Après le nazi et le prolo, voici le temps du « créole », le nouvel homme supérieur de Mélenchon

.

Imaginons le chef du NKVD Guenrikh Iagoda, très content de lui après avoir entrepris l’élimination de la paysannerie russe et, surtout, ukrainienne (Holodomor), se réjouir devant Staline et le Politburo, en 1936 : « la dékoulakisation n’est pas un projet ou un programme, c’est un fait ».

Imaginons le SS-Gruppenführer de Lublin, Odilo Globocnik, satisfait de lui-même après avoir exterminé les juifs et expulsé les Polonais de la région (Aktion Zamość), s’exclamer, en 1942 : « L’aryanisation n’est pas un projet ou un programme, c’est un fait ».

Et bien, même si c’est beaucoup moins expéditif et sanguinaire que le totalitarisme communiste et national-socialiste, le Grand remplacement par la « créolisation » joyeusement constatée par Jean-Luc Mélenchon, c’est un peu ça. Soit la destruction progressive d’un peuple et de son histoire. L’extermination de sa culture et de sa civilisation.

Après le nazi des HLPSDNH et le prolo rouge du Petit père des peuples, on tente de nous imposer, via le leader Maximo de LFI, la figure d’un homme nouveau, d’une race « supérieure », phare et avenir de l’humanité : l’Arabe, le Noir, le musulman et le métis  le « créole ».

Ainsi, depuis 40 ans, sans demander l’avis des Français, les « élites » ont fait venir par centaines de milliers des immigrés du Maghreb, d’Afrique noire, de Turquie ou du Moyen-Orient. D’abord provenant des anciennes colonies – parce que, justement, nous devions payer le prix de la colonisation – puis, ensuite, de contrées plus lointaines, plus arriérées, aux mœurs et à l’islam encore plus féroces (Afghanistan, Somalie, Pakistan, Érythrée, Soudan…) parce qu’ils « fuyaient la guerre et la misère ».

La vérité, c’est que, face à cette colonisation migratoire, le Français n’a jamais été consulté et qu’il assiste, impuissant, à la destruction de son pays et à son islamisation galopante.

La vérité, c’est que ce phénomène obéit à deux logiques, à priori antagonistes, mais se complétant à merveille : celle du patronat par le besoin de main-d’oeuvre abondante et pas chère et celle de la gauche, par le besoin de renouveler son électorat ouvrier défaillant et d’asseoir son pouvoir. L’alliance, en quelque sorte, du libéralisme mondialisé avec le gauchisme radical.

Et Mélenchon, en tant qu’apparatchik de la gauche ayant participé à la mise en place de ce Grand remplacement, parait heureux du fait accompli en s’exclamant : « Notre peuple s’est créolisé. Le peuple français a commencé une sorte de créolisation, qui est nouvelle dans notre histoire : il ne faut pas en avoir peur, c’est bien. On avance. On vit » puis « La créolisation n’est pas un projet ou un programme, c’est un fait »

Dans la France Orange mécanique islamisée-créolisée, « on avance » dit-il. Oui, mais vers quoi ?

Le nouvel attentat survenu hier près des locaux de Charlie Hebdo donne une partie de la réponse…

Jean-Luc Mélenchon : « La créolisation n’est pas un projet ou un programme, c’est un fait »

« Créolisation ». Un mot dans mon discours sur la République a fait parler. Je laisse de côté la poignée de sots pour qui ce fut une nouvelle occasion d’essayer de me faire endosser la camisole de force de leurs hantises identitaires…

Commençons donc par lire ce qu’en disait Edouard Glissant en 2005 dans une interview au journal « le Monde » :

« La créolisation, c’est un métissage d’arts, ou de langages qui produit de l’inattendu. C’est une façon de se transformer de façon continue sans se perdre. C’est un espace où la dispersion permet de se rassembler, où les chocs de culture, la disharmonie, le désordre, l’interférence deviennent créateurs. C’est la création d’une culture ouverte et inextricable, qui bouscule l’uniformisation par les grandes centrales médiatiques et artistiques. Elle se fait dans tous les domaines, musiques, arts plastiques, littérature, cinéma, cuisine, à une allure vertigineuse… »

[…] Primo : la créolisation n’est ni un projet ni un programme. C’est un fait qui se constate. Il se produit de lui-même. D’où la sottise de ceux qui m’attribuent la créolisation comme un objectif politique. Veulent-ils s’opposer au processus spontané de la créolisation ? Mais alors il faudrait qu’ils disent pourquoi. Et surtout comment comptent-ils s’y prendre.

