PCR ne peut pas du tout détecter les virus libres et infectieux; il ne peut détecter que des protéines que l’on croit, parfois à tort, être propres au VIH, au Coronavirus SARS-2, etc. Un test PCR peut ainsi détecter des séquences génétiques du virus, mais pas les virus eux-mêmes. En réalité, la technique de la réaction en chaîne par polymérase  du test PCR ne mesure pas un virus réel et vivant dans notre organisme, mais des fragments amplifiés d’ADN que l’on pense être similaires à ceux du Coronavirus SARS-2. Ces fragments amplifiés à partir de l’ADN « authentique » de ce Coronavirus, peuvent provenir d’une ancienne exposition, d’un virus mort depuis longtemps, d’un virus génétiquement similaire à ce Coronavirus, d’un vestige d’une infection qui a été supprimée par les anticorps, voir même d’un autre virus, par exemple celui de la grippe. En réalité et c’est ce qui est important c’est que la grande majorité des personnes dont le test PCR pour le Coronavirus SARS-2 est positif sont et restent en bonne santé.

 

Quoi que racontent Fauci, Véran et Berset, la méthode acceptée par les scientifiques pour prédire la propagation d’un nouveau virus dans une population naïve lors de chaque nouvelle épidémie virale suit le même processus: l’augmentation et la diminution symétriques des taux de mortalité. La hausse et la baisse symétriques et rigides des taux de mortalité sont si prévisibles qu’elles constituent une loi; le taux de mortalité est un fait, tout ce qui va au-delà du taux de mortalité est une déduction ou une hypothèse à vérifier. Toute nouvelle épidémie de maladies infectieuses virales est pratiquement  caractérisée  par une courbe en cloche prévisible et fiable.

 

En l’absence de débat rigoureux et démocratique des observations scientifiques et des statistiques, le peuple souverain et les médias se sont vus  contraints par Berset et compagnie de se forger des opinions fondées sur des appels à l’autorité, une caractéristique d’une idéologie ou de la religion, non de la démocratie ou de la vraie science, ce qui fait que tout débat est remporté par les  gouvernants et les industriels qui contrôlent les porte-voix du gouvernement tels le Dr. Fauci, Véran ou Berset et les médias. Fauci, Véran et Berset l’ont compris; ce sont des maîtres des médias de masse et de l’élimination de toute dissidence mais aussi de toute pitié pour les victimes des mesures COVID-19, de l’absence de traitement à domicile, de la thérapie génique prophylactique et du désastre économique. Pour eux c’est péché de les remettre en question, c’est remettre en question leur « science », surtout qu’ils croient, comme Gates, qu’ils sont la science. Tout le monde doit accepter leur version laïque de leur doctrine idéologique et de leur théorie du Coronavirus parce qu’elles seraient des évidences et parce que ces papes infaillibles de la santé publique le déclarent. Depuis le printemps 2020, les médias nationaux obséquieux et à la recherche de subventions ont consacré l’orthodoxie des mesures COVID-19 et conféré au Dr Fauci, à Berset, à Véran, à Bill Gates, au Wellcome Trust, etc, une infaillibilité autrefois réservée aux papes.

 

Le VIH provoque-t-il- le SIDA comme l’affirme encore le Dr. Fauci? Que je le croie ou non n’a aucune importance, simplement parce que je ne connais aucune preuve scientifique de cela. A ma connaissance, il n’existe aucun document vérifié de ce type. S’il existe une preuve scientifique que le VIH est la cause du sida, il devrait y avoir des documents scientifiques qui, individuellement ou collectivement, démontrent ce fait, au moins avec une forte probabilité. Le Coronavirus SARS-2 est-il dangereux et sa thérapie génique prophylactique ne présente-t-elle pas de danger comme l’affirme le Dr. Fauci et les papes de la santé publique Berset et Véran? Tant de travaux scientifiques démontrent le contraire.

