Manipulation à Conflans : un prof aurait fait sortir les musulmans avant de montrer la photo de Mahomet nu !

Délit de blasphème Liberté d'expression Publié le 16 octobre 2020 - par - 44 commentaires

Mise à Jour, on vient d’apprendre que cet après-midi du 16 octobre le professeur a été décapité…

Voir l’article sur le sujet

https://resistancerepublicaine.com/2020/10/16/conflans-le-prof-lynche-par-des-musulmans-sous-une-video-decapite-macron-assassin-islam-assassin/

.

Voilà un magnifique exemple d’auto-victimisation des musulmans.

Il faut un moment pour comprendre ce qui s’est passé quand vous écoutez ce père larmoyant, pleurant sur sa fille, sur son prophète, sur les musulmans choqués… 

La video youtube a été supprimée, mais je l’avais enregistrée :

Et on a l’impression qu’il est plus choqué de penser qu’on ait pu montrer aux élèves la photo d’un homme nu (le prophète en plus) que d’avoir fait sortir les musulmans… Quant à sa réaction… au lieu de demander un rendez-vous au prof pour tirer ça au clair, on pleurniche, on dénonce… sur une video ! On attise la haine communautaire, évidemment.

On se dit pourtant que ce qu’il raconte ne tient pas la route. Pourquoi un prof aurait-il  montré la photo de Mahomet nu ? D’abord la photo de Mahomet nu ça n’existe pas, pas plus que la moindre reproduction dans les siècles passés…

Ensuite faire sortir les élèves musulmans pour montrer aux autres la photo d’une homme nu, de Mahomet nu ? Ça ne tient pas debout. Il y a obligatoirement interprétation, médisance, instrumentalisation d’autre chose.

Mais les  musulmans qui commentent sous la video ne s’arrêtent pas à si peu et ne se posent pas de question. Dès qu’il y a soupçon d’attaque contre les musulmans ou Mahomet, on fonce. Les commentaires sont éloquents. La meute, sans savoir, sans analyser, veut la peau du prof, du collège, de la France… de CNews (Zemmour ne passe décidément pas) et pleurniche sur l’islamophobie de la France ! Qu’est-ce qu’elles attendent pour aller vivre dans un pays musulman, toutes ces pleureuses ?

Il y en a quand même un de lucide… ou pragmatique, c’est selon.

Cliquer sur les captures d’écran pour lire.

On a quand même,  ouf ! un autre  parent d’élève qui a l’honnêteté de venir dire le vrai et de demander qu’on arrête de raconter n’importe quoi.

Cela n’empêche pas ceux qui parlent après elle de continuer leurs vociférations et lamentations…

Mais revenons sur le fond de l’affaire. 

Voilà où on en est, en France, en 2020. Les profs ont tellement peur de l’islam et des musulmans qu’ils en arrivent à ne plus faire leur métier. La caricature est en effet au programme (pour combien de temps encore ? ), l’actualité avec le procès de Charlie Hebdo est plus que porteuse pour évoquer la caricature. Et donc il est logique d’utiliser un dessin de Charlie Hebdo pour évoquer ce genre…

3 solutions pour le prof :

-faire son métier et ne pas se soucier des particularités, croyances etc. de ses élèves et de leurs parents. Ce que j’aurais fait sans état d’âme, en sachant que, dans une classe où il y a un nombre certain de musulmans, ça va créer des remous et qu’on a intérêt à bien tenir ses classes. D’autant qu’on va se retrouver, forcément, avec des plaintes auprès du principal, du CCIF et compagnie. Et peut-être même que la direction, le rectorat, Blanquer… vont condamner le prof, vont l’accuser d’avoir fait de la provocation. Les gens ne se rendent pas compte à quel point ça devient difficile, voire impossible de faire cours dans les territoires perdus de la République. Obin, en 2004 disait dèjà que dans nombre d’établissements les profs d’histoire ne pouvaient plus parler de la Shoah. En 2020, c’est partout pour peu qu’il y ait des musulmans dans la classe.

Se faire hara-kiri et ses élèves en occultant une partie du programme et en se dispensant de le traiter, voire en contournant les choses. Gageons que nombre de profs utilisent les caricatures sur les Juifs de la fin du XIXème siècle, qui doivent ô combien passer sans problème dans les classes islamisées…

-Trouver un système pour faire sans choquer… D’où cette idée crétine mais qui part d’un bon sentiment. Faire sortir ceux qui sont susceptibles d’être choqués.... Le procédé est condamnable, car il revient à plier devant le retour de fait de l’interdiction du blasphème et sur l’imposition de la charia jusque dans nos classes. Mais, même si une telle attitude me rend folle furieuse j’avoue avoir plus pitié qu’autre chose de ce pauvre prof, désireux de faire son métier, malgré tout et de ne pas priver ses élèves non musulmans de leur droit le plus strict, comprendre ce qu’est une caricature et comprendre les enjeux de ce que nous vivons avec l’islam.

Les vrais responsables de ce gâchis, de ce scandale, ce sont les politiques qui depuis 50 ans  baissent leur froc devant l’islam et entendent qu’on en fasse autant. 

Print Friendly, PDF & Email
44 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Hugoboss
Hugoboss
il y a 1 année

On connaît tous la blague du « mort aux cons = vaste programme »
Le vrai problème de fond c’est la connerie, issue de l’ignorance et justement c’est à l’école qu’on apprend.
L’enseignement est un sacerdoce et les écoles devrait être des sanctuaires d’humanité.
Et je pèse mes mots.

Christian Lesuffleur
Christian Lesuffleur
il y a 1 année

Choque de quoi ? Ils ne sont pas choques quand leur freres musulmans tuent des chretiens .pas plus choques quand ils brulent nos eglises .encore moins choques quand les grands freres vendent de la drogue pour payer les vacances a toute la nichee de rat

Lire Aussi