Nadia Hai a de l’argent pour les jeunes des «quartiers»: ceux des campagnes peuvent crever

Nadia Hai est ministre de la Ville.

Vous ne la connaissez pas ? Aucune importance. Les ministres de ville sont parfaitement interchangeables. 

Depuis Tapie, un ministre de la ville a pour rôle de distribuer l’argent des Français aux « quartiers » de la ville.

 

Elle est tout heureuse d’annoncer qu’une fois encore,  beaucoup d’argent  va encore être déversé en direction de ceux qui le méritent aux yeux de Macron : 

 

Capture d’écran La Tribune.

 

Le pouvoir n’a d’yeux que pour les quartiers. Là où vivent les « méritants » qui sont soi-disant l’avenir de la France.

Il n’y a pas de « ministre de la campagne ».

Personne ne s’intéresse aux jeunes de la France profonde. Ceux-là ne sont pas exotiques et peuvent bien crever.

Les jeunes, prisonniers dans leurs villages, l’État les a oubliés. La vie peut y être pourtant triste et difficile. Les activités, les services, l’Internet, tout y est plus rare.

Les transports aussi.

Photo : le 103, pour ceux qui ont connu, le grand luxe de pouvoir s’échapper un peu

Peugeot 103, https://ina.fr/ina-eclaire-actu/1979-peugeot-103-sport-le-cyclomoteur-qui-roule-pour-la-jeunesse

La Peugeot 103, qui fête ses cinquante ans en 2021, est l’objet d’une exposition au Musée de l’aventure Peugeot de Sochaux, à partir du 22 novembre.

Des années 1970 aux années 1990, la « mob » (abréviation de mobylette, modèle de cyclomoteur concurrent créé par Motobécane), la « brèle » ou encore la « meule » était le symbole des jeunes.

 

La presse rappelle de temps à autre que la majorité des Français vivent dans ce qui est un désert.

L’argent va ailleurs. Tant pis pour les gueux de la campagne.

 

https://www.francebleu.fr/infos/societe/laval-une-femme-enceinte-transportee-en-urgence-jusqu-a-vannes-faute-de-place-disponible-1636537739

 

Pourtant ils sont nombreux, les jeunes ruraux.

Mais c’est une jeunesse dont on ne parle jamais ou presque, absente des films, des médias ou des clips de musique.

L’argent va toujours aux mêmes.

C’est aussi le cas pour le cinéma.

Désolés, jeunes gens des campagnes, mais toutes les subventions de la « culture » ont été données à Audrey pour glorifier les quartiers.

Et vous n’êtes pas la préoccupation d’Audrey. Audrey a autre chose en tête.

C’est bien simple, elle ne connaît même pas votre existence.

 

Film « Suprêmes » : pourquoi Audrey Estrougo a voulu raconter l’histoire de NTM 

Elle a réalisé « Suprêmes », le film qui retrace la naissance du groupe NTM. Cette histoire lui tenait particulièrement à cœur…

Vous ne pensiez tout de même pas qu’elle allait se faire tatouer autre chose qu’un 93 sur le cœur ou ailleurs.

 

 

 723 total views,  1 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. La France des campagnes est encore belle grâce à nos agriculteurs. Elle est devenu détestable dans les villes et surtout ses faubourgs à cause des envahisseurs égorgeurs qui arrivent en masse sans se cacher du fait qu’ils nous haïssent. Une veuve d’agriculteur touche une misère alors qu’un envahisseur est gavé de notre argent. Elle est veuve car son mari s’est suicidé de désespoir (1 par jour au moins !!!). A qui devons nous pareille situation ? Aux collabos corrompus que vous avez laissé nous contraindre sans réagir ! Honte à vous !!!

  2. Pourquoi ce tromblon a voulut PORTER NTM….Nique ta moche, c’est inespéré pour ce laideron à l’air crétin et la chanson pire encore.

  3. La politique d’aide sociale au logement ne concerne pas seulement le cliché des tours HLM. De plus en plus souvent, ce sont des cités pavillonnaires avec des maisons récentes très correctes – certes mitoyennes – et plutôt bien placées.
    Il y en a près de chez moi et je dois dire que je m’étonne de voir autant de 4×4 et berlines Audi, BMW etc. garés devant ces « pâtés de maison ».
    Même si je gagne ma vie correctement, si ma voiture « plutôt en-dessous de la moyenne de ce qui circule actuellement » lâchait, je ne pourrais pas m’acheter ce genre de véhicule.
    Alors le discours sur la redistribution sociale commence à me gonfler, du moins quand on demande aux gens ordinaires de redistribuer une partie de leur salaire.
    La plupart des occupants de ces maisons sont issus de l’immigration du « tiers monde ».
    Je ne vais pas cracher dans la soupe car une partie de ma famille a vécu en cité HLM avec de très petits moyens financiers dans les années 1960 / 1970.
    Mais ils n’auraient jamais eu les moyens de s’acheter des véhicules luxueux, n’ayant d’ailleurs pas de voiture tout court, ce que permettait et ce qui justifiait la situation de leur logement en ville.
    D’améliorations en améliorations, on a permis désormais à des gens qui ne glandent pas grand-chose ou qui ont peu de compétences professionnelles de vivre dans des maisons comparables à celles de travailleurs qui n’ont pas accès aux logements sociaux.

    • Ces gens là, sans rien branler reçoivent bien plus de la communauté qu’ils n’apportent, et les Français doivent se serrer la ceinture pour que ceux-là disposent du superflu.
      Un inégalité flagrante et une injustice révoltante que la plupart des soumis acceptent sans broncher.

  4. On n’arrête pas le progrès dans notre pauvre France…
    Je lui en foutrais des 93 sur le cœur à la Audrey !

Les commentaires sont fermés.