 

Tout comme le Président Eisenhower l’avait prévenu. La réponse du Dr Fauci, Véran et de Berset à la COVID-19 n’a cessé de déconstruire notre démocratie et de donner du pouvoir à une technocratie médicale tyrannique et au complexe médico-industriel. Les suiveurs et les équipes tant du Dr. Fauci que des équipes européennes ont violé pratiquement toutes les bonnes pratiques cliniques, y compris l’absence illégale d’utilisation d’une procédure standardisée de consentement éclairé consistant à divulguer et à expliquer les risques sérieux aux participants à toute étude. La foi aveugle en Saint Anthony Fauci et en Saint Alain Berset sera considéré dans l’histoire de la médecine de catastrophe comme le défaut fatal du libéralisme contemporain, de la force destructrice de la gauche et d’oligarques psychopathes qui ont subverti nos démocraties occidentales, notre gouvernement constitutionnel et coulé notre économie et la classe moyenne en tuant beaucoup d’innocents.

 

A la fin du XIXème siècle, les maladies infectieuses étaient une cause importante de mortalité en Suisse puis  cette mortalité a beaucoup baissé, cela déjà bien avant l’apparition des antibiotiques comme on peut le voir dans le tableau Allgemeiner ingesamt Ueberblick über die Todesursachen 1876-1995: Gestorbene https://hsso.ch/2012/d/34. La plupart des Suisses considèrent comme un dogme que la médecine et le complexe médico-industriel ont été les victorieux des maladies infectieuses alors que c’est faux. La vraie science accorde en fait l’honneur d’avoir vaincu la mortalité due aux maladies infectieuses à la nutrition et à l’assainissement, pas aux vaccins et à la médecine; la vaccination n’explique pas le déclin impressionnant de la mortalité due aux maladies infectieuses au cours du 20e siècle. Toutes les interventions médicales, y compris les vaccins, la chirurgies et les antibiotiques, n’ont conduit qu’à environ moins de 1 % et pas plus de 3,5 % de la diminution spectaculaire de la mortalité. Les philanthrocapitalistes profiteurs de l’establishment médical, Gates en tête, cherchent à s’attribuer le mérite de la baisse de la mortalité en l’attribuant aux vaccins afin de presser les gouvernements pour qu’ils achètent les vaccins, les prescrivent et les donnent aux pays pauvres. Ces philanthrocapitalistes tels Bill Gates et le Welcome trust affirment être là pour sauver le monde, évidemment tant que le monde cède à leurs intérêts et les enrichissent. Grâce à leur puissante collaboration, des industries pharmaceutiques sont devenues des colonisateurs cruels et meurtriers de l’Inde et de pays africains. La Suisse qui accueille le siège mondial de GAVI à Genève est complice puisqu’elle aurait même accordé au groupe de Gates le privilège d’une immunité diplomatique totale.

Les idéologues mondialistes impérialistes tel le charlatan hypnotiseur Berset aiment la théorie des microbes parce que la guerre contre les germes justifie une approche militarisée de la santé publique, aide le complexe médico-industriel qui le leur rendent bien, et est un interventionnisme durable dans les pays pauvres affectés de tant de maladies. Tout comme le complexe militaro-industriel dénoncé par le Président Eisenhower prospère par la guerre, le cartel pharmaceutique du complexe medico-industriel tire le plus grand profit des peuples européens apeurés et soumis et des peuples pauvres, mal nourris et malades. Pourtant même Pasteur qui était critique de la théorie des miasmes et passionné de guerre contre les germes aurait dit avant de mourir « le microbe n’est rien, le terrain est tout ». Les travaux concernant la théorie des miasmes avec le rôle critique du microbiote dans la santé et l’immunité humaines nous prouvent que bien des micro-organismes sont bénéfiques à notre santé et que le terrain est le premier à renforcer et à soigner.

 

Le premier obstacle rencontré depuis le Coronavirus SARS-1 puis MERS pour inventer un vaccin, soit depuis bientôt une génération, a été la tendance du Coronavirus à muter rapidement, produisant des nouveaux variants résistants aux « vaccins » géniques ou autres. Les développeurs de vaccins doutaient qu’après des décennies d’efforts futiles, les chercheurs puissent soudainement et miraculeusement développer un vaccin COVID-19 qui fournirait une immunité stérilisante, ce qui signifie que ce vaccin effacerait complètement les colonies virales chez les individus vaccinés. empêcherait la transmission de ce virus par ces vaccinés aux autres personnes et empêcherait toute nouvelle mutation. Par exemple le vaccin AstraZeneca étudié par L’Université de Oxford, il y a des années, n’avait pas réussi à obtenir une immunité stérilisante chez les singes; les macaques inoculés, même asymptomatiques, ont continué à avoir des charges virales élevées dans leurs cavités nasales.

