Réplique aux jeunes donneurs de leçons sur l’écologie, qui ont oublié l’arrivée du confort

Butagaz – Propagaz  : Comme c’est pratique l’eau chaude pour faire la vaisselle

Après quelques lignes – tirées du courrier des lecteurs d’un magazine- nous ferons une petite promenade dans le passé avec des images illustrant l’arrivée du confort grâce au gaz.

Réplique aux jeunes qui donnent des leçons d’écologie  à leurs grands-parents.

On  a sûrement raison de placer tout l’espoir du monde dans la jeunesse. Sauf que pour avoir inondé les réseaux sociaux, sillonné la planète en avion et pratiqué un mode de vie énergivore, les jeunes dans lesquels nous plaçons toutes nos espérances ont déjà pollué la planète autant qu’un « boomer ».

 Mais on continue  d’accuser ma génération de tous les maux écologiques. Personnellement, je n’ai pas eu d’eau courante avant mes 10 ans et pas d’eau chaude au robinet, l’électricité était réduite à une modeste ampoule par pièce, j’ai été à l’école à pied, puis à vélo, et j’ai bien peu volé en avion. Je n’ai pas le sentiment d’avoir conduit la planète à la catastrophe, mais d’avoir profité du progrès technique pour plus de confort, toujours dans l’esprit d’éviter le gaspillage.

Primagaz. L’entreprise est la première à lancer en France, en 1934, une bouteille en métal contenant du butane, un hydrocarbure découvert aux États-Unis en 1926. Primagaz  connaît un grand succès, particulièrement à une époque où la bonbonne est le seul moyen d’équiper les campagnes.

FOURGON PRIMAGAZ DE LA SOCIETE LE BORGNE CHAUFFAGE SANITAIRE A LUZ SAINT SAUVEUR

43 HAUTE LOIRE Devanture de magasin butane français Primagaz Quincaillerie Electricité Philibert

CAMION RENAULT « FAINÉANT » 1950 PRIMAGAZ.

Butagaz, naissance et re-naissances

Créée en 1931 par 2 ingénieurs visionnaires, Butagaz s’appelle d’abord la société URG (Utilisation Rationnelle du Gaz). C’est le début de la bouteille de gaz de 13 kg et de couleur bleue qui vient concurrencer le bois et le charbon. Un élan brisé par la seconde guerre mondiale et la destruction quasi complète du parc industriel en 1945.

Les années 50 signent le renouveau d’URG. Grâce à un parc industriel reconstruit et à la généralisation de la bouteille de gaz, déjà 2 millions d’usagers sont convaincus, durant cette décennie, par les usages du gaz pour la cuisine, la production d’eau chaude et le chauffage dans la maison.

En pleine ascension, Butagaz lance alors le gaz en citerne pour les particuliers dès les années 60 répondant ainsi aux besoins de chauffage, eau chaude et cuisson. Un succès immédiat qui entraîne la construction de centres industriels et l’automatisation de la distribution pour pouvoir répondre à toutes les demandes des français. Une époque qui voit naître l’une des mascottes françaises les plus populaires : l’Ours Bleu.

Publicités Années 1950 

Butagaz se dote en 1969 d’une mascotte, un ours bleu (Bob), qui illustre les campagnes de publicité et les supports de communication du groupe.

L’ours bleu Butagaz (au service du confort)  Butane-Propane, années 1960

L’ours bleu Butagaz (au service du confort) Butane-Propane.

L’ours bleu indique la vente de bouteilles

64 Lucq de Bearn, rue principale  Dépôt de Gaz PRIMAGAZ.

32 VALENCE sur BAISE magasin DOUSSARD. Butagaz, Primagaz

02 Marizelle-Bichancourt Tabac Le Marizelle Bouteilles de gaz

45 La Cour Marigny L’AUBERGE DU SOLIN

Sévérac (44 ) Place et nouvelle mairie

 

 210 total views,  1 views today

image_pdf

16 Commentaires

  1. Le plateau du Larzac c’était il y a bien longtemps. z’ont tenus quelques hivers et ont vendu les chèvres au paysans du coin. et sont retournés a la civilisation du grille pain . ou madame fait dégivrer les tartines sorties du freezer . pour moi le comble avant la venue de l’automobile électrique. (nucléaire ) bien plus polluante que mon vieux 4/4 diesel.
    L’hiver prochain quand tous ces « écolos  » vont brancher leurs jolies voitures en rentrant a la même heure on va bien rigoler quand les réseaux électriques vont sauter . rajouter des pédales ?

    • Surtout qu’il n’y aura pas assez de centrales nucléaires et qu’il va falloir remplacer les vieilles de plus de 50 ans! Les écolos sont des cons! Ils veulent aussi remplacer le gaz, le bois, le fuel pour le chauffage par le tout électrique. On va avoir une centrale nucléaire par département! Ou alors des éoliennes et des fermes solaires partout partout! Avec des risques de coupures en plein hiver! Si ça tourne au fiasco, pas oublier de pendre les écolos aux pales de leur éoliennes et les faire tourner ad vitam aeternam!

