Après Souchon et Dayan, Stéphane Bern quitte Paris, « lassé par sa violence et sa saleté »

 

Après Alain Souchon et Josée Dayan…

https://resistancerepublicaine.com/2019/10/17/alain-souchon-et-josee-dayan-veulent-quitter-paris-une-ville-sale-et-violente/

… voici Stéphane Bern quittant lui aussi Paris, « lassé par sa violence et sa saleté ».

Moi, j’aime bien Stéphane Bern, son amour des vieilles pierres, ses émissions passionnantes, son combat pour notre patrimoine et contre les éoliennes…

https://resistancerepublicaine.com/2020/02/27/stephane-bern-finkielkraut-le-goff-vent-debout-contre-les-eoliennes/

… mais il devrait préciser QUI sont les les gens qui « se débarrassent de tout, n’importe où et n’importe comment » et, surtout, QUI est responsable de la violence et « des multiples incivilités et tensions ».

Car il est un peu facile de parler de la faute des « usagers » pour ne pas accabler Hidalgo la dingo. Qui n’hésite pas, elle, à accuser « l’extrême-droite » lorsqu’on lui reproche un Paris dégueulasse et dangereux avec ses rats, sa puanteur, ses alliés khmers écolos, ses uritrottoirs, ses drogués, ses migrants et ses islamistes…

https://resistancerepublicaine.com/2021/04/09/paris-degueulasse-une-polemique-dextreme-droite-selon-hidalgo/

Une Anne Hidalgo en campagne présidentielle qui, loin de faire son mea culpa sur sa gestion de la capitale, préfère sermonner Eric Zemmour coupable d’avoir rendu hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Crime de lèse-majesté ! Car en pointant du doigt la responsabilité de Hollande et de la gauche en général, celui-ci heurte leur sensibilité islamo-collabo rêvant de soumission à l’envahisseur et de « réconciliation » (dixit Raquel Garrido) avec les terroristes musulmans.

Quant à Stéphane Bern, « ami » de Macron, monarchiste convaincu ayant toujours voté… socialiste (exemple : en 2001, pour le IXe, « je souhaite que l’arrondissement passe à gauche » ou bien encore aux régionales de juin 2021, en soutenant le candidat PS François Bonneau), il faudrait peut-être penser, un jour, à cesser de chérir les causes dont il déplore les effets.

«Je n’en peux plus» : Stéphane Bern quitte Paris, lassé par sa violence et sa saleté

Déplorant «les chantiers permanents», les tensions générées par la circulation et l’enlaidissement de la ville Lumière, le défenseur du Patrimoine déménage dans sa résidence du Perche, a-t-il révélé dans Le Parisien.

«Paris est devenu une poubelle où les gens se débarrassent de tout, n’importe où et n’importe comment. Où est passée la Ville Lumière ? » Stéphane Bern ne lésine pas sur les mots quand il évoque Paris dans les Colonnes du Parisien . «J’y vis depuis mes 10 ans, et je n’en peux plus», a-t-il déclaré, dépité.

Lassé par «la saleté, les trous dans la chaussée, les chantiers permanents, le bruit, et surtout, surtout, la violence…», le défenseur du patrimoine a révélé à nos confrères son intention de quitter la ville Lumière pour le Perche.

Dans un mois jour pour jour. Il lâchera ainsi son appartement de Pigalle, dans le IXe arrondissement de la capitale, pour s’installer à la campagne dans l’ancien collège royal et militaire de Thiron-Gardais (Eure-et-Loir) qu’il a acquis en 2013, heureux de profiter de plus d’espace.

« Les premiers responsables, ce sont d’abord les usagers »

Un brisement de cœur pour cet «amoureux de Paris» qui y vit depuis son plus jeune âge qui déplore une ville devenue «anarchique et dangereuse» où règnent de multiples incivilités et tensions et une saleté grandissante.

L’animateur de France 2 regrette également un «certain enlaidissement» de la capitale exhibant un mobilier urbain «affreux» selon ses propres termes. Des désagréments dénoncés depuis des mois, photos à l’appui, par des milliers d’internautes, réunis derrière le mot-dièse #saccageparis, qu’il regarde «avec beaucoup de sympathie car ce sont des lanceurs d’alerte.»

