Elections de la province de Madrid, une grande victoire pour le PP… Vox fait du sur place !

Europe Publié le 5 mai 2021 - par - 12 commentaires

Isabel Diaz Ayuso et Pablo Casado.

Le coup de poker d’Isabel Diaz Ayuso a magnifiquement réussit, le PP atteint presque la majorité à lui seul avec 65 sièges (pour 69), la gauche en totalisant 58, Vox renforçant la droite avec 13 sièges.
Pour résumer (les 136 sièges au lieu de 132) :
– Le PP (=LR) : 65 sièges (+ 35) et 47,3% ;
Mas Madrid (PC) 24 sièges (+4) et 17,0% – dépasse le PSOE ;
– Le PSOE : 24 sièges (-13) et 16,9% ;
Vox : 13 sièges (+1) et 9,1% ;
Podemos (EG) : 10 sièges (+3) et 7,2% ;
Ciudadanos ou Cs (Centre) disparait, passant de 26 à 0 sièges.
Ces élections ont passionné les Madrilènes, plus de 76% de votants, 12% de plus qu’en 2019.
En résumé, un grand gagnant, le PP et la droite de façon générale. Un perdant absolu, Ciudadanos qui disparaît. Petits gagnants à gauche, les communistes de Mas Madrid au dépend du PSOE et à moindre titre Podemos. Opération neutre pour Vox (+ 0,27%).

Pourquoi  cette victoire historique du PP ?
Mme Ayuso, inconnue ou presque il y a 2 ans, se révèle être une femme politique de la plus haute stature, certes soutenue par Pablo Casado (le chef du PP), mais elle a tout décidé et assumé sans faillir.
Isabel Díaz Aysuo a annoncé le la dissolution de l’Assemblée madrilène et des élections anticipées pour le . Elle prit cette décision suite à l’accord de coalition dévoilé le matin même entre le Parti socialiste et Ciudadanos dans la région de Murcie*. Depuis un gouvernement minoritaire PP-Cs gérait la région de Murcie avec le soutien de Vox. Elle craignait la même manœuvre dans la communauté de Madrid (Le Cs en perte de vitesse a tenté de se refaire une santé par un renversement des alliances avec la gauche).
* la motion de censure du PSOE et de Cs a Murcie a échoué, ce qui a pu amplifier les résultats des élections du 4 mai.
L’opération de Cs a été mal ressentie par les Madrilènes, un vote massif s’est porté sur Ayuso. Assurément un vote utile pour ne pas perdre 2 ans d’une politique efficace. Vox a très peu profité de l’évènement, sans participation au gouvernement et simple soutien, il a moins marqué les Madrilènes (malgré une augmentation de ses voix de 15%).

Un campagne électorale pourrie.
Nous l’avions s
ignalé, les agressions gauchistes à l’encontre des rassemblements de Vox et les menaces de mort contre des politiques essentiellement de gauche ont hystérisé toute la classe politique ! La gauche a tenté un front contre le fascisme -comme en France, les électeurs n’ont pas suivi ! Certes Vox a été accusé d’inciter à la haine, mais au moins deux gardes du corps de Pablo Iglésias (chef de Podemos) sont impliqués dans des agressions particulièrement violentes de policiers à Vallecas le 7 avril. Le ministre de l’Intérieur, déjà mis en cause pour des déclarations excessives, est accusé par Vox d’avoir camouflé cette information… Pablo Iglesias a décidé de quitter la politique (probablement plus à cause de la révélation de l’implication de Podemos dans les violences de Vallecas que par une défaite électorale) !
A noter que le PP a soutenu Vox dans cette bagarre de chiffonniers !

Les conséquences.
Outre le fait que le centre disparaît, le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez se trouve affaibli par contre coup (voire une légère modification des répartitions dans les deux assemblées parlementaires ?). Le PP, recentré sur des positions de parti de droite, va assurément en profiter au plan national. Vox se trouve à la croisée des chemins, savoir s’il doit à l’avenir s’impliquer dans les gouvernances régionales (Vox est centralisateur), à terme il pourrait disparaître devant un PP qui reprend à son compte ses revendications comme le fait surtout Mme Ayuso (soi-disant la Trump espagnole)…
Quant à Mme Ayuso, probable qu’un avenir national se présente à elle !
.

