Formica, emblème de la modernité des 30 glorieuses : c’était formidable !

 

 

Les meubles du quotidien…c’est aussi une vision de la société  !

L’islamisation par Ikea  : venez comme vous êtes. Hijab bienvenu.

 

Formica, une madeleine de Proust pour bien des Français.

Pour chacun de nous, Formica rappelle une époque, un lieu et du temps passé avec des personnes chères.

Et collectivement, Formica est un souvenir de la France d’avant. Avant Macron, avant l’islamisation, avant le grand Remplacement, avant le chômage de masse. Une autre France qui a existé et que l’on veut nous faire oublier.

Avis : celui qui trouve sur Google une image de vraie famille, dans une vraie cuisine en Formica des  années 50 ou après gagne une boîte de chocolat et une bouteille de champagne !

Il ne faudrait surtout pas montrer un passé heureux. Et les survivants de cette époque révolue doivent être dissuadés de contester la nouvelle réalité qui est imposée.

Vos souvenirs personnels sont précieux ! Google ne montre pas aux jeunes le quotidien des familles françaises de l’époque et ne donne jamais d’images de vraies personnes dans leur vraie cuisine.

Google vous emmène où il veut, vous montre ce qu’il veut et occulte ce qu’il a choisi d’occulter.

Des algorithmes sélectionnent telle ou telle image et en évincent d’autres, selon des choix idéologiques.

La recherche « Cuisine Formica années 1950 » et autres combinaisons de mots clés approchantes ne vous donnera jamais d’images réelles du passé,  uniquement des images qui ne correspondent pas à notre vécu : des  décors sans personnages, des publicités surannées  de ménagères derrière leurs casseroles, ou des personnages américains célébrant Thanksgiving.

Nous avons tous été marqués par ce matériau avec ses couleurs gaies, qui a été très courant dans nos cuisines pendant plus de trois décennies et le redécouvrir, c’est visiter notre patrimoine et feuilleter notre histoire, notre monde économique et même culturel.

L’explosion du Formica

La cote de popularité du Formica explosa entre les années 50 et 70 notamment à la fin de la seconde guerre mondiale. En effet, à la fin de celle-ci, l’Amérique, comme l’Europe, connut un Baby-boom et donc un agrandissement des ménages. La vie reprit peu à peu son cours et les pays se reconstruisirent petit à petit. Pour pallier les besoins des ménages en termes d’équipement et de meubles d’intérieur, le Formica fut un matériau de choix.

Ce succès mondial était à prévoir. Ce matériau avait tout pour lui : léger, pratique (se nettoie d’un coup d’éponge), inusable, prix accessible, design moderne et coloré. Il devint très vite un indispensable de la maison. La robustesse ? 50 ans après, certains objets en Formica  n’ont pas bougé !

Le summum de la modernité dans les années 50

 

Initialement isolant électrique, le Formica bascula vite vers la décoration sous l’impulsion des designers qu’il inspira.

Si ce matériau stratifié a connu un véritable engouement sur le marché européen au début des années 50, notamment pour habiller les surfaces visibles du mobilier de cuisine, il était né quelques décennies plus tôt dans l’esprit de deux ingénieurs électriciens américains, Herbert A Faber et Daniel J O’Conor, qui recherchaient un matériau isolant facile à fabriquer et pouvant se substituer au papier à base de mica (for mica). Ce Formica est constitué de multiples feuilles de papier kraft imprégnées de résines phénoliques, qui sont pressées à chaud pour le conformer.

 

Après avoir créé en 1913 la société Formica pour fabriquer des isolants électriques, ils eurent l’idée en 1927 de placer en surface un décor lithographié imprégné de résine mélamine et ainsi de transformer ce produit technique en un élément de décoration. Les plaques de stratifié ainsi réalisées séduiront dans les années 30 les designers, architectes et décorateurs, qui firent de ce matériau un symbole du modernisme, ornant les intérieurs de leurs plus belles réalisations.

Star des Trente Glorieuses

 

Un modernisme qui devint dans l’après-Guerre accessible aux plus grand nombre en se déclinant sur le mobilier, grâce à la variété des couleurs et des décors proposés, ainsi qu’à sa longévité et sa facilité d’entretien.

Il fit son apparition en Europe en 1946 et devint l’un des symboles des ‘‘trente glorieuses’’. Outre le mobilier, il se tailla une place de choix dans des équipements techniques voulant ‘‘faire moderne’’ (mobilier pour les collectivités, plans de travail pour les laboratoires, intérieurs de magasins, décors pour les autobus ou les trains…). Pour cela, le décor devient autoportant formant un panneau stratifié d’une épaisseur de 2 à 20 mm pouvant présenter deux faces décoratives.

