Abbaye Sainte-Anne de Kergonan : ça sent bon la Bretagne !

Adresses gourmandes Histoire Publié le 20 août 2021 - par - 5 commentaires

L’abbaye Sainte-Anne de Kergonan est située à Plouharnel, près de Carnac © commons.wikimedia.org

 

L’abbaye Sainte-Anne de Kergonan est située en plein cœur du Morbihan depuis le XIXe siècle ! À ses débuts, elle abritait une dizaine de moines bénédictins, vivant ainsi selon la fameuse règle de saint Benoît “ora et labora” (prie et travaille). Mais attention, il ne faut pas la confondre avec la communauté féminine de Saint-Michel de Kergonan, bien que ces deux abbayes soient situées à seulement 15 minutes à pied l’une de l’autre ! Allez, c’est parti, attachez vos ceintures, Divine Box vous emmène en terres bretonnes !

Des débuts compliqués

 

C’est en 1897 que dix moines de l’abbaye de Solesmes viennent s’installer en Bretagne, à Kergonan. La communauté grandit alors doucement mais sûrement ! Et dès 1914, après moins de vingt petites années d’existence seulement, le monastère devient indépendant et accès au stade d’abbaye. Dingue !

 

Pourtant, les moines connaissent de nombreuses difficultés ! À deux reprises en effet, ils doivent s’exiler :

  • une première fois en Belgique de 1901 à 1920 à cause de la loi anticléricale sur les Associations
  • une deuxième fois à la Chartreuse d’Auray entre 1942 et 1946, à cause de l’occupation allemande

 

Fort heureusement, l’histoire de Sainte-Anne de Kergonan ne s’arrête pas là ! Les moines rentrés d’exil recommencent alors leur vie en communauté sur les terres bretonnes. Ce n’est d’ailleurs qu’en 1968 que l’abbaye peut faire construire son église abbatiale, consacrée 7 ans plus tard par Mgr Pierre-Auguste Boussard (1917-1997), évêque de Vannes.

 

L’église de l’abbaye de Kergonan © Divine Box

 

 

Le chant grégorien : une place toute particulière

 

Aujourd’hui, les chants grégoriens constituent une partie importante de la vie des 22 frères qui composent la communauté de Sainte-Anne de Kergonan. En effet, ils passent cinq heures par jour dans l’église pour leurs offices (le premier étant à 5h du matin !). D’ailleurs, les chants de la communauté ont été enregistrés à plusieurs reprises. Les plus curieux pourront retrouver ces enregistrements des chants grégoriens sur le site en ligne de l’abbaye Sainte-Anne de Kergonan !

 

Pourtant, les frères n’ont pas toujours eu à leur disposition de quoi accompagner leur chants. Typiquement, ils avaient auparavant un orgue traditionnel, mais qui ne permettait pas de chanter tout le répertoire grégorien existant. Ainsi, pour sublimer plus encore leurs chants et élargir leur répertoire, l’abbaye de Kergonan s’est dotée d’un orgue neuf en 2016. Grâce à ce nouvel orgue, les moines peuvent ainsi chanter du Bach avec la musique de l’orgue qui vient soutenir la voix des frères (en grégorien, tout le monde chante à l’unisson). De quoi préserver et actualiser des chefs-d’œuvre du patrimoine musical et spirituel !

 

Enfin, avec la mer toute proche, le chant grégorien s’inscrit dans la continuité de la devise du monastère, Super voces aquarum multarum qui signifie “Plus que la voix des grandes eaux”. Ainsi, la prière latine des frères bénédictins s’élève plus haut que le bruit de l’océan !

La devise de l’abbaye Sainte-Anne de Kergonan est “Plus que la voix des grandes eaux” – en lien avec le chant grégorien des moines © Abbaye Sainte-Anne de Kergonan

 

 

Le travail artisanal

 

Comme le veut la règle de saint Benoît, la vie de la communauté de Kergonan est constituée de prières mais aussi de travail. Ainsi, la communauté concocte depuis 4 ans des petites pépites d’artisanat monastique avec les pommes et les coings de son verger, qui poussent à foison ! Ils peuvent ainsi avoir de la confiture de pommes, de la gelée de cidre, de la compote de pommes. La production, elle, est faite en collaboration avec un ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) : les frères de l’abbaye Sainte-Anne de Kergonan récoltent les fruits et élaborent les recettes, tandis que l’ESAT voisin du monastère gère la cuisson et la production, pour livrer ensuite, tout prêts, les pots de compote, gelée et autres confitures, à l’abbaye ! De quoi donner du travail à des personnes en situation de handicap : c’est pas beau, ça ?

 

La gelée de cidre de l’abbaye Sainte-Anne de Kergonan est produite par une ESAT à partir des pommes du verger du monastère © Divine Box

 

Et pour se procurer les délicieux produits de l’abbaye de Kergonan ?

 

Vous pouvez bien sûr vous y rendre directement et en profiter pour saluer les moines, voici leur adresse : abbaye Sainte-Anne de Kergonan, 56340 Plouharnel. Ou sinon, cliquez ici pour découvrir tous les produits monastiques des abbayes depuis la boutique monastique en ligne de Divine Box

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Interrogation
Interrogation
il y a 2 mois
Argo
Argo
il y a 2 mois

Espérons que ces hommes de Dieu ne demandent pas le pass sanitaire, vu la position du Vatican. Belle promenade en tout cas! Merci pour votre article!

Michel Lapaix
Michel Lapaix
il y a 2 mois
Reply to  Argo

À partir de septembre je crois que tous devront y passer. Privilégier alors les accueils individuels, il y a des résistants, mais le sujet divise énormément de familles.

francoise adam
francoise adam
il y a 2 mois

Je connais cet endroit, c’est magnifique et tellement reposant.

Michel Lapaix
Michel Lapaix
il y a 2 mois

Un conseil : passez le minimum de 3 nuits, et Dieu vous parlera. Grâce à Kergonan , à titre personnel, ma vie changea pour le meilleur. Amen !

Lire Aussi