Compléments.
– Alors que les Espagnols sont appelés à voter très souvent, il n’y avait pas 2 ans depuis les dernières élections, le nombre de votants a augmenté de 12% par rapport à2019, ce un jour de semaine (le nombre de votes par correspondance a augmenté de 42%). L’explication se trouve dans le refus des magouilles politiques que Cs et la gauche entamaient. Comme quoi le peuple est plus mur et patriote que les élites qui sont censées le gouverner.
– Enfin, les élections à la proportionnelle, si elles rendent les stabilités politiques plus difficiles, font que le peuple est mieux écouté, limitent l’influence des Khmers rouges qui chassent le mal-pensant comme partout actuellement. Si le peuple se désintéresse de la politique, ce n’est pas parce que les élections sont trop nombreuses, mais par dégoût de la classe politique.
Maintenant, rien n’empêcherait de réduire le nombre d’élections en France, que ce soit lors du vote pour les députés avec des élections uninominales à un tour comme en Angleterre, soit des proportionnelles -même à majoration majoritaire- pour les régionales et départementales, limitant ainsi les magouilles entre les 2 tours !

Print Friendly, PDF & Email
12 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Bubu
Bubu
il y a 1 mois

« surtout Mme Ayuso (soi-disant la Trump espagnole)
Quant à Mme Ayuso, probable qu’un avenir national se présente à elle ! »

excellent !
comme quoi il ne faut jamais désespérer
la solution est dans les urnes

Marcel de Vienne ( Isère)
Marcel de Vienne ( Isère)
il y a 1 mois

Bravo à Madrid qui en général n’a pas appliqué avec le gouvernement régional qui préside Madame Ayuso les restrictions fascistoïdes qui nous subissons en France , la différence entre a France

jojo
jojo
il y a 1 mois

comme quoi ,le vent tourne, et il n’y a pas que de mauvaises nouvelles…….

Marcel de Vienne ( Isère)
Marcel de Vienne ( Isère)
il y a 1 mois

désolé j’ai eu un petit problème de mon PC j’ai voulu dire que à différence de la France l’Espagne chaque région gère la santé de manière autonome et les mesures sont différentes d’une région à l’autre, par hasard les mesures prises où il est la gauche se ressemble à la France c’est à dire dictature déguisé en sanitaire par un virus dangereux que par .0,5 % e la population , j’ai de la famille en Espagne et peut être Ayuso sera une excellente candidate pour emporter aussi le gouvernement central espagnol

Christine Tasin
Administrateur
Christine Tasin
il y a 1 mois

Merci de ce témoignage

ENRIQUE LOPEZ BERMEJO DE TORRES
ENRIQUE LOPEZ BERMEJO DE TORRES
il y a 1 mois

Ayuso cest une « president » REGIONAL. L aspirant a le gubernement national de España c est le lache et « centriste » Pablo Casado…

Paul ter Gheist
Paul ter Gheist
il y a 1 mois

Les médias ne vont certainement pas nous en parler, comme du rebondissement dans le procès « Floyd ».

calvo
calvo
il y a 1 mois

Dites vous bien que chez les journaputes, il faut comprendre exactement l’inverse de ce qu’ils disent.

Argo
Daudet
il y a 1 mois

De toute façon les socialos et les cocos ont fichu l’Espagne dans le pétrin. Tiens, c’est curieux, c’est ce qu’ils font partout ailleurs!

calvo
calvo
il y a 1 mois
Reply to  Daudet

Il faut respecter les traditions.

Delcroix
Delcroix
il y a 1 mois

Le Parti populaire est un soutien de la coronafolie. Voilà pourquoi il a « gagné ». S’il dirigeait l’Espagne, il mènerait la même politique de « lutte contre le covid-19 ». Il ne faut pas commettre l’erreur de croire un seul instant qu’UNE SEULE élection dans les pays d’Europe orientale échappe à la fraude. Les alliances des « partis de gouvernement » avec les partis contestataires n’ont qu’un seul but : discréditer puis éliminer lesdits partis contestataires, « prouver » qu’ils ne sont pas aptes à gouverner. Voyez ce qui s’est passé au Danemark, en Italie et en Autriche.

ENRIQUE LOPEZ BERMEJO DE TORRES
ENRIQUE LOPEZ BERMEJO DE TORRES
il y a 1 mois

Chers amis patriotes français,
Ne vous y trompez pas: le Parti populaire espagnol est un centre-droit timide, lâche, très éloigné de nos idéaux communs. Effrayé devant les «lois idéologiques» de la gauche, complice de l’invasion des immigrés, soumis à l’islamisation et aveugle à l’insécurité citoyenne.
En revanche, VOX est courageuse face à ces questions clés pour l’avenir de l’Europe et de l’Occident.
Cordialement depuis España

Lire Aussi