.

Secundo : la créolisation ne concerne pas exclusivement la langue comme fait semblant de le croire Eric Zemmour. Elle implique […] ces habitudes par lesquelles chacun accède à la vie en société et qui lui paraissent naturelles, évidentes […] telles que le lieu de vie, la classe sociale, les réseaux de vie collective.

Quand le mot « assimilation » apparaît, le malentendu l’accompagne

Dans mon esprit, il s’agissait de proposer le chaînon manquant entre l’universalisme dont je me réclame et la réalité vécue qui le dément. Car si pour les dominants, il n’y a aucune difficulté à passer de l’affirmation de l’idée d’universalisme à sa mise en œuvre au quotidien, c’est précisément parce que leur propre culture, mœurs et usages dominent […] C’est pourquoi il leur arrive en plus d’exiger des autres qu’ils aient une volonté « d’assimilation »…

On tombe alors inexorablement sur la religion. Je veux dire sur ses rites en privé ou en public. S’y ajoute tout aussi directement cette part des mœurs qui implique le fondamental. Je pense ici évidemment au corps, à ce qu’on en montre ou pas, ce que l’on en affiche selon qu’on est un homme ou une femme et ainsi de suite. Enfin, et de façon plus subliminale, ce que Chirac avait appelé « le bruit et l’odeur ». C’est-à-dire les usages vocaux et la musique. Et pour finir par le plus décisif : l’odeur de la cuisine familiale. Réconfortante pour les uns, exogène pour les autres…

Le peuple français actuel n’est plus le peuple de 1958

[…] Créolisation. Il est magique que le mot vienne d’un penseur français de Martinique.

Notre culture dominante actuelle est elle-même le résultat d’une « créolisation ». Si ceux qui s’y sentent à l’aise, et craignent sa dilution, ne veulent pas le savoir, c’est évidemment leur droit…

Cependant, je rappelle volontiers que notre peuple a beaucoup changé depuis 1958, date de la Constitution de la Ve République. De rural il est devenu urbain. De chrétien il est devenu massivement sans religion et le reste est réparti entre cinq cultes, le deuxième étant l’islam. Hier à majorité écrasante d’origine européenne, il comporte dorénavant une population bien plus mélangée intégrant aussi bien de larges pans caribéens que maghrébins. Les références culturelles anglo-saxonnes qui étaient très minoritaires sont devenues majoritaires et une forte imprégnation en est résultée…

De toutes les façons, le peuple français actuel n’est plus le peuple de 1958…

https://www.nouvelobs.com/debat/20200925.OBS33823/tribune-jean-luc-melenchon-la-creolisation-n-est-pas-un-projet-ou-un-programme-c-est-un-fait.html

.

«Il n’y a pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères»2012

« Je ne peux pas survivre quand il n’y a que des blonds aux yeux bleus… c’est… c’est… au delà de mes forces … Quand on a découvert la France, c’était l’horreur… on a découvert un coin perdu de la Normandie… »Jean-Luc Mélenchon – mars 2013

« Je ne veux pas être un blanc catholique, je préfère être un noir athée » 2017 ?

« Je ne sais pas si Jésus était sur la croix, je sais qui l’y a mis, paraît-il. Ce sont ses propres compatriotes » Juillet 2020 [Admirez l’absurdité de cette phrase ! – NDA]

« Notre peuple s’est créolisé. Le peuple français a commencé une sorte de créolisation, qui est nouvelle dans notre histoire : il ne faut pas en avoir peur, c’est bien. On avance. On vit » – 21 septembre 2020

« La créolisation n’est pas un projet ou un programme, c’est un fait » – Explication de texte de Jean-Luc Mélenchon à L’Express.

https://resistancerepublicaine.com/2017/04/11/melenchon-je-ne-veux-pas-etre-un-blanc-catholique-je-prefere-etre-un-noir-athee/

