Troubles neurologiques graves pour 2 volontaires testant les essais de vaccin contre le Covid-19

Publié le 23 septembre 2020 - par - 6 commentaires

Dans le dossier « risques du futur vaccin contre le Covid19 », après le « testé » atteint de ce qui ressemblait à une sclérose en plaques – une paille !- et qui n’est pas mieux, une myélite…

https://resistancerepublicaine.com/2020/09/10/vaccin-anti-covid-un-cobaye-dastrazeneca-developpe-une-affection-inexpliquee/

un second cas de volontaire tombé malade après injection…

Un rapport entre les vaccins et les maladies dégénératives, docteur ? 

Il y a déjà un nombre certain de patients atteints de maladies graves après le vaccin contre la grippe AH1N1, ça ne suffit pas ? Il est vrai que cela coûte moins cher d’indemniser quelques dizaines de patients après coup que de renoncer aux milliards du vaccin.

https://resistancerepublicaine.com/2020/09/20/grippe-les-effets-secondaires-du-vaccin-alourdissent-la-facture/

Et François nous rappelait dans son article donné en lien ci-dessus que « le futur vaccin d’AstraZeneca est développé également en partenariat avec le labo français Novasep, « fournisseur leader de services dans le domaine de la production et la purification molécule pour les industries des sciences de la vie ». »

On n’est pas sortis de l’auberge !

Merci à marchersurdesoeufs qui nous a signalé l’article.

Vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19 : deux volontaires atteints de pathologies neurologiques

Le groupe pharmaceutique AstraZeneca, qui a déjà signé de multiples contrats de ventes de doses de vaccins contre le Covid-19 à travers le monde, est sous pression : deux participants à ses essais cliniques souffrent de troubles neurologiques graves. Dans le cadre de la course aux vaccins contre le Covid-19, le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca, dont les essais cliniques du vaccin sont parmi les plus avancés, aurait-il du plomb dans l’aile ?

Après avoir été critiquée pour le manque de transparence entourant les protocoles des essais cliniques de ses vaccins expérimentaux contre le Covid-19, la société AstraZeneca a publié le 19 septembre des documents, notamment rapportés par le New York Times, comportant des détails sur ses essais cliniques.

Selon les documents dévoilés par le laboratoire, deux personnes ont connu des complications lors des essais cliniques du vaccin au Royaume-Uni.

Le groupe a reconnu que l’un des deux individus avait été atteint de sérieux troubles neurologiques et affirme ne pas avoir pu, pour l’heure, établir de diagnostic pour le second. Selon une source citée par le quotidien américain, ces deux individus souffriraient tous deux du même trouble neurologique grave. Le premier participant aux essais britanniques − qui sont menés en collaboration avec l’Université d’Oxford − est tombé malade après avoir reçu une dose du vaccin expérimental en juillet. La volontaire a plus tard été diagnostiquée avec une myélite transverse, «une atteinte neurologique rare causée par une inflammation de la moëlle épinière responsable d’une atteinte motrice, sensitive et sphinctérienne», selon la description faite par le CHU de Lyon sur son site internet. La deuxième femme volontaire a pour sa part souffert de complications après s’être vu administrer une dose en septembre. Des pathologies «peu susceptibles d’être associées au vaccin», selon AstraZeneca Le 6 septembre, les essais du vaccin, déjà suspendus une première fois, avaient de nouveau été interrompus après que la deuxième femme s’est sentie malade. Ils avaient toutefois repris en Grande-Bretagne, au Brésil, en Inde et en Afrique du Sud moins d’une semaine plus tard. Cependant, les Etats-Unis n’ont pas encore donné leur feu vert à la poursuite du test. AstraZeneca, qui a déjà administré son vaccin à quelque 18 000 personnes dans le monde, a déclaré dans des documents internes que les deux cas de la maladie étaient «peu susceptibles d’être associés au vaccin, ou qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour dire avec certitude que les maladies étaient ou non liées au vaccin». Les cas répétés de myélite transversale parmi les volontaires aux essais pourraient bien mettre à mal l’offre de vaccins du groupe pharmaceutique anglo-suédois. «S’il y a deux cas, ça commence à ressembler à un pattern dangereux […] Si un troisième cas de trouble neurologique apparaît dans le groupe du vaccin, alors ce vaccin pourrait être terminé», résume Mark Slifka, expert en vaccins de l’Université de la science et de la santé de l’Oregon, cité par le New York Times.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/78945-vaccin-astrazeneca-contre-covid-19-deux-volontaires-atteints-troubles-neurologiques