La réussite fut telle que la marque Formica, à l’image Frigidaire, devint un terme générique et que nombre d’autres entreprises développèrent des produits similaires. Ainsi en France le groupe papetier Aussedat Rey se lança-t-il dès 1956 dans la fabrication de stratifié décoratif réalisé sous haute pression et créa-t-il la filiale Polyrey. Activité qu’il développa en ouvrant en 1972, une usine dédiée à la production de panneaux de particules mélaminés, ne se contentant plus de proposer seulement le décor, mais offrant un produit semi-fini aux fabricants d’équipements.

https://www.industrie-techno.com/article/embleme-de-la-modernite-des-trente-glorieuses-le-formica-a-100-ans.26725

Le Formica, c’était formidable… et made in France

 

En 2004, fermeture douloureuse de l’usine Formica, qui a employé jusqu’à 800 personnes.

Voici un film d’entreprise des années 60 explicitant tout le processus de production sur le site de Quillan. http://www.memoirefilmiquedusud.eu/collection/60-quillan-capitale-formica/?n=&filemedia_id=584&viewer=video&open_viewer=1&fullscreen=0&menu_left_visible=0&menu_left_type=

 

Le déclin :

C’est vers la fin des années 70 que le Formica commença à perdre de sa popularité, voire à devenir un matériau démodé. De plus, la crise pétrolière qui eut lieu durant les années 70 n’arrangea pas les affaires du Formica qui est composé en partie de résine créée à base de pétrole. La mentalité en termes de consommation changea aussi pour laisser place au consumérisme, où le consommateur préfère miser sur du court terme pour moins cher plutôt que du long terme.

Salon du vintage Metz 2018

En 2021, il est temps de sortir vos anciens meubles en Formica du grenier, car ils sont de retour ! En effet, le Formica suit les valeurs écologiques actuelles où l’on préfère recycler et miser sur des objets solides sans obsolescence programmée.

Au-delà de cela, il y a le côté nostalgique qui joue. Avoir une pièce en Formica dans son intérieur permet de remémorer des souvenirs d’antan.

 199 total views,  1 views today

image_pdf

21 Commentaires

  1. Merci Jules
    Ce n’est pas nostalgique, ce n’est pas vivre dans le passé… c’est seulement etre fidèle et respectueux à des personnes qui sont/étaient nos exemples, qui nous élevaient dans le respect qui « en avaient vues « autrement que les donneurs de leçons d’aujourd’hui (qui ont encore rien vécus ou réalisés) mais qui la ramène sur tout et essayent de nous faire la leçon à nous…
    Qu’ils ne simpatientent pas, les temps sont proches durant lesquels ils vont pouvoir mettre en pratique leur savoir ainsi que leur théorie…
    Jules, cela va au-delà d’une mode, d’une nostalgie…c’est la fidélité à une identité…
    à des racines.
    Sans passé, sans racines un homme est vide!
    Voir celles et ceux qui la ramène sur les plateaux tv…
    Ils ont rien créé, rien construit, ils étaient seulement les « premiers de la classe », mais ont rien fait de leurs mains…
    On avait tout fait pour eux
    Yves

  2. Dernière pendule en bas à gauche, je possède le même modèle « Jaz » avec fond beige clair et cercle bordeaux.

  3. Cela rappelle surtout l’époque pendant laquelle notre pays produisait pratiquement tout ce dont il avait besoin, dans son petit marché intérieur, et, où tout un chacun pouvait espérer bénéficier d’une amélioration de son sort ainsi que celui de sa descendance… ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui…
    Merci la mondialisation, le « no border » et l’importation de nouveaux allocataires par millions qui viennent phagocyter notre cher pays.

  4. Heureusement que je collectionne des cartes postales anciennes et des vieilles publicité. Je participe à ma manière à gardé le souvenir de la Vrai France.

  5. Il y a toujours une usine POLYREY qui produit dans un petit village de Dordogne.

  6. J’espère que la France va gagner » : l’encouragement d’Eric Dupond-Moretti à Karim Benzema
    Le mois de juin sera un enchantement, notre cher Eric sera élu et le bien aimé Karim auteur des buts victorieux.

    Comme disait Thierry Roland, après avoir vu ça nous pourrons mourir.