 208 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. « La créolisation c’est un fait » constate avec satisfaction, Mélenchon. Ce phénomène serait la conséquence d’un mélange des cultures donc d’un multiculturalisme. Et il serait la seule passerelle valable pour rejoindre l’universalisme qui lui reste cher. Mais de quel universalisme ? Universalisme réduit au partage grosso modo de mêmes valeurs je suppose. L’universalisme ne peut pas être atteint par l’assimilation affirme-t-il car résultant d’une sorte de soumission d’individus issus d’autres cultures à la culture dominante du pays d’accueil. Ce dernier accueille mais en outre doit donc s’acculturer. A quoi ? A la vêture islamique qui semble importante dans l’islam pour les femmes ? A la bouffe halal ?L’une comme l’autre n’étant pas négociables. Quant aux éclats de voix qui seraient le propre de certaines cultures selon lui, il faut donc les accepter je suppose ou « négocier » drapeau blanc brandi ? Il faut aussi accepter de déboulonner les statues de célébrités ne plaisant pas aux nouveaux venus dont celles qui se sentent concernées par l’esclavagisme, comme celle de Colbert ou de Napoléon… mais pas celle de Toussaint-Louverture qui eut des esclaves pourtant dans ses plantations ! Au contraire, pour les déboulonneurs, il n’y a pas assez de statues de ce grand homme de « notre » histoire. Cela non plus selon lui n’est pas négociable, c’est un préalable car il se dit favorable au déboulonnage de saint Louis pour avoir été antisémite et fait porter la rouelle jaune aux juifs.
    Tout cela n’est que voeu pieux incantation au prix de beaucoup de mensonges et requérant la méthode Coué au quotidien.
    On a compris que « la créolisation » c’est le refus de la notion que l’on croyait intemporelle de l’hospitalité.
    Ton pays, ton territoire historique ne t’appartiennent plus, tes ancêtres étaient des salopards, ils doivent payer. C’est le sésame de la créolisation, son b-a-ba. Ensuite, quand tu as accepté ce préalable, tu dois t’acculturer, content ou pas, aux desiderata des nouveaux arrivants. Non seulement tu dois bien les accueillir, selon les lois de l’hospitalité intemporelle, mais tu dois refaire ta déco, adapter ton alimentation, détester tes aïeux, regarder avec plaisir l’iconoclasme aux dépens de leurs effigies, applaudir même. Si les femmes ne sont pas habillées au goût du nouveau venu, si leur liberté leur parait indue, une sorte d’offense à leur supériorité virile, accepter qu’elles soient rappelées à l’ordre par quelques corrections à la mode de leur pays d’origine. La justice du pays d’accueil ne devant pas être en reste, etc. etc.
    Bref, on aura compris que « la créolisation » c’est bon pour les minorités, et douloureux pour le peuple qui accueille et qu’elle est un processus de désappropriation de son propre pays, de sa propre culture, même multiséculaire et in fine, sous le prétexte de refuser la domination des « dominants » la domination de ces derniers par les « dominés » via la culpabilisation, l’inculcation de la haine de soi aux premiers. Donc, il s’agit toujours de dominants et dominés, les dominés n’étant plus les anciens dominants, et cela imposé d’en haut, via divers moyens étatiques, médiatiques et idéologiques.
    Pendant qu’on nous parle de « créolisation », le mondialisme qui veut à terme une seule humanité « créolisée » via le métissage avance, Mélenchon comme tous les partis de gauche internationalistes y aspirent pour faire régner enfin la justice sous leur férule et à coups de bâton quand c’est nécessaire, mais dans les grandes envolées lyriques, mieux vaut ne pas y songer. « La créolisation » fait partie du processus, longue marche en vue de l’instauration de l’Etat mondial unique. Mélenchon est tout heureux d’annoncer que les débuts ont commencé, en faisant un fait accompli, sans dire que c’est un fait voulu par lui et les autres.

    Le multiculturalisme récemment introduit en Europe n’est que la matrice préalable à la créolisation programmée par les élites anti-nations, adeptes d’un Etat mondial. La créolisation n’est qu’un voeu pieux, une nouvelle incantation sans doute pour masquer son opposé, l’ensauvagement.
    Ladite créolisation – acculturation soi-disant réciproque mais en fait transfert de la dominance aux minorités culturelles – n’a pas produit d’autres fruits que l’épouvantable ensauvagement qui ne cesse de croître au fur et à mesure qu’il est nié par les élites, intellectuelles, gouvernementales, médiatiques, la justice pratiquant le laxisme systématique voulue, exigée pour passer en force contre la volonté du peuple autochtone. Il n’y a pas de créolisation, façon de dire que les autochtones sont heureux de se laisser spolier de leur pays. Il n’y a que des mensonges, de la propagande pour tenter d’y faire adhérer la population comme devant « un fait accompli ».