Print Friendly, PDF & Email

6 réponses à “Troubles neurologiques graves pour 2 volontaires testant les essais de vaccin contre le Covid-19”

  1. Avatar durandurand dit :

    Bien sûr que c’est un poison cette merde de vaccin , le système doit faire de l’argent à tout prix ,ce qui les obligent à décréter des lois qui transforme notre indépendance et notre liberté en quelque chose d’illégale , et vous verrez bientôt ils en feront de même avec l’alimentation et l’agriculture locale les rendant illégale , ils nous obligeront à bouffer de la viande synthétique cultivé dans les labos agro -alimentaires mondialistes , dans cette barbaque synthétique y sera ajouter des proteines d’insectes et autres saloperies de saveurs , cette crise du covid qui dure sert le plan des mondialistes , attention à la prochaine pénurie alimentaire qui commencera après le covid et à encore plus de privation de nos libertés si nous restons sans rien faire , les mondialistes avec l’aide de l’ue et avec l’aide du freluquet et des dirigeants européens sont entrain de gagner la partie , puisque nous suivons les consignes « les ordres » de porter les masques et de distanciation sociale et que tout le monde gobe que le coronavirus reprend de l’ampleur .Nous verrons bien si ce que je viens d’écrire se réalise ou pas !

  2. Avatar Joël dit :

    Je me marre ! comme disait Coluche.
    Il y en a même qui font de la « distanciation sociale » avec leur volant alors qu’ils sont seuls en bagnole.
    Plus con qu’un veau ? ben si ça existe, c’est un bobo qui planque sa cervelle dans les matins dans sa table de nuit avant de partir au boulot.

    Terme d’ailleurs totalement erroné puisque c’est de « distance sanitaire » qu’il s’agit.
    En clair, une quarantaine individuelle (volontaire ou non) qui ne dit pas son nom pour ne pas avoir l’air d’imposer un dictat au peuple.

    Notez bien que cette distanciation masquée ne concerne absolument pas les milliers de clandestins qui débarquent chaque jour partout ni les zones où la médecine et la police ne mettent plus les pieds.
    On se demande bien comment naissent les nouveaux « clusters » ? (pouah, quel terme à la con pour désigner un foyer d’infection).

  3. Avatar Hollender dit :

    Joël est  » raciste « , il ne veut pas de termes anglais…..
    Mais les merdias et pseudo journalistes nous gavent avec ces anglicismes. Plus ils en mettent dans leurs textes et plus ça les fait bander.
    Ils partent chez les rosbiffs (de cheval) pendant deux semaines et reviennent étaler leurs connaissances à des francophones qui n’ont rien à foutre de leur anglais
    Posez la question à nos nos  » génies »
    Qu’est-ce qu’une gangue !Ils vous répondront.
     » On dit un gang. »
    Le bestof a remplacé le florilège …… Pourtant si joli
    J’ai un petit coup de gueule en préparation sur ce sujet
    Merci Joël

  4. Avatar marzia perez dit :

    il y a beaucoup de cons

  5. frejusien frejusien dit :

    le vaccin contre le H1N1 avait provoqué un certain nombre de SLA, et quel parcours du combattant pour faire reconnaître le lien entre le vaccin et la maladie, il valait mieux avoir un conjoint combatif et en pleine forme,
    et bien sûr, tout cela est vite retombé dans l’oubli

  6. Avatar Moi1 dit :

    « Il n’y avait pas d’autisme au Vietnam jusqu’à ce que Bill Gates présente son programme de vaccination » – Dr Anthony Phan, MD
    https://twitter.com/tradefutur/status/1308535327188021249

Lire Aussi