Les genrés dérangés !

En tartufferie le mélanchion est fécond.

Il se voit président, mais c’est qu’un chefaillon…

Pour arriver donc à ses fins,

ce triste sire est sans confins…

Mais un corbeau peut il voler comme un faucon ?

PACO. Le genre GROS KON !

22/11/2021.

https://www.fdesouche.com/2021/11/15/melenchon-veut-inscrire-dans-la-constitution-le-droit-de-choisir-si-lon-est-un-homme-ou-une-femme/

 236 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Eh, Jean-Luc, et si on inscrivait dans la Constitution l’obligation de ne pas être plus con que la moyenne, où émigrerais-tu ?

  2. Il est certain qu’il n’en croit pas une miette, il dit ça pour être dans le vent.
    Il craint d’être devenu le ringard resté au bord de la route, et il met les bouchées doubles pour rattraper la jeunesse.
    PITOYABLE !

  3. Il faut laisser les enfants en paix. Ils se foutent bien du genre, ils ne savent même pas ce que c’est. Ma fille de trois ans adore les nounours et les tracto-pelles ! Elle joue aussi bien avec des poupées qu’avec des voitures, de la pâte à modeler ou mon tamis de cuisine (que je cherche partout ensuite). Laissez les enfants en paix.

    • Bien dit! C’est comme cela que les enfants s’épanouissent et non en les endoctrinant. Remarquez que ces dérives se passent dans les milieux bobos dits branchés, là où il y a le plus de dégénérés. Dans les autres classes sociales, nous n’avons pas le temps de nous livrer à ces billevesées, ayant à nous coltiner avec une existence de plus en plus difficile pour tous!

  4. Ami Paco, bonjour. Même si les garçons se sentent filles, ils promènent sur eux quelque chose d’incompatible avec l’appartenance au sexe de nos compagnes. Idem dans l’autre sens. Et déjà qu’il y a 300 000 naissances de moins par rapport aux derniers chiffres, nous allons droit dans le mur. Et ces « filles » dotées d’une « chose » incompatible avec la procréation ne pourront pas assurer la relève. Idem pour les filles-garcons. Ça sera le grand remplacement d’office, qu’on le veuille ou non! Mon père disait que les pays se détruisent dans les alcôves. Il avait raison! Décidément, tu m’étonneras toujours! Salut à toi!

  5. (Commentaire – Partie 4 sur 4)

    La vie est compliquée pour tout le monde, mais ça ne veut pas dire qu’on doit la rendre encore plus compliquée qu’elle ne l’est déjà en usant de nouveaux concepts – ici la « liberté de genre »…!
    (…Je me mets à la place de ces gosses tout à fait BIEN dans leur peau, mais qui vont se faire retourner le cerveau par des gens qui prétendront bien faire… et qui ne sauront tellement plus où ils en sont qu’ils commenceront à se sentir MAL dans leur peau…
    Ca a déjà commencé, d’ailleurs… ça en parle pas mal aux Etats-Unis, d’ailleurs, de ce que je lis…)

    Vous imaginez, un mandat d’arrêt lancé à l’encontre d’une femme… pour apprendre en fait que la personne recherchée est, en fait, biologiquement un homme…?

    Bon… je vais m’arrêter là, parce que j’en aurais trop à dire sur le sujet (qui me met bien en colère!)…

    Qu’il en soit… merci Paco!

  6. (Commentaire – Partie 3 sur 4)

    …Plutôt que de m’encourager à être un garçon – ce que, heureusement, peu de gens ont fait… puisque je ne criais pas non plus sur tous les toits que j’étais mal dans mon corps de fille -, je sais AUJOURD’HUI que j’aurais alors bien aimé qu’on m’aide… qu’on me fasse comprendre qu’être une fille n’allait pas toujours être un FARDEAU pour moi, et qu’être un garçon pouvait aussi se révéler problématique…!

    La liberté de genre, ce n’est rien de plus qu’un moyen d’enterrer les gens qui souffrent : leur donner ce qu’ils veulent sur le moment pour pouvoir prétendre ne plus voir qu’il y a un problème avec eux… et qu’ils ont besoin d’aide et de conseils!
    C’est aussi un moyen de flatter l’égo de ceux qui « font semblant », car il y en a bien, et qu’ils sont très, très nombreux : c’est une p*tain de mode de jouer à la « minorité mal comprise » – la victime -, après tout…!

  7. (Commentaire – Partie 2 sur 4)

    Il nous faut nous y opposer : les gens qui se sentent VRAIMENT mal dans leur corps ne sont qu’une minorité.
    Eux, on peut les aider… quel que soit le moyen…
    …Mais les autres, qui ne font que jouer? Qui cherchent de l’attention…? Qui veulent uniquement faire partie de la « minorité tragique« ?
    Non… juste STOP : ces gens-là ne sont que des « pleureuses » qui trouveront tout et n’importe quoi pour se donner quelque importance… quand bien même ça ferait d’eux des c*nnards profonds…

    Et je suis bien placée pour ouvrir ma gueule sur le sujet et critiquer, puisque je rappelle avoir passé la majorité de ma vie en étant obsédée par l’idée d’être un garçon : https://resistancerepublicaine.com/2021/10/08/quand-jetais-gosse-je-voulais-etre-un-garcon/

  8. (Commentaire – Partie 1 sur 4)

    Aaaah… cette fameuse « liberté de genre »…
    C’est de MA génération – car du délire des jeunes d’aujourd’hui -, et ça ne m’empêche pas de trouver ce genre de c*nneries complètement abusives – et même dangereuses.

    Le liberté de genre, ça va automatiquement passer par les enfants : « ils » vont prendre les enfants en HOTAGES… « LGBT oblige »!!!
    (…Ainsi, si votre gamin décide du jour au lendemain – bien encouragé par ses instituteurs, par exemple – d’être une fille… vous allez, en tant que parents, devoir vous y soumettre, sans quoi on finira – un jour – par vous enlever votre gosse, et peut-être même vous envoyer faire un looooong séjour en prison si vous cherchez à aider votre gosse à se sentir bien dans son corps de garçon…)

Les commentaires sont fermés.