Interrogé sur le rôle d’Anne Hidalgo, maire de Paris, sur l’état déplorable de la ville, Stéphane Bern, qui avoue entretenir des relations «presque» amicales avec elle, ne l’accable pas pour autant de reproches […]

Il charge davantage ses adjoints : «Mon sentiment, c’est que les alliés écolos font du chantage à la maire et qu’on leur passe beaucoup. J’espérais qu’ils deviennent les défenseurs de notre patrimoine urbain et des arbres… Or il n’y a jamais eu autant d’arbres abattus, ni autant de bétonisation» […]

A Paris, c’est déjà la cata. Alors imaginez l’état de la France avec Hidalgo présidente en 2022

 397 total views,  3 views today

image_pdf

27 Commentaires

  1. un royaliste qui vote socialiste , c’est en soi bizarre……..mais qui leur reproche une ville associée à un dépôt d’ordures tout en continuant à voter pour eux, c’est de la soumission masochiste……..

  2. C’est toi et tes connards de copains qui avez foutus la dingo à la mairie.
    Alors vient pas pleurer bobo de merde qui lèche le cul de la macronie et de Hollande en son temps.
    Marre de le voir partout et donner son avis sur tout cette espèce de petite précieuse !

  3. Stéphane Bern, il n’a pourtant pas l’air idiot.
    Ces gens là, par leur vote de principe, non pensé, non réfléchi, transforment leur environnement en cauchemar, puis s’en vont, dégoutés une fois que le mal est fait.
    Pourquoi garder des œillères comme de bons chevaux de labour ?.
    Pourquoi ne pas changer son fusil d’épaule et reconnaître qu’on s’est trompé ???
    Continuez donc à voter stupidement pour ceux qui détruisent tout autour de vous !!!

  4. Annie Dingo c’est cette folle d’origine espagnole, comme son copain Manolo le barcelonais, qui fait de Paris une poubelle géante par son dogmatisme et son incompétence !

    • Après la « Reine des Neiges », qui ravit les petits enfants, nous avons, à Paris , la « Reine des rats », qui pourrait faire le sujet d’un conte de (méchantes) fées.

  5. Excellent article ami François et parfaitement bien illustré, comme d’habitude.
    Nous savons tous que Paris est devenu une pourriture mais ceci est dans la philosophie gauchiste que de tout pourrir et détruire ce qui était construit durant des siècles.
    Oui, Stéphane Berg aurait dû dénoncer cela. Mais il ne le peut pas, sinon les mesures de rétorsions seraient sévères contre lui.
    Mais comme je le dis souvent et comme tu le sais bien, la dingue Hidalgo, n’a pas fait de coup d’état pour être à la mairie de Paris. Elle a été élue, et, plus fort que fort, réélu dernièrement.
    Conclusion évidente : la majorité des parisiens sont également des pourris qui prennent plaisir à vivre dans la merde, et qui en ont probablement marre de vivre, puisqu’ils veulent que le Grand Remplacement continu toujours plus. Je leurs souhaite tout les malheurs possibles de part cette dingue qu’ils veulent absolument maintenir à la tête de cette ville rayée des listes des agences de voyages étrangères.
    Puisqu’ils veulent leur malheur, il faut leur souhaiter comme étant le plus grand possible, et ne pas les contrarier.

    • Merci @Cachou

      Comme Zemmour, j’ai vécu un temps dans le XVIIIe (vers la porte de Clignancourt) mais dans les années 90, c’était déjà très… heu… interlope et il ne fallait pas trop traîner le soir. Auparavant, j’ai habité le quartier latin et je passais devant chez Fabius qui faisait la bise à ses enfants le matin, la voiture et le chauffeur attendant devant le Panthéon… Mais là, c’était exclusivement blanc et huppé.

      Ces gros bourgeois de gauche, comme les Wargon (qui veulent en finir avec le rêve français du pavillon avec jardin alors qu’ils habitent de luxueuses demeures), imposent des gens inassimilables au peuple. Résultat : la classe moyenne blanche fuit en province et, bientôt, il ne restera plus que les migrants-esclaves et leur maîtres bobos-écolo-islamo-gauchos ou LR pro-Macron.

      J’espère qu’un jour, ils subiront ce que le couple Tapie a subi : un sévère « enrichissement » par leurs pépites et autres Chances pour la France.

  6. Tout ce que je connais de ce dépôt d’ordures, c’est la rue Julia Bartet, le boulevard Brune et la rue Didot : il y a de la merde PARTOUT et des rats !