  2. je ne comprends pas pourquoi merde-et-chions, ne se rend pas directement au Maroc, ou dans un des 57 pays musulmans, là bas , il pourrait enfin vivre ses fantasmes et réaliser ses rêves. Beaucoup de retraités vont finir leur vie au Maroc et n’emmerdent personne,
    et lui, il s’acharne à transformer la France, comme si ce pays lui appartenait, sans tenir compte des millions de Français qui ont construit ce pays et qui n’ont pas envie de le brader selon les folles lubies de merde-et-chions ?
    pour le terme « crioliser », c’est un détournement du sens du mot créole, comme d’habitude les gauchistes transforment les mots et donnent un autre sens au vocabulaire, c’est toujours dans une logique d’enfumage,
    puisque le créole, c’est le blanc qui est né dans un territoire d’outre-mer, par la suite, c’est le nom donné aux différents langages parlés dans ces territoires et issus du français

  3. Il peut revenir le Temps du Français ;
    Comm’ Bon vieil Ami retrouvé ;
    Il doit revenir, visible dans les rues
    Et partout, oui partout en France

    (sur l’air du Temps du Muguet)

  4. les mélenchon , les plenel , les soral , les dieudonné , les morin et autres raclures du même genres , ont tous le même point commun , la destruction de la France et de ses valeurs par l’islamisation du pays . tous participent a l’islamisation et a la destruction de notre identité . regardez les biens ces islamo -collabos , de l’islamo -gauchiste à l’islamo-nazi , ils ont tous les même références , le même adn .
    prenez l’exemple de l’autre grosse merde d’hervé ryssen , il est issu de l’ocl (organisation communiste libertaire ) , voyez les passerelles entre les gauchistes et les nazis , ils sont fait dans le même moule. bien entendu que toutes ces merdes de gauchistes et de nazis , sont des purs produits du capitalisme , je dirais même ils en sont le bras armé du système capitaliste .
    qui a inventé la division du travail ? qui a enlevé le savoir faire de l’ouvrier en en faisant un automate de la grande industrie? qui faisait travailler les enfants de 8 et 10 ans dans les usines ? qui a pour la première fois de l’histoire aux états unis a fait appel au travailleurs chinois, pour remplacer l’américain ?  » remplacé 1 yankee , par trois chinois, vous les payeraient moins chers et vous augmenterait votre plus value » ( voir Karl Marx , le capital , livre premier ) .
    qui ? Henry Ford ! qui était un grand admirateur d’hitler, (d’ailleurs hitler avait un portrait d’henry ford dans sont bureau , et henry ford , avait le portait d’hitler dans sont bureau ) les deux individus s’admiraient l’un et l’autre . qui a re-édité les mémoires de henry ford ? alain soral !
    regardez mélenchon et soral , ils ont beaucoup de point commun , en plus de leur palestinisme de leurs haine des juifs et de leurs amours immodérés pour l’islam . soral d’avoir divisé les nationalistes et mélenchon et co d’avoir divisé , ce qui restez de la classe ouvrière . je vous le dit , dans le même moules !

  5. Mélanchon est arrivé de Tanger en France , il ne supporte pas les blonds aux yeux bleus !!
    Il aurait dû repartir immédiatement chez ses copains musulmans au Maroc .
    C’est un fouteur de merde depuis plus de 40 ans .

    • Bonjour,

      Très bien vu !

      On aimerait connaitre les raisons du départ de Mélenchon du Maroc : incompatibilité avec les indigènes, expuslsion ???

      En tous les cas qu’il ne vienne pas nous braire que c’est pour l’amour d’une France qu’il s’acharne à détruire.

      Les mêmes questions valent pour Plenel et son passé en Algérie !

    • @Vade Mecum

      Oui, j’avais entendu Zemmour sur ce point, précisant que le modèle du créole, c’était Joséphine de Beauharnais.

      Ici, je reprends la définition de Mélenchon, le terme « créole » signifiant pour lui celui qui n’est pas blanc, occidental ou chrétien.

  6. Qu’il fasse attention merluchon,
    l’immense pourriture traître et collabo Pierre laval est mort fusillé à la libération dans la prison de Fresnes en octobre 1945
    Joseph darnan, une autre ordure collabo et traitre est mort fusillé en 1945.
    le pourri traitre et collabo phillipe henriot assassiné par un commando de la résistance en 1944.
    Pour ne citer que ces trois immenses ordures qui ont préféré lécher le cul de l’ennemi et sont morts comme des salauds. Les salauds meurent comme des salauds, ……… sans honneur.

Les commentaires sont fermés.