  2. Merci Jules Ferry, une belle époque, photos et illustrations magnifiques!

      • Petite question : n’est-ce pas Anny Cordy sur la couverture de Paris-Match ? Félicitations pour ces photos et cet article, c’est vraiment la France que l’on aimait…

  3. Sur le plan chimique :
    Les gaz, méthane CH4 (celui dans les tuyaux), éthane C2H6 (pas utilisé), propane C3H8 (celui des citernes hors de la maison, a l’avantage de ne pas se liquéfier avant -40°), le butane C4H10 (intérieur à la maison, se liquéfie à -1°).
    Le pentane C5H12 (le gaz des briquets)… Etc.
    Au-delà on a des essences liquides, dont le célèbre octane C8H18 (indice d’octane, l’octane réputé comme le meilleur carburant pour le moteur à explosion).
    Bien sûr, il existe à partir du butane, des isomères plus volatiles que les alcanes dits normaux (exp : le n-butane C4H8, une molécule linéaire, par différenciation au méthyl-propane C3H7-CH3, une molécule ramifiée) !
    Ces gaz (les premiers alcanes), avant leurs exploitations, étaient souvent brûlés lors du raffinage-craquage. Sans qu’il soit question d’une découverte, c’est l’utilisation pratique qui en a été découverte.

    • Bonjour, je n’en sais pas le dixième !
      Il y aurait des pages à raconter (le formidable progrès qu’a été la gazinière par ex. Et là aussi il existe des photos anciennes et des témoignages).

  4. Toutes les photos qui illustrent cet article datent d’avant l’invasion donc on n’y voit que des Français.
    Aujourd’hui, même l’ours bleu Butagaz serait noir, au nom de la diversité 🙂

    • Tout à fait. Mais certains qui ont toujours connu cela sont un peu ingrats vis à vis du progrès, dans leurs prises de position

  5. j’ai 73 ans et j’ai donc connu les mêmes choses…….
    aussi, je dirais à tous ces jeunes cons (connes) qui veulent vivre écologique et nous donner des leçons, qu’on en reparlera après la « guerre » qui leur fera le plus grand bien……..

    • Pardon Jojo ! Une guerre qui fera le plus grand bien… Je demande pas à voir !

  6. Suffit de leur enlever leurs smartphones et les voilà handicapés à vie.
    Contrairement aux trucs bio, ils ne veulent surtout pas savoir la composition de leurs jouets et d’où ça vient.

  7. Il est très facile de se revendiquer « écolo » quand on bénéficie de tout le progrès. En regardant bien, on s’aperçoit que VRAIS écolos, on n’en trouve pas beaucoup ! Les vrais écolos n’ont pas de parti politique mais pratique l’écologie tous les jours. Ces gens là ne vivent pas dans les grandes villes mais à la campagne, sans électricité, ni eau chaude, ni toilettes, etc … Ils vivent de leurs potagers et de leurs basses cours. Certes, ils vivent à l’ancienne refusant le « progrès » et ses avantages, mais ce sont de vrais écologistes. Demandez à la POMPILI de vivre de cette manière pendant une période, même très courte, je doute qu’elle tienne plus de deux jours. Les « écolos » parlent d’électricité verte avec des éoliennes ? Très bien ! Mais savent-ils ce que coûte la fabrication d’une éolienne à l’écologie ? Et celle des panneaux solaires ? Celles des batteries de voitures électriques (plus polluantes que les diésels) ? Il faut qu’ils arrêtent avec leur hypocrisie ! Combien sont prêts à aller aux toilettes l’hiver dans la cabane au fond du jardin ?

    • Pompili se laver le cul dans une bassine, les tifs dans l’évier, faire ses besoins dans la cabane en planches, elle ne le fera pas, pour elle c’est le bain moussant avec 500 litres d’eau, les cinquante cosmétiques qu’il lui faut pour se faire une beauté, le chauffeur qui l’emmène au boulot, etc. etc. J’ai vécu comme cela à la ferme de mes grands-parents, et je reconnais que le progrès ça a du bon. Les femmes ne sont plus obligées de faire des corvées de lessive éreintantes! Mais je suis économocolo : c’est à dire que j’use du progrès sans en abuser! je ne gaspille rien et ne prends m a voiture que pour des besoins essentiels! Alors les remontrances de ces bobosbonobos , je m’en tape!

    • Vos vrais écologistes qui vivent à la campagne sans électricité, ni eau chaude, ni toilettes, si on venait leur proposer tout le confort moderne sauteraient dessus sans hésitation.
      Dans le temps on disait : « Regardez les chinois, comme ils sont écolos, ils roulent tous à bicyclette! » oui, mais dès qu’ils ont pu, ils se sont tous achetés des automobiles.

Les commentaires sont fermés.