  7. Mais encore Stéphanou, pas un seul mot de consolation à tous ceux qui ne PEUVENT TOUT SIMPLEMENT PAS quitter ce désastre pour se réfugier dans une résidence secondaire royale?!? Bien à l’abri, nul doute qu’il continuera à voter socialiste. Les nuisances? C’est pour les sans-dents qui votent mal.

    • Ah ! mais il dispose d’un château ? Ah ! vous m’en direz tant, et ce zentil mossieur qui vote socialiste, ne pense pas à ceux qui sont obligés de supporter les nuisances qu’il a contribué à créer.
      bien entendu il continuera dans son sillon .

  8. Je vois trois ruminants sur la photo ci-dessus. Quand à Bern, ne pas se faire de soucis pour lui, il vit dans son château de Thiron-Gardais en Eure-et-Loir.

  9. Bonjour,
    Vous savez Quoi ?
    Hé bien que les parisiens s’en prennent à eux-mêmes ! Ils élisent des personnes qui ont transformé une ville en une autre ville.
    Désolé mais il m’est impossible de les plaindre.
    Qu’ils quittent Paris pour la laisser aux nouveaux amis de ce pouvoir.
    On verra alors l’avènement concret du Grand replacement qu’ils n’ont pas encore vu….

  10. Faites savoir CONCRÈTEMENT à Stéphane BERN que vous partagez pleinement l’opinion exprimée dans cet article au sujet de sa décision de quitter Paris :
    IMPRIMER l’article et l’ENVOYER par La Poste à l’ADRESSE POSTALE PUBLIQUE de Stéphane BERN que vous trouverez sur la page
    https://www.pagesjaunes.fr/pros/detail?bloc_id=023749795400000000C0001
    (exactement là : https://tinyurl.com/balstephbern )
    Pour imprimer facilement le présent article, c’est pas compliqué :
    Cliquer sur la barre verte « Print Friendly » en bas à gauche du présent article.
    (ou accès direct : https://www.printfriendly.com/p/g/ykcxa7 )
    Dans la fenêtre d’impression qui s’ouvre, choisir Taille de texte 130% et Taille d’image 75 %
    Pour obtenir une mise en page impeccable en 4 pages (deux feuilles imprimées recto-verso), il est nécessaire de supprimer la plus grande des deux photos, en double, en tête d’article. Positionner le curseur de la souris sur la grande photo : elle passe en jaune et un symbole «Poubelle» apparaît en noir. Cliquer pour effacer.
    Ceci fait, cliquer sur l’icône PDF.
    Choisir la taille de page « A4 » (« Letter » est le format américain) puis cliquer sur « Téléchargez votre PDF » et enregistrer le PDF sur votre ordinateur (ou bien cliquer sur Imprimer, et choisir Destination = Enregistrer au format PDF).
    Désormais vous pouvez imprimer l’article dans sa version PDF de 4 pages, en deux feuilles : la première feuille imprimée recto-verso avec les pages 1 & 2 et la deuxième feuille imprimée recto-verso avec les pages 3 & 4.
    Mettre dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.
    Voilà, faire acte CONCRET de soutien à la décision de Stéphane Bern de quitter Paris, et l’inviter à parler vrai sur le sujet, ça commence en investissant un timbre.

  11. Les premiers responsables, ce sont les élus qui instaurent des amendes qui font rire tout le monde.
    Exemple, en Australie vous jetez un papier ou un mégot dans la rue, l’amende c’est 500 $AUS soit 341 €, si vous refusez de payer, direction le poste de police et présentation à un juge.

  12. La folle au rictus permanent n’est pas arrivée là en soucoupe volante.
    Quelqu’un l’a élue ? Alors qu’ils continuent. Si E. ZEMMOUR est élu il fera le ménage, même et SURTOUT à Paris, notre ancienne capitale…
    .

  13. Dixit Bern : « Mon sentiment, c’est que les alliés écolos font du chantage à la maire et qu’on leur passe beaucoup. (…) ’ils deviennent les défenseurs de notre patrimoine urbain et des arbres… Or il n’y a jamais eu autant d’arbres abattus, ni autant de bétonisation» […] »
    Quelques réflexions :
    Chantage : Qui est le maire de Paris, hum ?
    Dégâts des écolos : Réveillez-vous, il est peut-être encore temps ?

  14. J’ai vécu 5 ans de pur bonheur à Paris de 1983 à 1988.
    Mais, à l’époque, le maire était digne de ce nom : Jacques CHIRAC.

Les commentaires sont fermés.