  7. De la qualité autre que ce que l’on voit chez But ou Conforama!!!
    Du Made In France!!!

  8. Les meubles de notre enfance
    Aujourd’hui par 40 ans d’islamisation nous sommes fort niqués.

  9. excellente idée que cette recherche
    avec quel plaisir je revois mes très jeunes années
    un grand merci à vous

  10. Merci Jules Ferry pour cette petite promenade dans un passé qui nous est cher. Je me revois dans la cuisine familiale, prenant mon petit déjeuner sur la table en formica, avec le buffet et les chaises du même matériau ! C’était la France que j’aimais, loin de cette caricature d’aujourd’hui! C’était le bon temps, où la France n’était pas devenu l’annexe de l’Afrique et du Maghreb! Avec le pisse-froid Macron à l’Elysée ! Merci encore!☀️☀️☀️☀️☀️

    • Comme vous je suis nostalgique de cette FRANCE. Et pour reprendre « Bruno » (indicatif radio de Bigeard) « J’ai mal à ma France »

  11. nostalgie d’un france où l’on se sentait chez nous : jeune, on pouvait sortir à n’importe quelle heure du soir, sans aucun problème, sans rencontrer les énergumènes d’aujourd’hui qui constituent la france laissée à nos enfants et petits enfants – le formica formidable invention qui reste encore sans défaut après 60 ans d’utilisation quand on a eu la bonne idée de le garder, fait partie de cette france promise au meilleur si sa progression n’avait pas été ruinée par des politiques véreuses

  12. Je pense et c’est notre moyen d’attaque et de contestation… Boycott Ikea…. » vous ne viendrez plus du tout « …

  13. Nos belles années …..
    C ‘est terminé
    Achète 1 armoire i k é a (made 1 china ) le samedi
    Passe 1 dimanche de merde et tu t ‘engueule avec ta bonne femme

      • Je me suis meublé avec des meubles achetés en brocante. Bon, je les ai payés un peu plus cher, mais je n’ai pas eu de problèmes pour les monter puisque massifs! On en a pas mal bavé pour les installer. Je ne regrette pas mes achats. Par contre je suis allé dans la famille, ils se sont meublés moderne, gris métallique, chromé, les papiers et les peintures argentés. Je n’ai pas pu tenir, je me croyais dans une morgue, j’avais l’impression que j’allais être disséqué. 🚑🚑🚑🚑🚑

    • Je ne vais plus chez Ikea depuis bien 25 ans . Enchantée au début , à la suite d’informations, j’ai enfin réalisé ce qu’était vraiment ce magasin .
      IL y a des étagères et… dans les magasins de bricolages et il y a des magasins de meubles .
      Pas besoin de IKEA qui détruit les forêts du nord de l’Europe et jusqu’à la Russie ! Ils achètent des forêts entières , par petits bouts à des gens désargentés qui ont besoin d’argent .
      Alors pour l’écologie , bonjour les dégats .

  14. C’était le bon temps, chez moi toute la cuisine était formica et c’était mes années ou on ne parlait pas d’agressions, de viols, de meurtres au couteaux, ou j’allais à la pèche avec les copains. le temps ou j’ai connu ma femme, ou il y avait du travail etc. Puis tout a basculé, bonjour les agressions, les meurtres au couteaux, les viols, fini le travail, l’arrivé du chômage, des ennuis, des problèmes, du divorces. Fini les trente glorieuse, bonjour tristesse. Les hommes politiques ont tout détruit petit à petit, et maintenant ils cherchent à nous remplacer par des ennemis d’autrefois et pire ils cherchent maintenant à nous tuer avec leur poison. Enfoirés, notre bonheur vous empêchez de dormir et vous nous l’avez voler. Allez crever charogne, je vous méprise, je vous hais.

    • bonjour Christian Jour , entièrement de d’accord avec vous , il est loin ce temps jadis ou nous étions heureux , et ou l’on pouvait laissé les véhicules ouverts sans être obliger de les verrouillés .Ca ne plaisait pas aux riches que le peuple vive heureux il fallait casser ce bien être , et mettre sournoisement en place le mondialisme et le transgénisme ou comme l’on le nomme maintenant le transhumanisme .ces salauds détruisent tout et une grande partie des peuples ne voient rien les œillères tiennent bien !.

  15. Génial comme article et tellement original !

    Mes parents et moi-même avons encore ces meubles en formica, pas dans le salon évidemment, mais remisé à la cave ou à l’atelier. A près de 60 ans, ils sont inusables.

    Pareil pour un frigo en « teck » des années 60 : il marche toujours.

    Les écolos critiquent cette époque (« Ok Boomers ») mais on ne les voit pas trop dénoncer la société de consommation et le problème de l’obsolescence programmée.

    Ce qui m’énerve par exemple, c’est l’ordinateur : les mises à jour automatiques ralentissent progressivement le système et au bout de 3-4 ans, plus rien ne marche… comme pour pousser à l’achat.

  16. Que de souvenirs de ces années glorieuse, Français comme Belge  » De Souche » Gauloise !!!

Les commentaires sont fermés.