Le magazine Forbes interdit d’employer ceux qui ont bossé pour Trump mais trouve normal de réinsérer les assassins

A ne pas manquer Journalisme Manipulations médiatiques Publié le 11 janvier 2021 - par - 4 commentaires

La dictature de la pensée unique, c’est maintenant.

La dictature des mondialistes, c’est maintenant.

La dictature des gauchistes, ceux qui depuis des lustres nous expliquent que voleurs, violeurs, assassins, même assassins d’enfants doivent avoir une seconde chance, même une troisième, voire une dixième… Quant aux djihadistes et autres terroristes, ils doivent eux aussi, au nom des droits de l’homme, avoir une multitude de chance. Impossible de les laisser en prison, impossible de les condamner à mort, impossible de ne pas veiller à leur réinsertion, impossible de ne pas leur trouver de travail…

Par contre, ceux qui osent travailler avec les populistes, pour les populistes comme Trump, ils doivent expier. A mort ! 

La dernière, du magazine Forbes, fort de son pouvoir, fort du snobisme de ceux qui le lisent et qui sont cités… interdire à toutes les entreprises d’embaucher les 5 conseillers de Trump….

Leur crime ? Avoir travaillé avec un homme qui a invité ses partisans à venir manifester pacifiquement devant le Capitole leur opposition à la fraude gigantesque subie par Trump et ses électeurs.

LE MAGAZINE AMÉRICAIN FORBES MET EN GARDE TOUTES LES ENTREPRISES QUI EMBAUCHERONT DES EX-COLLABORATEURS DE DONALD TRUMP

L’ultimatum est lancé. Dans un long article intitulé «Pourquoi nous tenons responsables ceux qui ont menti pour Trump» , le directeur de la rédaction du magazine américain Forbes a lancé un avertissement à toutes les entreprises qui embaucheront les anciens conseillers de Donald Trump.

«Que Donald Trump troque son costume de commandant en chef pour celui de menteur en chef n’a pas supris la rédaction de Forbes […] Ce qui nous a vraiment frappé : le nombre de personnes prêtes à donner du crédit à ses évidents mensonges, en son nom», a écrit Randall Lane dans son article.

Dans le viseur du puissant journaliste américain ? Sean Spicer, Kellyanne Elizabeth Conway, Sarah Huckabee Sanders, Stephanie Grisham et Kayleigh McEnany, tous anciens conseillers de Donald Trump qui, pour Randall Lane, se sont rendus coupables d’avoir aidé à diffuser les «mensonges» du président américain pendant quatre ans.

Un comportement jugé irresponsable par la rédaction de Forbes, qui a donc pris cette décision inédite et irrévocable : «Que ce soit clair pour les entreprises : Embauchez un de ces fabulistes cités plus haut, et Forbes considérera que tout ce que votre entreprise relaiera est un mensonge. Nous allons scruter, vérifier et revérifier, investiguer avec le même scepticisme que lorsque nous lisons un tweet de Trump. Vous voulez vous assurer que le plus puissant magazine économique du monde vous considère comme une potentielle source de désinformation ? Embauchez ces personnes

DONALD TRUMP, PARIA ?

Une décision prise suite aux émeutes qui se sont déroulées au Capitole à Washington, le 6 janvier, et qui ont exacerbé les tensions dans un pays plus que jamais divisé depuis quatre ans. Quelques heures après les violences que les médias américains ont qualifié d’insurrection, menées par des partisans de Donald Trump qui refusent de reconnaître sa défaite, Twitter avait décidé de bannir définitivement le compte du président américain, «en raison du risque de nouvelles incitations à la violence».

https://www.cnews.fr/monde/2021-01-10/le-magazine-americain-forbes-met-en-garde-toutes-les-entreprises-qui-embaucheront?fbclid=IwAR0Cnq7y_bARtm0Md0I1Abrv6gtwJfcTRwnxUlxtqWr7v1E6fDUvJqutt6M

.

Quelle arrogance ! Ces journaleux se prennent pour des faiseurs de roi. Sans doute le sont-ils en ces temps où la démocratie est bafouée et où milliardaires, medias sociaux et presse font la loi !

En faisant cette injonction ce chantage, Forbes révèle clairement ce dont nous nous doutions, c’est qu’il soutient les démocrates, donc les mondialistes… normal pour un journal économique. qu’on ne vienne pas nous dire que les démocrates représenteraient une gauche patriote !  Par ailleurs, demander que l’on laisse crever de faim, littéralement, ceux qui ont travaillé avec Trump, c’est les considérer comme les pires ordures, les pires assassins qui soient, méritant la peine de mort. Et Forbes défend Biden le défenseur des BLM et autres militants violents, prêts à tuer ceux qui osent murmurer que les Blancs aussi ont le droit de vivre…

https://resistancerepublicaine.com/2021/01/09/la-violence-meurtriere-de-black-lives-matter-premier-bilan-pres-de-800-tues-a-chicago/

https://resistancerepublicaine.com/2020/08/27/face-a-une-horde-de-gauchos-fachos-blm-une-blanche-refuse-de-lever-le-poing/

En faisant cette injonction ce chantage, Forbes révèle ce dont nous nous doutions, c’est que tout ce qu’il publie est bidonné. 