 

Luc Montagnier a souligné lui qu’un vaccin non stérilisant (comme ces « vaccins »actuels) souvent appelé vaccin fuyant, ne pourrait pas arrêter la transmission des Coronavirus et ne parviendrait donc pas à arrêter la pandémie. Pire encore, les individus vaccinés, a-t-il prévenu, deviendraient des porteurs asymptomatiques du virus et des usines à mutants.

 

Une complication dangereuse et fondamentale des vaccins et de la thérapie génique prophylactique contre les coronavirus est leur tendance, tout comme le trop fameux vaccin contre la dingue financé par Gates, à induire un amorçage pathogène  (pathogenic priming) plus connu actuellement sous le nom de renforcement dépendant des anticorps, en réalité une facilitation maléfique (ADE ou Antibody-dependent enhancement); c’est une surstimulation de la réponse du système immunitaire causée par le vaccin qui peut provoquer de graves lésions et la mort lorsque les personnes vaccinées rencontrent à nouveau les virus qui les contaminent une fois de plus. La tendance de la thérapie génique prophylactique contre les coronavirus à induire un amorçage pathogène semblable est bien connue depuis 2009. La plus grande crainte des vaccinologues est la création d’un vaccin qui est non seulement inefficace, mais qui exacerbe la maladie ou une autre maladie.

 

La présence d’anticorps peut donc être dangereuse quand ils provoquent un renforcement dépendant des anticorps. Cette complication vaccinale a bien été observée avec le vaccin contre la dengue financé par Gates; avec le vaccin contre la dengue, ce fut pire qu’aujourd’hui avec la thérapie génique prophylactique parce que les enfants qui n’avaient jamais auparavant été exposés au virus de la dengue, sont tombés malade lorsqu’ils ont été exposés au virus naturel après avoir été vaccinés. Des enfants vaccinés âgés de moins de neuf ans, qui n’avaient jamais été exposés à la dengue auparavant, étaient même plus susceptibles de mourir s’ils avaient été vaccinés que s’ils n’avaient pas été vaccinés.

 

Si vous ne me croyez pas lisez quelques pages de ces livres récents:

La version en français du livre du Dr. Judith Mikovits, virologue et al. La peste de la corruption: Cette corruption rampante est là pour cacher des vérités scientifiques au public. Jardin Livres. 16 mars 2021.

Le dernier livre de l’avocat américain Robert F. Kennedy Jr. publié par Children Health Defense: The Real Anthony Fauci: Bill Gates, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health. Skyhorse. 16 novembre 2021.

Le livre du psychiatre et de la journaliste Peter R. Breggin et Ginger Ross Breggin: COVID-19 and the Global Predators: We are the Prey. Lake Edge Press. 30 septembre 2021.

La deuxième édition de mai 2021 du livre des économistes Konstantin Beck & Werner Widmer: CORONA IN DER SCHWEIZ Plädoyer für eine evidenzbasierte Pandemie-Politik .

 

Dominique Schwander

23 janvier 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1,737 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. La seule pandémie existante à ce jour, c’est la voracité des laboratoires pharmaceutiques.

  2. NON monsieur Schwander, la Covid n’est pas « une pandémie virale mondiale ».
    Une véritable pandémie c’est 10 à 50 % de morts dans les différents pays touchés.
    Si nous voulons apporter des vérités, ce que vous faites par ailleurs, il faut absolument cesser d’employer les termes utilisés par les pouvoirs que vous dénoncez fort justement.
    Félicitations pour votre article, lequel démontre la pandémie de malfaisance exercée dans tous les pays occidentaux y compris la Suisse voisine.

    • Vous avez raison. Même si le licencié en philosophie qui dirige l’OMS sous les ordres du PCC chinois et de Bill Gates, en a changécomplètement la définition de l’OMS, ce n’est qu’une soit disant pandémie, comme je l’écris régulièrement et cela n’a jamais été une catastrophe sanitaire.
      Ce noir personnage a enlevé de la définition et la mortalité et l’immunité adaptative acquise naturellement en ayant la maladie!

Les commentaires sont fermés.