Jugez donc de ce qui a fait son succès (source wikipedia) : des listes ! Ce qui est le plus à la mode, ce qui réussit le plus économiquement, les célébrités… bref, Forbes est lu et l’on se bat pour figurer sur la liste… évidemment. D’où cette fatuité, d’où cette dictature de la pensée ! 

Le magazine est réputé pour ses différentes listes publiées annuellement :

  • Entreprises

  • Personnalités

  • Lieux

    • Les meilleures villes pour célibataires ;
    • Les meilleurs lieux ;
    • Le tourisme. En croisant les statistiques nationales et les sondages locaux menés par des professionnels du secteur (et en écartant lieux de pèlerinage et centres commerciaux), le magazine Forbes a scruté les destinations de plus de 500 millions de voyageurs. Avec dix-neuf sites classés (près du tiers des visiteurs), les États-Unis dominent le palmarès grâce aux… Américains, qui ne se lassent pas de sillonner leur propre territoire. La France fait bonne figure : grâce à ses 79 millions de visiteurs étrangers en 2010, elle conserve son titre de première destination touristique. Un titre qui devrait, toutefois lui être ravi par la Chine en 2020.
  • Pays

    • Le classement de la misère fiscale1.

Quant aux fortunes qu’il publie, apparemment il oublie ses amis quand ça arrange ces derniers.

Le magazine Forbes estime que Fidel Castro, le dirigeant de Cuba aurait 900 millions de dollars américains de fortune personnelle en 20062. Pour cela, le magazine a compté l’argent des caisses de services publics, ce qui élèverait les fortunes de beaucoup de dirigeants bien au-delà. Celui-ci rappelle qu’il ne gagne que 40 $ par mois. Le magazine prétend également que le chef d’État détiendrait des comptes en Suisse. Ce dernier a démenti en proposant sa démission si cela pouvait être prouvé3. Il faut rappeler que les comptes suisses peuvent, depuis quelques années déjà, être contrôlés par les services judiciaires européens, ce qui n’est pas le cas dans tous les pays. Il faut aussi rappeler que M. Forbes est proche de l’ancien président Bushet président d’honneur de la Fondation nationale cubano-américaine (FNCA), une organisation créée par Ronald Reagan dans les années 1980, et dirigée par les descendants de l’oligarchie cubaine pré-révolutionnaire4[source insuffisante]. De plus, les fortunes de quelques personnalités, comme celle de la reine d’Angleterre dont les estimations fluctuent de 11 à 29 milliards de dollars, ne sont pas prises en compte.

.

Naturellement, la mauvaise graine mondialiste qui hait les populistes parce que ces derniers ont le mauvais goût de préférer le peuple aux actionnaires et autres milliardaires croît sans cesse à nos dépens. Il y a donc un Forbes français… 

Forbes, çà me fait penser à forban… c’est étrange, non ? 

Print Friendly, PDF & Email
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Marcher sur des oeufs
Marcher sur des Oeufs
il y a 16 jours

Le représentant de Devin Nunes { https://fr.wikipedia.org/wiki/Devin_Nunes }, lors d’une interview accordée à l’animatrice de Sunday Morning Futures, Maria Bartiromo, a déclaré qu’une enquête sur le racket devrait être menée concernant les agissements des grandes entreprises technologiques contre la plateforme de médias sociaux Parler.

https://justthenews.com/nation/technology/there-should-be-racketeering-investigation-rep-nunes-says-about-big-tech

« Donc je ne sais pas où diable se trouve le ministère de la justice en ce moment ou le FBI, » a déclaré Nunes. « Il s’agit clairement d’une violation de l’antitrust, des droits civils, du statut RICO. Il devrait y avoir une enquête sur le racket de toutes les personnes qui ont coordonné cette attaque, non seulement sur une entreprise, mais sur tous ceux qui, comme nous, comme moi, comme toi Maria ».

Marcher sur des oeufs
Marcher sur des Oeufs
il y a 16 jours

2°).- Le deuxième sénateur du GOP appelle le président Trump à démissionner

Le sénateur républicain. Pat Toomey, de Pennsylvanie, est devenu dimanche le deuxième sénateur républicain à demander la démission du président Donald Trump à la suite de l’incursion aux États-Unis. Capitole la semaine dernière. Vendredi, le sénateur républicain a été élu à la présidence de la République. Lisa Murkowski, de l’Alaska, avait déclaré que le président Trump devrait démissionner, disant aux journalistes : « Je veux qu’il parte ». Toomey, qui s’était opposé à l’effort de la semaine dernière… Le post « Le deuxième sénateur du GOP appelle le président Trump à démissionner » est paru en premier dans le Western Journal.

durandurand
durandurand
il y a 16 jours

Bonjour les pirates arnaqueurs et forbans étaient pendus, ceux qui travaillent pour les mondialistes méritent de se balancer au bout d’une corde . Ces ordures sont les ennemis des patriotes , il n’y a pas de cadeaux à leurs faire ,il faut les annihiler de la surface de la Terre !

coupendeux
coupendeux
il y a 15 jours
Reply to  durandurand

Etes-vous certain que l’usine pourra fournir?

Lire Aussi